CFP – 6èmes Journées d’études sur l’EH – Paris 2020

THE WORKSHOP HAS BEEN POSTPONED TO A LATER DATE

THE CALL FOR PAPERS WILL REOPEN AS SOON AS NEW DATES WILL BE AVAILABLE 

Appel à Communications 

6èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique
Épistémologie historique et épistémologie de l’histoire

Paris, 4-5-6 juin 2020

 [ENGLISH BELOW]

 

Les journées d’études sont organisées par

Épistémologie Historique. Research Network on the History and the Methods of Historical Epistemology

avec le soutien de 

École doctorale de Philosophie – ED 280 (Paris 1)
IHPST (UMR 8590, Paris 1/CNRS)
PhiCO/ISJPS (UMR 8103, Paris 1)

République des Savoirs (USR 3608, ENS/ Collège de France/CNRS)
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales –
ED 540 (ENS) – EUR Translitteræ (PSL)

Maison d’Auguste Comte

 

L’étude des rapports que l’épistémologie historique entretient avec l’histoire révèle un paradoxe : d’un côté, la notion même d’épistémologie historique confère à l’histoire un rôle essentiel, en proposant de lier entre elles la réflexion philosophique sur les sciences et la prise en compte de leur historicité. Mais, d’un autre côté, force est de constater que l’épistémologie historique s’est très peu intéressée à la discipline historienne en tant que telle. Ainsi l’épistémologie historique n’a-t-elle pas développé, du moins à l’origine, une épistémologie de l’histoire.

On peut trouver l’origine de ce paradoxe dans les textes de Gaston Bachelard qui ont posé les jalons de l’historiographie propre à l’épistémologie historique. En affirmant que l’histoire des sciences ne pouvait être une histoire comme les autres, Bachelard y opposait point par point les exigences de l’historiographie traditionnelle — la rigueur descriptive et le souci d’éviter les anachronismes — et celles de l’histoire des sciences qu’il souhaitait promouvoir, qu’il présentait comme une histoire du progrès scientifique, résolument rétrospective et normative.

Dans la perspective de Bachelard, qui ne reconnaît d’autre forme d’historicité que celle de l’accès à la scientificité, on peut ainsi poser la question de savoir si la discipline historienne possède elle-même une histoire comparable à celle de la physique ou des mathématiques, ou si elle se rapproche davantage de l’anhistoricité du préscientifique. Les héritages pluriels de l’épistémologie bachelardienne que l’on a pu rassembler sous la notion d’épistémologie historique se sont caractérisés par différentes manières de répondre à cette question ou de la reformuler. Certains auteurs ont tenté d’appliquer les concepts et les méthodes de l’épistémologie historique à l’histoire elle-même. C’est le cas de Louis Althusser, qui présente l’émergence du matérialisme historique comme le dépassement d’une histoire idéologique et l’accès à une science de l’histoire. L’épistémologie historique s’intéresserait alors à l’histoire dans la mesure où celle-ci est capable d’accéder à une scientificité comparable à celle des sciences de la nature. Une tentative un peu différente de resserrer les liens entre l’épistémologie historique et l’histoire générale est proposée par L’Archéologie du savoir, qui s’inspire de l’épistémologie bachelardienne et de l’histoire des Annales pour élaborer un nouveau manifeste historiographique. Foucault nous inviterait alors à modifier les catégories initiales de l’épistémologie historique, pour poser la question plus générale du découpage des formations discursives, question qui s’appliquerait aussi bien à la science qu’aux autres phénomènes discursifs. Malgré ce précédent foucaldien, on peut se demander si les présupposés de l’historiographie bachelardienne ne font pas partie des facteurs qui pourraient expliquer la faible intensité des relations entre l’histoire des sciences et l’histoire des mentalités, que l’on a régulièrement déplorée.

