Troisièmes Journées d’études Epistémologie Historique, Paris 2017 [AAC/CFP]

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

3èmes journées d’études sur l’Épistémologie Historique

3rd Workshop on Historical Epistemology

Pour une épistémologie historique des transformations techniques  

For an Historical Epistemology of Technical Transformations  

18-19-20 mai 2017

Ecole doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne – UMR 8130

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Equipe EXeCO

CONFIRMED KEYNOTES

Vincent BONTEMS (Larsim CEA); Moritz EPPLE (Frankfurt);

Luca PALTRINIERI (Rennes); David WEBB (Staffordshire)

***

[English below]

Ces troisièmes journées d’études seront consacrées à la place des techniques dans les études d’épistémologie historique. Il s’agira d’explorer cette thématique d’un point de vue méthodologique et d’approfondir différents cas d’étude de transformations techniques et technologiques.

La question des techniques est de première importance pour l’épistémologie historique, entendue au sens large: bien qu’elle soit souvent présentée comme une histoire purement conceptuelle, l’étude de techniques y a occupé une place centrale dans l’enquête sur le déroulement concret des pratiques scientifiques. Le rapport entre sciences et techniques a été ainsi largement problématisé, en insistant souvent sur la primauté du moment technique par rapport à la systématisation théorique.

A cet égard, ces journées permettront de discuter des recherches en cours sur différentes transformations techniques et technologiques dans les domaines les plus variées: sciences médicales et biologiques, sociales, physiques ou tout autre champ disciplinaire où les chercheurs se sont servis de la “boîte à outils” de l’épistémologie historique. Nous attendons donc un ensemble de contributions caractérisées par des approches différentes, capables d’aborder le sujet proposé dans sa généralité, notamment selon les axes définis dans les deux sections suivantes:

  1. Les épistémologues historiques face aux techniques  L’épistémologie française a repensé les techniques avec une certaine précocité par rapport à la philosophie des sciences anglo-saxonne, qui, jusqu’aux années 1980, est restée liée au programme post-positiviste de la priorité de la théorie sur l’observation et l’expérimentation. Bachelard, Koyré, Canguilhem, Foucault, dans leurs analyses de la connaissance scientifique, ont assignée des rôles spécifiques aux techniques. C’est Hacking qui, dans la phase contemporaine et anglophone de l’épistémologie historique, a contribué à rétablir la centralité du “style du laboratoire” et des manières d’intervenir dans le monde par rapport aux manières de le concevoir. Dans son sillage, d’autres auteurs, comme L. Daston, P. Galison et H.-J. Rheinberger ont accordé une grande attention à l’histoire matérielle et au rôle que les instruments et les appareils jouent dans la production du savoir scientifique. Qu’a changé la prise en compte des techniques? Comment cette prise en compte a-t-elle elle-même pu évoluer au fil des temps?
  2. Histoire des techniques, histoire des concepts Au niveau méthodologique, nous souhaiterions également recevoir des contributions traitant des conceptions du rapport entre techniques et théorie dans l’histoire des sciences et, plus généralement, sur le rôle des techniques dans le processus de développement scientifique. De ce point de vue, une attention particulière sera donné aux interventions qui proposent de discuter l’originalité de l’épistémologie historique vis-à-vis d’autres approches méthodologiques d’étude des sciences, notamment les nombreuses études sociales des sciences et des technologies (STS), mais aussi par rapport à d’autres traditions de pensée philosophiques qui ont traité la même question, comme la phénoménologie (Husserl, Merleau-Ponty), l’anthropologie philosophique (Gehlen, Marquard), l’herméneutique (Nancy), la philosophie sociale (Ellul), etc.

Les propositions d’interventions (500 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 3 février 2017 (date de réponse le 27 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais.

[English]

The 3rd Edition of this Workshop is dedicated to the role of techniques within the field of Historical Epistemology (HEP). This topic will be developed from a methodological point of view and different case studies involving technical and technological transformations will be taken into account.

The problem of techniques is a crucial matter for HEP, broadly understood: although it is chiefly understood as a conceptual history, HEP has systematically drawn from the study of techniques for inquiring about the concrete development of scientific practices. Moreover, the connection between sciences and techniques has been widely discussed by many, if not all, of the practitioners of HEP, often with the result of highlighting the primacy of the technical, experimental and productive moments over the theoretical and speculative ones.

With this in mind, the workshop will involve discussion of on-going researches about different technical and technological transformations in many different fields: the medical and the social sciences, biology, physics and other disciplines in which the researchers have borrowed from HEP’s toolbox. We expect contributions from different approaches in order to address the proposed topic in its generality, in particular according to the two following axes:

  1. Historical epistemologists facing techniques Compared to Anglo-Saxon philosophy of science, which, until the 1980s, had maintained a strong link to a post-positivist programme granting primacy to theories over observation and experimentation, French epistemology reassessed the role of techniques with a certain precocity. In their analyses of scientific knowledge, Bachelard, Koyré, Canguilhem and Foucault assigned to techniques a particular role. In the contemporary moment of HEP it is I. Hacking who has decisively contributed to reestablish the centrality of the “laboratory style” and of the ways to intervene in the world with respect to the ways to conceive it. In his wake, other authors, like L. Daston, P. Galison and H.-J. Rheinberger have given full attention to the material history and to the role instruments and apparatuses play in the production of scientific knowledge. What did the taking into account of techniques change? How did this consideration itself evolve over time?
  2. History of techniques, history of concepts On the methodological level, we welcome proposals dealing with the relationship between techniques and theories within the history of science and, more generally, on the role techniques have in the processes of scientific development. Under this light, particular attention will be given to those interventions which will envisage to discuss the originality of HEP with respect to other epistemological approaches within science studies, i.e. the science, technology and society studies (STS), but also the relation to other philosophical traditions which have dealt with the same questions, such as phenomenology (Husserl, Merleau-Ponty), anthropology (Gehlen, Marquard), hermeneutics (Nancy), social philosophy (Ellul), etc.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by February 3rd, 2017 (notification of acceptance or refusal by February 27th), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. The languages of the workshop will be French and English.

