Troisièmes Journées d’études Epistémologie Historique, Paris 2017 [AAC/CFP]

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

3èmes journées d’études sur l’Épistémologie Historique

3rd Workshop on Historical Epistemology

Pour une épistémologie historique des transformations techniques  

For an Historical Epistemology of Technical Transformations  

18-19-20 mai 2017

Ecole doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne – UMR 8130

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Equipe EXeCO

CONFIRMED KEYNOTES

Vincent BONTEMS (Larsim CEA); Moritz EPPLE (Frankfurt);

Luca PALTRINIERI (Rennes); David WEBB (Staffordshire)

***

[English below]

Ces troisièmes journées d’études seront consacrées à la place des techniques dans les études d’épistémologie historique. Il s’agira d’explorer cette thématique d’un point de vue méthodologique et d’approfondir différents cas d’étude de transformations techniques et technologiques.

La question des techniques est de première importance pour l’épistémologie historique, entendue au sens large: bien qu’elle soit souvent présentée comme une histoire purement conceptuelle, l’étude de techniques y a occupé une place centrale dans l’enquête sur le déroulement concret des pratiques scientifiques. Le rapport entre sciences et techniques a été ainsi largement problématisé, en insistant souvent sur la primauté du moment technique par rapport à la systématisation théorique.

A cet égard, ces journées permettront de discuter des recherches en cours sur différentes transformations techniques et technologiques dans les domaines les plus variées: sciences médicales et biologiques, sociales, physiques ou tout autre champ disciplinaire où les chercheurs se sont servis de la “boîte à outils” de l’épistémologie historique. Nous attendons donc un ensemble de contributions caractérisées par des approches différentes, capables d’aborder le sujet proposé dans sa généralité, notamment selon les axes définis dans les deux sections suivantes:

  1. Les épistémologues historiques face aux techniques  L’épistémologie française a repensé les techniques avec une certaine précocité par rapport à la philosophie des sciences anglo-saxonne, qui, jusqu’aux années 1980, est restée liée au programme post-positiviste de la priorité de la théorie sur l’observation et l’expérimentation. Bachelard, Koyré, Canguilhem, Foucault, dans leurs analyses de la connaissance scientifique, ont assignée des rôles spécifiques aux techniques. C’est Hacking qui, dans la phase contemporaine et anglophone de l’épistémologie historique, a contribué à rétablir la centralité du “style du laboratoire” et des manières d’intervenir dans le monde par rapport aux manières de le concevoir. Dans son sillage, d’autres auteurs, comme L. Daston, P. Galison et H.-J. Rheinberger ont accordé une grande attention à l’histoire matérielle et au rôle que les instruments et les appareils jouent dans la production du savoir scientifique. Qu’a changé la prise en compte des techniques? Comment cette prise en compte a-t-elle elle-même pu évoluer au fil des temps?
  2. Histoire des techniques, histoire des concepts Au niveau méthodologique, nous souhaiterions également recevoir des contributions traitant des conceptions du rapport entre techniques et théorie dans l’histoire des sciences et, plus généralement, sur le rôle des techniques dans le processus de développement scientifique. De ce point de vue, une attention particulière sera donné aux interventions qui proposent de discuter l’originalité de l’épistémologie historique vis-à-vis d’autres approches méthodologiques d’étude des sciences, notamment les nombreuses études sociales des sciences et des technologies (STS), mais aussi par rapport à d’autres traditions de pensée philosophiques qui ont traité la même question, comme la phénoménologie (Husserl, Merleau-Ponty), l’anthropologie philosophique (Gehlen, Marquard), l’herméneutique (Nancy), la philosophie sociale (Ellul), etc.

Les propositions d’interventions (500 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 3 février 2017 (date de réponse le 27 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais.

[English]

The 3rd Edition of this Workshop is dedicated to the role of techniques within the field of Historical Epistemology (HEP). This topic will be developed from a methodological point of view and different case studies involving technical and technological transformations will be taken into account.

The problem of techniques is a crucial matter for HEP, broadly understood: although it is chiefly understood as a conceptual history, HEP has systematically drawn from the study of techniques for inquiring about the concrete development of scientific practices. Moreover, the connection between sciences and techniques has been widely discussed by many, if not all, of the practitioners of HEP, often with the result of highlighting the primacy of the technical, experimental and productive moments over the theoretical and speculative ones.