Des auteurs comme Gilles-Gaston Granger, dont on connaît l’influence sur Paul Veyne, ont plutôt cherché à justifier le fait que l’épistémologie historique n’ait pas pris pour objet la discipline historienne, en avançant différents arguments pour montrer que l’histoire n’est pas une science. On pourra interroger, dans cette perspective, le statut qui est alors conféré à la démarche historienne, et se demander si le fait de refuser à l’histoire la scientificité ne vient pas, en retour, fragiliser subrepticement une épistémologie historique qui s’appuie sur l’histoire des sciences. On pourra finalement étudier des auteurs qui, tout en remettant en cause l’idée que l’histoire puisse être une science au même titre que les sciences de la nature, ont cependant refusé de la rapprocher de la connaissance commune : c’est ainsi le cas de Jean-Claude Passeron qui, tout en s’inspirant de l’épistémologie historique, revendique l’existence d’une différence radicale entre le régime de scientificité des sciences historiques et celles des sciences expérimentales, et montre que cette différence affecte les types de progrès et de discontinuités dont ces sciences sont susceptibles. On pourra ainsi se demander s’il n’est pas utile de revenir sur la distinction bachelardienne entre histoire des sciences et histoire générale en remarquant les différences entre les histoires des différentes disciplines scientifiques. La question, en effet, ne concerne pas seulement la discipline historienne en tant que telle, mais toutes les sciences qui se veulent “historiques” dans la mesure où elles portent sur des événements ayant eu lieu dans le passé et qui vont des diverses sciences humaines et sociales à la géologie ou à la biologie de l’évolution, pour ne citer que des exemples. Ces sciences sont-elles toutes historiques dans le même sens ? Dans quel sens et dans quelle mesure une discipline peut-elle se dire “historique” ? De quelle manière l’historicité d’une science est-elle liée à l’historicité de son objet et de ses méthodes ? 

Trois sont donc les axes que nous voudrions analyser à l’occasion de ces journées :

  • Axe 1 : Quelle est la spécificité de l’histoire des sciences par rapport à d’autres démarches historiennes ? 
  • Axe 2 : Vers une épistémologie historique de l’histoire ?
  • Axe 3 : La pluralité des rapports entre historicité et objets scientifiques dans les savoirs formels, sciences de la vie, sciences de la matière, sciences humaines et sociales.

Comme les années précédentes, nous souhaitons que le sujet retenu soit l’occasion d’une rencontre entre des philosophes et historiens des sciences aux options méthodologiques variées. Nous désirons donc recevoir des propositions adoptant dans des proportions diverses une approche historique et/ou analytique appliquée à la clarification critique de certains des concepts les plus centraux des sciences “sciences historiques” au sens large, allant de l’histoire historienne aux sciences sociales et aux sciences de la vie. 

Les propositions d’interventions (max 500 mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 15 mars 2020 (date de réponse le 1 avril), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des journées seront le français et l’anglais. 

 

Call for papers

6th International Workshop on Historical Epistemology
Historical Epistemology and Epistemology of History

Paris, 4-5-6 June 2020

 

The workshop is organized by

Épistémologie historique. Research Network on the History and the Methods of Historical Epistemology

With the support of

École doctorale de Philosophie – ED 280 (Paris 1)
IHPST (UMR 8590, Paris 1/CNRS)
PhiCO/ISJPS (UMR 8103, Paris 1)

République des Savoirs (USR 3608, ENS/ Collège de France/CNRS)
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales –
ED 540 (ENS) – EUR Translitteræ (PSL)

Maison d’Auguste Comte

 

Study of the relationship between historical epistemology and history immediately reveals a paradox: on the one hand, the very idea of historical epistemology assigns a central role to history, proposing to connect philosophical reflection on the sciences with acknowledgement of their historicity. Yet, on the other hand, one cannot fail to notice that historical epistemology as a field has concerned itself very little with the discipline of history as such. As a result, it has not yet developed an epistemology of history.

We can locate the origin of this paradox in the texts of Gaston Bachelard, which laid out the basic notions about history still characterizing historical epistemology. Recognizing the history of science as distinct from traditional history, Bachelard conceived history of science to oppose point-by-point the needs of traditional historiography – including its emphasis on rigorous description and concern for avoiding anachronism. The resulting history of scientific progress he presented was resolutely retrospective and normative.

