CFP – 6èmes Journées d’études sur l’EH – Paris 2020

THE WORKSHOP HAS BEEN POSTPONED TO A LATER DATE

THE CALL FOR PAPERS WILL REOPEN AS SOON AS NEW DATES WILL BE AVAILABLE 

Appel à Communications 

6èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique
Épistémologie historique et épistémologie de l’histoire

Paris, 4-5-6 juin 2020

 [ENGLISH BELOW]

 

Les journées d’études sont organisées par

Épistémologie Historique. Research Network on the History and the Methods of Historical Epistemology

avec le soutien de 

École doctorale de Philosophie – ED 280 (Paris 1)
IHPST (UMR 8590, Paris 1/CNRS)
PhiCO/ISJPS (UMR 8103, Paris 1)

République des Savoirs (USR 3608, ENS/ Collège de France/CNRS)
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales –
ED 540 (ENS) – EUR Translitteræ (PSL)

Maison d’Auguste Comte

 

L’étude des rapports que l’épistémologie historique entretient avec l’histoire révèle un paradoxe : d’un côté, la notion même d’épistémologie historique confère à l’histoire un rôle essentiel, en proposant de lier entre elles la réflexion philosophique sur les sciences et la prise en compte de leur historicité. Mais, d’un autre côté, force est de constater que l’épistémologie historique s’est très peu intéressée à la discipline historienne en tant que telle. Ainsi l’épistémologie historique n’a-t-elle pas développé, du moins à l’origine, une épistémologie de l’histoire.

On peut trouver l’origine de ce paradoxe dans les textes de Gaston Bachelard qui ont posé les jalons de l’historiographie propre à l’épistémologie historique. En affirmant que l’histoire des sciences ne pouvait être une histoire comme les autres, Bachelard y opposait point par point les exigences de l’historiographie traditionnelle — la rigueur descriptive et le souci d’éviter les anachronismes — et celles de l’histoire des sciences qu’il souhaitait promouvoir, qu’il présentait comme une histoire du progrès scientifique, résolument rétrospective et normative.

Dans la perspective de Bachelard, qui ne reconnaît d’autre forme d’historicité que celle de l’accès à la scientificité, on peut ainsi poser la question de savoir si la discipline historienne possède elle-même une histoire comparable à celle de la physique ou des mathématiques, ou si elle se rapproche davantage de l’anhistoricité du préscientifique. Les héritages pluriels de l’épistémologie bachelardienne que l’on a pu rassembler sous la notion d’épistémologie historique se sont caractérisés par différentes manières de répondre à cette question ou de la reformuler. Certains auteurs ont tenté d’appliquer les concepts et les méthodes de l’épistémologie historique à l’histoire elle-même. C’est le cas de Louis Althusser, qui présente l’émergence du matérialisme historique comme le dépassement d’une histoire idéologique et l’accès à une science de l’histoire. L’épistémologie historique s’intéresserait alors à l’histoire dans la mesure où celle-ci est capable d’accéder à une scientificité comparable à celle des sciences de la nature. Une tentative un peu différente de resserrer les liens entre l’épistémologie historique et l’histoire générale est proposée par L’Archéologie du savoir, qui s’inspire de l’épistémologie bachelardienne et de l’histoire des Annales pour élaborer un nouveau manifeste historiographique. Foucault nous inviterait alors à modifier les catégories initiales de l’épistémologie historique, pour poser la question plus générale du découpage des formations discursives, question qui s’appliquerait aussi bien à la science qu’aux autres phénomènes discursifs. Malgré ce précédent foucaldien, on peut se demander si les présupposés de l’historiographie bachelardienne ne font pas partie des facteurs qui pourraient expliquer la faible intensité des relations entre l’histoire des sciences et l’histoire des mentalités, que l’on a régulièrement déplorée.

