Variations on Styles, Historical and Philosophical Perspectives

Spring 2024 – Online Seminar

Università Ca’ Foscari Venezia – Department of Philosophy and Cultural HeritageEuropean Commission – This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101030646, “EPISTYLE”

Organizer:Matteo Vagelli (Ca’ Foscari/Harvard)

Link zoom:https://unive.zoom.us/j/88956275068

APRIL 29, 2024

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Chunglin Kwa, University of Amsterdam

The Dance and the Machine: The Islamic Reinterpretation of Ptolemy 

MAY 20, 2024

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Paolo Babbiotti, Università di Torino

Some Reflections on Style from the Perspective of Contemporary Anglo- American Philosophy

MAY 27, 2024

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Monica Calabritto, CUNYTruth, Verisimilitude, and Fiction: Narrativizing Early Modern Medicine and Law

JUNE 3, 2024

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Sergio Martinez, UNAM

Styles of Reasoning as Emergent Features of Cognitive Niches

JUNE 24, 2023

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Arianna Betti & Hein van den Berg, University of Amsterdam

Hacking for the Future: How to Model Styles of Reasoning and Scientific Revolutions

Further information:infoepistyle@gmail.com

Website:unive.it/epistyle

Matteo Vagelli, PhD

Marie Skłodowska-Curie Fellow (Ca’ Foscari University of Venice/Harvard University) 

unive.it/epistyle

Call for abstracts: Styles of Thinking & Doing in the Ecological History of Scientific Knowledge and Practices (Symposium at the 11th ESHS Conference, Barcelona 4-7 September 2024)

Dear colleagues,

Please find below a call for contributions to the 11th ESHS Conference (Barcelona, September 2024), on the symposium Styles of Thinking & Doing in the Ecological History of Scientific Knowledge and Practices.

Interested scholars are invited to send a paper proposal by November 18th, 2023 to Matteo Vagelli (matteo.vagelli@unive.it) and Joseba Pascual-Alba (joseba.pascual@ehu.eus).

Proposals should include a file of two pages with the following information:

    – (Page 1): Name, affiliation and a short bio (max 150 words).

    – (Page 2): Title and abstract (max 250 words).

Best wishes,

Matteo, Joseba

——–

Call for contributions:

Proposal for a Symposium at the 11th ESHS Conference, Barcelona 4-7 September 2024. Science, Technology, Humanity and the Earth.

Symposium: Styles of Thinking & Doing in the Ecological History of Scientific Knowledge and Practices

Ian Hacking (1982) initiated the project of exploring ‘styles of scientific reasoning’ by drawing from Alistair C. Crombie’s (1994) historical investigation on ‘styles of scientific thinking in the European tradition.’ Through this project, Hacking emphasized that ‘reason has a history’ and how standards of rationality emerge and evolve historically. Recognized as a valuable historical and philosophical tool for analysis (Hacking 1992), various historians and philosophers of science began incorporating this concept into their research (e.g., Davidson 1987; Gavroglu 1990; Schweber 1997; Radick 2000; Reck 2009; Elwick 2007; Winther 2012, 2013, 2015).

In later installments of his style project, Hacking (2012) related what he came to call ‘styles of thinking & doing’ to a cognitive and an ‘ecological’ history of reason (Atran 1990; Netz 1999). The aim of this symposium is to provide a reassessment of Hacking’s project, by engaging closely and critically with Hacking’s arguments on scientific styles. In this respect, some of the questions that this symposium will discuss are: What are the implications of Hacking’s theory of scientific styles at the level of language, truth, and understanding? What roles have styles played throughout the history of the sciences? How effective are styles as a historical-philosophical tool for comprehending scientific knowledge and practices? In what philosophical and historical ways could this project be further developed, especially within the context of an ecological history? 

Appel à contributions pour le Cahier Bachelard n° 18 : Suzanne Bachelard

Les propositions d’articles, d’une longueur de 30 000 à 50 000 signes, espaces et bibliographie comprises, doivent être envoyées par mail à l’adresse cahiers.bachelard@u-bourgogne.fr d’ici le 20 décembre.

Les propositions retenues par le comité éditorial seront ensuite soumises à une évaluation en double-aveugle par des pairs. Voir le Guide pour la préparation des manuscrits.

De Suzanne Bachelard, née en 1919 et décédée en 2007, on retient souvent les photos de Suzanne enfant, fille unique de Gaston Bachelard, élevée par son père qui l’a initiée dès son plus jeune âge aux congrès de philosophie. Au-delà de cette image, l’œuvre et la carrière de cette historienne et philosophe des sciences ont jusqu’à présent été peu étudiées. Ce numéro des Cahiers Bachelard cherche à y remédier en invitant à analyser différents aspects de la vie et de l’œuvre de Suzanne Bachelard.