 

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline: February 3rd 2017

Réponse / Notification of acceptance: February 27th 2017

Remise de textes / Text submission: May 6th 2017

Journées d’études / Workshop days: May 18-19-20 2017

Comité scientifique / Scientific committee

Christian BONNET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Jean-François BRAUNSTEIN,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago.
Pierre WAGNER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Comité d’organisation / Organizing committee

Ivan MOYA DIEZ, Laurent LOISON, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG, Gabriele VISSIO

AAC Symposia « Canguilhem et la biologie », Congrès SFHST 2017

Appel à contributions pour le Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques.  Strasbourg, 19, 20 et 21 avril 2017.

Symposia n°4: « Canguilhem et la biologie »

organisé par Laurent Loison, Matteo Vagelli et Ivan Moya Diez

La réflexion philosophique de Canguilhem sur le vivant n’a pas seulement été nourrie par ses compétences en médecine : à côté du corpus des connaissances médicales, Canguilhem a mobilisé à de multiples reprises et dans des perspectives très diverses les savoirs proprement biologiques. Cette dimension encore peu explorée de l’œuvre canguilhémienne est l’objet de la présente session.

Cette thématique générale pourra être abordée selon des angles différents, dont nous donnons ici quelques exemples, étant entendu que la liste proposée n’est ni exhaustive ni limitative :

Quelle biologie ? La biologie est un domaine scientifique très vaste, regroupant de nombreuses disciplines comme la zoologie, la physiologie, la tératologie, la génétique, la biologie moléculaire, la théorie de l’évolution, etc. Or, il est évident que Canguilhem n’a pas puisé identiquement dans ces différents champs disciplinaires. On pourra alors cartographier ses domaines d’investigation privilégiés et observer dans quelle mesure cela permet de révéler certaines spécificités de la philosophie vitale canguilhémienne. Ainsi, Canguilhem semble avoir toujours montré une sympathie particulière pour la physiologie de langue allemande, avec laquelle il partage une grande proximité intellectuelle dès le début de la rédaction de sa thèse de médecine Le normal et le pathologique (1943). Cet intérêt, s’il était réel, était-il simplement de circonstance (du fait par exemple de la nomination de Canguilhem à l’Université de Strasbourg en 1941) ou bien renvoie-t-il à une orientation profonde de son projet philosophique ?

Quel moment de la biologie ?  A nouveau, il apparaît que l’intérêt de Canguilhem n’a pas été constant en fonction des moments de l’histoire des sciences ni en fonction des étapes de son propre cheminement intellectuel. Cette question est d’autant plus sensible que (i) Canguilhem a connu une longue carrière universitaire durant laquelle la biologie a subi de profondes transformations, (ii) Bachelard mettait au premier plan le principe selon lequel l’épistémologue se devait d’entretenir une étroite relation avec l’actualité du savoir scientifique. On pourra par exemple questionner la fidélité de Canguilhem envers ce dernier principe qui semble pourtant
consubstantiel du projet de l’épistémologie historique. En particulier, la position de Canguilhem vis-à-vis de la biologie moléculaire naissante pourra offrir un matériau pertinent pour situer le dialogue qu’il entendait nouer avec la science actuelle.

La question des sources.  Canguilhem, à la différence de Foucault par exemple, n’a pas montré le même goût pour les archives ni même pour les sources primaires. A de nombreuses occasions, il fonde ses travaux philosophiques sur des études historiques déjà existantes, comme par exemple lorsqu’il emprunte à son collègue et ami Marc Klein l’essentiel du matériau historiographique qu’il mobilisera dans son texte sur la théorie cellulaire (1946). Faut-il voir là un aspect caractéristique de sa démarche ? En particulier, peut-on éclairer cette possible procédure méthodologique par sa volonté non pas de faire émerger d’hypothétiques précurseurs oubliés mais tout au contraire de rectifier le sens (philosophique) d’histoire dont les jalons principaux ne sont pas intrinsèquement problématiques ?