Des auteurs comme Gilles-Gaston Granger, dont on connaît l’influence sur Paul Veyne, ont plutôt cherché à justifier le fait que l’épistémologie historique n’ait pas pris pour objet la discipline historienne, en avançant différents arguments pour montrer que l’histoire n’est pas une science. On pourra interroger, dans cette perspective, le statut qui est alors conféré à la démarche historienne, et se demander si le fait de refuser à l’histoire la scientificité ne vient pas, en retour, fragiliser subrepticement une épistémologie historique qui s’appuie sur l’histoire des sciences. On pourra finalement étudier des auteurs qui, tout en remettant en cause l’idée que l’histoire puisse être une science au même titre que les sciences de la nature, ont cependant refusé de la rapprocher de la connaissance commune : c’est ainsi le cas de Jean-Claude Passeron qui, tout en s’inspirant de l’épistémologie historique, revendique l’existence d’une différence radicale entre le régime de scientificité des sciences historiques et celles des sciences expérimentales, et montre que cette différence affecte les types de progrès et de discontinuités dont ces sciences sont susceptibles. On pourra ainsi se demander s’il n’est pas utile de revenir sur la distinction bachelardienne entre histoire des sciences et histoire générale en remarquant les différences entre les histoires des différentes disciplines scientifiques. La question, en effet, ne concerne pas seulement la discipline historienne en tant que telle, mais toutes les sciences qui se veulent “historiques” dans la mesure où elles portent sur des événements ayant eu lieu dans le passé et qui vont des diverses sciences humaines et sociales à la géologie ou à la biologie de l’évolution, pour ne citer que des exemples. Ces sciences sont-elles toutes historiques dans le même sens ? Dans quel sens et dans quelle mesure une discipline peut-elle se dire “historique” ? De quelle manière l’historicité d’une science est-elle liée à l’historicité de son objet et de ses méthodes ? 

Trois sont donc les axes que nous voudrions analyser à l’occasion de ces journées :

  • Axe 1 : Quelle est la spécificité de l’histoire des sciences par rapport à d’autres démarches historiennes ? 
  • Axe 2 : Vers une épistémologie historique de l’histoire ?
  • Axe 3 : La pluralité des rapports entre historicité et objets scientifiques dans les savoirs formels, sciences de la vie, sciences de la matière, sciences humaines et sociales.

Comme les années précédentes, nous souhaitons que le sujet retenu soit l’occasion d’une rencontre entre des philosophes et historiens des sciences aux options méthodologiques variées. Nous désirons donc recevoir des propositions adoptant dans des proportions diverses une approche historique et/ou analytique appliquée à la clarification critique de certains des concepts les plus centraux des sciences “sciences historiques” au sens large, allant de l’histoire historienne aux sciences sociales et aux sciences de la vie. 

Les propositions d’interventions (max 500 mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 15 mars 2020 (date de réponse le 1 avril), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des journées seront le français et l’anglais. 

 

Call for papers

6th International Workshop on Historical Epistemology
Historical Epistemology and Epistemology of History

Paris, 4-5-6 June 2020

 

The workshop is organized by

Épistémologie historique. Research Network on the History and the Methods of Historical Epistemology

With the support of

École doctorale de Philosophie – ED 280 (Paris 1)
IHPST (UMR 8590, Paris 1/CNRS)
PhiCO/ISJPS (UMR 8103, Paris 1)

République des Savoirs (USR 3608, ENS/ Collège de France/CNRS)
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales –
ED 540 (ENS) – EUR Translitteræ (PSL)

Maison d’Auguste Comte

 

Study of the relationship between historical epistemology and history immediately reveals a paradox: on the one hand, the very idea of historical epistemology assigns a central role to history, proposing to connect philosophical reflection on the sciences with acknowledgement of their historicity. Yet, on the other hand, one cannot fail to notice that historical epistemology as a field has concerned itself very little with the discipline of history as such. As a result, it has not yet developed an epistemology of history.

We can locate the origin of this paradox in the texts of Gaston Bachelard, which laid out the basic notions about history still characterizing historical epistemology. Recognizing the history of science as distinct from traditional history, Bachelard conceived history of science to oppose point-by-point the needs of traditional historiography – including its emphasis on rigorous description and concern for avoiding anachronism. The resulting history of scientific progress he presented was resolutely retrospective and normative.

