Programme 5èmes journées d’études sur l’Epistémologie Historique

Programme

5èmes Journées d’études sur l’épistémologie historique

La philosophie des sciences du vivant

Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique

16-17-18 mai 2019

.

École doctorale de Philosophie (ED 280 – Paris 1)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne,
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne
(UMR 8103 CNRS – Paris 1)

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques
(UMR 8590 CNRS – Paris 1)

Avec le soutien de la Maison d’Auguste Comte

Formulaire d’inscription

L’ensemble des journées aura lieu dans la Salle 6 du Centre Panthéon, 12 Place du Panthéon, 75005, Paris (Aile Soufflot 2ème étage). Pour des raisons de sécurité l’inscription est obligatoire pour avoir accès au centres de l’université.


JEUDI 16 mai

9h Accueil

9h30 Accumulation and the Progress of Knowledge. Reflections on Natural History and Biology , Staffan Müller-Wille (Exeter)

10h30 Pause café

10h50 Revisiting the history of biology with nutrition: vital mechanisms and the ontology of life, Cecilia Bognon (Labex Who am I/IHPST)
11h30 Le principe de la sélection naturelle : une loi « organique » pour les sciences de la vie ? , Nicola Bertoldi (IHPST)

12h10 Pause déjeuner

14h10 Dreaming of a universal biology, Massimiliano Simons (Leuven)
14h50 La biologie relationnelle : ni vitalisme, ni mécanisme, Modera Astrid (Namur)

15h30 Pause café

15h50 The underestimated influence of Spinoza’s philosophy on Johannes Peter Müller’s sensory physiology, Buyse Filip (CSMBR, Pisa)
16h30 La criminologie biologique du point de vue du discours scientifique de la police judiciaire, Allemagne, 1928-1944, Laurens Schlicht (Humboldt)
17h10 Du mode d’existence des bio-objets : comment les bio-banques défient l’épistémologie, Emanuele Clarizio (ISJPS)


VENDREDI 17 mai

9h30 Les commencements de la philosophie de la technique : vers une approche biologique de l’activité fabricatrice, Marcos Camolezi (Paris 1)

10h10 Pause café

10h30 A life among necrological folds: A vitapolitics for education, Pietra Mikulan & Taylor Webb (Vancouver)
11h10 Gouvernement du vivant et gouvernement des vivants. Une critique du concept cybernétique de régulation (sociale), Marco Ferrari (Padoue)

12h00 Pause déjeuner

14h10 L’axiologie dans les sciences de la vie : une confrontation entre la pensée de Canguilhem et le débat contemporain en philosophie de la biologie, Silvia De Cesare (Leipzig)
14h50 La philosophie biologique de Canguilhem en question : pour une nouvelle alliance entre la technique et la vie, Fiorenza Lupi (Sapienza)

15h30 Pause café

15h50 The normativity of life: Canguilhem and Hegel, Pierpaolo Cesaroni (Padoue) & Luca Corti (Porto)
16h30 Schelling et Canguilhem lecteurs de John Brown (1735-1788) – quelle analogie entre leurs vitalismes ? , Gregorio Demarchi (Zürich)


SAMEDI 18 mai

9h30 L’équivocité du sexe à travers les règnes, Thierry Hoquet (Nanterre)

10h30 Pause café

10h50 Quelle scientificité pour la santé comme normativité ? , Stéphane Zygart (Lille)
11h30 Faire de la santé un objet de science : les échecs répétés d’un projet médical à l’aune de la philosophie canguilhémienne, Delphine Olivier (Paris 1)

12h10 Clôture des journées

Comité scientifique

Christian Bonnet, Professeur, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCo Paris 1
Hasok Chang, Professeur, Cambridge University
Cristina Chimisso, Professeur, Open University
Arnold I. Davidson, Professeur, University of Chicago
Moritz Epple, Professeur, Université de Francfort
Pierre Wagner, Professeur, IHPST Paris 1

Comité d’organisation

Laurent LOISON, Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Caroline ANGLERAUX, Marcos CAMOLEZI, Victor LEFEVRE, Gabriele VISSIO

Infrangere le norme. Vita, scienza e tecnica nel pensiero di Georges Canguilhem (Mimesis 2019)

Il volume raccoglie otto saggi dedicati al pensiero di Georges Canguilhem (1904- 1995), medico, filosofo e storico delle scienze biologiche, la cui influenza ha segnato gran parte della filosofia francese contemporanea, annoverando allievi come Foucault, Simondon, Deleuze e Bourdieu. Il libro introduce le principali linee di ricerca di un pensatore che può fornire coordinate concettuali valide per far fronte agli interrogativi del presente: dalla relazione tra sapere e storia al rapporto tra verità, postverità e ideologia, dalla domanda sullo statuto della tecnica fino al suo ruolo nella ricerca scientifica. La raccolta si propone, dunque, come occasione di riflessione attorno a una figura difficilmente inscrivibile nelle attuali suddivisioni disciplinari, cercando di restituire la complessità e la trasversalità delle questioni implicate nei suoi studi.