Les propositions de communication doivent être soumises directement sur la plataforme du congrès: https://sfhst.hypotheses.org/congres-2017

Dates à retenir :

– Dépôt des abstracts des communications dans le cadre d’un symposium et hors-symposium  : du 4 novembre 2016 au 5 janvier 2017
– Annonce des communications retenues: 1er février 2017
– Ouverture des inscriptions : 5 février 2017 (fermeture le 20 mars 2017)

Bachelard Today – Bachelard Aujourd’hui

CfP: Bachelard Today/Bachelard Aujourd’hui

Gaston Bachelard and Contemporary Philosophy

24 & 25 avril 2017 – KU Leuven (BE) 

VERSION FRANÇAISE (version anglaise ci-dessous)

Conférenciers principaux

Cristina Chimisso (The Open University)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Portée et objectifs de la conférence

On peut dire de Gaston Bachelard (1884-1962) qu’il est l’un des philosophes français les plus marquants de la première moitié du 20ème siècle. Au cours de cette période, et jusque dans les années 1960 et 1970, son œuvre est beaucoup lue, et on retrouve l’influence de sa pensée dans les travaux de nombreux auteurs, de Canguilhem, Simondon, Barthes et Foucault à Althusser et Bourdieu. Cependant, son œuvre théorique semble être à présent tombée dans l’oubli. En dépit de l’influence considérable qu’elle a pu exercer, elle est à présent rarement étudiée en dehors de cercles restreints de spécialistes de l’épistémologie historique française. Cette conférence se donne pour objectif d’analyser les raisons de ce désintérêt et de voir si – et comment- les travaux de Bachelard sont encore d’actualité. Nous proposons pour ce faire deux pistes de réflexion.

La première se place sur le terrain de la philosophie française contemporaine, au sein de laquelle les travaux de Bachelard ont fait l’objet de rudes critiques. Bien que des auteurs tels que Serres, Dagognet, Latour ou Stengers l’étudient encore et fassent même appel à certains de ses concepts, ils n’en jettent pas moins un regard critique sur son œuvre. Ce sont en particulier son rationalisme, parfois très prononcé, et la distinction essentialiste qu’il établit entre connaissance et imagination – entre science et poésie- qui lui valent des attaques violentes.

Un second aspect, celui de la réception de la pensée de Bachelard à l’international, sera développé au cours de la conférence. En effet, son œuvre est encore plus délaissée par les philosophes contemporains de langue anglaise que par ceux de langue française. La plupart des œuvres de Bachelard n’ont pas été traduites, celles qui l’ont été ne font pas l’objet d’un véritable intérêt, et la pensée de Bachelard se trouve bien souvent réduite à un seul ouvrage, sa Poétique de l’espace.

Cette conférence se propose de réexaminer l’héritage théorique de Bachelard. Sans contester la légitimité des critiques émises à son encontre par les philosophes français contemporains, nous souhaitons revenir sur son œuvre théorique, dans toute sa diversité et sous toutes ses facettes, afin de voir (1) quels éléments de cet héritage théorique résistent aux critiques contemporaines et (2) dans quelle mesure la lecture de l’œuvre de Bachelard est nécessaire pour saisir les questions soulevées par les philosophes français aujourd’hui. Nous espérons ainsi montrer en quels termes la pensée de Bachelard reste pertinente et en quoi elle est incontournable si l’on veut comprendre la philosophie française contemporaine.

Les sujets d’intérêt incluent, mais ne sont pas limités à:

  • L’idée d’un rationalisme ouvert, ou ‘surrationalisme’, dans l’œuvre de Bachelard, son rôle dans la philosophie française, et son potentiel dans le vieux débat autour de l’importance du rationalisme.
  • La description que fait Bachelard de la fonction de l’imagination en science et en littérature, et son possible lien avec le récent “tournant spéculatif” en philosophie.
  • La conceptualisation de la matière par Bachelard, et son potentiel par rapport au concept de nouveau matérialisme.
  • La postérité de la notion de phénoménotechnique, qui conceptualise le rôle des instruments et de la construction dans la formation du savoir, et la place qu’occupe cette notion au sein des discussions contemporaines dans les science studieset la technoscience.
  • La pensée politique, éthique et pédagogique de Bachelard, et sa pertinence actuelle dans la philosophie politique ou l’éthique.
  • Les relations entre Bachelard et ses contemporains (Bergson, Canguilhem,…), et comment ses relations permettent de repenser leurs œuvres respectives.
  • La conceptualisation de la ‘rythmanalyse’par Bachelard, et la possibilité de voir renaître ce type d’analyse.

La conférence accepte des propositions pour les présentations en anglais et en français. Nous invitons les contributions sous les formes suivantes:
• Les contributions individuelles (30 minutes)
• Panneaux (90 minutes)
Les résumés de 250 mots pour des présentations individuelles et 1.000 mots pour les panneaux, devraient être soumis à Bachelard@kuleuven.be par 31 janvier 2017. Les décisions d’acceptation seront communiqués le 15 Février 2017. Veuillez s’il vous plaît adresser vos questions concernant cette conférence à cette adresse courriel.

Pour plus d’informations s’il vous plaît visitez notre website

ENGLISH VERSION:

Confirmed Keynote speakers

Cristina Chimisso (The open university)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Aims and scope of the conference:

Gaston Bachelard (1884-1962) must be considered as one of the most prominent philosophers of French philosophy of the first half of the 20th century. Especially during the 1960s and 70s, Bachelard’s work was widely read and his ideas influenced a wide array of authors including Canguilhem, Simondon, Barthes, Foucault and Bourdieu. Moreover, his quarrels with Bergson and phenomenology have outlined the stakes of a philosophical discussion that continues today. More recently, however, Bachelard’s theoretical oeuvre seems to have left the philosophical agora. Today, his work is rarely discussed outside the specialist circles of French historical epistemology. This conference aims to critically examine this neglect of Bachelard’s work and explore in what way it can still be relevant today.

