Philosophie et histoire de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent – Séminaire de formation et recherche 2019/2020

OBJECTIFS

DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DES IDÉES EN PSYCHIATRIE DE L’ENFANT CONNAÎTRE LES GRANDS CONCEPTS CLINIQUES ET LEURS AUTEURS; ANALYSER L’ÉVOLUTION DES TERMINOLOGIES ET DES CLASSIFICATIONS; METTRE EN PERSPECTIVE LES PRATIQUES CLINIQUES ET THÉRAPEUTIQUES CONTEMPORAINES; PRÉSENTER DES PISTES DE RECHERCHES EN SCIENCES HUMAINES

19 septembre : John Haslam, les premiers cas d’observation pédopsychiatrique, par Jérémie SINZELLE

10 octobre : Le cas Hölderlin, adolescence, folie et créativité : de M. Blanchot à J. Laplache, par Clément FROMENTIN

21 novembre : Le TDAH et ses traitements au fil du temps, par Eric KONOFAL

19 décembre : Attention, agitation. Comment le signifiant « agitation » a recouvert le signifiant « excitation », par Yann DIENER

23 janvier : Visualiser l’esprit de l’enfant : vers une épistémologie historique de l’observation de la petite enfance, par Félix RIETMANN

27 février : « L’enfant fou » au 19ème siècle : quelles définitions ? Quelles réalités ? Par Aude FAUVEL

26 mars : Aspects historiques et épistémolo- giques de la psychiatrie transculturelle, par Marie-Rose MORO

23 avril : Julian de Ajuriaguerra (1911-1993) passeur de frontières, par Evelyne LENOBLE

28 mai : Autour de la naissance de la pédopsy- chiatrie dans l’entre-deux-guerres, par Frédéric FRUTEAU / Yann CRAUS

25 juin : Le syndrome d’Asperger-Wing à partir de l’histoire de Czech et Sheffer, par Yann CRAUS et Jérémie SINZELLE

Argument : Spécialité médicale dynamique, la psychiatrie de l’enfant établit ses champs de savoir, de pratiques et de recherches à la croisée des sciences biomédicales (e.g. neurosciences, épidémiologie, sciences cognitives) d’une part, et d’autre part des sciences humaines (e.g. sociologie, anthropologie, linguistique). Ce séminaire propose de participer à la formation en pédopsychiatrie, du côté des sciences humaines, au travers des outils de la philosophie et de l’histoire, véritables domaines de recherche et de contribution à la connaissance clinique. L’histoire de la psychiatrie, issue d’une longue tradition en France illustrée notamment par les travaux de Georges Lantéri‐Laura, Paul Bercherie, Jacques Postel, Jean Garrabé, Michel Caire, est déjà abordée dans différents séminaires franciliens, tandis que la philosophie de la psychiatrie suscite un regain d’intérêt international depuis les années 1990 et surtout 2000, au‐delà des apports classiques de la phénoménologie introduite dans la clinique psychiatrique par Karl Jaspers au début du XXème siècle. Philosophie et Histoire avanceront ici ensemble dans l’étude des textes fondamentaux de la pédopsychiatrie et de leurs auteurs. Apparaîtront alors la langue originale de nos devanciers, les concepts qu’elle charrie ainsi que leurs différentes fortunes. Aussi serons‐nous en mesure, au plus près de la pensée clinique, de mieux comprendre les débats actuels qui animent notre discipline tout en réfléchissant à une psychiatrie de l’enfant en construction.

Entrée libre (inscription par courriel pour les internes : y.craus@ghu-paris.fr )

HORAIRE : UN JEUDI MENSUEL DE 16H À 18H

BIBLIOTHÈQUE MÉDICALE HENRI EY – 2ÈME SALLE DE LECTURE

GHU PARIS PSYCHIATRIE & NEUROSCIENCES 1, RUE CABANIS 75014 PARIS

Disparition Michel Serres

Avec tristesse, nous apprenons la nouvelle du décès de Michel Serres, le 1er juin 2019.

Ici l’article paru sur Le Monde.

Nous républions également la video de l’intervention de Michel Serres à l’Université de Strasbourg du 19 mai 2017 sur le thème “Science et société”.

Disparition de François Delaporte

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de François Delaporte le 28 mai 2019.

La Faculté d’Histoire de l’Universidade Federal de Goiás, au Brésil, rend un dernier hommage à Delaporte en publiant le vidéo de sa conférence sur “Canguilhem et l’histoire des sciences”.

Tiago Almeida

Programme 5èmes journées d’études sur l’Epistémologie Historique

Programme

5èmes Journées d’études sur l’épistémologie historique

La philosophie des sciences du vivant

Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique

16-17-18 mai 2019

.