Licenciée de mathématiques et agrégée de philosophie en 1946, Suzanne Bachelard commence sa carrière comme agrégée-répétitrice à l’École normale supérieure de Sèvres, et soutient ses thèses de doctorat d’État en 1957. Sa thèse principale de doctorat d’État a pour titre La conscience de rationalité : étude phénoménologique sur la physique mathématique (Suzanne Bachelard 1958a; Russo 1959) ; sa thèse complémentaire consiste en une traduction et un commentaire de Logique formelle et logique transcendantale de Husserl (Husserl 1957; Suzanne Bachelard 1958b; Lacroix 1958; Piatier 1957). Suzanne Bachelard obtient d’abord un poste de professeure à l’université de Lille, avant de devenir professeure à la Sorbonne en 1963 et directrice de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de 1971 à 1984 (Mosconi 2007; Pariente 2007; Gayon 2016).

Nous mettons en avant trois axes dans l’étude de son œuvre, tout en accueillant toute autre proposition qui entrerait dans le thème de ce numéro.

Axe 1 : Une réception de la phénoménologie husserlienne

Un premier axe d’étude de l’œuvre de Suzanne Bachelard consiste à étudier son rôle dans l’histoire de la phénoménologie française et, plus spécialement, dans l’histoire des réceptions françaises de la phénoménologie husserlienne. On pourra lire, dans cette perspective, le commentaire que Suzanne Bachelard a proposé de la logique de Husserl (Suzanne Bachelard 1958b; Benoist 1997), mais également l’effort proposé dans La conscience de rationalité pour appréhender la spécificité de la démarche scientifique en mobilisant les ressources conjointes de l’épistémologie bachelardienne et de la phénoménologie husserlienne.

Dans l’étude de ces textes, on pourra notamment se demander si Suzanne Bachelard reconnaît la pertinence de l’opposition entre une « philosophie du sujet » et une « philosophie du concept » dont Foucault (1994) a soutenu qu’elle était structurante dans l’histoire de la philosophie française du XXe siècle, ou si elle contribue à la remettre en cause. Foucault trouvait cette distinction formulée dans l’œuvre de Jean Cavaillès (1947), qui avait élaboré sa propre conception de l’activité scientifique dans une critique serrée de la logique transcendantale husserlienne (Vissio 2019). On pourra ainsi se demander ce qui singularise l’approche de Suzanne Bachelard parmi ces lectures épistémologiques de Husserl, en la comparant à celles qui ont été proposées par Cavaillès ou par des auteurs comme Gilles-Gaston Granger ou Jean-Toussaint Desanti.

Axe 2 : Suzanne Bachelard historienne des sciences

L’autre axe mis en avant dans ce numéro porte sur la pratique de l’histoire des sciences portée par Suzanne Bachelard. Nous accorderons une place importante à l’article « Épistémologie et histoire des sciences » (Suzanne Bachelard 1970), où elle définit ses propres orientations historiographiques en prenant position par rapport à celles de Gaston Bachelard (1972), mais aussi d’Alexandre Koyré (1966), Georges Canguilhem (1955) ou Michel Serres (1967). Selon Suzanne Bachelard, les principes historiographiques défendus dans « L’actualité de l’histoire des sciences » (Gaston Bachelard 1972) fondent une historiographie où « l’intérêt pour l’histoire est subordonné à l’intérêt pour la science » (Suzanne Bachelard 1970, p. 44). Soulignant les limites de cette dernière approche, elle cherche à ouvrir la possibilité d’une étude des sciences qui, tout en continuant à se présenter comme une « histoire épistémologique » (p. 46) et à assumer un caractère rétrospectif et normatif, propose une mise en œuvre plus prudente de l’histoire récurrente, qui se concentre sur « la micro-histoire » (p. 49) plutôt que sur les grands récits, et qui met en question les découpages spontanés du savoir. On pourra ainsi chercher à situer les positions de Suzanne Bachelard dans les débats sur la spécificité de l’histoire des sciences (Grimoult 2003), en les comparant notamment aux textes de Canguilhem (1975; 2009) ou Foucault (2008) qui reprennent également de l’œuvre de Gaston Bachelard cette question de la spécificité de l’histoire des sciences.

Un autre texte qui pourra retenir l’attention est « Quelques aspects historiques des notions de modèle et de justification des modèles » (Suzanne Bachelard 1979), où Suzanne Bachelard apporte une contribution à une épistémologie des modèles (Perru 2004; Varenne 2014), en formulant notamment une critique des thèses de Pierre Duhem (2016). Pour voir ces partis pris épistémologiques et historiographiques à l’œuvre dans l’étude de l’histoire des sciences, il serait particulièrement précieux de proposer une lecture des études historiques qui nourrissent La conscience de rationalité, prolongés par les travaux en histoire de la mécanique que Suzanne Bachelard a consacrés à Maupertuis et au principe de moindre action (Suzanne Bachelard 1958c; Suzanne Bachelard 1961), et par ses travaux en histoire de l’algèbre (Suzanne Bachelard 1967).