The first angle emphasizes contemporary French-speaking philosophy, where Bachelard’s work is confronted with severe criticisms. Although authors like Serres, Latour or Stengers, borrow and discuss Bachelardian concepts like ‘the new scientific spirit’ and ‘phenomenotechnics’, this interest in Bachelard is combined with a strong criticism of his work. Especially his – at times blatant – rationalism and his seemingly essentialist division between knowledge and imagination – or science and poetics – are met with strong criticism.

Secondly, and in addition to the French debates, the conference is concerned with the international reception of Bachelard. In the contemporary English-speaking field of philosophy the situation is perhaps even more forlorn than in France. Most of Bachelard’s texts are either not translated at all or remain underappreciated. As a consequence of this, Bachelard’s relevance is almost always reduced to one book, The poetics of space (1958). Against this backdrop, it is becoming increasingly clear that a more sophisticated discussion and debate of Bachelard’s multifaceted oeuvre is necessary.

This conference sets out to revisit the theoretical legacy of Bachelard. Without denying the critique of contemporary French philosophers our aim is to reconsider his multifaceted and versatile theoretical oeuvre to see (1) which elements of his theoretical legacy can withstand the current criticism and (2) to what extent it is necessary to read Bachelard in order to understand contemporary issues in French philosophy. In doing so we aim to show in what way Bachelard’s thought can still be relevant today and must be taken into account if one wants to understand what is at stake contemporary French philosophy.

Areas of interest include, but are not limited to the following themes:

  • The idea of an open rationalism or ‘surrationalisme’in Bachelard’s workits function in French philosophy and it potential with regards to the age-old discussions about the importance of rationalism.
  • Bachelard’s description of the role of imagination within science and literature and its possible relation to the recent ‘speculative turn’ in philosophy.
  • Bachelard’s conceptualization of matter and its potential in relation to the concept of new materialism.
  • The legacy of the notion of ‘phénomenotechnique’, aimed to conceptualize the role of instruments and construction within the formation of knowledge and its role within contemporary discussions within science studies and technoscience.
  • Bachelard’s political, ethical and pedagogical thought and its relevance for contemporary political philosophy or ethics.
  • The relations between Bachelard and his contemporaries (Bergson, Canguilhem…) and the importance of these relations in the rearticulating of both Bachelard and is contemporaries.
  • Bachelard’s conceptualization of ‘rythmanalyse’and the possibility for a revival of this type of analysis.

The conference accepts proposals for presentations in both English and French. We invite contributions in the following forms:

  • Individual contributions (30 minutes)
  • Panels (90 minutes)

Abstracts of 250 words for individual presentations and 1.000 words for panels, should be submitted toBachelard@kuleuven.be by 31 January 2017. Decisions of acceptance will be communicated on 15th February 2017. Please direct any questions regarding this conference to this email address.

For more information please visit our website

Kind regards,

Massimiliano Simons

François Dagognet (1924-2015), épistémologue et historien des sciences

affiche-v5

Colloque international

12-14 décembre 2016

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du four, 75006 Paris

Lundi 12 décembre 2016

Pdt de séance: Max Kistler, Directeur de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques

14h B. Bensaude-Vincent
J. Gayon, J.F. Braunstein
Accueil, ouverture
14h15 Jean-François Braunstein De Bachelard et Canguilhem à Dagognet : l’épistémologie française
14h45 Cristina Chimisso François Dagognet and the evolution of historical epistemology
15h15 Daniel Parrochia François Dagognet et l’idée d’une théorie générale des formes
15h45 Pause café
16h15 Xavier Guchet La nature vue et jugée par Dagognet
16h45 Georges Chapouthier Dagognet et le cerveau
 Mardi 13 décembre Pdt de séance: Laurent Jaffro, directeur de l’UFR de philosophie de Paris 1
9h Jean Gayon De la thèse de médecine (la cure d’air) aux thèses de philosophie (les remèdes, Pasteur)
9h30 Anne Fagot Largeault « Épistémologiser la médecine »
10h Jonathan Simon

 

La raison et les remèdes cinquante ans plus tard : la pharmacie mérite-t-elle une philosophie ?
10h30 Pause café
11h Laurent Loison « L’œuvre de Pasteur comme mise en objets ? Dagognet et la question de « l’agentivité » dans les sciences de la vie »
11h30 Christian Bange Les réflexions historiques et épistémologiques de Dagognet sur Claude Bernard et sur la physiologie
12h00 Déjeuner
Pdt de séance: Mohamad Salab, Pdt de Université de Technologie et de Sciences Appliquées liano-française (Tripoli)
14h Sébastien Dutreuil Dagognet et les sciences de la Terre : trace, histoire et structure
14h30 Jean Marc Drouin Les coulisses du paysage : Dagognet et la biogéographie
15h Bernadette BENSAUDE VINCENT Dagognet historien de la chimie
15h30 Pause café
16h00 Jeanne Guien Le monde des choses : le déchet dans la pensée de Dagognet
16h30 Pierre de Jouvancourt & Quentin Hardy Dialogue imaginaire entre Dagognet, Moscovici et Gorz sur l’idée de technique et de nature.
17h  Pause café
17h15 Entretien entre Régis DEBRAY et Philippe PETIT: Au-delà de l’épistémologie
18h30 Réception
Mercredi 14 décembre Pdt de séance: Bernard Bourgeois, Professeur honoraire à Paris 1, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
9h Gérard Chazal Inscrire, traduire, communiquer : François Dagognet et le rêve informatique
9h 30 Kieran Lyons The Beat of 5 Hearts: Dagognet, Duchamp, Marey and ‘the Jura-Paris road’.
10h Pause café
10h30 Dominique Thouvenin Dagognet et le droit
11h Annie Petit La philosophie de Comte « revisitée » par Dagognet
11h30 Emmanuel Picavet Dagognet et la philosophie sociale
12h Bertrand Saint-Sernin Synthèse, conclusions

Colloque organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Contacts : Bernadette Bensaude Vincent, Jean-François Braunstein et Jean Gayon

Charles T. Wolfe au Séminaire Philbio (IHPST)

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, CNRS, ENS

UMR 8590 IHPST – Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du Four – 75006 PARIS

Courriel : ihpst@univ-paris1.fr  .