Bachelard did not acknowledge any form of historicity other than the one made possible by overcoming the threshold of scientificity. He thus asked whether the discipline of history should be understood to have a history comparable to that of physics or mathematics or if it should be understood as closer to the ahistoricity of the pre-scientific. The plural heritages of Bachelardian epistemology that gathered around this question are characterized by their different ways of responding to or reformulating this question. Some authors have tried to apply the concepts and methods of historical epistemology to history itself. That is the case for Louis Althusser, who presents the emergence of historical materialism as the overcoming of an ideological notion of history and ascension of a science of history. Historical epistemology would therefore be interested in history to the extent that the latter is capable of accessing a level of scientificity comparable to that of the natural sciences. A somewhat different attempt to reinforce the links between historical epistemology and general history is put forward by Foucault’s Archaeology of Knowledge, which is inspired by Bachelard’s epistemology and by the history of the Annales and aims to elaborate a new historiographic manifesto. Foucault invites us to modify the initial categories of historical epistemology in order to ask a more general question about the emergence of discursive formations –a question which applies to the sciences as well as to other discursive phenomena. This Foucauldian precedent notwithstanding, one may ask whether the presuppositions underwriting Bachelardian historiography are not among the main factors explaining the weak relationship between the history of science and the history of mentality.

Authors like Gilles-Gaston Granger, whose influence on Paul Veyne is well known, have tried to justify the fact that historical epistemology has not taken the discipline of history as an object by putting forward different claims that history is not a science. Examining the status given to history in various arguments allows us to analyse the degree to which the move to deny history a form of scientificity marginalizes or renders precarious forms of historical epistemology that rely on the history of science. It also enables us to analyse the arguments of authors that, despite questioning whether history is a science in the same sense as the natural sciences, nonetheless refuse to consider it as closer to common knowledge: this is the case for Jean-Claude Passeron, who, while drawing on historical epistemology, sees a radical difference between the regime of scientificity of the historical sciences and that of the experimental sciences and argues that this difference affects the types of progress and of discontinuity these sciences instantiate. Exploring such arguments will make it possible for us to return to Bachelard’s distinction between the history of science and general history by remarking on differences between the histories of the different scientific disciplines. These questions are relevant not only for the discipline of history itself but also for other sciences that claim to be “historical” to the extent that they bear on events that have taken place in the past – from the human and social sciences to geology or the biology of evolution, just to mention some examples. Are all these sciences “historical” in the same sense? In what sense can a discipline consider itself “historical”? In what way is the historicity of a science linked to the historicity of its objects and its methods?

There are three axes we would like to analyse for this year’s workshop:

  • Axe 1: What is specific about the history of science in relation to other historical methodologies?
  • Axe 2:   What would it mean to move towards an historical epistemology of history?
  • Axe 3: How can we characterize and distinguish the historicity of scientific objects in formal knowledge, the life sciences, the sciences of matter, and the human and the social sciences?

As in previous years, we would like this theme to represent an occasion for encounter among philosophers and historians of science with different methodological approaches. In other terms, we would like to receive proposals adopting a range of historical and/or analytical approaches to critical clarification of the central concepts of the “historical sciences,” understood in the widest sense as spanning from history as such to the social and life sciences.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 15 March 2020 (notification of acceptance or refusal by 1 April) in Word or .pdf formats to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early career researchers will be prioritized. The languages of the workshop will be French and English.

 

Confirmed Keynotes

Sophie Roux (ENS)
Paul A. Roth (California)
Perrine Simon-Nahum (EHESS)

 

Comité d’organisation

Matteo Vagelli (coordinateur)
Ivan Moya Diez (coordinateur)
Caroline Angleraux
Marcos Camolezi
Lucie Fabry
Victor Lefèvre

Comité Scientifique

Christian Bonnet, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, PhiCo Paris 1
Hasok Chang, Cambridge University
Cristina Chimisso, Open University, UK
Arnold I. Davidson, Université de Chicago
Moritz Epple, Université de Francfort
Pierre Wagner, IHPST Paris 1

 

 

Deuxièmes Journées d’études Epistémologie Historique, Paris 2016 [AAC/CFP]

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS
Deuxièmes Journées d’études / 2nd Workshop

 

Epistémologie Historique: une histoire du présent

Historical Epistemology: a history of the present

 

19-20-21 mai 2016

Ecole doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne<
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne – UMR 8130<
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Equipe EXeCO

https://episthist.hypotheses.org

***

[ Français – English below ]