Axe 3 : Suzanne héritière et éditrice de Gaston

Un troisième axe consisterait à approfondir l’étude de ce qu’a impliqué, pour Suzanne Bachelard, d’être la fille de Gaston. Nous avons déjà mis en avant, dans la présentation des deux axes précédents, l’importance que le dialogue avec l’œuvre de Gaston Bachelard avait prise dans son propre itinéraire d’historienne et de philosophe des sciences. Mais parallèlement à cette comparaison des œuvres des deux Bachelard qui cherche à y déceler des formes d’héritage intellectuel, d’autres ressources pourraient être mobilisées pour interroger ce statut d’héritière d’un point de vue sociologique. On pourrait par exemple se proposer d’éclairer la trajectoire de Suzanne Bachelard par une étude sociologique des carrières féminines (Fauvel, Coffin et Trochu 2019), qui interroge les formes et les effets qu’a eu sur cette carrière le fait d’être immédiatement identifiée comme étant la fille de Gaston Bachelard. Une telle étude pourrait ainsi contribuer à montrer quelles possibilités et quelles impossibilités caractérisent les carrières féminines placées sous le signe de l’héritage du père, Suzanne Bachelard offrant une étude de cas remarquable dans la mesure où elle a occupé, à la fin de sa carrière, exactement les mêmes fonctions que celles qu’avait son père.

Il est également possible d’aborder cette question de l’héritage en un sens plus littéral, pour souligner que Suzanne Bachelard a eu un rôle d’exécutrice testamentaire. On pourra notamment étudier, dans cette perspective, le travail éditorial effectué par Suzanne Bachelard dans la publication posthume des *Fragments d’une poétique du feu* de Gaston Bachelard, en se demandant quels ont été les choix effectués dans l’établissement du texte, et quelle lecture Suzanne Bachelard y a donné de l’œuvre de son père.

Bibliographie indicative

Bachelard Gaston, 1972, « L’Actualité de l’histoire des sciences » dans L’engagement rationaliste, Paris, Presses universitaires de France (coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine »), p. 137‑152.

Bachelard Suzanne, 1979, « Quelques aspects historiques des notions de modèles et de justification de modèles » dans Élaboration et justification des modèles, Paris, Maloine, vol. 2/1, p. 3‑19.

Bachelard Suzanne, 1970, « Épistémologie et histoire des sciences » dans Actes du XIIe congrès international d’histoire des sciences, 1. A : Colloques, textes des rapports, Paris, A. Blanchard, p. 39‑51.

Bachelard Suzanne, 1967, La représentation géométrique des quantités imaginaires au début du XIXe siècle, Paris, Palais de la Découverte (coll. « Les conférences du Palais de la Découverte Histoire des sciences »).

Bachelard Suzanne, 1961, Les polémiques concernant le principe de moindre action au XVIIIe siècle, Paris, Palais de la Découverte (coll. « Les conférences du Palais de la Découverte – Histoire des sciences »).

Bachelard Suzanne, 1958a, La Conscience de rationalité, étude phénoménologique sur la physique mathématique, Paris, Presses universitaires de France.

Bachelard Suzanne, 1958b, « La Logique de Husserl », Philosophy and Phenomenological Research, 1958, vol. 19, no 1, p. 126‑127.

Bachelard Suzanne, 1958c, « Maupertuis et le principe de la moindre action », Thalès, 1958, vol. 9, p. 3‑36.

Benoist Jocelyn, 1997, Phénoménologie, sémantique, ontologie : Husserl et la tradition logique autrichienne, Paris, France, Presses universitaires de France.

Canguilhem Georges, 2009, « Le rôle de l’épistémologie dans l’historiographie scientifique contemporaine » dans Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie : nouvelles études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, J. Vrin, p. 11‑36.

Canguilhem Georges, 1975, « L’objet de l’histoire des sciences » dans Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, J. Vrin, p. 9‑23.

Canguilhem Georges, 1955, « La formation du concept de réflexe aux XVIIe et XVIIIe siècles ».

Cavaillès Jean, 1947, Sur la logique et la théorie de la science, Paris, Presses universitaires de France.

Duhem Pierre, 2016, La théorie physique. Son objet, sa structure, Lyon, ENS Éditions (coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales »).

Fauvel Aude, Coffin Jean-Christophe et Trochu Thibaud, 2019, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (xixe-xxe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines15 décembre 2019, no 35, p. 11‑24.

Foucault Michel, 2008, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard (coll. « Tel »).

Foucault Michel, 1994, « Dits et Écrits n°219, Introduction à la traduction anglaise du Normal et du pathologique de Georges Canguilhem, trad. ang. par Carolyn R. Fawcett et Robert S. Cohen, Boston, D. Reidel, 1978 » dans Dits et écrits, III, Paris, Gallimard, p. 429 sq.