Séminaire de Philosophie de la Biologie

organisé par Cécilia Bognon-Küss

La prochaine séance du séminaire Philbio aura lieu le lundi 21 novembre, à 16h dans la salle de conférence de l’IHPST (2e étage).

Nous aurons le plaisir d’écouter Charles T. Wolfe (Sarton Center for History of Science, Ghent University) intervenir sur le thème suivant:

« Organismes, économies animales, constitution de la biologie: Ecrire l’histoire du vitalisme »

Résumé:

« Le problème du statut du vitalisme dans l’histoire de ce qu’on appelait à l’époque de Canguilhem et Jacques Roger, la « pensée biologique », est connu. Le vitalisme désignerait la doctrine, ou ensemble de doctrines, qui serait aux limites (ou aux marges ?) de la pratique scientifique raisonnable. Selon cette vision commune et encore assez répandue (plus encore dans le contexte anglophone qu’en Allemagne ou en France, où certaines intuitions biophilosophiques font encore partie d’un patrimoine quasi-national, avec des accents kanto-hégéliens, bichato-bernardiens, etc.), le vitalisme consiste à tricher : à faire entrer en jeu des forces vitales mystérieuses, au sein d’une étude prétendument scientifiquement de la nature vivante (en biologie, en embryologie, en médecine, en physiologie, etc.). On doit par exemple à Francis Crick une célèbre formule sur les vitalistes, « charlatans » contemporains (cranks) : «  à ceux d’entre vous qui seraient vitalistes, je fais ce pronostic : ce que tout le monde croyait hier, et que vous croyez aujourd’hui, demain seuls les charlatans (cranks) le croiront » (Crick 1966).

J’ai tenté plusieurs fois de dissiper ou critiquer cette intuition courante, surtout en essayant d’historiser la question (Wolfe & Terada 2008, Wolfe & Normandin, dir. 2013), afin de montrer qu’il existe plusieurs formes de vitalisme (Wolfe 2011, 2015a). Au minimum, un vitalisme ‘substantiel’, qui pose l’existence d’une force ou principe vital comme substance (au même titre que le reste des choses existantes au monde) : c’est typiquement la position de Stahl ou de Driesch (ibid.). Puis un vitalisme ‘fonctionnel’, qui cherche à saisir les propriétés fonctionnelles de systèmes vivants, sans transmuer ces propriétés en un fondement ontologique : c’est typiquement la position des vitalistes de Montpellier mais aussi de Claude Bernard, y compris telle qu’elle est reprise de nos jours par W. Bechtel (Bechtel 2007, 2013). Enfin, j’ai tâché de montrer ailleurs que chez Canguilhem, à la suite de Kurt Goldstein (mais prolongeant une intuition kantienne, que l’on retrouvera également chez le Dennett du ‘intentional stance’), on trouve une sorte de vitalisme ‘cognitif’ ou ‘constructiviste’, au sens où il se fonde sur un acte de construction mentale (Canguilhem 1965 ; Wolfe 2013 & 2015b).

Je tâcherai ici (i) de revenir sur cette historisation du vitalisme, en posant la question (ii) de son rapport à l’histoire des sciences et à une pratique scientifique légitime (Šešelja & Straßer 2014), à la constitution de la biologie comme science (McLaughlin 2002, Gayon 2011) et (iii) du statut du vitalisme aujourd’hui, dans un contexte marqué par les divers refus du génocentrisme (particulièrement du type West-Eberhard, Oyama, Griffiths – voir les articles dans le n° spécial de History and Philosophy of the Life Sciences de 2010 sur le concept d’organisme, dir. Huneman et Wolfe) mais aussi dans les tendances vitalistes présentes dans l’énactivisme, que je rangerai dans la catégorie ‘substantialiste’ (tel Evan Thompson, 2007, discuté sous la catégorie d’embodiment dans Wolfe 2014). Car après tout, il ne suffit pas d’opposer à l’opprobre d’un Crick, la suffisance tranquille de l’épistémologie historique. »

BSHS Postgraduate Conference 2017

APPEL A COMMUNICATIONS

BSHS Postgraduate Conference2017, en collaboration avec l’European University Institute et le Centre Alexandre Koyré.

Lieu et date : Florence, 5-7 avril 2017.

Date limite de réception des propositions : 15 novembre 2016.

Langue: anglais

La British Society for the History of Science (BSHS) finance annuellement une conférence en histoire des sciences, des techniques et de la médecine. Jusqu’à présent, cet événement a eu lieu dans une université du Royaume-Uni. Pour la première fois dans l’histoire de la BSHS, l’édition 2017 aura lieu en dehors des frontières britanniques, à l’Institut Universitaire Européen, Florence, en collaboration également avec le Centre Alexandre Koyré, Paris.