École doctorale de Philosophie (ED 280 – Paris 1)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne,
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne
(UMR 8103 CNRS – Paris 1)

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques
(UMR 8590 CNRS – Paris 1)

Avec le soutien de la Maison d’Auguste Comte

Formulaire d’inscription

L’ensemble des journées aura lieu dans la Salle 6 du Centre Panthéon, 12 Place du Panthéon, 75005, Paris (Aile Soufflot 2ème étage). Pour des raisons de sécurité l’inscription est obligatoire pour avoir accès au centres de l’université.


JEUDI 16 mai

9h Accueil

9h30 Accumulation and the Progress of Knowledge. Reflections on Natural History and Biology , Staffan Müller-Wille (Exeter)

10h30 Pause café

10h50 Revisiting the history of biology with nutrition: vital mechanisms and the ontology of life, Cecilia Bognon (Labex Who am I/IHPST)
11h30 Le principe de la sélection naturelle : une loi « organique » pour les sciences de la vie ? , Nicola Bertoldi (IHPST)

12h10 Pause déjeuner

14h10 Dreaming of a universal biology, Massimiliano Simons (Leuven)
14h50 La biologie relationnelle : ni vitalisme, ni mécanisme, Modera Astrid (Namur)

15h30 Pause café

15h50 The underestimated influence of Spinoza’s philosophy on Johannes Peter Müller’s sensory physiology, Buyse Filip (CSMBR, Pisa)
16h30 La criminologie biologique du point de vue du discours scientifique de la police judiciaire, Allemagne, 1928-1944, Laurens Schlicht (Humboldt)
17h10 Du mode d’existence des bio-objets : comment les bio-banques défient l’épistémologie, Emanuele Clarizio (ISJPS)


VENDREDI 17 mai

9h30 Les commencements de la philosophie de la technique : vers une approche biologique de l’activité fabricatrice, Marcos Camolezi (Paris 1)

10h10 Pause café

10h30 A life among necrological folds: A vitapolitics for education, Pietra Mikulan & Taylor Webb (Vancouver)
11h10 Gouvernement du vivant et gouvernement des vivants. Une critique du concept cybernétique de régulation (sociale), Marco Ferrari (Padoue)

12h00 Pause déjeuner

14h10 L’axiologie dans les sciences de la vie : une confrontation entre la pensée de Canguilhem et le débat contemporain en philosophie de la biologie, Silvia De Cesare (Leipzig)
14h50 La philosophie biologique de Canguilhem en question : pour une nouvelle alliance entre la technique et la vie, Fiorenza Lupi (Sapienza)

15h30 Pause café

15h50 The normativity of life: Canguilhem and Hegel, Pierpaolo Cesaroni (Padoue) & Luca Corti (Porto)
16h30 Schelling et Canguilhem lecteurs de John Brown (1735-1788) – quelle analogie entre leurs vitalismes ? , Gregorio Demarchi (Zürich)


SAMEDI 18 mai

9h30 L’équivocité du sexe à travers les règnes, Thierry Hoquet (Nanterre)

10h30 Pause café

10h50 Quelle scientificité pour la santé comme normativité ? , Stéphane Zygart (Lille)
11h30 Faire de la santé un objet de science : les échecs répétés d’un projet médical à l’aune de la philosophie canguilhémienne, Delphine Olivier (Paris 1)

12h10 Clôture des journées

Comité scientifique

Christian Bonnet, Professeur, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCo Paris 1
Hasok Chang, Professeur, Cambridge University
Cristina Chimisso, Professeur, Open University
Arnold I. Davidson, Professeur, University of Chicago
Moritz Epple, Professeur, Université de Francfort
Pierre Wagner, Professeur, IHPST Paris 1

Comité d’organisation

Laurent LOISON, Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Caroline ANGLERAUX, Marcos CAMOLEZI, Victor LEFEVRE, Gabriele VISSIO

Infrangere le norme. Vita, scienza e tecnica nel pensiero di Georges Canguilhem (Mimesis 2019)

Il volume raccoglie otto saggi dedicati al pensiero di Georges Canguilhem (1904- 1995), medico, filosofo e storico delle scienze biologiche, la cui influenza ha segnato gran parte della filosofia francese contemporanea, annoverando allievi come Foucault, Simondon, Deleuze e Bourdieu. Il libro introduce le principali linee di ricerca di un pensatore che può fornire coordinate concettuali valide per far fronte agli interrogativi del presente: dalla relazione tra sapere e storia al rapporto tra verità, postverità e ideologia, dalla domanda sullo statuto della tecnica fino al suo ruolo nella ricerca scientifica. La raccolta si propone, dunque, come occasione di riflessione attorno a una figura difficilmente inscrivibile nelle attuali suddivisioni disciplinari, cercando di restituire la complessità e la trasversalità delle questioni implicate nei suoi studi.