Le domaine de travail correspond à celui de l’épistémologie historique (EH), entendue au sens large, en tant que tradition et méthode en philosophie et histoire des sciences. A cette occasion, nous souhaitons approfondir l’un des traits qui nous semble parmi les plus marquants de ce domaine d’étude, à savoir, la tension constante qui y est établie entre passé et présent. Comme en témoignent plusieurs de ses auteurs, l’EH est en effet une enquête orientée vers le présent, ou écrite à partir de celui-ci. En ce sens, l’histoire normative (ou récurrente) des sciences, telle qu’elle est conceptualisée par Gaston Bachelard ou Georges Canguilhem, s’appuie sur une norme scientifique actuelle, alors que la démarche de Michel Foucault (qui introduit aussi un écart entre le présent et l’actualité) semble la plupart du temps la mettre en question ou en limiter la validité. De l’histoire normative des sciences, au projet d’une “histoire du présent” et d’une “ontologie historique de nous-mêmes”, expressions foucaldiennes, mais reprises aussi par Ian Hacking, s’ouvre l’espace d’une réflexion méthodologique et philosophique incontournable pour tout développement ultérieur de l’EH. La probabilité (Hacking 1975, 1990), la sexualité (Davidson 2001), l’objectivité (Daston-Galison 2007) et les systèmes expérimentaux en biologie moléculaire (Rheinberger 1997) sont des exemples de catégories scientifiques et de contraintes matérielles à partir desquelles se structure aujourd’hui  notre expérience du monde et de nous-mêmes. Les histoires que ces auteurs dressent de ces catégories et de ces contraintes illustrent le sens critique de l’analyse épistémologique dans la mesure où, d’un côté, elles pensent l’entrelacement entre normes éthiques et normes épistémiques, et, de l’autre, elles envisagent des modalités de pensée et d’action nouvelles. La discussion sur le rôle du présent et de l’actualité dans l’EH nous donnera donc la possibilité d’articuler les enjeux politiques et éthiques qui sont impliqués par ce type d’enquête.

En gardant une référence au cadre indiqué ci-dessus, les interventions devront proposer des articulations originales à partir de l’un des axes problématiques suivants:

  1. Le rôle des normes et des valeurs scientifiques dans l’historiographie: nous voudrions approfondir le rôle joué par le présent de la science dans une épistémologie de type historique: comment les différentes références à l’actualité se conjuguent-elles dans les différents domaines scientifiques ? A quel point la trajectoire (continue ou discontinue) d’un objet épistémique détermine-t-elle (ou est-elle déterminée par) le type de normativité en jeu dans une certaine discipline ? Dans quelle mesure les conditions d’application du principe de la récurrence relèvent-elles de la nature des normes d’une science? Une histoire récurrente des sciences humaines est-elle possible? Qu’est-ce qui confère à une histoire récurrente sa portée critique?  Ces différentes questions portent sur les différentes manières de rapporter le passé au présent et de comprendre les progrès et les transformations des sciences.
  2. Le pouvoir du concept: Les travaux inspirés par l’épistémologie historique ont dégagé plusieurs enjeux éthico-politiques, tout en refusant de tenir la norme scientifique pour un simple effet de pouvoir.. Une telle assimilation de la norme scientifique à un effet de pouvoir abolit le privilège normatif de la science présente sur son passé et fait ainsi l’économie du rapport du vrai au réel. Il s’agit de montrer en revanche que les progrès scientifiques ne peuvent pas être dissociés des problèmes sociaux et techniques concrets, c’est-à-dire de la capacité qu’a l’homme d’appréhender et de transformer la réalité. Nous attendons ici des interventions portant sur le rapport du concept aux techniques, l’analyse des techniques d’observation, de mesure et de normalisation médicale, le rapport entre la classification du vivant et les manières de façonner les gens, ou encore sur les différentes formes épistémologiques, archéologiques ou généalogiques que peut prendre l’analyse du rapport pouvoir-savoir.

Les propositions d’interventions (500 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 1er février 2016 (date de réponse le 22 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les propositions de doctorants et de jeunes chercheurs seront privilégiées et retenues en priorité. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais.