L’appel à contributions est ouvertà tous les jeunes chercheurs (master 2 et doctorants) travaillant en histoire des sciences, des techniques et de la médecine.

La sélection des participants se fera sur la base d’un résumé (max. 250 mots) en anglais. Les communications, d’une durée de 15 à 20 minutes et organisées en sessions parallèles, seront également en langue anglaise.

Le résumé doit être accompagné des noms et des coordonnées du candidat, précisant l’affiliation académique. Le tout est à envoyer en un seul document « pdf » à bshs.pg.eui2017@gmail.com pour le 15 novembre.

Les membres de la BSHS peuvent postuler auprès du Butler-Eyles Fund afin d’obtenir un soutien financier pour les frais de déplacement :  www.bshs.org.uk/grants/butler-eyles-travel-grants.

Bien cordialement,

Le comité d’organisation,

Dorit Brixius (EUI), Leonardo Ariel Carró Cataldi (CAK) et Déborah Dubald (EUI)

CSHPS Annual Meeting / SCHPS congrès annuel

The 2017 Annual Meeting of the Society will take place in conjunction with the Congress of the Humanities and Social Sciences (congress2017.ca).

CALL FOR ABSTRACTS

CSHPS-SCHPS Annual Conference
Toronto, May 27-29, 2017 
Proposals due January 20th, 2017

The Canadian Society for the History and Philosophy of Science (CSHPS) is holding its annual conference as part of the Congress of the Humanities and Social Sciences in Toronto, Ontario, May 27-30, 2017 (http://www.yorku.ca/cshps1/meeting.html).

The Program Committee invites scholars working on the history and philosophy of science to submit abstracts for individual papers or proposals for sessions (3 and 4 papers). In the year of Canada’s sesquicentennial, we particularly encourage scholars to engage with the theme for Congress 2017 – “From Far & Wide: The Next 150.” Unrelated topics and themes are also welcome.

  • Meeting languages: The CSHPS is a bilingual society. Individual papers may be given in English or French, but efforts to broaden participation are appreciated (e.g. a presentation in English could be accompanied by a PowerPoint in French, and vice versa). Similarly, sessions can be presented in either English or French, but bilingual sessions are especially welcomed.
  • Joint sessions: The CSHPS meeting overlaps with the meeting dates of a number of other member societies of the CFHSS, including the Canadian Historical Association, Canadian Philosophical Association, Canadian Society for the History and Philosophy of Mathematics, Canadian Sociological Association, Women’s and Gender Studies et Recherches Féministes, and Canadian Society for the History of Medicine. We welcome proposals for joint sessions with these and other societies (please mention this specifically in your session proposal). However, no talk will be accepted for presentation at more than one society.
  • Number of submissions: Individuals can only submit one abstract for the CSHPS meeting (i.e. either an abstract for an individual paper or and abstract part of a session proposal).
  • Submissions
    • In order to preserve the anonymity of authors, it is important that contact information and other identifying information be excluded from the file containing the abstract.
    • Individual paper submissions should consist of a title, a brief abstract (150-250 words), a list of keywords, and—in the accompanying email—the author’s name and contact information.
    • Session proposals should consist of a session title, titles and brief abstracts (150-250 words) for each paper, a list of keywords, and—in the accompanying email—the names and contact information of the presenters and session organizer.
    • Proposals should be in MS Word, pdf, odt or rtf format.
    • Deadline: January 20th, 2017
    • Submission email address: program.cshps@gmail.com
  • Student Prize: The CSHPS offers the Richard Hadden Award, a book prize for the best student paper presented at the meeting. To be considered for the award, students should submit a copy of their paper by e-mail by May 5, 2017. Details of this prize can be found at:
    http://www.yorku.ca/cshps1/HaddenPrize.html
  • CFHSS: Information about Congress registration and accommodation will be available at the CFHSS congress website: http://congress2017.ca.

Program Committee (2016-2017): Delia Gavrus (Winnipeg) Chair, Robert Brain (UBC), François Claveau (Sherbrooke)
Local Arrangements: Jennifer Hubbard (Ryerson)

Stillman Drake Lecture

The Stillman Drake Lecture is delivered at the CSHPS Annual Meeting.

Richard Hadden Award

The Richard Hadden Award for best student paper at the CSHPS Annual Meeting.

Travel Grant

Given for travel to the CSHPS Annual Meeting – Application.

About Life. Theories, Concepts and Images of the Living

1st FI.NO. Graduate Conference in Theoretical Philosophy

University of Turin – Aula Principi d’Acaja (Palazzo Rettorato), Via Verdi 8 Torino

10th – 11th November 2016

The first FI.NO. Graduate Conference in Theoretical Philosophy aims at bringing together graduate students and young researchers whose work draws on the notion of life.

Is it possible to address the peculiarity of life and the living without violating the legal limits of natural science?

Keynote Speakers: 

La perte de la vie. Vers une biologie privative

Lectio Magistralis by prof. Renaud Barbaras (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)

Cos’è la vita? Biofilosofia, biopolitica, biologia

Lectio Magistralis by prof. Davide Tarizzo (Università degli Studi di Salerno)

The Return of Vitalism. Canguilhem and the Project of Biophilosophy

Lectio Magistralis by Charles Wolfe (Ghent University)

Contact Information: aboutlifeconference@gmail.com

 

aboutlife_programme

The Past, Present and Future of Integrated HPS

An International Postgraduate Forum

Centre for the History and Philosophy of Science

University of Leeds

13 – 14 January 2017

Integrated History and Philosophy of Science (IHPS) is commonly understood as the study of science from a combined historical and philosophical perspective. Yet since its gradual formation as a research field there has been constant discussion about how to suitably integrate the two disciplines. IHPS remains an ever-shifting, highly demanding and disparate area of research which incorporates a multitude of different subjects and methodologies. The Centre for the History and Philosophy of Science at the University of Leeds celebrates its 60th anniversary in 2016-17; we see this as an opportunity to create a dialogue amongst young scholars about the future of the field by drawing upon lessons from past achievements, and reflecting upon current problems within IHPS.