Gayon Jean, 2016, « L’institut d’histoire des sciences », Cahiers Gaston Bachelard, Cahier N° 14, <halshs-01286480>.

Grimoult Cédric, 2003, Histoire de l’histoire des sciences : historiographie de l’évolutionnisme dans le monde francophone, Genève, Librairie Droz.

Husserl Edmund, 1957, Logique formelle et logique transcendantale : essai d’une critique de la raison logique, traduit par Suzanne Bachelard, Paris, France, Presses universitaires de France.

Koyré Alexandre, 1966, Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Presses universitaires de France.

Lacroix Jean, 1958, « Logique et Phénoménologie », Le Monde, 25 janv. 1958.

Mosconi Jean, 2007, « Éloge de Suzanne Bachelard », https://www.cnfhpst.org/sites/default/files/documents/eloge_Suzanne_Bachelard.pdf.

Pariente Jean-Claude, 2007, Retour à Bar-sur-Aubehttps://www.liberation.fr/livres/2007/12/06/retour-a-bar-sur-aube_107936/ , 6 décembre 2007.

Perru Olivier, 2004, « Le modèle, le vivant et la complexité », Revue des questions scientifiques1 avril 2004, vol. 175, p. 113‑132.

Piatier J., 1957, « Quand les femmes se mêlent de logique… », Le Monde, 1 juill. 1957 p.

Russo F., 1959, « Recension de La conscience de la rationalité. Etude phénoménologique sur la physique mathématique », Archives de Philosophie, 1959, vol. 22, no 2, p. 312‑314.

Serres Michel, 1967, « Les anamnèses mathématiques », Archives internationales d’histoire des sciences, 1967, no 78‑79.

Varenne Franck, 2014, « Épistémologie des modèles et des simulations : tour d’horizon et tendances » dans Les modèles, possibilités et limites, Paris, Éditions Matériologiques (coll. « Modélisations, simulations, systèmes complexes »), p. 13‑46.

Vissio Gabriele, 2019, « Jean Cavaillès, de la logique de Husserl à la dialectique du concept » dans Jean-François Braunstein, Matteo Vagelli et Iván Moya Diez (eds.), L’épistémologie historique : Histoire et méthodes, Paris, Éditions de la Sorbonne (coll. « Philosophie »), p. 59‑71.

Styles in the Arts and in the Sciences (online seminar)

Fall 2022-Winter 2023 – Online Seminar

Università Ca’ Foscari Venezia – Department of Philosophy and Cultural Heritage

European Commission – This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101030646, “EPISTYLE”

Organizer: Matteo Vagelli (Ca’ Foscari/Harvard)


Link zoom: unive.zoom.us/j/87432697512

Further information: matteo.vagelli@unive.it

Website: unive.it/epistyle

 

OCTOBER 17, 2022

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Isabelle Kalinowski, ENS Paris

Gottfried Semper: Style and the Thickness of Time

 

OCTOBER 24, 2022

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Rémi Mermet, ENS Paris

Beyond Formalism: Heinrich Wölfflin’s Concept of Style

 

OCTOBER 31, 2022

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Andrea Pinotti, Università degli Studi di Milano

Style in Art and Style in perception: a Problematic Correlation

 

JANUARY 24, 2023

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Frédéric Fruteau de Laclos, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Existentialisme de la connaissance et stylistique de l’idéation

 

FEBRUARY 6, 2023

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Mari Hvattum, Oslo School of Architecture and Design

Style and Solitude. The History of an Architectural Problem

 

FEBRUARY 13, 2023

17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Eva Geulen, ZfL Berlin

Why Style Now?

Matteo Vagelli, PhD

Marie Skłodowska-Curie Fellow (Ca’ Foscari University of Venice/Harvard University) 

unive.it/epistyle

Colloque: Claude Bernard. Histoire et philosophie d’une théorie physiologique (17-18 mai 2022)

Colloque : « Claude Bernard. Histoire et philosophie d’une théorie physiologique »
 

Lieu : Montréal, CIRST
Dates : mardi 17 & mercredi 18 mai 2022

Le colloque sera donné en format hybride

Le programme est disponible à l’URL suivant :

https://cirst2.openum.ca/files/sites/179/2022/04/Programme_ClaudeBernard.pdf

Prière de s’inscrire préalablement via :

https://uqam.zoom.us/meeting/register/tZItf–orjIoGNeZgRqbomkhYgLZRWhCWhiU

Local : Université du Québec à Montréal

Pavillon Thérèse-Casgrain (W)
455, Boulevard René-Lévesque Est

Montréal, Québec, H2L 4Y2

Département de philosophie,

5e étage Salle W-5215

Informations : cirst@uqam.ca

Colloquium « Claude Bernard. History and philosophy of a Physiological Theory »