Fiorenza Lupi (1989) ha conseguito il titolo di Dottore di ricerca in Filosofia presso La Sapienza, Università di Roma. I suoi studi si concentrano sul concetto di creatività tecnica nella riflessione di Georges Canguilhem e sulla relazione di quest’ultima con l’estetica kantiana. Da novembre 2018 è a Parigi per svolgere attività di perfezionamento della propria ricerca dottorale. È membro di Épistémologie Historique: Research Network on the Tradition and Methods of Historical Epistemology, dell’Università “Paris 1 Panthéon-Sorbonne”. I suoi principali ambiti di interesse concernono la filosofia della tecnica, la biopolitica, l’estetica, la filosofia della biologia e l’epistemologia della medicina. 

Stefano Pilotto (1985) è Dottore di ricerca in Filosofia della scienza presso La Sapienza, Università di Roma. Si è laureato in Filosofia nel medesimo ateneo e ha conseguito la specializzazione in Scienze della cultura presso la Scuola Internazionale di Alti Studi di Modena (FSC). Le sue aree di ricerca riguardano la storia e l’epistemologia della scienza e della tecnica, la filosofia della biologia e l’antropologia, con particolare attenzione alle questioni inerenti l’evoluzione umana e le retroazioni reciproche tra dimensione biologica e culturale. Dal 2017 è membro di Épistémologie Historique: Research Network on the Tradition and Methods of Historical Epistemology.

François Dagognet. Philosophe, épistémologue

François Dagognet (1924-2015) nous a laissé une œuvre immense et foisonnante : près de soixante-dix ouvrages, sur les thèmes les plus divers, de l’épistémologie à l’art contemporain, de la politique au droit, de l’argent à la morale, de la peau au trouble, sans oublier le paysage, ou l’agronomie, les déchets ou les musées, parmi bien d’autres sujets. Sa curiosité universelle et inassouvie égalait, voire dépassait, celle de son maître Bachelard.

Montrer comment Dagognet a illustré l’épistémologie « à la française », et l’a radicalement transformée en la faisant sortir de ses cadres traditionnels, tel est l’enjeu de ce recueil, issu d’un colloque en hommage à François Dagognet qui s’est tenu à l’Institut d’histoire et philosophie des sciences et des techniques de Paris 1, qu’il a un temps dirigé.

Vingt-quatre auteurs, français et étrangers, de diverses générations et spécialités, font découvrir et discutent les positions de ce philosophe infatigable sur un large éventail de champs scientifiques et techniques : philosophie des sciences, biologie, médecine, neurologie, pharmacie, sciences de la terre, chimie, écologie, théorie des formes, informatique, art, droit et philosophie sociale.

Sous la direction de Bernadette Bensaude-VincentJean-François BraunsteinJean Gayon (1949-2018), professeurs de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Avec des contributions de Christian Bange, Bernadette Bensaude-Vincent, Jean-François Braunstein, Georges Chapouthier, Gérard Chazal, Cristina Chimisso, Jean-Marc Drouin, Sébastien Dutreuil, Anne Fagot-Largeault, Jean Gayon, Xavier Guchet, Jeanne Guien, Quentin Hardy, Cyrille Harpet, Evan Hepler-Smith, Pierre de Jouvancourt, Laurent Loison, Kieran Lyons, Daniel Parocchia, Annie Petit, Philippe Petit, Emmanuel Picavet, Bertrand Saint-Sernin, Jonathan Simon, Dominique Thouvenin.

Ernst Cassirer and Historical Epistemology

Public Lecture by Hans-Jörg Rheinberger (Max Planck Institute for the History of Science, Berlin)

Date

21 May 2019, 3.00 pm – 5 pm

Venue

Kardinaal Mercierzaal, Institute of Philosophy (HIW), KU Leuven, Kardinaal Mercierplein 2, Leuven

Abstract

In his Hamburg years and later in his exile in Sweden, Ernst Cassirer (1874-1945) developed from a Neo-Kantian toward a position that can be characterized as historical epistemology. I would like to highlight a few characteristics of this transit, and compare them to the position that his ten years younger contemporary Gaston Bachelard (1884-1962) developed at the same time in France, and who is usually credited as the founder of historical epistemology. To develop my points, I will mainly have recourse to the fourth volume of Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit: Von Hegels Tod bis zur Gegenwart (1832-1932) as well as his Zur Logik der Kulturwissenschaften. Fünf Studien.

Prof. Rheinberger will also give a doctoral seminar on ‘New Developments in Historical Epistemology’ on 21 May, 11.00am – 13.00pm (in the Raadzaal, same address).

If you are interested, or are in need of more information, please contact massimiliano.simons@kuleuven.be

Bachelardismes et anti-bachelardismes en France. Controverses épistémologiques des années 1960

Colloque organisé par l’USR République des Savoirs, avec le soutien du Labex TransferS et de l’Institut d’études avancées de Paris

Présentation

On a souvent souligné l’importance de l’épistémologie bachelardienne dans les années 1960, en particulier via la diffusion qu’en a assurée Georges Canguilhem. De telles généralités masquent cependant et la pluralité des héritages bachelardiens et les résistances que les thèses épistémologiques de Bachelard ont d’emblée suscitées. C’est pourquoi ce colloque se propose d’étudier l’incidence de ces thèses, non pas en partant d’une référence à une hypothétique « épistémologie française », mais en s’attachant à distinguer les différents lieux où elles ont provoqué polémiques et controverses.


Programme

Mardi 16 avril

09.00 – 12.00   Matérialisme historique et héritages marxistes
Présidence : Sophie Roux

Le bachelardisme problématique de Louis Althusser
Simone Mazauric, Université de Lorraine

Critique de l’idéalisme empiriste : l’histoire bachelardienne des sciences dans l’épistémologie d’Althusser
Audrey Benoit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pause café

Can Rupture Be Thought? Historical and Epistemological Breaks in Althusser, Lardreau, and Rancière
Jussi Palmusaari, King’s College London

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 18.00   Épistémologie historique et histoire des sciences
Présidence : Frédéric Worms

La question de l’historicité des sciences chez les bachelardiens
Sophie Roux, École normale supérieure

Épistémologie historique et sociologie de la connaissance. Bachelard et l’émergence des SHS
Giuseppe Bianco, Universidade de São Paulo/EHESS

Pause café

The Bachelardian Anti-Bachelardism of Georges Canguilhem’s Histories of Scientific Concepts
Sam Talcott, University of the Sciences in Philadelphia

Analyser les pratiques sans coupure épistémologique : deux usages de la vérité chez Canguilhem et Foucault
Stéphane Zygart, Université de Lille

The legacy of Gaston Bachelard’s phenomenotechnique : un héritage invisible ?
Massimiliano Simons, KU Leuven & Matteo Vagelli, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mercredi 17 avril

09.00 – 12.00   Rupture et sociologie
Présidence : Simone Mazauric

Pierre Bourdieu avec Gaston Bachelard : de la « rupture épistémologique » à la pratique de la réflexivité
Marc Joly, CNRS/UVSQ

La double rupture
François de Singly, Université Paris Descartes

Pause café

Quelques complications associées à l’idée de « rupture épistémologique » : une relecture de la polarité « sociologie critique » / « sociologie de la critique »
Elsa Rambaud, Université de Nantes

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 15.00   Rupture et sociologie (suite)
Présidence : Simone Mazauric

L’(auto)critique du bachelardisme en sociologie par Jean-Claude Passeron
Lucie Fabry, École normale supérieure

La raison élastique : Passeron, les sciences de la culture et l’héritage bachelardien
Philippe Lacour, Universidade Federal de Brasilia

Pause café

15.30 – 18.00   La science et ses autres
Présidence : Lucie Fabry

Bachelard auteur de science-fiction ? Sciences et fictions de l’anti-bachelardisme dans les années 1980
Vincent Bontems, CEA/Mines ParisTech

« Il ne faut pas trop médire des images ». Imagination matérielle et fantastique transcendantale
Frédéric Fruteau de Laclos, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dialectique de la durée et temps logique : Bachelard avec Lacan
Elie During, Université Paris Nanterre

Dates: 16 avr 2019 09:00 – 17 avr 2019 18:00

Lieu :Institut d’études avancées de Paris
17 quai d’Anjou 
Hôtel de Lauzun 
75004 Paris

Émail du responsable : information@paris-iea.fr