The First International IHPS Postgraduate Forum is aimed at young international researchers (MA and PhD students, and young professionals within no more than 2 years of having completed their PhD) who study different aspects of science, medicine and technology from a combined historical and philosophical perspective. The purpose of the Forum is to improve communication among young scholars, create a space for dialogue and an open exchange of ideas, and foster relationships between researchers from different national and institutional backgrounds. We intend to explore recent and ongoing projects as way of representing the international landscape of IHPS research, and ultimately provide a snapshot of the current developments in the field. We also wish to facilitate discussion about current methodological issues and problem-solving techniques, and to explore the connection of IHPS with other academic disciplines and fields. These may be, but are not restricted to:

  •  The History of IHPS
  •  Methodology: Integrating the H and the P
  •  IHPS: An International Perspective
  •  The Analytic and Continental Traditions within IHPS
  •  Writing IHPS

Abstracts can address one or several of the following problems: how do you combine historical and philosophical perspectives in your own research? What are the advantages and disadvantages of the integrated approach? Do you think that there is a place for a general IHPS methodology which would be applicable to all sciences, or do we have no other choice than to continue with IHPS of particular disciplines? What is the relationship between IHPS and Épistémologie Historique? Please note that this list is not exhaustive, and that we are open to any other IHPS problems or topics you may have in mind. 

The Forum will be a great opportunity to showcase and get feedback on your research in a welcoming and international environment. We aim to stimulate discussion by means of conventional conference presentations as well as round tables and spotlight papers. We encourage young scholars to submit brief abstracts of no more than 250 words before November, 7 2016 to ihpsleeds@gmail.com. 

Please note that the working language of the Forum is English. Abstracts must be in PDF or Word format, and should be anonymised and prepared for blind review. Some travel and accommodation bursaries may be available (subject to confirmation). Further details of the event can be found on our website https://ihpsleeds.wordpress.com, which will be updated regularly. You can follow us on Twitter @IHPSLeeds for the most recent updates on the event. Please not hesitate to contact us at ihpsleeds@gmail.com if you have any questions. We are looking forward to welcoming you in Leeds next January!

Kind regards,

Emily Herring, Matthew Holmes, Kevin Jones, Konstantin Kiprijanov and Laura Sellers

 

L’épistémé computationnelle – une archéologie du big data en médecine

SEMINAIRE organisé par Mathieu CORTEEL

Le développement du big data en médecine est communément considéré comme une révolution épistémologique. Jamais les performances préventives de la médecine ne furent aussi avancées. La capacité prédictive de la computation permet aujourd’hui, au niveau individuel comme collectif, d’anticiper avec une grande précision la formation de maladies diverses. Combattre le mal avant qu’il ne marque les corps ; voilà le nouveau protocole biopolitique. Au-delà de cette apparente rupture épistémique, le séminaire de cette année se proposera d’appréhender l’émergence de ce savoir médical à partir d’une continuité discursive et de ses inflexions. Le discours probabilitaire, qui apparaît avec la médecine clinique du XIXe siècle, esquisse l’épistémé computationnelle de la médecine préventive d’aujourd’hui. Par le calcul de l’incertitude se forme une approche nosologique qui, dans le rythme des manifestations morbides, fait transparaître la maladie en tant que processus. La maladie, non plus considérée dans l’ordre du jardin des espèces, est dès lors ordonnée au procès de sa virulence dans le jeu du visible et de l’invisible. La spatialité des symptômes et la temporalité des signes offrent au regard médical une capacité combinatoire dans la formulation de diagnostics et pronostics divers. La combinaison probabiliste de ces éléments permet une meilleure pratique théorique qui va tendre à prévenir la formation des maladies dans les corps. Au XXe siècle, avec l’émergence des sciences cognitives et de la génétique, la discursivité médicale s’autonomise par rapport à la cognition humaine en même temps qu’elle virtualise le corps. La métaphore computationnelle – enveloppant le corps et la cognition sous le schème du nombre – déplace le savoir nosologique dans la machine. Il s’agira, par une approche foucaldienne, de comprendre par l’étude de ce déplacement de support épistémique les modalités de ce savoir et le biopouvoir qu’il suppose. Comment le calcul de probabilités en médecine ordonne-t-il la virtualité du corps dans son savoir et sa pratique par l’épistémé computationnelle ?