Location : Montréal, CIRST
Dates : Tuesday 17th  & Wednesday 18th, May 2022

The colloquium will be held as a hybrid event

The program is available at the following url :

https://cirst2.openum.ca/files/sites/179/2022/04/Programme_ClaudeBernard.pdf

Please register beforehand at :

https://uqam.zoom.us/meeting/register/tZItf–orjIoGNeZgRqbomkhYgLZRWhCWhiU

Room : Université du Québec à Montréal

Pavillon Thérèse-Casgrain (W)
455, Boulevard René-Lévesque Est

Montréal, Québec, H2L 4Y2

Département de philosophie,

5th Floor, Room W-5215 
 

Informations : cirst@uqam.ca

Styles and Method in the Early-Modern and the Modern Period

Styles and Method in the Early-Modern and the Modern Period 
Spring 2022 – Online Seminar
 
Università Ca’ Foscari Venezia – Department of Philosophy and Cultural Heritage

European Commission – This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101030646, “EPISTYLE”


Organizer: Matteo Vagelli (Ca’ Foscari/Harvard)
Further information: matteo.vagelli@unive.it
 
APRIL 11, 2022  
17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5
Carlotta Santini, CNRS
Reading well, writing well, living well. Friedrich Nietzsche and the question of style
 

APRIL 26, 2022
17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5
Raz Chen-Morris, Hebrew University of Jerusalem
Fantasy, Scientific Thought and the End of Baroque Science

MAY 2, 2022
17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5
Denis Kambouchner, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Du style en philosophie, à partir de Descartes – entretien avec Denis Kambouchner

MAY 12, 2022
17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5
Emilie Passignat, Università Ca’ Foscari Venezia
Manner: Connoisseurship and Taxonomy, Individual and Collective Identity
 

MAY 23, 2022
17.30h CET – 16.30h GMT – 11.30 GMT-5

Gianna Pomata, Johns Hopkins
The Unbearable Lightness of Thinking: Theory as “Capriccio” in 17th-Century Medicine
 
Matteo Vagelli, PhD
Marie Skłodowska-Curie Fellow (Ca’ Foscari University of Venice/Harvard University) 

Journées Latino-Américaines d’Épistémologie Historique

 
PROGRAMA:

16/07- Epistemologia histórica e história das ciências humanas
Marcela Renée Becerra Bátan (UNSL, Argentina), María Laura Martínez (UDELAR, Uruguai), Maurício de Carvalho Ramos (USP)

23/07 – Historiografia das Ciências
Marlon Salomon (UFG), Mauro Condé (UFMG), Francismary Alves da Silva (UFSB)

30/07 – História e epistemologia da Geografia
Larissa Lira (UFMG), Wolf-Dietrich Sahr (UFPR), Patrícia Aranha (USP)

06/08 – História e epistemologia da Psicologia
Iván Moya Diez (Université Paris 1, França), Marcio Luiz Miotto (UFF) Marcos Camolezi (Núcleo de Estudos Bergsonianos – NEB/UNIFESP),

13/08 – Ciências Humanas e Artes
Camila Gui Rosatti (USP), Paulo Knauss (UFF), Pedro Caldas (Unirio)

20/08 – Medicina e humanidades
Sandra Caponi (UFSC), José Ricardo de C. M. Ayres (USP), Kleverton Bacelar (UFBA)

27/08- Arquivos e big data

João Ohara (UFRJ), Miguel Palmeira (USP), Thiago Nicodemo (Unicamp)

03/09 – História do método

Fábio Ferreira de Almeida (UFG), Itamar Freitas de Oliveira (UFS), Tiago Santos Almeida (UFG),

10/09 – História da Historiografia

Felipe Brandi (EHESS), Rodrigo Turin (Unirio), Temístocles Cezar (UFRGS)

17/09- Para além do pensamento moderno
Federico Navarrete Linares (UNAM, México), Francine Iegelski (UFF), Marcos Lanna (UFSCar)
 
 

Global histories of the social survey in the long nineteenth century – February 18-19, 2020 – Centre Marc Bloch, Berlin

Global histories of the social survey in the long nineteenth century aims at analysing the co-production of the social and the colonial as related objects of scientific knowledge as well as fields of political and economic intervention in the long nineteenth century. The period under consideration connects the military-scientific expeditions to Egypt and the Terres Australes of the late Republic and early Napoleonic empire with the reconfiguration of the colonial world-order in
the wake of the First World War (ca. 1798-1918). As research in recent decades has focused mainly on the production of state-related social knowledge as tool of government and domination, our workshop wishes to explore administrative knowledge production along with less state-centred knowledge practices. While histories of classification in terms of gender, race and class as well as other social categories and their related juridical-economic consequences are an indispensable
background for studies on the history of early social sciences, it is our understanding that the focus on taxonomy and structure tends to overwrite the imaginative and intellectual agency of categorized subjects themselves. For related reasons the history of social inquiry has received large attention as an instrument of discipline but much less as an active means of epistemic resistance.
The perspective of a “history of inquiries” (Topalov 2015) in a global perspective might allow to disclose some of these untold stories at the intersection of state-related knowledge (Vogel/ Schilling 2019) and its appropriation and transformation by diverse groups of actors. At the same time the study of early techniques of social surveys, their development, reception and circulation through European and colonial spaces might contribute to a history of administrative knowledge in its social/national as well as colonial realm. Yet, the workshop does not aim to define the practice of the inquiry, its goal is rather a preliminary exploration of its different forms, materials and techniques. Leading questions of the workshop are: What were the representations of the “social” and the “colonial” embedded in and created by inquiries? How did they evolve and circulate throughout empires and social movements alike? How was epistemic resistance organized and how did social knowledge production from below look like? What are the methodological potentials and challenges of a global history of the social survey as an alternative path to write the history of the social/colonial sciences in the long nineteenth century?

Philosophie et histoire de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent – Séminaire de formation et recherche 2019/2020

OBJECTIFS

DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DES IDÉES EN PSYCHIATRIE DE L’ENFANT CONNAÎTRE LES GRANDS CONCEPTS CLINIQUES ET LEURS AUTEURS; ANALYSER L’ÉVOLUTION DES TERMINOLOGIES ET DES CLASSIFICATIONS; METTRE EN PERSPECTIVE LES PRATIQUES CLINIQUES ET THÉRAPEUTIQUES CONTEMPORAINES; PRÉSENTER DES PISTES DE RECHERCHES EN SCIENCES HUMAINES

19 septembre : John Haslam, les premiers cas d’observation pédopsychiatrique, par Jérémie SINZELLE

10 octobre : Le cas Hölderlin, adolescence, folie et créativité : de M. Blanchot à J. Laplache, par Clément FROMENTIN

21 novembre : Le TDAH et ses traitements au fil du temps, par Eric KONOFAL

19 décembre : Attention, agitation. Comment le signifiant « agitation » a recouvert le signifiant « excitation », par Yann DIENER

23 janvier : Visualiser l’esprit de l’enfant : vers une épistémologie historique de l’observation de la petite enfance, par Félix RIETMANN

27 février : « L’enfant fou » au 19ème siècle : quelles définitions ? Quelles réalités ? Par Aude FAUVEL

26 mars : Aspects historiques et épistémolo- giques de la psychiatrie transculturelle, par Marie-Rose MORO

23 avril : Julian de Ajuriaguerra (1911-1993) passeur de frontières, par Evelyne LENOBLE

28 mai : Autour de la naissance de la pédopsy- chiatrie dans l’entre-deux-guerres, par Frédéric FRUTEAU / Yann CRAUS

25 juin : Le syndrome d’Asperger-Wing à partir de l’histoire de Czech et Sheffer, par Yann CRAUS et Jérémie SINZELLE

Argument : Spécialité médicale dynamique, la psychiatrie de l’enfant établit ses champs de savoir, de pratiques et de recherches à la croisée des sciences biomédicales (e.g. neurosciences, épidémiologie, sciences cognitives) d’une part, et d’autre part des sciences humaines (e.g. sociologie, anthropologie, linguistique). Ce séminaire propose de participer à la formation en pédopsychiatrie, du côté des sciences humaines, au travers des outils de la philosophie et de l’histoire, véritables domaines de recherche et de contribution à la connaissance clinique. L’histoire de la psychiatrie, issue d’une longue tradition en France illustrée notamment par les travaux de Georges Lantéri‐Laura, Paul Bercherie, Jacques Postel, Jean Garrabé, Michel Caire, est déjà abordée dans différents séminaires franciliens, tandis que la philosophie de la psychiatrie suscite un regain d’intérêt international depuis les années 1990 et surtout 2000, au‐delà des apports classiques de la phénoménologie introduite dans la clinique psychiatrique par Karl Jaspers au début du XXème siècle. Philosophie et Histoire avanceront ici ensemble dans l’étude des textes fondamentaux de la pédopsychiatrie et de leurs auteurs. Apparaîtront alors la langue originale de nos devanciers, les concepts qu’elle charrie ainsi que leurs différentes fortunes. Aussi serons‐nous en mesure, au plus près de la pensée clinique, de mieux comprendre les débats actuels qui animent notre discipline tout en réfléchissant à une psychiatrie de l’enfant en construction.

Entrée libre (inscription par courriel pour les internes : y.craus@ghu-paris.fr )

HORAIRE : UN JEUDI MENSUEL DE 16H À 18H

BIBLIOTHÈQUE MÉDICALE HENRI EY – 2ÈME SALLE DE LECTURE

GHU PARIS PSYCHIATRIE & NEUROSCIENCES 1, RUE CABANIS 75014 PARIS

Bachelardismes et anti-bachelardismes en France. Controverses épistémologiques des années 1960

Colloque organisé par l’USR République des Savoirs, avec le soutien du Labex TransferS et de l’Institut d’études avancées de Paris

Présentation

On a souvent souligné l’importance de l’épistémologie bachelardienne dans les années 1960, en particulier via la diffusion qu’en a assurée Georges Canguilhem. De telles généralités masquent cependant et la pluralité des héritages bachelardiens et les résistances que les thèses épistémologiques de Bachelard ont d’emblée suscitées. C’est pourquoi ce colloque se propose d’étudier l’incidence de ces thèses, non pas en partant d’une référence à une hypothétique « épistémologie française », mais en s’attachant à distinguer les différents lieux où elles ont provoqué polémiques et controverses.