With this in mind, the workshop will involve discussion of on-going researches about different technical and technological transformations in many different fields: the medical and the social sciences, biology, physics and other disciplines in which the researchers have borrowed from HEP’s toolbox. We expect contributions from different approaches in order to address the proposed topic in its generality, in particular according to the two following axes:

  1. Historical epistemologists facing techniques Compared to Anglo-Saxon philosophy of science, which, until the 1980s, had maintained a strong link to a post-positivist programme granting primacy to theories over observation and experimentation, French epistemology reassessed the role of techniques with a certain precocity. In their analyses of scientific knowledge, Bachelard, Koyré, Canguilhem and Foucault assigned to techniques a particular role. In the contemporary moment of HEP it is I. Hacking who has decisively contributed to reestablish the centrality of the “laboratory style” and of the ways to intervene in the world with respect to the ways to conceive it. In his wake, other authors, like L. Daston, P. Galison and H.-J. Rheinberger have given full attention to the material history and to the role instruments and apparatuses play in the production of scientific knowledge. What did the taking into account of techniques change? How did this consideration itself evolve over time?
  2. History of techniques, history of concepts On the methodological level, we welcome proposals dealing with the relationship between techniques and theories within the history of science and, more generally, on the role techniques have in the processes of scientific development. Under this light, particular attention will be given to those interventions which will envisage to discuss the originality of HEP with respect to other epistemological approaches within science studies, i.e. the science, technology and society studies (STS), but also the relation to other philosophical traditions which have dealt with the same questions, such as phenomenology (Husserl, Merleau-Ponty), anthropology (Gehlen, Marquard), hermeneutics (Nancy), social philosophy (Ellul), etc.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by February 3rd, 2017 (notification of acceptance or refusal by February 27th), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. The languages of the workshop will be French and English.

 

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline: February 3rd 2017

Réponse / Notification of acceptance: February 27th 2017

Remise de textes / Text submission: May 6th 2017

Journées d’études / Workshop days: May 18-19-20 2017

Comité scientifique / Scientific committee

Christian BONNET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Jean-François BRAUNSTEIN,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago.
Pierre WAGNER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Comité d’organisation / Organizing committee

Ivan MOYA DIEZ, Laurent LOISON, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG, Gabriele VISSIO

AAC Symposia “Canguilhem et la biologie”, Congrès SFHST 2017

Appel à contributions pour le Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques.  Strasbourg, 19, 20 et 21 avril 2017.

Symposia n°4: “Canguilhem et la biologie”

organisé par Laurent Loison, Matteo Vagelli et Ivan Moya Diez

La réflexion philosophique de Canguilhem sur le vivant n’a pas seulement été nourrie par ses compétences en médecine : à côté du corpus des connaissances médicales, Canguilhem a mobilisé à de multiples reprises et dans des perspectives très diverses les savoirs proprement biologiques. Cette dimension encore peu explorée de l’œuvre canguilhémienne est l’objet de la présente session.

Cette thématique générale pourra être abordée selon des angles différents, dont nous donnons ici quelques exemples, étant entendu que la liste proposée n’est ni exhaustive ni limitative :

Quelle biologie ? La biologie est un domaine scientifique très vaste, regroupant de nombreuses disciplines comme la zoologie, la physiologie, la tératologie, la génétique, la biologie moléculaire, la théorie de l’évolution, etc. Or, il est évident que Canguilhem n’a pas puisé identiquement dans ces différents champs disciplinaires. On pourra alors cartographier ses domaines d’investigation privilégiés et observer dans quelle mesure cela permet de révéler certaines spécificités de la philosophie vitale canguilhémienne. Ainsi, Canguilhem semble avoir toujours montré une sympathie particulière pour la physiologie de langue allemande, avec laquelle il partage une grande proximité intellectuelle dès le début de la rédaction de sa thèse de médecine Le normal et le pathologique (1943). Cet intérêt, s’il était réel, était-il simplement de circonstance (du fait par exemple de la nomination de Canguilhem à l’Université de Strasbourg en 1941) ou bien renvoie-t-il à une orientation profonde de son projet philosophique ?