***

[ English ]

The working domain of this workshop corresponds to the domain of historical epistemology (HEP), broadly understood both as a “tradition” and as a method in philosophy and history of science. On this occasion we would like to investigate one of the most distinctive traits of HEP, that is, the permanent tension between past and present it instantiates. As testified by many of its practitioners, HEP is an inquiry which is present-oriented, or, alternatively, it is written using the present as a standpoint. In this sense, normative (or recurrent) history of science, as conceptualized by Gaston Bachelard or Georges Canguilhem, relies on a current scientific norm, whereas Michel Foucault’s approach, beside introducing a difference between present and actuality, seems to question or limit the validity of current scientific norms. From the normative history of science to the project of an “history of the present” and of an “historical ontology of ourselves”, Foucauldian expressions reprised also by Ian Hacking, a space is opened for a methodological and philosophical reflection which is unavoidable for every further development of HEP. Probability (Hacking 1975, 1990), sexuality (Davidson 2001), objectivity (Daston-Galison 2007) and the experimental systems of molecular biology (Rheinberger 1997) are some examples of the categories and material constraints out of which our experience of the world and of ourselves are being structured today. The histories that the aforementioned authors reconstruct of these categories and constraints illustrate the twofold critical import of an epistemological analysis: on the one hand, they articulate the intertwinement of ethical and epistemic norms while, on the other, they open up the space for new modalities of thought and action. The discussion of the role of the present and of actuality within HEP will thus give us the possibility to articulate the political and ethical stakes implied by this kind of inquiry.

With reference to this general framework, the proposals should constitute original articulations of either one of the following axes of problems:

  1. The role of scientific norms and values in historiography: We would like to further analyze the role played by the present of science in HEP: how do the references to actuality vary according to the different scientific domains? To what extent does the continuous or discontinuous trajectory of an epistemic object determine (or is determined by) the kind of normativity at stake in a certain discipline? To what extent do the conditions of applicability of the principle of recurrence draw on the nature of the norms of a certain science? Is a recurrent history of human science possible? What gives a recurrent history its critical import? These questions bear on the different ways of relating the past to the present and of understanding the progress and transformations of the sciences.
  2. The power of the concept: Works inspired by the approach of HEP have highlighted several ethical-political issues, while at the same time refusing to see the scientific norm as a simple effect of power. Such an assimilation of a scientific norm to an effect of power would abolish the normative privilege which a current science has on its past, thus neglecting the relation between truth and reality. What remains to be shown, however, is that scientific progress cannot be understood apart from concrete social and technical problems, that is, of man’s ability to comprehend and transform reality. We welcome contributions bearing on: the relation of a concept to its techniques; the analysis of techniques of observation, of measuring and of medical normalization; the relation between the classification of the living and the different manners of making up people; or the different epistemological, archaeological, and genealogical forms that an analysis of the relation power-knowledge can take.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 2016 February 1st (notification of acceptance or refusal by February 22nd), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and young researchers will be privileged. The languages of the workshop will be French and English.

***

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline : February 1st 2016

Réponse / Notification of acceptance: February 22th 2016

Remise de textes / Texts submission : May 6th 2016

Journées d’études / Workshop days : May 19-20-21st 2016

 

Comité scientifique / Scientific committee

Christian BONNET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jean-François BRAUNSTEIN,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Arnold I. DAVIDSON,  Université de Chicago.

Pierre WAGNER,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Le comité d’organisation / The Organizing committee

Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)

Tiago ALMEIDA, Audrey BENOIT, Nicola BERTOLDI,

Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG

Appel à contributions Journées d’études EH

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS
Journées d’études / Workshop

Epistémologie Historique: commencements et enjeux actuels

Historical Epistemology: beginnings and current issues

22-23 mai 2015
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Ecole Doctorale de Philosophie

[ Français ]

Nous invitons les doctorant(e)s et jeunes chercheur(e)s intéressé(e)s à soumettre des propositions de communication à l’occasion des journées d’études « Epistémologie historique: commencements et enjeux actuels », qui se tiendront à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 22-23 mai 2015.

L’épistémologie historique (EH) se situe aujourd’hui au cœur du débat renouvelé sur le “mariage entre philosophie et histoire des sciences” (HPS). Se situant au croisement de l’analyse conceptuelle et de l’histoire des pratiques, cette approche méthodologique de l’histoire des sciences se propose à la fois comme historique et philosophique. L’EH trouve ses racines en France dans la philosophie positive d’Auguste Comte et représente le déploiement d’un parcours complexe, celui du « style français en épistémologie », dont les principaux représentants sont G. Bachelard., G. Canguilhem et M. Foucault. Depuis les années 1990 on peut parler d’une renaissance de l’EH dans des domaines anglo-saxons, grâce aux travaux de I. Hacking, A. I. Davidson et L. Daston, entre autres. Le développement à l’étranger de l’EH dans sa phase contemporaine est parallèle à une sorte de vide paradoxal dans son lieu de naissance. La reconnexion de ce type d’épistémologie au cadre philosophique originel de son émergence représente l’occasion de rouvrir le débat en France.

Les présentes journées ont pour mission de regrouper des doctorant(e)s et des jeunes chercheur(e)s qui travaillent au sein du champ en constante expansion de l’EH. Cette première rencontre vise à la fois la création d’un espace de réflexion où exposer et partager des recherches, des méthodes et des difficultés rencontrées, et la formation d’un groupe de travail sur l’EH en vue d’activités futures.
Les interventions sont à proposer dans l’une de trois sections suivantes:

  1. Histoire de l’épistémologie historique: de la tradition française (Bachelard, Canguilhem et Foucault) et des reprises contemporaines.
  2. Débats méthodologiques en histoire et philosophie de la médecine, de la psychologie et de la psychiatrie. Ces disciplines ont représenté et représentent toujours des domaines particulièrement fertiles pour l’EH qui a visé une transformation des méthodes et des enjeux.
  3. Section à sujet libre. L’EH a été liée aux disciplines et aux thématiques les plus diverses, et de nouvelles directions sont en train de s’ouvrir aujourd’hui.

Les propositions d’interventions (400 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à faire parvenir, avant le 26 janvier (date de réponse le 16 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais. Un nombre limité d’aides financières couvrant la totalité ou une partie des frais de voyage des intervenants est disponible et peut être sollicitée.

[ English]

We hereby invite contributions by graduate students and young researchers for the two-day workshop “Historical epistemology: beginnings and current issues”, which will take place at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne on 22-23 may 2015.

Historical epistemology (HEP) can be placed within the renewed debate about the “marriage between the philosophy and the history of science” (HPS). Located at the crossroad of conceptual analysis and the history of practices, this methodological approach to the sciences combines historical and philosophical perspectives. HEP finds its roots in France with the positive philosophy of Auguste Comte and represents the deployment of the complex path of the so-called “French style in epistemology”, whose principal representatives are G. Bachelard, G. Canguilhem and M. Foucault. Since the 90s, it is possible to talk of a renaissance of HEP within Anglo-American domains, thanks to the works of I. Hacking, A. I. Davidson and L. Daston, among others. The international development of HEP in its contemporary phase is paralleled by a sort of paradoxical void in its birth place. The reconnection of this kind of epistemology to the original philosophical framework from which it emerged represents the occasion to reopen the debate in France.

The aim of the workshop will be to gather the graduate students and young researchers working within the constantly expanding field of HEP. This first meeting will allow the creation of a space of reflection wherein those involved can expose and share their research, methods and difficulties, as well as discuss the formation of a research group on HEP for future activities.

Proposals will be considered in the following areas:

  1. History of historical epistemology: of the French tradition (Bachelard, Canguilhem and Foucault) and its contemporary forms.
  2. Methodological debates over the history and the philosophy of medicine, psychology and psychiatry. These disciplines have represented and still represent particularly fertile domains for HEP, which has transformed their methods and issues.
  3. Open section. HEP has been linked to the most diverse disciplines and themes, and new directions are currently being opened.

Proposals (400 words and a brief presentation of the candidate) are to be forwarded before January 26th (with a reply by February 16th), as word or pdf files, to epistemologiehistorique@gmail.com. French and English are the two languages of the workshop. A limited number of financial aid covering the totality or a part of the travelling expenses of the participants is available and can be solicited.

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline : January 26th 2015
Réponse / Notification of acceptance: February 16th 2015
Journées d’études / Workshop days : May 22-23rd 2015

Comité scientifique / Scientific Committee

Jean-François BRAUNSTEIN, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Bernadette BENSAUDE-VINCENT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago
Frédéric FRUTEAU DE LACLOS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les organisateurs / The organizers,

Iván MOYA DIEZ et Matteo VAGELLI
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
EA3562 Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
epistemologiehistorique@gmail.com