Programme

Mardi 16 avril

09.00 – 12.00   Matérialisme historique et héritages marxistes
Présidence : Sophie Roux

Le bachelardisme problématique de Louis Althusser
Simone Mazauric, Université de Lorraine

Critique de l’idéalisme empiriste : l’histoire bachelardienne des sciences dans l’épistémologie d’Althusser
Audrey Benoit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pause café

Can Rupture Be Thought? Historical and Epistemological Breaks in Althusser, Lardreau, and Rancière
Jussi Palmusaari, King’s College London

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 18.00   Épistémologie historique et histoire des sciences
Présidence : Frédéric Worms

La question de l’historicité des sciences chez les bachelardiens
Sophie Roux, École normale supérieure

Épistémologie historique et sociologie de la connaissance. Bachelard et l’émergence des SHS
Giuseppe Bianco, Universidade de São Paulo/EHESS

Pause café

The Bachelardian Anti-Bachelardism of Georges Canguilhem’s Histories of Scientific Concepts
Sam Talcott, University of the Sciences in Philadelphia

Analyser les pratiques sans coupure épistémologique : deux usages de la vérité chez Canguilhem et Foucault
Stéphane Zygart, Université de Lille

The legacy of Gaston Bachelard’s phenomenotechnique : un héritage invisible ?
Massimiliano Simons, KU Leuven & Matteo Vagelli, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mercredi 17 avril

09.00 – 12.00   Rupture et sociologie
Présidence : Simone Mazauric

Pierre Bourdieu avec Gaston Bachelard : de la « rupture épistémologique » à la pratique de la réflexivité
Marc Joly, CNRS/UVSQ

La double rupture
François de Singly, Université Paris Descartes

Pause café

Quelques complications associées à l’idée de « rupture épistémologique » : une relecture de la polarité « sociologie critique » / « sociologie de la critique »
Elsa Rambaud, Université de Nantes

12.00 – 13.30   Pause déjeuner

13.30 – 15.00   Rupture et sociologie (suite)
Présidence : Simone Mazauric

L’(auto)critique du bachelardisme en sociologie par Jean-Claude Passeron
Lucie Fabry, École normale supérieure

La raison élastique : Passeron, les sciences de la culture et l’héritage bachelardien
Philippe Lacour, Universidade Federal de Brasilia

Pause café

15.30 – 18.00   La science et ses autres
Présidence : Lucie Fabry

Bachelard auteur de science-fiction ? Sciences et fictions de l’anti-bachelardisme dans les années 1980
Vincent Bontems, CEA/Mines ParisTech

« Il ne faut pas trop médire des images ». Imagination matérielle et fantastique transcendantale
Frédéric Fruteau de Laclos, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dialectique de la durée et temps logique : Bachelard avec Lacan
Elie During, Université Paris Nanterre

Dates: 16 avr 2019 09:00 – 17 avr 2019 18:00

Lieu :Institut d’études avancées de Paris
17 quai d’Anjou 
Hôtel de Lauzun 
75004 Paris

Émail du responsable : information@paris-iea.fr

The Philosophy of Ian Hacking

The MTA BTK Lendület Morals and Science Research Group cordially invites you to its upcoming conference on

The Philosophy of Ian Hacking

Date of the event: 29th-30th March, 2019.
Venue of the event: 1097 Budapest, 4. Toth Kalman st., 7th floor

Programme:

Friday, 29th of March

09.00-10.00: Janette Dinishak: “Autistic Autobiography” Ten Years Later

10.00-10.30: Krzysztof Tarkowski: Who Are You, Professor Hacking?

10.30-11.00: Loren King: Between Two Worlds: Reading Hobbes through Hacking

11.00-11.30: coffee break

11.30-12:30: Mark Risjord: Surrogative Inference and Entity Realism

12.30-13.00: Joao Ribeiro Mendes: The Influence of Gaston Bachelard’s Philosophy of Science on Ian Hacking’s Experimental Realism: An Assessment

13.00-14.30: lunch

14.30-15.00: Tina Wachter: Can Conventionalism Save the Identity of Indiscernibles?

15.00-15.30: Ozan Altinok: Ian Hacking: Limiting Language to Make Place for Reality

15.30-16.00: Charles Djordjevic: Doing ‘Meaning and Use’ Right: Hacking, History and the Legacy of the Later Wittgenstein

16:00-16:30: coffee break

16.30-17.00: Marius Markuckas: Ian Hacking’s Philosophy and the Self-Contradiction of Transhumanism

17.00-18.00: Thomas Uebel: Language, Truth, and Hacking

Saturday, 30th of March

09.00-10.00: Jonathan Tsou: Hacking on Looping Effects and Kinds of People: Instability and Stability in the Classification of Human Types

10.00-10.30: Georgina H. Mills: The Only Epistemic Looping Effect

10.30-11.00: Matteo Colombo & Regina Fabry: Predictive Processing and Delusion. On the Looping Dynamics of Personal and Sub-personal Explanation

11.00-11.30: coffee break

11.30-12.00: Vincenzo Politi: What If You Can’t Spray Them? On Entities, Realisms and Inferences

12.00-12.30: Catherine Green: Nomadic Concepts: Hacking’s Human Kinds and Social Science Concepts

12.30-13.30: lunch

13.30-14.30: Luca Sciortino: Why Styles of Reasoning Matter

14.30-15.00: Matteo Vagelli: Discursive Formations and Styles of Reasoning

15.00-15.30: Hanna Szabelska: Hacking’s Archaeology of Probability: Critical Remarks

15.30-16.00: coffee break

16.00-17.00: Axel Gelfert: The Primacy of Practice: Ian Hacking’s Philosophy of Mathematics

17.00-18.00: Paul Roth: Hacking’s Historiography

Cristina Chimisso (Open University) at SHE – Unimi

Prof. Cristina Chimisso (Open University London), currently Senior Visiting Fellow at the Department of Philosophy of the University of Milan, will deliver two lectures at the Seminar of Historical Epistemology.

The first one is scheduled for March 20 (2.30 p.m.) in Sala Paci, please find below the title and abstract. Everybody is welcome!

Historical Epistemology”

Abstract: Although the term ‘historical epistemology’ has been used to indicate more than one cluster of research projects, it was originally coined by Dominique Lecourt as a label for the French philosophical tradition associated with Gaston Bachelard and Georges Canguilhem. I shall discuss historical epistemology in this original sense. I shall argue that the philosophical significance of historical epistemology would be even greater if historians of philosophy, first, properly distinguished Bachelard’s and Canguilhem’s respective philosophies, and, second, considered often neglected historical epistemologists, including Léon Brunschvicg, EÉmile Meyerson, Hélène Metzger, Abel Rey and Lucien Lévy-Bruhl. I shall also argue that historical epistemology offers interesting historiographical models to the historically-minded historian of philosophy.

The second talk is scheduled for April 2 (10.30 a.m.) in Sala Paci, please find below the title and abstract. Everybody is welcome!

Normal: Georges Canguilhem on medicine and the individual

The boundary between what is considered normal and what is considered
pathological is not stable, and in some cases is highly controversial. Is there a right way of drawing this distinction? And who should decide whether a state is normal or pathological? The philosopher Georges Canguilhem (1904-1995) provided original answers to these questions. I shall discuss them, and argue that they can still play an important role in our current debates. At the same time, I shall indicate some of their limitations.

University of Milan, Dept. Of Philosophy, via Festa del Perdono 7, 20122 MilanoFurther information @ http://www.filosofia.unimi.it/guzzardi | luca.guzzardi@unimi.it

Further information @ http://www.filosofia.unimi.it/guzzardi | luca.guzzardi@unimi.it

Table ronde « Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes », jeudi 14/03, 17h à 19h30 à l’ENS

Dans le cadre des Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences (JHPS) de l’ENS, le CAPHÉS* a le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’édition des Œuvres complètes de Georges Canguilhem :

« Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes »

Jeudi 14 mars 2019 — École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, salle 236 (2e étage), 75005 Paris  17h à 19h 30

Suivi d’un apéritif convivial dans l’espace Curie (rez-de-chaussée)

Intervenants : Jean-François Braunstein, Camille Limoges, Claude Debru,
François Delaporte, Yves Schwartz et Xavier Roth.

Modérateur : Mathias Girel, directeur du CAPHÉS
Le Centre documentaire du CAPHÉS a le plaisir d’accueillir à l’ENS depuis plusieurs années l’équipe éditoriale qui s’est constituée autour de l’entreprise des Œuvres complètes de Georges Canguilhem. Après la publication de trois des six tomes, l’équipe du CAPHÉS souhaite réunir quelques anciens élèves de Georges Canguilhem et participants à l’entreprise éditoriale pour évoquer la question de la transmission : témoignages d’anciens élèves, travail des éditeurs de textes à partir des archives, ou comment les Œuvres complètes donnent à voir les « traces du métier » du professeur de philosophie qu’a tenu à être Georges Canguilhem.

Inscription : marie-laure.massot@ens.fr

Affiche et informations sur le site de l’ENS : https://www.ens.fr/agenda/georges-canguilhem-transmission-d-une-pensee/2019-03-14t163000

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search