Quel moment de la biologie ?  A nouveau, il apparaît que l’intérêt de Canguilhem n’a pas été constant en fonction des moments de l’histoire des sciences ni en fonction des étapes de son propre cheminement intellectuel. Cette question est d’autant plus sensible que (i) Canguilhem a connu une longue carrière universitaire durant laquelle la biologie a subi de profondes transformations, (ii) Bachelard mettait au premier plan le principe selon lequel l’épistémologue se devait d’entretenir une étroite relation avec l’actualité du savoir scientifique. On pourra par exemple questionner la fidélité de Canguilhem envers ce dernier principe qui semble pourtant
consubstantiel du projet de l’épistémologie historique. En particulier, la position de Canguilhem vis-à-vis de la biologie moléculaire naissante pourra offrir un matériau pertinent pour situer le dialogue qu’il entendait nouer avec la science actuelle.

La question des sources.  Canguilhem, à la différence de Foucault par exemple, n’a pas montré le même goût pour les archives ni même pour les sources primaires. A de nombreuses occasions, il fonde ses travaux philosophiques sur des études historiques déjà existantes, comme par exemple lorsqu’il emprunte à son collègue et ami Marc Klein l’essentiel du matériau historiographique qu’il mobilisera dans son texte sur la théorie cellulaire (1946). Faut-il voir là un aspect caractéristique de sa démarche ? En particulier, peut-on éclairer cette possible procédure méthodologique par sa volonté non pas de faire émerger d’hypothétiques précurseurs oubliés mais tout au contraire de rectifier le sens (philosophique) d’histoire dont les jalons principaux ne sont pas intrinsèquement problématiques ?

Les propositions de communication doivent être soumises directement sur la plataforme du congrès: https://sfhst.hypotheses.org/congres-2017

Dates à retenir :

– Dépôt des abstracts des communications dans le cadre d’un symposium et hors-symposium  : du 4 novembre 2016 au 5 janvier 2017
– Annonce des communications retenues: 1er février 2017
– Ouverture des inscriptions : 5 février 2017 (fermeture le 20 mars 2017)

Bachelard Today – Bachelard Aujourd’hui

CfP: Bachelard Today/Bachelard Aujourd’hui

Gaston Bachelard and Contemporary Philosophy

24 & 25 avril 2017 – KU Leuven (BE) 

VERSION FRANÇAISE (version anglaise ci-dessous)

Conférenciers principaux

Cristina Chimisso (The Open University)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Portée et objectifs de la conférence

On peut dire de Gaston Bachelard (1884-1962) qu’il est l’un des philosophes français les plus marquants de la première moitié du 20ème siècle. Au cours de cette période, et jusque dans les années 1960 et 1970, son œuvre est beaucoup lue, et on retrouve l’influence de sa pensée dans les travaux de nombreux auteurs, de Canguilhem, Simondon, Barthes et Foucault à Althusser et Bourdieu. Cependant, son œuvre théorique semble être à présent tombée dans l’oubli. En dépit de l’influence considérable qu’elle a pu exercer, elle est à présent rarement étudiée en dehors de cercles restreints de spécialistes de l’épistémologie historique française. Cette conférence se donne pour objectif d’analyser les raisons de ce désintérêt et de voir si – et comment- les travaux de Bachelard sont encore d’actualité. Nous proposons pour ce faire deux pistes de réflexion.

La première se place sur le terrain de la philosophie française contemporaine, au sein de laquelle les travaux de Bachelard ont fait l’objet de rudes critiques. Bien que des auteurs tels que Serres, Dagognet, Latour ou Stengers l’étudient encore et fassent même appel à certains de ses concepts, ils n’en jettent pas moins un regard critique sur son œuvre. Ce sont en particulier son rationalisme, parfois très prononcé, et la distinction essentialiste qu’il établit entre connaissance et imagination – entre science et poésie- qui lui valent des attaques violentes.

Un second aspect, celui de la réception de la pensée de Bachelard à l’international, sera développé au cours de la conférence. En effet, son œuvre est encore plus délaissée par les philosophes contemporains de langue anglaise que par ceux de langue française. La plupart des œuvres de Bachelard n’ont pas été traduites, celles qui l’ont été ne font pas l’objet d’un véritable intérêt, et la pensée de Bachelard se trouve bien souvent réduite à un seul ouvrage, sa Poétique de l’espace.

Cette conférence se propose de réexaminer l’héritage théorique de Bachelard. Sans contester la légitimité des critiques émises à son encontre par les philosophes français contemporains, nous souhaitons revenir sur son œuvre théorique, dans toute sa diversité et sous toutes ses facettes, afin de voir (1) quels éléments de cet héritage théorique résistent aux critiques contemporaines et (2) dans quelle mesure la lecture de l’œuvre de Bachelard est nécessaire pour saisir les questions soulevées par les philosophes français aujourd’hui. Nous espérons ainsi montrer en quels termes la pensée de Bachelard reste pertinente et en quoi elle est incontournable si l’on veut comprendre la philosophie française contemporaine.

Les sujets d’intérêt incluent, mais ne sont pas limités à:

  • L’idée d’un rationalisme ouvert, ou ‘surrationalisme’, dans l’œuvre de Bachelard, son rôle dans la philosophie française, et son potentiel dans le vieux débat autour de l’importance du rationalisme.
  • La description que fait Bachelard de la fonction de l’imagination en science et en littérature, et son possible lien avec le récent “tournant spéculatif” en philosophie.
  • La conceptualisation de la matière par Bachelard, et son potentiel par rapport au concept de nouveau matérialisme.
  • La postérité de la notion de phénoménotechnique, qui conceptualise le rôle des instruments et de la construction dans la formation du savoir, et la place qu’occupe cette notion au sein des discussions contemporaines dans les science studieset la technoscience.
  • La pensée politique, éthique et pédagogique de Bachelard, et sa pertinence actuelle dans la philosophie politique ou l’éthique.
  • Les relations entre Bachelard et ses contemporains (Bergson, Canguilhem,…), et comment ses relations permettent de repenser leurs œuvres respectives.
  • La conceptualisation de la ‘rythmanalyse’par Bachelard, et la possibilité de voir renaître ce type d’analyse.

La conférence accepte des propositions pour les présentations en anglais et en français. Nous invitons les contributions sous les formes suivantes:
• Les contributions individuelles (30 minutes)
• Panneaux (90 minutes)
Les résumés de 250 mots pour des présentations individuelles et 1.000 mots pour les panneaux, devraient être soumis à Bachelard@kuleuven.be par 31 janvier 2017. Les décisions d’acceptation seront communiqués le 15 Février 2017. Veuillez s’il vous plaît adresser vos questions concernant cette conférence à cette adresse courriel.

Pour plus d’informations s’il vous plaît visitez notre website

ENGLISH VERSION:

Confirmed Keynote speakers

Cristina Chimisso (The open university)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Aims and scope of the conference:

Gaston Bachelard (1884-1962) must be considered as one of the most prominent philosophers of French philosophy of the first half of the 20th century. Especially during the 1960s and 70s, Bachelard’s work was widely read and his ideas influenced a wide array of authors including Canguilhem, Simondon, Barthes, Foucault and Bourdieu. Moreover, his quarrels with Bergson and phenomenology have outlined the stakes of a philosophical discussion that continues today. More recently, however, Bachelard’s theoretical oeuvre seems to have left the philosophical agora. Today, his work is rarely discussed outside the specialist circles of French historical epistemology. This conference aims to critically examine this neglect of Bachelard’s work and explore in what way it can still be relevant today.

The first angle emphasizes contemporary French-speaking philosophy, where Bachelard’s work is confronted with severe criticisms. Although authors like Serres, Latour or Stengers, borrow and discuss Bachelardian concepts like ‘the new scientific spirit’ and ‘phenomenotechnics’, this interest in Bachelard is combined with a strong criticism of his work. Especially his – at times blatant – rationalism and his seemingly essentialist division between knowledge and imagination – or science and poetics – are met with strong criticism.

Secondly, and in addition to the French debates, the conference is concerned with the international reception of Bachelard. In the contemporary English-speaking field of philosophy the situation is perhaps even more forlorn than in France. Most of Bachelard’s texts are either not translated at all or remain underappreciated. As a consequence of this, Bachelard’s relevance is almost always reduced to one book, The poetics of space (1958). Against this backdrop, it is becoming increasingly clear that a more sophisticated discussion and debate of Bachelard’s multifaceted oeuvre is necessary.

This conference sets out to revisit the theoretical legacy of Bachelard. Without denying the critique of contemporary French philosophers our aim is to reconsider his multifaceted and versatile theoretical oeuvre to see (1) which elements of his theoretical legacy can withstand the current criticism and (2) to what extent it is necessary to read Bachelard in order to understand contemporary issues in French philosophy. In doing so we aim to show in what way Bachelard’s thought can still be relevant today and must be taken into account if one wants to understand what is at stake contemporary French philosophy.

Areas of interest include, but are not limited to the following themes:

  • The idea of an open rationalism or ‘surrationalisme’in Bachelard’s workits function in French philosophy and it potential with regards to the age-old discussions about the importance of rationalism.
  • Bachelard’s description of the role of imagination within science and literature and its possible relation to the recent ‘speculative turn’ in philosophy.
  • Bachelard’s conceptualization of matter and its potential in relation to the concept of new materialism.
  • The legacy of the notion of ‘phénomenotechnique’, aimed to conceptualize the role of instruments and construction within the formation of knowledge and its role within contemporary discussions within science studies and technoscience.
  • Bachelard’s political, ethical and pedagogical thought and its relevance for contemporary political philosophy or ethics.
  • The relations between Bachelard and his contemporaries (Bergson, Canguilhem…) and the importance of these relations in the rearticulating of both Bachelard and is contemporaries.
  • Bachelard’s conceptualization of ‘rythmanalyse’and the possibility for a revival of this type of analysis.

The conference accepts proposals for presentations in both English and French. We invite contributions in the following forms:

  • Individual contributions (30 minutes)
  • Panels (90 minutes)

Abstracts of 250 words for individual presentations and 1.000 words for panels, should be submitted toBachelard@kuleuven.be by 31 January 2017. Decisions of acceptance will be communicated on 15th February 2017. Please direct any questions regarding this conference to this email address.

For more information please visit our website

Kind regards,

Massimiliano Simons

François Dagognet (1924-2015), épistémologue et historien des sciences

affiche-v5

Colloque international

12-14 décembre 2016

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du four, 75006 Paris

Lundi 12 décembre 2016

Pdt de séance: Max Kistler, Directeur de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques

14h B. Bensaude-Vincent
J. Gayon, J.F. Braunstein
Accueil, ouverture
14h15 Jean-François Braunstein De Bachelard et Canguilhem à Dagognet : l’épistémologie française
14h45 Cristina Chimisso François Dagognet and the evolution of historical epistemology
15h15 Daniel Parrochia François Dagognet et l’idée d’une théorie générale des formes
15h45 Pause café
16h15 Xavier Guchet La nature vue et jugée par Dagognet
16h45 Georges Chapouthier Dagognet et le cerveau
 Mardi 13 décembre Pdt de séance: Laurent Jaffro, directeur de l’UFR de philosophie de Paris 1
9h Jean Gayon De la thèse de médecine (la cure d’air) aux thèses de philosophie (les remèdes, Pasteur)
9h30 Anne Fagot Largeault « Épistémologiser la médecine »
10h Jonathan Simon

 

La raison et les remèdes cinquante ans plus tard : la pharmacie mérite-t-elle une philosophie ?
10h30 Pause café
11h Laurent Loison « L’œuvre de Pasteur comme mise en objets ? Dagognet et la question de « l’agentivité » dans les sciences de la vie »
11h30 Christian Bange Les réflexions historiques et épistémologiques de Dagognet sur Claude Bernard et sur la physiologie
12h00 Déjeuner
Pdt de séance: Mohamad Salab, Pdt de Université de Technologie et de Sciences Appliquées liano-française (Tripoli)
14h Sébastien Dutreuil Dagognet et les sciences de la Terre : trace, histoire et structure
14h30 Jean Marc Drouin Les coulisses du paysage : Dagognet et la biogéographie
15h Bernadette BENSAUDE VINCENT Dagognet historien de la chimie
15h30 Pause café
16h00 Jeanne Guien Le monde des choses : le déchet dans la pensée de Dagognet
16h30 Pierre de Jouvancourt & Quentin Hardy Dialogue imaginaire entre Dagognet, Moscovici et Gorz sur l’idée de technique et de nature.
17h  Pause café
17h15 Entretien entre Régis DEBRAY et Philippe PETIT: Au-delà de l’épistémologie
18h30 Réception
Mercredi 14 décembre Pdt de séance: Bernard Bourgeois, Professeur honoraire à Paris 1, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
9h Gérard Chazal Inscrire, traduire, communiquer : François Dagognet et le rêve informatique
9h 30 Kieran Lyons The Beat of 5 Hearts: Dagognet, Duchamp, Marey and ‘the Jura-Paris road’.
10h Pause café
10h30 Dominique Thouvenin Dagognet et le droit
11h Annie Petit La philosophie de Comte « revisitée » par Dagognet
11h30 Emmanuel Picavet Dagognet et la philosophie sociale
12h Bertrand Saint-Sernin Synthèse, conclusions

Colloque organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Contacts : Bernadette Bensaude Vincent, Jean-François Braunstein et Jean Gayon

Charles T. Wolfe au Séminaire Philbio (IHPST)

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, CNRS, ENS

UMR 8590 IHPST – Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du Four – 75006 PARIS

Courriel : ihpst@univ-paris1.fr  .

Séminaire de Philosophie de la Biologie

organisé par Cécilia Bognon-Küss

La prochaine séance du séminaire Philbio aura lieu le lundi 21 novembre, à 16h dans la salle de conférence de l’IHPST (2e étage).

Nous aurons le plaisir d’écouter Charles T. Wolfe (Sarton Center for History of Science, Ghent University) intervenir sur le thème suivant:

“Organismes, économies animales, constitution de la biologie: Ecrire l’histoire du vitalisme”

Résumé:

“Le problème du statut du vitalisme dans l’histoire de ce qu’on appelait à l’époque de Canguilhem et Jacques Roger, la « pensée biologique », est connu. Le vitalisme désignerait la doctrine, ou ensemble de doctrines, qui serait aux limites (ou aux marges ?) de la pratique scientifique raisonnable. Selon cette vision commune et encore assez répandue (plus encore dans le contexte anglophone qu’en Allemagne ou en France, où certaines intuitions biophilosophiques font encore partie d’un patrimoine quasi-national, avec des accents kanto-hégéliens, bichato-bernardiens, etc.), le vitalisme consiste à tricher : à faire entrer en jeu des forces vitales mystérieuses, au sein d’une étude prétendument scientifiquement de la nature vivante (en biologie, en embryologie, en médecine, en physiologie, etc.). On doit par exemple à Francis Crick une célèbre formule sur les vitalistes, « charlatans » contemporains (cranks) : «  à ceux d’entre vous qui seraient vitalistes, je fais ce pronostic : ce que tout le monde croyait hier, et que vous croyez aujourd’hui, demain seuls les charlatans (cranks) le croiront » (Crick 1966).

J’ai tenté plusieurs fois de dissiper ou critiquer cette intuition courante, surtout en essayant d’historiser la question (Wolfe & Terada 2008, Wolfe & Normandin, dir. 2013), afin de montrer qu’il existe plusieurs formes de vitalisme (Wolfe 2011, 2015a). Au minimum, un vitalisme ‘substantiel’, qui pose l’existence d’une force ou principe vital comme substance (au même titre que le reste des choses existantes au monde) : c’est typiquement la position de Stahl ou de Driesch (ibid.). Puis un vitalisme ‘fonctionnel’, qui cherche à saisir les propriétés fonctionnelles de systèmes vivants, sans transmuer ces propriétés en un fondement ontologique : c’est typiquement la position des vitalistes de Montpellier mais aussi de Claude Bernard, y compris telle qu’elle est reprise de nos jours par W. Bechtel (Bechtel 2007, 2013). Enfin, j’ai tâché de montrer ailleurs que chez Canguilhem, à la suite de Kurt Goldstein (mais prolongeant une intuition kantienne, que l’on retrouvera également chez le Dennett du ‘intentional stance’), on trouve une sorte de vitalisme ‘cognitif’ ou ‘constructiviste’, au sens où il se fonde sur un acte de construction mentale (Canguilhem 1965 ; Wolfe 2013 & 2015b).

Je tâcherai ici (i) de revenir sur cette historisation du vitalisme, en posant la question (ii) de son rapport à l’histoire des sciences et à une pratique scientifique légitime (Šešelja & Straßer 2014), à la constitution de la biologie comme science (McLaughlin 2002, Gayon 2011) et (iii) du statut du vitalisme aujourd’hui, dans un contexte marqué par les divers refus du génocentrisme (particulièrement du type West-Eberhard, Oyama, Griffiths – voir les articles dans le n° spécial de History and Philosophy of the Life Sciences de 2010 sur le concept d’organisme, dir. Huneman et Wolfe) mais aussi dans les tendances vitalistes présentes dans l’énactivisme, que je rangerai dans la catégorie ‘substantialiste’ (tel Evan Thompson, 2007, discuté sous la catégorie d’embodiment dans Wolfe 2014). Car après tout, il ne suffit pas d’opposer à l’opprobre d’un Crick, la suffisance tranquille de l’épistémologie historique.”