Fiorenza Lupi (1989) ha conseguito il titolo di Dottore di ricerca in Filosofia presso La Sapienza, Università di Roma. I suoi studi si concentrano sul concetto di creatività tecnica nella riflessione di Georges Canguilhem e sulla relazione di quest’ultima con l’estetica kantiana. Da novembre 2018 è a Parigi per svolgere attività di perfezionamento della propria ricerca dottorale. È membro di Épistémologie Historique: Research Network on the Tradition and Methods of Historical Epistemology, dell’Università “Paris 1 Panthéon-Sorbonne”. I suoi principali ambiti di interesse concernono la filosofia della tecnica, la biopolitica, l’estetica, la filosofia della biologia e l’epistemologia della medicina. 

Stefano Pilotto (1985) è Dottore di ricerca in Filosofia della scienza presso La Sapienza, Università di Roma. Si è laureato in Filosofia nel medesimo ateneo e ha conseguito la specializzazione in Scienze della cultura presso la Scuola Internazionale di Alti Studi di Modena (FSC). Le sue aree di ricerca riguardano la storia e l’epistemologia della scienza e della tecnica, la filosofia della biologia e l’antropologia, con particolare attenzione alle questioni inerenti l’evoluzione umana e le retroazioni reciproche tra dimensione biologica e culturale. Dal 2017 è membro di Épistémologie Historique: Research Network on the Tradition and Methods of Historical Epistemology.

François Dagognet. Philosophe, épistémologue

François Dagognet (1924-2015) nous a laissé une œuvre immense et foisonnante : près de soixante-dix ouvrages, sur les thèmes les plus divers, de l’épistémologie à l’art contemporain, de la politique au droit, de l’argent à la morale, de la peau au trouble, sans oublier le paysage, ou l’agronomie, les déchets ou les musées, parmi bien d’autres sujets. Sa curiosité universelle et inassouvie égalait, voire dépassait, celle de son maître Bachelard.

Montrer comment Dagognet a illustré l’épistémologie « à la française », et l’a radicalement transformée en la faisant sortir de ses cadres traditionnels, tel est l’enjeu de ce recueil, issu d’un colloque en hommage à François Dagognet qui s’est tenu à l’Institut d’histoire et philosophie des sciences et des techniques de Paris 1, qu’il a un temps dirigé.

Vingt-quatre auteurs, français et étrangers, de diverses générations et spécialités, font découvrir et discutent les positions de ce philosophe infatigable sur un large éventail de champs scientifiques et techniques : philosophie des sciences, biologie, médecine, neurologie, pharmacie, sciences de la terre, chimie, écologie, théorie des formes, informatique, art, droit et philosophie sociale.

Sous la direction de Bernadette Bensaude-VincentJean-François BraunsteinJean Gayon (1949-2018), professeurs de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Avec des contributions de Christian Bange, Bernadette Bensaude-Vincent, Jean-François Braunstein, Georges Chapouthier, Gérard Chazal, Cristina Chimisso, Jean-Marc Drouin, Sébastien Dutreuil, Anne Fagot-Largeault, Jean Gayon, Xavier Guchet, Jeanne Guien, Quentin Hardy, Cyrille Harpet, Evan Hepler-Smith, Pierre de Jouvancourt, Laurent Loison, Kieran Lyons, Daniel Parocchia, Annie Petit, Philippe Petit, Emmanuel Picavet, Bertrand Saint-Sernin, Jonathan Simon, Dominique Thouvenin.

Ernst Cassirer and Historical Epistemology

Public Lecture by Hans-Jörg Rheinberger (Max Planck Institute for the History of Science, Berlin)

Date

21 May 2019, 3.00 pm – 5 pm

Venue

Kardinaal Mercierzaal, Institute of Philosophy (HIW), KU Leuven, Kardinaal Mercierplein 2, Leuven

Abstract

In his Hamburg years and later in his exile in Sweden, Ernst Cassirer (1874-1945) developed from a Neo-Kantian toward a position that can be characterized as historical epistemology. I would like to highlight a few characteristics of this transit, and compare them to the position that his ten years younger contemporary Gaston Bachelard (1884-1962) developed at the same time in France, and who is usually credited as the founder of historical epistemology. To develop my points, I will mainly have recourse to the fourth volume of Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit: Von Hegels Tod bis zur Gegenwart (1832-1932) as well as his Zur Logik der Kulturwissenschaften. Fünf Studien.

Prof. Rheinberger will also give a doctoral seminar on ‘New Developments in Historical Epistemology’ on 21 May, 11.00am – 13.00pm (in the Raadzaal, same address).

If you are interested, or are in need of more information, please contact massimiliano.simons@kuleuven.be

Bachelardismes et anti-bachelardismes en France. Controverses épistémologiques des années 1960

Colloque organisé par l’USR République des Savoirs, avec le soutien du Labex TransferS et de l’Institut d’études avancées de Paris

Présentation

On a souvent souligné l’importance de l’épistémologie bachelardienne dans les années 1960, en particulier via la diffusion qu’en a assurée Georges Canguilhem. De telles généralités masquent cependant et la pluralité des héritages bachelardiens et les résistances que les thèses épistémologiques de Bachelard ont d’emblée suscitées. C’est pourquoi ce colloque se propose d’étudier l’incidence de ces thèses, non pas en partant d’une référence à une hypothétique « épistémologie française », mais en s’attachant à distinguer les différents lieux où elles ont provoqué polémiques et controverses.


Programme

Mardi 16 avril

09.00 – 12.00   Matérialisme historique et héritages marxistes
Présidence : Sophie Roux

Le bachelardisme problématique de Louis Althusser
Simone Mazauric, Université de Lorraine

Critique de l’idéalisme empiriste : l’histoire bachelardienne des sciences dans l’épistémologie d’Althusser
Audrey Benoit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pause café

Can Rupture Be Thought? Historical and Epistemological Breaks in Althusser, Lardreau, and Rancière
Jussi Palmusaari, King’s College London

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 18.00   Épistémologie historique et histoire des sciences
Présidence : Frédéric Worms

La question de l’historicité des sciences chez les bachelardiens
Sophie Roux, École normale supérieure

Épistémologie historique et sociologie de la connaissance. Bachelard et l’émergence des SHS
Giuseppe Bianco, Universidade de São Paulo/EHESS

Pause café

The Bachelardian Anti-Bachelardism of Georges Canguilhem’s Histories of Scientific Concepts
Sam Talcott, University of the Sciences in Philadelphia

Analyser les pratiques sans coupure épistémologique : deux usages de la vérité chez Canguilhem et Foucault
Stéphane Zygart, Université de Lille

The legacy of Gaston Bachelard’s phenomenotechnique : un héritage invisible ?
Massimiliano Simons, KU Leuven & Matteo Vagelli, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mercredi 17 avril

09.00 – 12.00   Rupture et sociologie
Présidence : Simone Mazauric

Pierre Bourdieu avec Gaston Bachelard : de la « rupture épistémologique » à la pratique de la réflexivité
Marc Joly, CNRS/UVSQ

La double rupture
François de Singly, Université Paris Descartes

Pause café

Quelques complications associées à l’idée de « rupture épistémologique » : une relecture de la polarité « sociologie critique » / « sociologie de la critique »
Elsa Rambaud, Université de Nantes

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 15.00   Rupture et sociologie (suite)
Présidence : Simone Mazauric

L’(auto)critique du bachelardisme en sociologie par Jean-Claude Passeron
Lucie Fabry, École normale supérieure

La raison élastique : Passeron, les sciences de la culture et l’héritage bachelardien
Philippe Lacour, Universidade Federal de Brasilia

Pause café

15.30 – 18.00   La science et ses autres
Présidence : Lucie Fabry

Bachelard auteur de science-fiction ? Sciences et fictions de l’anti-bachelardisme dans les années 1980
Vincent Bontems, CEA/Mines ParisTech

« Il ne faut pas trop médire des images ». Imagination matérielle et fantastique transcendantale
Frédéric Fruteau de Laclos, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dialectique de la durée et temps logique : Bachelard avec Lacan
Elie During, Université Paris Nanterre

Dates: 16 avr 2019 09:00 – 17 avr 2019 18:00

Lieu :Institut d’études avancées de Paris
17 quai d’Anjou 
Hôtel de Lauzun 
75004 Paris

Émail du responsable : information@paris-iea.fr

The Philosophy of Ian Hacking

The MTA BTK Lendület Morals and Science Research Group cordially invites you to its upcoming conference on

The Philosophy of Ian Hacking

Date of the event: 29th-30th March, 2019.
Venue of the event: 1097 Budapest, 4. Toth Kalman st., 7th floor

Programme:

Friday, 29th of March

09.00-10.00: Janette Dinishak: “Autistic Autobiography” Ten Years Later

10.00-10.30: Krzysztof Tarkowski: Who Are You, Professor Hacking?

10.30-11.00: Loren King: Between Two Worlds: Reading Hobbes through Hacking

11.00-11.30: coffee break

11.30-12:30: Mark Risjord: Surrogative Inference and Entity Realism

12.30-13.00: Joao Ribeiro Mendes: The Influence of Gaston Bachelard’s Philosophy of Science on Ian Hacking’s Experimental Realism: An Assessment

13.00-14.30: lunch

14.30-15.00: Tina Wachter: Can Conventionalism Save the Identity of Indiscernibles?

15.00-15.30: Ozan Altinok: Ian Hacking: Limiting Language to Make Place for Reality

15.30-16.00: Charles Djordjevic: Doing ‘Meaning and Use’ Right: Hacking, History and the Legacy of the Later Wittgenstein

16:00-16:30: coffee break

16.30-17.00: Marius Markuckas: Ian Hacking’s Philosophy and the Self-Contradiction of Transhumanism

17.00-18.00: Thomas Uebel: Language, Truth, and Hacking

Saturday, 30th of March

09.00-10.00: Jonathan Tsou: Hacking on Looping Effects and Kinds of People: Instability and Stability in the Classification of Human Types

10.00-10.30: Georgina H. Mills: The Only Epistemic Looping Effect

10.30-11.00: Matteo Colombo & Regina Fabry: Predictive Processing and Delusion. On the Looping Dynamics of Personal and Sub-personal Explanation

11.00-11.30: coffee break

11.30-12.00: Vincenzo Politi: What If You Can’t Spray Them? On Entities, Realisms and Inferences

12.00-12.30: Catherine Green: Nomadic Concepts: Hacking’s Human Kinds and Social Science Concepts

12.30-13.30: lunch

13.30-14.30: Luca Sciortino: Why Styles of Reasoning Matter

14.30-15.00: Matteo Vagelli: Discursive Formations and Styles of Reasoning

15.00-15.30: Hanna Szabelska: Hacking’s Archaeology of Probability: Critical Remarks

15.30-16.00: coffee break

16.00-17.00: Axel Gelfert: The Primacy of Practice: Ian Hacking’s Philosophy of Mathematics

17.00-18.00: Paul Roth: Hacking’s Historiography

Cristina Chimisso (Open University) at SHE – Unimi

Prof. Cristina Chimisso (Open University London), currently Senior Visiting Fellow at the Department of Philosophy of the University of Milan, will deliver two lectures at the Seminar of Historical Epistemology.

The first one is scheduled for March 20 (2.30 p.m.) in Sala Paci, please find below the title and abstract. Everybody is welcome!

Historical Epistemology”

Abstract: Although the term ‘historical epistemology’ has been used to indicate more than one cluster of research projects, it was originally coined by Dominique Lecourt as a label for the French philosophical tradition associated with Gaston Bachelard and Georges Canguilhem. I shall discuss historical epistemology in this original sense. I shall argue that the philosophical significance of historical epistemology would be even greater if historians of philosophy, first, properly distinguished Bachelard’s and Canguilhem’s respective philosophies, and, second, considered often neglected historical epistemologists, including Léon Brunschvicg, EÉmile Meyerson, Hélène Metzger, Abel Rey and Lucien Lévy-Bruhl. I shall also argue that historical epistemology offers interesting historiographical models to the historically-minded historian of philosophy.

The second talk is scheduled for April 2 (10.30 a.m.) in Sala Paci, please find below the title and abstract. Everybody is welcome!

Normal: Georges Canguilhem on medicine and the individual

The boundary between what is considered normal and what is considered
pathological is not stable, and in some cases is highly controversial. Is there a right way of drawing this distinction? And who should decide whether a state is normal or pathological? The philosopher Georges Canguilhem (1904-1995) provided original answers to these questions. I shall discuss them, and argue that they can still play an important role in our current debates. At the same time, I shall indicate some of their limitations.

University of Milan, Dept. Of Philosophy, via Festa del Perdono 7, 20122 MilanoFurther information @ http://www.filosofia.unimi.it/guzzardi | luca.guzzardi@unimi.it

Further information @ http://www.filosofia.unimi.it/guzzardi | luca.guzzardi@unimi.it

Table ronde « Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes », jeudi 14/03, 17h à 19h30 à l’ENS

Dans le cadre des Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences (JHPS) de l’ENS, le CAPHÉS* a le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’édition des Œuvres complètes de Georges Canguilhem :

« Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes »

Jeudi 14 mars 2019 — École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, salle 236 (2e étage), 75005 Paris  17h à 19h 30

Suivi d’un apéritif convivial dans l’espace Curie (rez-de-chaussée)

Intervenants : Jean-François Braunstein, Camille Limoges, Claude Debru,
François Delaporte, Yves Schwartz et Xavier Roth.

Modérateur : Mathias Girel, directeur du CAPHÉS
Le Centre documentaire du CAPHÉS a le plaisir d’accueillir à l’ENS depuis plusieurs années l’équipe éditoriale qui s’est constituée autour de l’entreprise des Œuvres complètes de Georges Canguilhem. Après la publication de trois des six tomes, l’équipe du CAPHÉS souhaite réunir quelques anciens élèves de Georges Canguilhem et participants à l’entreprise éditoriale pour évoquer la question de la transmission : témoignages d’anciens élèves, travail des éditeurs de textes à partir des archives, ou comment les Œuvres complètes donnent à voir les « traces du métier » du professeur de philosophie qu’a tenu à être Georges Canguilhem.

Inscription : marie-laure.massot@ens.fr

Affiche et informations sur le site de l’ENS : https://www.ens.fr/agenda/georges-canguilhem-transmission-d-une-pensee/2019-03-14t163000

5èmes journées: La philosophie des sciences du vivant. Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique

 

Appel à Communications / Call for Papers

5èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique

 

La philosophie des sciences du vivant. 
Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique.

Paris, 16-17-18 mai 2019

 

École doctorale de Philosophie ED 280 
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques 
(UMR 8590, Paris 1/CNRS)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, 
Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne 
(UMR 8103, Paris 1)

 

[ENGLISH BELOW]

Depuis plusieurs années, les questions que la biologie et la médecine posent à la philosophie ont connu un net regain d’intérêt à l’échelle internationale. Les sciences biomédicales sont ainsi (re)devenues des objets d’investigation privilégiés au sein de traditions de recherche aussi différentes que l’épistémologie historique et la philosophie analytique. Si l’intérêt pour les vivants et la vie a toujours existé du côté de l’épistémologie historique, comme en témoignent par exemple les œuvres d’Auguste Comte ou de Georges Canguilhem, il est en revanche bien plus récent pour la philosophie d’orientation analytique. Dans un tel contexte, l’essor, depuis les années 1980, de la philosophie de la biologie n’en est que plus spectaculaire.

Un aspect particulièrement saillant de ces nouveaux travaux sur la biologie et la médecine est leur ambition d’intervenir le plus directement possible dans certaines dimensions des débats scientifiques contemporains. Comme si les développements de la science – et en particulier ceux de la biologie moléculaire et de la théorie de l’évolution – appelaient à questionner à nouveau certaines catégories traditionnelles comme celle d’organisme,d’individu, d’espèce, ou d’autres plus récentes, au premier rang desquelles les concepts de gène ou de cellule. La position épistémologique particulière de la biologie explique aussi qu’elle constitue un lieu privilégié pour toute réflexion sur la normativité et le statut des normes, leur définition entre nature et société. Il n’est dès lors pas surprenant que les avancées de la biologie soient autant de nouvelles questions adressées à la société sur les plans éthiques et politiques. 

L’impressionnant développement des techniques médicales et des biotechnologies n’en finit pas d’interroger des notions de sens commun comme celles de « vie », « santé »ou « maladie ». De leur côté, les progrès des neurosciences, en particulier dans la localisation cérébrale des fonctions mentales, posent à la philosophie le défi d’une réflexion sans cesse à reprendre sur le« moi » et l’identité personnelle. La clarification ces notions et des enjeux attenants intéresse au premier chef l’espace public de nos sociétés contemporaines.

Enfin, la réflexion philosophique rencontre aussi très directement le problème des conditions de possibilité d’une authentique science des vivants. Cette question a traversé une part importante de l’histoire de la philosophie, depuis Kant jusqu’à Rheinberger et Müller-Wille, en passant par Bergson et Canguilhem. L’ancienne alternative entre mécanisme et vitalisme demande aujourd’hui à être retravaillée, à la faveur notamment de perspectives plus organicistes étroitement liées pour certaines à l’essor de la biologie des systèmes ou biologie intégrative.

       Ce sont ces thématiques qui seront au cœur des cinquièmes Journées d’étude sur l’Epistémologie Historique. Comme les années précédentes, nous souhaitons que le sujet retenu soit l’occasion d’une rencontre entre des philosophes et historiens des sciences aux options méthodologiques variées. Nous désirons donc recevoir des propositions adoptant dans des proportions diverses une approche historique et/ou analytique appliquée à la clarification critique de certains des concepts les plus centraux des sciences biomédicales. Une nouvelle fois, une attention particulière sera donnée aux interventions qui proposent de discuter la distinction ainsi que les possibles rapports ou échanges entre épistémologie historique et tradition analytique, c’est-à-dire en l’occurrence entre « philosophie biologique » et « philosophie de la biologie ».

       Les propositions d’interventions (max 500mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir,avant le 11 février 2019 (date de réponse le 1 mars), en format word ou pdf àepistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des journées seront le français et l’anglais.

 

Call for papers

5th International Workshop on Historical Epistemology

 

The Philosophy of the Life Sciences.
Biology and Medicine Through the Prism of Historical Epistemology

Paris, 16-17-18 May 2019

 

For a few decades, the questions raised by biology and medicine have taken a central place in the philosophical reflection at the international scale. The bio-medical sciences have become (once again) a privileged object of study within different research traditions such as historical epistemology and analytic philosophy. If the interest for living beings and for life itself has always been part and parcel of historical epistemology, as is testified by the works of Auguste Comte or Georges Canguilhem, this interest is on the contrary a more recent interest for analytically-oriented philosophy. Against this background, the emergence, since the 1980s, of philosophy of biology is even more remarkable.  

A particularly relevant aspect of these new researches on biology and medicine is their ambition to intervene as directly as possible in the latest scientific debates. It is as if the development of science – and in particular that of molecular biology and of the theory of evolution – renewed the need to question traditional categories, such as that of “organism”, “individual” and “species”, or of more recent ones, more prominently those of “gene” and “cell”.

This particular position of biology is the reason why it is at the crossroad of manyareas of research concerning normativity and the status of norms (includingmeta-ethics), including debates over the respective roles of nature and social forces in defining these norms. It is thereby no surprise that the developments of biology continue to represent new ethical and political challenges for societies. The impressive development of medical and bio-medical technologies only furthers the questioning of everyday notions such as “life”, “health” or “illness”. Moreover, the advancement of neurological research on the brain, specifically for what concerns the cerebral localization of mental functions, continuously challenges the philosophical definitions of the self and of personal identity. The clarification of the conceptual content of these various notions is a primary concern for the public space of contemporary societies.

Finally, the identity of the bio-medical sciences is confronted directly with the problem of the possibility of an authentic science of the living. This question has crossed a good part of the history of philosophy, from Kant to Rheinberger and Müller, through Bergson and Canguilhem. The old alternative between mechanism and vitalism demands today to be reworked, especially under the light of the organic perspectives directly connected, according to some, to the emergence of systematic or integrative biology.

These are the themes that will be at the center of the 5th Workshop on historical epistemology. Like in the previous years, we would like the theme to be an occasion of encounter between philosophers and historians of science with different methodological approaches. In other terms, we would like to receive propositions adopting, in different proportions, historical and/or analytical approaches to the critical clarification of some of the most central concepts of the bio-medical sciences. Once again, particular attention will be given to those interventions proposing a discussion of the distinction as well as of the possible exchanges between historical epistemology and the analytical tradition, that is, in the case at stake, between a “philosophical biology” and a “philosophy of biology”.

Proposals(500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 11 February2019 (notification of acceptance or refusal by 1st March),in Word or .pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early careerresearchers will be privileged. The languages of the workshop will be Frenchand English.

 
Organizing committee

Matteo Vagelli, Ivan Moya Diez, Laurent Loison (coordinateurs) 
Caroline Angleraux, Marcos Camolezi, Victor Lefèvre, Gabriele Vissio.

 
Scientific committee

ChristianBonnet, Professeur, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCoParis 1
Hasok Chang, Professeur, Cambridge University
Cristina Chimisso, Professeur, Open University,UK
Arnold I. Davidson, Professeur, University of Chicago
Moritz Epple, Professeur, Université deFrancfort
Pierre Wagner,Professeur, IHPST Paris 1

 
 
#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }
 
 
 
 

Jeudis de l’Histoire et de la philosophie des sciences (JHPS)

responsables : Lucie FABRY, Mathias GIREL et Ange POTTIN

jeudi de 17h00 à 19h00 – salle Cavaillès

24/01 Ilana Löwy (CERMES-3, Inserm-CNRS-EHESS), Le pouvoir de
diagnostic

31/01 Raphaële Andrault (IHRIM, UMR5317 CNRS-ENS Lyon), Sang et santé
mentale. La dispute sur la transfusion sanguine au XVIIe siècle

07/02 Sabine Rommevaux (Laboratoire SPHERE, UMR7219), Le De sex
inconvenientibus, un exemple de traité de philosophie naturelle du
XIVe siècle.

14/02 Hervé le Guyader (Paris-Sorbonne), Le rôle capital joué par Sir
Joseph Banks (1743-1820) dans l’émergence de la pensée darwinienne

21/02 François Jarrige (UMR7366, Université de Bourgogne-IUF),
Techniques et pratiques invisibles à l’âge industriel (conflits,
pollutions et manèges au XIXe siècle)

28/02 Gildas Salmon (LIER-IMM, CNRS-EHESS), Genèse des sciences de la
normativité : orientalisme et empire colonial

14/03 Table ronde autour de l’édition des œuvres de Georges
Canguilhem (en présence de Camille Limoges). Séance co-organisée par le CAPHES.

21/03 Sezin Topçu (CEMS-IMM-EHESS), TBA

28/03 Andreas Mayer Centre Alexandre Koyré, CNRS-EHESS-MNHN), Comment écrire l’histoire des sciences du psychisme ?

04/04 Marie Gaille (INSHS, Laboratoire SPHERE, UMR7219), Régimes de
preuve en santé environnementale et démarche interdisciplinaire

11/04 Philippe Huneman (IHPST, CNRS-Paris 1), Les critiques actuelles
de la biologie évolutive : consensus empirique et divergences
conceptuelles

“Canguilhem et la biologie” n° spécial de la RHS

REVUE D’HISTOIRE DES SCIENCES (2/2018)

Canguilhem et la biologie

décembre 2018; EAN 9782200932022; Prix au numéro 45 €; Marque Armand Colin; Pagination 250 pages

Sommaire du numéro 

p. 145-154 “Canguilhem et la biologie Introduction : Biologie, philosophie de la biologie” Laurent LOISON

p. 155-177 “La biologie, la réflexivité et l’histoire : Réinscrire Canguilhem dans son milieu” Isabel GABEL

p. 179-204 “Canguilhem avec Goldstein : De la normativité de la vie à la normativité de la connaissance” Ivan MOYA-DIEZ

p. 205-241 “Georges Canguilhem et le « problème de l’évolution » dans Le Normal et le pathologique” Pierre-Olivier MÉTHOT

p. 243-270 “De la science des monstres : Canguilhem et la tératologie expérimentale d’Étienne Wolff” Matteo VAGELLI

p. 271-300 “Un enthousiasme paradoxal ? Georges Canguilhem et la biologie moléculaire (1966-1973)” Laurent LOISON

p.  311-317 “Hommage Jean Gayon (1949-2018)” Philippe HUNEMANN

p. 301-310 “Philosophie et biologie : La Connaissance de la vie et les enseignements de Canguilhem à la faculté des lettres de Strasbourg (1941-1948)” Claude DEBRU

Revue d’histoire des sciences

Lancement de livre sur Canguilhem / Colloque sur les Sciences Humaines

Nous sommes heureux de vous informer de la parution du livre de Tiago Almeida, Canguilhem et la genèse du possible. Étude sur l’historicisation des sciences [Canguilhem e a gênese do possível. Estudo sobre a historicização das ciências, São Paulo: Ed. Liber Ars, 2018, Coll. Épistémologie Historique]. 

Le lancement officiel aura lieu le 30 novembre à l’occasion du « 6ème colloque d’Histoire et de Philosophie de la Science: les Sciences Humaines ». Le programme du colloque est le suivant:

6ème colloque d’Histoire et de Philosophie de la Science: les Sciences Humaines

29 et 30 novembre – Faculté d’Histoire de l’Université Fedérale de Goiás

29 novembre

9h15 – Allocution d’ouverture du colloque:

Marlon Salomon (UFG)

9h30 Session 1

Mauro Lúcio Leitão Condé (UFMG): A gramática da história: a ciência da história em uma perspectiva wittgensteiniana

Francine Iegelski (UFF): Modernidade, presentismo e perspectivismo ameríndio: um exercício de epistemologia comparada das humanidades

12h – 14h: Pause déjeuner

14h30 – Session 2

José Ternes (PUC-GO): Foucault, os saberes do Homem

Tiago Santos Almeida (UFG): Biografia de um objeto científico, ou de como a história das ciências se tornou uma disciplina histórica

Larissa Alves de Lira (USP):Geografia da ciência e geo-história dos saberes

30 novembre

9h15 Session 3

Luiz Sérgio Duarte da Silva (UFG): Epistemologia das Ciências Humanas e o ensaio americano

Tomás Sansón Corbo (UDELAR – Uruguay): La institucionalización de las ciencias humanas en la Cuenca del Plata (Argentina, Brasil, Uruguay y Paraguay). Apuntes para un itinerario histórico.

Marcela Renée Becerra Batán (UNSL – Argetine): Entre Epistemología          Histórica y Ciencias Humanas. Desafíos de formación desde nuestra América

12h – 14h: Pause déjeuner

14h30 – Session 4

Thomas Hirsch (LabEx HASTEC/Archives Nationales – France): Temps social et progrès. Une enquête sur les sciences humaines en France (1900-1940)

Sérgio da Mata (UFOP): Entre história, cultura e natureza: limites e possibilidades da concepção de ciência de Max Weber

17h – Soirée de lancement des livres:

Canguilhem e a gênese do possível: estudo sobre a historicização das ciências, de Tiago Santos Almeida

Heterocronias – Estudos sobre a multiplicidade dos tempos históricos, de Marlon Salomon (org.). 

__________________

Comité scientifique / Comité organisateur

Marlon Salomon (UFG)

Tiago Santos Almeida (UFG)

Mauro Lúcio Leitão Condé (UFMG)

Fábio Ferreira de Almeida (UFG)