Intervenants :

– Vendredi 4 novembre : François Delaporte (professeur émérite Université d’Amiens) : Naissance de la clinique
– Vendredi 2 décembre : Jean-Michel Besnier (professeur émérite Université Paris-Sorbonne) : Le posthumanisme médical – une médecine sans médecin ni malade ?
– Vendredi 16 décembre : Clément Moutard (doctorant à Neuospin – membre du Human Brain Project) : Enjeux et apports du big data en neuroscience : de la clinique à la technologie

Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Inscription obligatoire

http://www.ciph.org/spip.php?page=activite-detail&idevt=584

Programme et Inscriptions 2èmes Journées d’études Epistémologie Historique: une histoire du présent

historical epistemology-modified3

Programme et Inscriptions
2èmes Journées d’études / 2nd Workshop

Epistémologie Historique: une histoire du présent
Historical Epistemology: a history of the present
Paris, 19-20-21 mai 2016


Ecole doctorale de Philosophie ED 280
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

[Formulaire d’inscription]

Jeudi 19 mai
Salle Cavaillès (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateurs: Ivan Moya Diez et Matteo Vagelli

Bienvenue
Pr. Pierre-Marie MOREL, Directeur Ecole Doctorale de Philosophie
Pr. Sandra LAUGIER, Directrice Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Pr. Jean-François BRAUNSTEIN, Comité scientifique des journées

« La physionomie en mouvement »
KEYNOTE ADDRESS par François DELAPORTE, Université d’Amiens

10h50-11h00 Pause-café

« Conceptual Analysis, Pathological Mechanisms, and Canguilhem’s Biological Philosophy »
Jonathan SHOLL, KU Leuven

« Le concept d’obésité et son statut épistémologique »
Andrea SAGNI, Université Jean Moulin Lyon 3

« Autism: an Historical Ontology »
Arianna BARAZZETTI, University of Bergamo; Pietro BARBETTA, University of Bergamo/ Milan Centre for Family Therapy; Andrée BELLA, University of Milano-Bicocca; Enrico VALTELLINA, University of Venice/ UERJ, Rio de Janeiro.

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Ferhat Taylan

« Sur le matérialisme conceptuel de Cavaillès et la méthodologie de l’épistémologie historique »
Paul TIENSUU, University of Helsinki

« Deux formes de vérité sans vérité. Foucault entre Canguilhem et Nietzsche»
Ivan MOYA DIEZ, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« Ce que change la prise en compte du présent. Le cas de la théorie cellulaire au XIXe siècle »
Laurent, LOISON, Centre Cavaillès, ENS Paris

« Des normes de l’évolution à l’évolution des normes. Pour une archéologie des théories évolutionnaires des interactions sociales »
Nicola BERTOLDI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« History from the Inside: Synthetic Biologists as Historians of Science »
Massimiliano SIMONS, University of Leuven

 

Vendredi 20 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateur: Laurent Loison

« Normativité et présentisme. L’épistémologie historique et la question du « mariage » entre philosophie et histoire des sciences »
Matteo VAGELLI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Can the History of an Epistemic Norm Bear a Normative Value? Some Reflections on the Status and the Tasks of an Historical Epistemology »
Eugenio PETROVICH, University of Milan

« The Logic of Epistemological Recurrence. Methodology and Normativity in the History and Philosophy of the Sciences »
David PENA-GUZMAN, Laurentian University, Canada

11h30-11h40 Pause-café

« Medicine and the Individual: Reflections on Georges Canguilhem »
KEYNOTE ADDRESS par Cristina CHIMISSO, Open University, UK

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Orazio Irrera

« Une phénoménotechnique à partir de Spinoza : Quelques remarques critiques à propos de Physique et Métaphysique de Gaston Bachelard »
Gerardo IENNA, Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

« L’apport de l’épistémologie historique bachelardienne au marxisme : science, idéologie et construction de la réalité chez Althusser »
Audrey BENOIT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« L’émergence de l’épistème computationnelle en médecine »
Mathieu CORTEEL, Université Paris-Sorbonne.

« Reflex and Resistance: Canguilhem and the Power of the Concept »
Samuel TALCOTT, University of the Sciences in Philadelphia

« Quels rôles jouent les arguments physiologiques dans l’évolution du concept de « situation de travail » dans la « physiologie professionnelle » (1860-1960) ? »
Barthélemy DURRIVE, Université Aix-Marseille

 

Samedi 21 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h45-13h00
Modérateur: Daniele Lorenzini

« The Critical Elements of Foucault’s Figure of Man »
Lucas OLSEN, University of Memphis

10h50-11h00 Pause-café
Séance conjointe avec le Séminaire Foucault animé par Jean-François Braunstein

« De la disciplinarisation des savoirs, enjeux et perspectives de recherche »
KEYNOTE ADDRESS par Sabine ARNAUD, Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin

Après-midi 14h30-17h30
Modérateur: Claude-Olivier Doron

« Le milieu, concept relationnel. Normativité des vivants et adaptation: de Canguilhem à Gould et Lewontin »
Fiorenza LUPI, Université de Roma “La Sapienza”

« Une réflexion archéologique de la MTC holistique à travers les problématiques d’événement QingHaoSu »
Mingjie TANG, Institut de philosophie, Académie chinoise des sciences sociales

15h50-16h00 Pause-café

« The Biomedical Formation of “Homosexuality” in the Iberian Contemporary Authoritarianisms: A Comparative Epistemological, Historical case »
Francisco MOLINA, UNED, Madrid

« “Humor”: from Biology to Culture in an Historical Epistemology´s Perspective »
Juan QUEIJO, University of the Republic, Uruguay

Clôture des journées

 

Comité scientifique
Christian BONNET, CHSPM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Jean-François BRAUNSTEIN, PhiCO, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, Université de Chicago
Pierre WAGNER, IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité organisateur
Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Audrey BENOIT, Nicola BERTOLDI
Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG