L’épistémologie historique: histoire et méthodes (parution)

Edité par Jean-François BraunsteinIván Moya DiezMatteo Vagelli

Les éditeurs voudraient dédier cet ouvrage à la mémorie de François Delaporte (1941-2019)

Qu’est-ce que l’« épistémologie historique » ? À cette question ce volume répond en esquissant le portrait d’un Janus bifrons, dont l’une des faces est tournée vers le « style français » traditionnel en histoire des sciences et l’autre vers les avancées épistémologiques anglo-saxonnes les plus contemporaines. Quels sont les échanges, les continuités et décalages, les convergences et divergences entre des philosophes ou historiens des sciences aussi divers que Gaston Bachelard, Georges Canguilhem, Michel Foucault, Ian Hacking, Hans- Jörg Rheinberger, Peter Galison ou Lorraine Daston ? De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine.

Table des matières:

« Qu’est ce que l’épistémologie historique ? »
Des « échantillons » plutôt que des manifestes………………………………………………. 5
Jean-François Braunstein, Ivan Moya Diez, Matteo Vagelli

La clinique et les sources de l’histoire archéologique……………………………………… 13
François Delaporte

Historicités, objectivités, rationalités

Relations entre logique, mathématiques et langage.
Bachelard et l’empirisme logique ……………………………………………………………. 23
Sandra Pravica

Natura constructa et phénoménotechnique.
Spinozisme et pensée des mathématiques chez Gaston Bachelard. …………………… 43
Gerardo Ienna

Jean Cavaillès, de la logique de Husserl à la dialectique du concept ………………… 59
Gabriele Vissio

Le réflexe et la résistance. Canguilhem et le pouvoir du concept …………………….. 73
Samuel Talcott

Normativité des vivants et adaptation. De Canguilhem à Lewontin……………….. 87
Fiorenza Lupi

L’épistémologie historique en héritage. Althusser, Foucault
et la fabrique conceptuelle de l’histoire……………………………………………………. 103
Audrey Benoit

Foucault’s Change of Attitude Toward Psychology in 1953………………………….. 117
Daniel R. Rodríguez-Navas

Le statut du concept dans l’épistémologie historique,
de Cavaillès à Foucault ………………………………………………………………………. 133
Ferhat Taylan

Can the History of an Epistemic Norm Bear Normative Value ?
Some Reflections on the Status and Tasks of Historical Epistemology ……………… 149
Eugenio Petrovich

Ian Hacking, de l’archéologie de la probabilité au « façonnement des gens » ……. 159
Matteo Vagelli

Objets épistémiques, savoirs, sciences

Epistemic and Political Things. An Analytical Framework
for a Historico-Political Epistemology…………………………………………………….. 173
Laurens Schlicht, Martin Herrnstadt

L’archéologie à l’épreuve des savoirs formels.
Mathématiques et formalisation dans le projet d’une archéologie des savoirs …… 187
Juan Luis Gastaldi

Pour en finir avec l’analyse conceptuelle. Les mécanismes pathologiques
et la philosophie biologique chez Canguilhem…………………………………………… 207
Jonathan Sholl

L’émergence de l’épistémè computationnelle en médecine …………………………….. 227
Mathieu Corteel

Pour une épistémologie historique de la génétique des populations…………………. 243
Nicola Bertoldi

Ce que change la prise en compte du présent.
Comment écrire l’histoire du concept de cellule cancéreuse ?…………………………. 259
Laurent Loison

editions-sorbonne.fr

Détails

Titre/ L’épistémologie historique
Sous-titre/ Histoire et méthodes
Édité par/Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez, Matteo Vagelli
Collection/ Philosophie
Éditeur/ Éditions de la Sorbonne
Public visé/ 05 Enseignement supérieur; 06 Professionnel et académique
Date de première publication du titre/ 03 octobre 2019
Avec/ Bibliographie ; Notes
Support/ Livre broché
ISBN-13/ 979-10-351-0327-9
GTIN13 (EAN13)/ 9791035103279
Référence
Date de publication/ 03 octobre 2019
Publication/ Paris, France
Nombre de pages de contenu principal/ 270
Format/ 16 x 24 cm
Prix/ 23,00 €

5èmes journées: La philosophie des sciences du vivant. Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique

 

Appel à Communications / Call for Papers

5èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique

 

La philosophie des sciences du vivant. 
Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique.

Paris, 16-17-18 mai 2019

 

École doctorale de Philosophie ED 280 
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques 
(UMR 8590, Paris 1/CNRS)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, 
Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne 
(UMR 8103, Paris 1)

 

[ENGLISH BELOW]

Depuis plusieurs années, les questions que la biologie et la médecine posent à la philosophie ont connu un net regain d’intérêt à l’échelle internationale. Les sciences biomédicales sont ainsi (re)devenues des objets d’investigation privilégiés au sein de traditions de recherche aussi différentes que l’épistémologie historique et la philosophie analytique. Si l’intérêt pour les vivants et la vie a toujours existé du côté de l’épistémologie historique, comme en témoignent par exemple les œuvres d’Auguste Comte ou de Georges Canguilhem, il est en revanche bien plus récent pour la philosophie d’orientation analytique. Dans un tel contexte, l’essor, depuis les années 1980, de la philosophie de la biologie n’en est que plus spectaculaire.

Un aspect particulièrement saillant de ces nouveaux travaux sur la biologie et la médecine est leur ambition d’intervenir le plus directement possible dans certaines dimensions des débats scientifiques contemporains. Comme si les développements de la science – et en particulier ceux de la biologie moléculaire et de la théorie de l’évolution – appelaient à questionner à nouveau certaines catégories traditionnelles comme celle d’organisme,d’individu, d’espèce, ou d’autres plus récentes, au premier rang desquelles les concepts de gène ou de cellule. La position épistémologique particulière de la biologie explique aussi qu’elle constitue un lieu privilégié pour toute réflexion sur la normativité et le statut des normes, leur définition entre nature et société. Il n’est dès lors pas surprenant que les avancées de la biologie soient autant de nouvelles questions adressées à la société sur les plans éthiques et politiques. 

L’impressionnant développement des techniques médicales et des biotechnologies n’en finit pas d’interroger des notions de sens commun comme celles de « vie », « santé »ou « maladie ». De leur côté, les progrès des neurosciences, en particulier dans la localisation cérébrale des fonctions mentales, posent à la philosophie le défi d’une réflexion sans cesse à reprendre sur le« moi » et l’identité personnelle. La clarification ces notions et des enjeux attenants intéresse au premier chef l’espace public de nos sociétés contemporaines.

Enfin, la réflexion philosophique rencontre aussi très directement le problème des conditions de possibilité d’une authentique science des vivants. Cette question a traversé une part importante de l’histoire de la philosophie, depuis Kant jusqu’à Rheinberger et Müller-Wille, en passant par Bergson et Canguilhem. L’ancienne alternative entre mécanisme et vitalisme demande aujourd’hui à être retravaillée, à la faveur notamment de perspectives plus organicistes étroitement liées pour certaines à l’essor de la biologie des systèmes ou biologie intégrative.

       Ce sont ces thématiques qui seront au cœur des cinquièmes Journées d’étude sur l’Epistémologie Historique. Comme les années précédentes, nous souhaitons que le sujet retenu soit l’occasion d’une rencontre entre des philosophes et historiens des sciences aux options méthodologiques variées. Nous désirons donc recevoir des propositions adoptant dans des proportions diverses une approche historique et/ou analytique appliquée à la clarification critique de certains des concepts les plus centraux des sciences biomédicales. Une nouvelle fois, une attention particulière sera donnée aux interventions qui proposent de discuter la distinction ainsi que les possibles rapports ou échanges entre épistémologie historique et tradition analytique, c’est-à-dire en l’occurrence entre « philosophie biologique » et « philosophie de la biologie ».

       Les propositions d’interventions (max 500mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir,avant le 11 février 2019 (date de réponse le 1 mars), en format word ou pdf àepistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des journées seront le français et l’anglais.

 

Call for papers

5th International Workshop on Historical Epistemology

 

The Philosophy of the Life Sciences.
Biology and Medicine Through the Prism of Historical Epistemology

Paris, 16-17-18 May 2019

 

For a few decades, the questions raised by biology and medicine have taken a central place in the philosophical reflection at the international scale. The bio-medical sciences have become (once again) a privileged object of study within different research traditions such as historical epistemology and analytic philosophy. If the interest for living beings and for life itself has always been part and parcel of historical epistemology, as is testified by the works of Auguste Comte or Georges Canguilhem, this interest is on the contrary a more recent interest for analytically-oriented philosophy. Against this background, the emergence, since the 1980s, of philosophy of biology is even more remarkable.  

A particularly relevant aspect of these new researches on biology and medicine is their ambition to intervene as directly as possible in the latest scientific debates. It is as if the development of science – and in particular that of molecular biology and of the theory of evolution – renewed the need to question traditional categories, such as that of “organism”, “individual” and “species”, or of more recent ones, more prominently those of “gene” and “cell”.

This particular position of biology is the reason why it is at the crossroad of manyareas of research concerning normativity and the status of norms (includingmeta-ethics), including debates over the respective roles of nature and social forces in defining these norms. It is thereby no surprise that the developments of biology continue to represent new ethical and political challenges for societies. The impressive development of medical and bio-medical technologies only furthers the questioning of everyday notions such as “life”, “health” or “illness”. Moreover, the advancement of neurological research on the brain, specifically for what concerns the cerebral localization of mental functions, continuously challenges the philosophical definitions of the self and of personal identity. The clarification of the conceptual content of these various notions is a primary concern for the public space of contemporary societies.

Finally, the identity of the bio-medical sciences is confronted directly with the problem of the possibility of an authentic science of the living. This question has crossed a good part of the history of philosophy, from Kant to Rheinberger and Müller, through Bergson and Canguilhem. The old alternative between mechanism and vitalism demands today to be reworked, especially under the light of the organic perspectives directly connected, according to some, to the emergence of systematic or integrative biology.

These are the themes that will be at the center of the 5th Workshop on historical epistemology. Like in the previous years, we would like the theme to be an occasion of encounter between philosophers and historians of science with different methodological approaches. In other terms, we would like to receive propositions adopting, in different proportions, historical and/or analytical approaches to the critical clarification of some of the most central concepts of the bio-medical sciences. Once again, particular attention will be given to those interventions proposing a discussion of the distinction as well as of the possible exchanges between historical epistemology and the analytical tradition, that is, in the case at stake, between a “philosophical biology” and a “philosophy of biology”.

Proposals(500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 11 February2019 (notification of acceptance or refusal by 1st March),in Word or .pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early careerresearchers will be privileged. The languages of the workshop will be Frenchand English.

 
Organizing committee

Matteo Vagelli, Ivan Moya Diez, Laurent Loison (coordinateurs) 
Caroline Angleraux, Marcos Camolezi, Victor Lefèvre, Gabriele Vissio.

 
Scientific committee

ChristianBonnet, Professeur, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCoParis 1
Hasok Chang, Professeur, Cambridge University
Cristina Chimisso, Professeur, Open University,UK
Arnold I. Davidson, Professeur, University of Chicago
Moritz Epple, Professeur, Université deFrancfort
Pierre Wagner,Professeur, IHPST Paris 1

 
 
#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }
 
 
 
 

Programme et Inscriptions 2èmes Journées d’études Epistémologie Historique: une histoire du présent

historical epistemology-modified3

Programme et Inscriptions
2èmes Journées d’études / 2nd Workshop

Epistémologie Historique: une histoire du présent
Historical Epistemology: a history of the present
Paris, 19-20-21 mai 2016


Ecole doctorale de Philosophie ED 280
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

[Formulaire d’inscription]

Jeudi 19 mai
Salle Cavaillès (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateurs: Ivan Moya Diez et Matteo Vagelli

Bienvenue
Pr. Pierre-Marie MOREL, Directeur Ecole Doctorale de Philosophie
Pr. Sandra LAUGIER, Directrice Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Pr. Jean-François BRAUNSTEIN, Comité scientifique des journées

« La physionomie en mouvement »
KEYNOTE ADDRESS par François DELAPORTE, Université d’Amiens

10h50-11h00 Pause-café

« Conceptual Analysis, Pathological Mechanisms, and Canguilhem’s Biological Philosophy »
Jonathan SHOLL, KU Leuven

« Le concept d’obésité et son statut épistémologique »
Andrea SAGNI, Université Jean Moulin Lyon 3

« Autism: an Historical Ontology »
Arianna BARAZZETTI, University of Bergamo; Pietro BARBETTA, University of Bergamo/ Milan Centre for Family Therapy; Andrée BELLA, University of Milano-Bicocca; Enrico VALTELLINA, University of Venice/ UERJ, Rio de Janeiro.

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Ferhat Taylan

« Sur le matérialisme conceptuel de Cavaillès et la méthodologie de l’épistémologie historique »
Paul TIENSUU, University of Helsinki

« Deux formes de vérité sans vérité. Foucault entre Canguilhem et Nietzsche»
Ivan MOYA DIEZ, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« Ce que change la prise en compte du présent. Le cas de la théorie cellulaire au XIXe siècle »
Laurent, LOISON, Centre Cavaillès, ENS Paris

« Des normes de l’évolution à l’évolution des normes. Pour une archéologie des théories évolutionnaires des interactions sociales »
Nicola BERTOLDI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« History from the Inside: Synthetic Biologists as Historians of Science »
Massimiliano SIMONS, University of Leuven

 

Vendredi 20 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateur: Laurent Loison

« Normativité et présentisme. L’épistémologie historique et la question du « mariage » entre philosophie et histoire des sciences »
Matteo VAGELLI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Can the History of an Epistemic Norm Bear a Normative Value? Some Reflections on the Status and the Tasks of an Historical Epistemology »
Eugenio PETROVICH, University of Milan

« The Logic of Epistemological Recurrence. Methodology and Normativity in the History and Philosophy of the Sciences »
David PENA-GUZMAN, Laurentian University, Canada

11h30-11h40 Pause-café

« Medicine and the Individual: Reflections on Georges Canguilhem »
KEYNOTE ADDRESS par Cristina CHIMISSO, Open University, UK

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Orazio Irrera

« Une phénoménotechnique à partir de Spinoza : Quelques remarques critiques à propos de Physique et Métaphysique de Gaston Bachelard »
Gerardo IENNA, Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

« L’apport de l’épistémologie historique bachelardienne au marxisme : science, idéologie et construction de la réalité chez Althusser »
Audrey BENOIT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« L’émergence de l’épistème computationnelle en médecine »
Mathieu CORTEEL, Université Paris-Sorbonne.

« Reflex and Resistance: Canguilhem and the Power of the Concept »
Samuel TALCOTT, University of the Sciences in Philadelphia

« Quels rôles jouent les arguments physiologiques dans l’évolution du concept de « situation de travail » dans la « physiologie professionnelle » (1860-1960) ? »
Barthélemy DURRIVE, Université Aix-Marseille

 

Samedi 21 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h45-13h00
Modérateur: Daniele Lorenzini

« The Critical Elements of Foucault’s Figure of Man »
Lucas OLSEN, University of Memphis

10h50-11h00 Pause-café
Séance conjointe avec le Séminaire Foucault animé par Jean-François Braunstein

« De la disciplinarisation des savoirs, enjeux et perspectives de recherche »
KEYNOTE ADDRESS par Sabine ARNAUD, Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin

Après-midi 14h30-17h30
Modérateur: Claude-Olivier Doron

« Le milieu, concept relationnel. Normativité des vivants et adaptation: de Canguilhem à Gould et Lewontin »
Fiorenza LUPI, Université de Roma “La Sapienza”

« Une réflexion archéologique de la MTC holistique à travers les problématiques d’événement QingHaoSu »
Mingjie TANG, Institut de philosophie, Académie chinoise des sciences sociales

15h50-16h00 Pause-café

« The Biomedical Formation of “Homosexuality” in the Iberian Contemporary Authoritarianisms: A Comparative Epistemological, Historical case »
Francisco MOLINA, UNED, Madrid

« “Humor”: from Biology to Culture in an Historical Epistemology´s Perspective »
Juan QUEIJO, University of the Republic, Uruguay

Clôture des journées

 

Comité scientifique
Christian BONNET, CHSPM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Jean-François BRAUNSTEIN, PhiCO, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, Université de Chicago
Pierre WAGNER, IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité organisateur
Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Audrey BENOIT, Nicola BERTOLDI
Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG

Deuxièmes Journées d’études Epistémologie Historique, Paris 2016 [AAC/CFP]

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS
Deuxièmes Journées d’études / 2nd Workshop

 

Epistémologie Historique: une histoire du présent

Historical Epistemology: a history of the present

 

19-20-21 mai 2016

Ecole doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne<
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne – UMR 8130<
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Equipe EXeCO

https://episthist.hypotheses.org

***

[ Français – English below ]

Le domaine de travail correspond à celui de l’épistémologie historique (EH), entendue au sens large, en tant que tradition et méthode en philosophie et histoire des sciences. A cette occasion, nous souhaitons approfondir l’un des traits qui nous semble parmi les plus marquants de ce domaine d’étude, à savoir, la tension constante qui y est établie entre passé et présent. Comme en témoignent plusieurs de ses auteurs, l’EH est en effet une enquête orientée vers le présent, ou écrite à partir de celui-ci. En ce sens, l’histoire normative (ou récurrente) des sciences, telle qu’elle est conceptualisée par Gaston Bachelard ou Georges Canguilhem, s’appuie sur une norme scientifique actuelle, alors que la démarche de Michel Foucault (qui introduit aussi un écart entre le présent et l’actualité) semble la plupart du temps la mettre en question ou en limiter la validité. De l’histoire normative des sciences, au projet d’une “histoire du présent” et d’une “ontologie historique de nous-mêmes”, expressions foucaldiennes, mais reprises aussi par Ian Hacking, s’ouvre l’espace d’une réflexion méthodologique et philosophique incontournable pour tout développement ultérieur de l’EH. La probabilité (Hacking 1975, 1990), la sexualité (Davidson 2001), l’objectivité (Daston-Galison 2007) et les systèmes expérimentaux en biologie moléculaire (Rheinberger 1997) sont des exemples de catégories scientifiques et de contraintes matérielles à partir desquelles se structure aujourd’hui  notre expérience du monde et de nous-mêmes. Les histoires que ces auteurs dressent de ces catégories et de ces contraintes illustrent le sens critique de l’analyse épistémologique dans la mesure où, d’un côté, elles pensent l’entrelacement entre normes éthiques et normes épistémiques, et, de l’autre, elles envisagent des modalités de pensée et d’action nouvelles. La discussion sur le rôle du présent et de l’actualité dans l’EH nous donnera donc la possibilité d’articuler les enjeux politiques et éthiques qui sont impliqués par ce type d’enquête.

En gardant une référence au cadre indiqué ci-dessus, les interventions devront proposer des articulations originales à partir de l’un des axes problématiques suivants:

  1. Le rôle des normes et des valeurs scientifiques dans l’historiographie: nous voudrions approfondir le rôle joué par le présent de la science dans une épistémologie de type historique: comment les différentes références à l’actualité se conjuguent-elles dans les différents domaines scientifiques ? A quel point la trajectoire (continue ou discontinue) d’un objet épistémique détermine-t-elle (ou est-elle déterminée par) le type de normativité en jeu dans une certaine discipline ? Dans quelle mesure les conditions d’application du principe de la récurrence relèvent-elles de la nature des normes d’une science? Une histoire récurrente des sciences humaines est-elle possible? Qu’est-ce qui confère à une histoire récurrente sa portée critique?  Ces différentes questions portent sur les différentes manières de rapporter le passé au présent et de comprendre les progrès et les transformations des sciences.
  2. Le pouvoir du concept: Les travaux inspirés par l’épistémologie historique ont dégagé plusieurs enjeux éthico-politiques, tout en refusant de tenir la norme scientifique pour un simple effet de pouvoir.. Une telle assimilation de la norme scientifique à un effet de pouvoir abolit le privilège normatif de la science présente sur son passé et fait ainsi l’économie du rapport du vrai au réel. Il s’agit de montrer en revanche que les progrès scientifiques ne peuvent pas être dissociés des problèmes sociaux et techniques concrets, c’est-à-dire de la capacité qu’a l’homme d’appréhender et de transformer la réalité. Nous attendons ici des interventions portant sur le rapport du concept aux techniques, l’analyse des techniques d’observation, de mesure et de normalisation médicale, le rapport entre la classification du vivant et les manières de façonner les gens, ou encore sur les différentes formes épistémologiques, archéologiques ou généalogiques que peut prendre l’analyse du rapport pouvoir-savoir.

Les propositions d’interventions (500 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 1er février 2016 (date de réponse le 22 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les propositions de doctorants et de jeunes chercheurs seront privilégiées et retenues en priorité. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais.

***

[ English ]

The working domain of this workshop corresponds to the domain of historical epistemology (HEP), broadly understood both as a “tradition” and as a method in philosophy and history of science. On this occasion we would like to investigate one of the most distinctive traits of HEP, that is, the permanent tension between past and present it instantiates. As testified by many of its practitioners, HEP is an inquiry which is present-oriented, or, alternatively, it is written using the present as a standpoint. In this sense, normative (or recurrent) history of science, as conceptualized by Gaston Bachelard or Georges Canguilhem, relies on a current scientific norm, whereas Michel Foucault’s approach, beside introducing a difference between present and actuality, seems to question or limit the validity of current scientific norms. From the normative history of science to the project of an “history of the present” and of an “historical ontology of ourselves”, Foucauldian expressions reprised also by Ian Hacking, a space is opened for a methodological and philosophical reflection which is unavoidable for every further development of HEP. Probability (Hacking 1975, 1990), sexuality (Davidson 2001), objectivity (Daston-Galison 2007) and the experimental systems of molecular biology (Rheinberger 1997) are some examples of the categories and material constraints out of which our experience of the world and of ourselves are being structured today. The histories that the aforementioned authors reconstruct of these categories and constraints illustrate the twofold critical import of an epistemological analysis: on the one hand, they articulate the intertwinement of ethical and epistemic norms while, on the other, they open up the space for new modalities of thought and action. The discussion of the role of the present and of actuality within HEP will thus give us the possibility to articulate the political and ethical stakes implied by this kind of inquiry.

With reference to this general framework, the proposals should constitute original articulations of either one of the following axes of problems:

  1. The role of scientific norms and values in historiography: We would like to further analyze the role played by the present of science in HEP: how do the references to actuality vary according to the different scientific domains? To what extent does the continuous or discontinuous trajectory of an epistemic object determine (or is determined by) the kind of normativity at stake in a certain discipline? To what extent do the conditions of applicability of the principle of recurrence draw on the nature of the norms of a certain science? Is a recurrent history of human science possible? What gives a recurrent history its critical import? These questions bear on the different ways of relating the past to the present and of understanding the progress and transformations of the sciences.
  2. The power of the concept: Works inspired by the approach of HEP have highlighted several ethical-political issues, while at the same time refusing to see the scientific norm as a simple effect of power. Such an assimilation of a scientific norm to an effect of power would abolish the normative privilege which a current science has on its past, thus neglecting the relation between truth and reality. What remains to be shown, however, is that scientific progress cannot be understood apart from concrete social and technical problems, that is, of man’s ability to comprehend and transform reality. We welcome contributions bearing on: the relation of a concept to its techniques; the analysis of techniques of observation, of measuring and of medical normalization; the relation between the classification of the living and the different manners of making up people; or the different epistemological, archaeological, and genealogical forms that an analysis of the relation power-knowledge can take.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 2016 February 1st (notification of acceptance or refusal by February 22nd), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and young researchers will be privileged. The languages of the workshop will be French and English.

***

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline : February 1st 2016

Réponse / Notification of acceptance: February 22th 2016

Remise de textes / Texts submission : May 6th 2016

Journées d’études / Workshop days : May 19-20-21st 2016

 

Comité scientifique / Scientific committee

Christian BONNET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jean-François BRAUNSTEIN,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Arnold I. DAVIDSON,  Université de Chicago.

Pierre WAGNER,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Le comité d’organisation / The Organizing committee

Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)

Tiago ALMEIDA, Audrey BENOIT, Nicola BERTOLDI,

Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG

Programme Séminaire Foucault 2015-2016 – Paris 1

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 CNRS – Paris 1
EXeCO

SEMINAIRE FOUCAULT

Animé par Jean-François Braunstein

Programme 2015-2016

Samedi 23 janvier
François Delaporte (Université de Picardie)
Lire la Naissance de la clinique

Samedi 20 février
Arianna Sforzini (Université Paris-Est Créteil)
Théâtres et batailles. La force des corps dans la pensée de Michel Foucault

Samedi 19 mars
Elisabetta Basso (Centro de Filosofia, Universidade de Lisboa / CAPHES, Paris)
A l’origine de la critique anthropologique : les cours foucaldiens inédits des années 1950

Samedi 16 avril
Giuseppe Bianco (New York University /Université Lyon 3)
Révolution copernicienne ou contre-révolution ptolémaïque? Foucault, Vuillemin, Heidegger

Samedi 21 mai
Sabine Arnaud (Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin)
De la disciplinarisation des savoirs, enjeux et perspectives de recherche

Les séances ont lieu de 10 h 30 à 12 h 30 à l’UFR de philosophie de la Sorbonne, escalier C, premier étage, salle Lalande.

Workshop « Georges Canguilhem’s concept of scientific ideology »

Workshop doctoral
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
le Jeudi 12 novembre, 18h00 à la Sorbonne

« Georges Canguilhem’s concept of scientific ideology »

Cristina Chimisso, Open University, UK

Cristina Chimisso est l’auteure de Writing the History of the Mind: Philosophy and Science in France 1900-1960s (Ashgate 2008),  et de Gaston Bachelard: Critic of Science and the Imagination (Routledge 2001).

Participation ouverte sur inscription à epistemologiehistorique@gmail.com, dans la limite des places disponibles.

 

Programme Journées d’études EH

Programme
Journées d’études / Workshop

Epistémologie Historique: commencements et enjeux actuels
Historical Epistemology: beginnings and current issues
Paris, 21-22-23 mai 2015

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Ecole Doctorale de Philosophie

Télécharger le programme et les résumés des interventions

 

Jeudi 21 mai
    Salle D634 (Galerie Dumas, escalier L), Sorbonne (1, Rue Victor Cousin, 75005)

9h30 – 10h10
Organisateurs, Bienvenue
Pr. Jean-François BRAUNSTEIN, Introduction

10h10 – 11h00       Modérateurs : Matteo Vagelli – Ivan Moya Diez
Martin HERRNSTADT – Laurens SCHLICHT, Goethe University Frankfurt : « Epistemologies of the Sciences of Man. An Inquiry into the Epistemological Shift of the French Sciences of Man around 1800 »

11h30 – 13h10       Modérateurs : Matteo Vagelli – Ivan Moya Diez
Tiago ALMEIDA, Universidade de São Paulo – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Georges Canguilhem et l’École germano-américaine d’histoire de la médecine »
Audrey BENOIT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Héritages comparés de l’épistémologie historique chez Althusser et Foucault : théorie de la connaissance et philosophie de l’histoire »

14h40 – 16h20       Modérateur : Giuseppe Bianco
Marcos CAMOLEZI, Universidade de São Paulo – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Remarques sur Claude Bernard entre Bergson et Canguilhem »
Emiliano SFARA, Université Paul Valéry Montpellier 3 – Università della Calabria: « La conception du « Statut social de la science moderne » chez Georges Canguilhem »

16h40 – 18h20       Modérateur: Giuseppe Bianco
Paul TIENSUU, University of Helsinki : « Comment s’interroger sur les valeurs du droit d’une façon constructive ? L’épistémologie historique et la problème de l’indétermination du droit »
Ferhat TAYLAN, Collège international de philosophie – Université Paris Ouest Nanterre La Défense : « De l’histoire des concepts à l’histoire des rationalités. L’extension foucaldienne de l’épistémologie historique »

Vendredi 22 mai
    Salle Panthéon 6 (Escalier M, 4e étage), Centre Panthéon (12, place du Panthéon, 75005)

9h30 – 11h10       Modérateur: Ivan Moya Diez
Nicola BERTOLDI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Pour une épistémologie historique de la génétique des populations »
Camille JACCARD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Université de Lausanne : « La clinique des troubles du langage comme objet de l’épistémologie historique »

11h30 – 13h10      Modérateur: Ivan Moya Diez
Jonathan SHOLL, University of Leuven: « Towards an Historical Epistemology of Medicalization »
Tuomo TIISALA, University of Chicago: « That the Abnormal is Existentially Prior to the Normal: An Interpretation and A Defense of Canguilhem’s Meta-normative Thesis »

14h40 – 16h20      Modérateur: Daniel Rodriguez Navas
Julien LAMY, Université Lyon III Jean Moulin : « L’enquête épistémologique au risque de la science effective et de son histoire : la philosophie des sciences de Gaston Bachelard»
Sandra PRAVICA, Center for Literary and Cultural Research Berlin: « Science in Other Words: Re-evaluating Gaston Bachelard’s Works for the Philosophy of Science Today »

16h40 – 18h20      Modérateur: Jonathan Sholl
Wenbo LIANG, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Rethinking Ian Hacking’s “styles of scientific thinking” from the studies of integrative medicine »
Luca SCIORTINO, The Open University: « Ian Hacking’s Styles of Thinking and Relativism: The Case of the Existence of Theoretical Entities»

Samedi 23 mai
Salle Lalande (Escalier C, 1e étage), Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, 75005)

9h30 – 11h10      Modérateur: Matteo Vagelli
Lara SCAGLIA, Universitat Autònoma de Barcelona : « The transcendental doctrine of Schematism and its psychological interpretations. The status of Epistemology between philosophy and natural sciences »
Michalis SKOMVOULIS, Université Aristote de Thessalonique: « L’épistémologie historique de Hegel. Le cas des sciences sociales »

11h30 – 13h10      Modérateur: Matteo Vagelli
Gabriele VISSIO, Università degli Studi di Torino – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « La logique de Husserl et l’épistémologie historique »
Daniel RODRIGUEZ NAVAS, University of Chicago: « The Influence of Foucault’s early reading of Nietzsche in his Critique of Psychology and the Human Sciences »

14h40 – 16h20      Modérateur : Tiago Almeida
Julien PAGE, Laboratoire SPHERE : « Histoire conceptuelle de théories de Galois»
Juan Luis GASTALDI, IREPh Paris Ouest – ESBAMA : « L’archéologie à l’épreuve des savoirs formels »

16h40 – 18h20      Modérateur : Camille Jaccard
Gerardo IENNA, La Sapienza – Università di Roma: « La notion de frontière disciplinaire dans le régionalisme épistémologique de Pierre Bourdieu »
Laurent LOISON, Université de Strasbourg: « Quel est le statut du présent pour l’épistémologie historique ? »

Comité scientifique
Jean-François BRAUNSTEIN, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Bernadette BENSAUDE-VINCENT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago
Frédéric FRUTEAU DE LACLOS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les organisateurs,
Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo, EA3562),
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

CNTMNL_MNFST_SRBNN_VER_FINALE

Appel à contributions Journées d’études EH

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS
Journées d’études / Workshop

Epistémologie Historique: commencements et enjeux actuels

Historical Epistemology: beginnings and current issues

22-23 mai 2015
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Ecole Doctorale de Philosophie

[ Français ]

Nous invitons les doctorant(e)s et jeunes chercheur(e)s intéressé(e)s à soumettre des propositions de communication à l’occasion des journées d’études « Epistémologie historique: commencements et enjeux actuels », qui se tiendront à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 22-23 mai 2015.

L’épistémologie historique (EH) se situe aujourd’hui au cœur du débat renouvelé sur le “mariage entre philosophie et histoire des sciences” (HPS). Se situant au croisement de l’analyse conceptuelle et de l’histoire des pratiques, cette approche méthodologique de l’histoire des sciences se propose à la fois comme historique et philosophique. L’EH trouve ses racines en France dans la philosophie positive d’Auguste Comte et représente le déploiement d’un parcours complexe, celui du « style français en épistémologie », dont les principaux représentants sont G. Bachelard., G. Canguilhem et M. Foucault. Depuis les années 1990 on peut parler d’une renaissance de l’EH dans des domaines anglo-saxons, grâce aux travaux de I. Hacking, A. I. Davidson et L. Daston, entre autres. Le développement à l’étranger de l’EH dans sa phase contemporaine est parallèle à une sorte de vide paradoxal dans son lieu de naissance. La reconnexion de ce type d’épistémologie au cadre philosophique originel de son émergence représente l’occasion de rouvrir le débat en France.

Les présentes journées ont pour mission de regrouper des doctorant(e)s et des jeunes chercheur(e)s qui travaillent au sein du champ en constante expansion de l’EH. Cette première rencontre vise à la fois la création d’un espace de réflexion où exposer et partager des recherches, des méthodes et des difficultés rencontrées, et la formation d’un groupe de travail sur l’EH en vue d’activités futures.
Les interventions sont à proposer dans l’une de trois sections suivantes:

  1. Histoire de l’épistémologie historique: de la tradition française (Bachelard, Canguilhem et Foucault) et des reprises contemporaines.
  2. Débats méthodologiques en histoire et philosophie de la médecine, de la psychologie et de la psychiatrie. Ces disciplines ont représenté et représentent toujours des domaines particulièrement fertiles pour l’EH qui a visé une transformation des méthodes et des enjeux.
  3. Section à sujet libre. L’EH a été liée aux disciplines et aux thématiques les plus diverses, et de nouvelles directions sont en train de s’ouvrir aujourd’hui.

Les propositions d’interventions (400 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à faire parvenir, avant le 26 janvier (date de réponse le 16 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais. Un nombre limité d’aides financières couvrant la totalité ou une partie des frais de voyage des intervenants est disponible et peut être sollicitée.

[ English]

We hereby invite contributions by graduate students and young researchers for the two-day workshop “Historical epistemology: beginnings and current issues”, which will take place at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne on 22-23 may 2015.

Historical epistemology (HEP) can be placed within the renewed debate about the “marriage between the philosophy and the history of science” (HPS). Located at the crossroad of conceptual analysis and the history of practices, this methodological approach to the sciences combines historical and philosophical perspectives. HEP finds its roots in France with the positive philosophy of Auguste Comte and represents the deployment of the complex path of the so-called “French style in epistemology”, whose principal representatives are G. Bachelard, G. Canguilhem and M. Foucault. Since the 90s, it is possible to talk of a renaissance of HEP within Anglo-American domains, thanks to the works of I. Hacking, A. I. Davidson and L. Daston, among others. The international development of HEP in its contemporary phase is paralleled by a sort of paradoxical void in its birth place. The reconnection of this kind of epistemology to the original philosophical framework from which it emerged represents the occasion to reopen the debate in France.

The aim of the workshop will be to gather the graduate students and young researchers working within the constantly expanding field of HEP. This first meeting will allow the creation of a space of reflection wherein those involved can expose and share their research, methods and difficulties, as well as discuss the formation of a research group on HEP for future activities.

Proposals will be considered in the following areas:

  1. History of historical epistemology: of the French tradition (Bachelard, Canguilhem and Foucault) and its contemporary forms.
  2. Methodological debates over the history and the philosophy of medicine, psychology and psychiatry. These disciplines have represented and still represent particularly fertile domains for HEP, which has transformed their methods and issues.
  3. Open section. HEP has been linked to the most diverse disciplines and themes, and new directions are currently being opened.

Proposals (400 words and a brief presentation of the candidate) are to be forwarded before January 26th (with a reply by February 16th), as word or pdf files, to epistemologiehistorique@gmail.com. French and English are the two languages of the workshop. A limited number of financial aid covering the totality or a part of the travelling expenses of the participants is available and can be solicited.

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline : January 26th 2015
Réponse / Notification of acceptance: February 16th 2015
Journées d’études / Workshop days : May 22-23rd 2015

Comité scientifique / Scientific Committee

Jean-François BRAUNSTEIN, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Bernadette BENSAUDE-VINCENT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago
Frédéric FRUTEAU DE LACLOS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les organisateurs / The organizers,

Iván MOYA DIEZ et Matteo VAGELLI
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
EA3562 Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
epistemologiehistorique@gmail.com