Bachelard did not acknowledge any form of historicity other than the one made possible by overcoming the threshold of scientificity. He thus asked whether the discipline of history should be understood to have a history comparable to that of physics or mathematics or if it should be understood as closer to the ahistoricity of the pre-scientific. The plural heritages of Bachelardian epistemology that gathered around this question are characterized by their different ways of responding to or reformulating this question. Some authors have tried to apply the concepts and methods of historical epistemology to history itself. That is the case for Louis Althusser, who presents the emergence of historical materialism as the overcoming of an ideological notion of history and ascension of a science of history. Historical epistemology would therefore be interested in history to the extent that the latter is capable of accessing a level of scientificity comparable to that of the natural sciences. A somewhat different attempt to reinforce the links between historical epistemology and general history is put forward by Foucault’s Archaeology of Knowledge, which is inspired by Bachelard’s epistemology and by the history of the Annales and aims to elaborate a new historiographic manifesto. Foucault invites us to modify the initial categories of historical epistemology in order to ask a more general question about the emergence of discursive formations –a question which applies to the sciences as well as to other discursive phenomena. This Foucauldian precedent notwithstanding, one may ask whether the presuppositions underwriting Bachelardian historiography are not among the main factors explaining the weak relationship between the history of science and the history of mentality.

Authors like Gilles-Gaston Granger, whose influence on Paul Veyne is well known, have tried to justify the fact that historical epistemology has not taken the discipline of history as an object by putting forward different claims that history is not a science. Examining the status given to history in various arguments allows us to analyse the degree to which the move to deny history a form of scientificity marginalizes or renders precarious forms of historical epistemology that rely on the history of science. It also enables us to analyse the arguments of authors that, despite questioning whether history is a science in the same sense as the natural sciences, nonetheless refuse to consider it as closer to common knowledge: this is the case for Jean-Claude Passeron, who, while drawing on historical epistemology, sees a radical difference between the regime of scientificity of the historical sciences and that of the experimental sciences and argues that this difference affects the types of progress and of discontinuity these sciences instantiate. Exploring such arguments will make it possible for us to return to Bachelard’s distinction between the history of science and general history by remarking on differences between the histories of the different scientific disciplines. These questions are relevant not only for the discipline of history itself but also for other sciences that claim to be “historical” to the extent that they bear on events that have taken place in the past – from the human and social sciences to geology or the biology of evolution, just to mention some examples. Are all these sciences “historical” in the same sense? In what sense can a discipline consider itself “historical”? In what way is the historicity of a science linked to the historicity of its objects and its methods?

There are three axes we would like to analyse for this year’s workshop:

  • Axe 1: What is specific about the history of science in relation to other historical methodologies?
  • Axe 2:   What would it mean to move towards an historical epistemology of history?
  • Axe 3: How can we characterize and distinguish the historicity of scientific objects in formal knowledge, the life sciences, the sciences of matter, and the human and the social sciences?

As in previous years, we would like this theme to represent an occasion for encounter among philosophers and historians of science with different methodological approaches. In other terms, we would like to receive proposals adopting a range of historical and/or analytical approaches to critical clarification of the central concepts of the “historical sciences,” understood in the widest sense as spanning from history as such to the social and life sciences.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 15 March 2020 (notification of acceptance or refusal by 1 April) in Word or .pdf formats to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early career researchers will be prioritized. The languages of the workshop will be French and English.

 

Confirmed Keynotes

Sophie Roux (ENS)
Paul A. Roth (California)
Perrine Simon-Nahum (EHESS)

 

Comité d’organisation

Matteo Vagelli (coordinateur)
Ivan Moya Diez (coordinateur)
Caroline Angleraux
Marcos Camolezi
Lucie Fabry
Victor Lefèvre

Comité Scientifique

Christian Bonnet, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, PhiCo Paris 1
Hasok Chang, Cambridge University
Cristina Chimisso, Open University, UK
Arnold I. Davidson, Université de Chicago
Moritz Epple, Université de Francfort
Pierre Wagner, IHPST Paris 1

 

 

Global histories of the social survey in the long nineteenth century – February 18-19, 2020 – Centre Marc Bloch, Berlin

Global histories of the social survey in the long nineteenth century aims at analysing the co-production of the social and the colonial as related objects of scientific knowledge as well as fields of political and economic intervention in the long nineteenth century. The period under consideration connects the military-scientific expeditions to Egypt and the Terres Australes of the late Republic and early Napoleonic empire with the reconfiguration of the colonial world-order in
the wake of the First World War (ca. 1798-1918). As research in recent decades has focused mainly on the production of state-related social knowledge as tool of government and domination, our workshop wishes to explore administrative knowledge production along with less state-centred knowledge practices. While histories of classification in terms of gender, race and class as well as other social categories and their related juridical-economic consequences are an indispensable
background for studies on the history of early social sciences, it is our understanding that the focus on taxonomy and structure tends to overwrite the imaginative and intellectual agency of categorized subjects themselves. For related reasons the history of social inquiry has received large attention as an instrument of discipline but much less as an active means of epistemic resistance.
The perspective of a “history of inquiries” (Topalov 2015) in a global perspective might allow to disclose some of these untold stories at the intersection of state-related knowledge (Vogel/ Schilling 2019) and its appropriation and transformation by diverse groups of actors. At the same time the study of early techniques of social surveys, their development, reception and circulation through European and colonial spaces might contribute to a history of administrative knowledge in its social/national as well as colonial realm. Yet, the workshop does not aim to define the practice of the inquiry, its goal is rather a preliminary exploration of its different forms, materials and techniques. Leading questions of the workshop are: What were the representations of the “social” and the “colonial” embedded in and created by inquiries? How did they evolve and circulate throughout empires and social movements alike? How was epistemic resistance organized and how did social knowledge production from below look like? What are the methodological potentials and challenges of a global history of the social survey as an alternative path to write the history of the social/colonial sciences in the long nineteenth century?

Parution: Livre d’Audrey Benoit: Trouble dans la matière. Pour une épistémologie matérialiste du sexe.

L’auteure

Audrey Benoit est ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée et docteure en philosophie. Elle est chercheuse associée au Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ses recherches en philosophie politique et sociale portent sur les questions féministes et sur la philosophie française contemporaine.


Le livre

La différence sexuelle de l’homme et de la femme est-elle un simple fait physiologique, ou bien également un effet des normes sociales ? En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler soutient que la catégorie de « sexe » ne se contente pas de décrire une différence naturelle entre l’homme et la femme, mais contribue à la produire, par la répétition des normes du genre dans les discours et les pratiques sociales. Pour
déconstruire ces catégories naturalisantes (« homme » et « femme »), Butler inscrit sa critique du sexisme dans une critique plus globale de l’hétérosexisme, c’est-à-dire de l’injonction sociale à l’hétérosexualité.
Trouble dans la matière s’ouvre sur le contexte polémique de la réception de Judith Butler en France, dans les cercles où l’on reproche aux études de genre de semer le trouble dans la lutte des classes. En mettant au jour la dimension matérialiste de la thèse butlerienne de la construction discursive du sexe, l’ouvrage interroge en retour la fécondité de son analyse du pouvoir des mots pour la critique sociale d’inspiration marxiste. En explorant la postérité singulière de Marx, d’Althusser à Foucault, au prisme de l’épistémologie de Canguilhem, Audrey Benoit fait de la construction discursive du « sexe » le point de départ d’une réflexion générale sur la production de la réalité sociale par les discours qui prétendent la décrire. Elle propose ainsi des éléments pour une épistémologie matérialiste qui considère le pouvoir du discours de produire et de transformer la réalité sociale.

Sommaire

Introduction
Sexe et genre : matière à critique
Enjeu matérialiste
Enjeu féministe
Les épistémologies matérialistes d’Althusser et de Foucault
Le milieu de l’épistémologie de Canguilhem

Chapitre 1 – La construction discursive du sexe : une question matérialiste ?
Trouble dans le genre : situation et enjeux de la déconstruction du sexe
Brouillages dans les réceptions
Convergence dans les résistances

Chapitre 2 – Le matérialisme d’Althusser : une épistémologie constructiviste ?
Althusser en 1965 : éléments de contexte
La coupure épistémologique
Science et idéologie : le statut de la philosophie
La lecture althussérienne de l’Introduction de 1857
Vers une matérialité conceptuelle et discursive

Chapitre 3 – Althusser, une pratique théorique de l’abstraction
Un virage autocritique dans l’œuvre d’Althusser ?
L’abstraction matérialiste : repenser les liens de la théorie et de la pratique
Science et philosophie : la présence matérielle de l’idéologie

Chapitre 4 – Foucault, une archéologie matérialiste des discours
L’événement, avènement de l’histoire ?
Le discours de l’archéologie
L’expérience livresque
L’ordre du discours, regard sur l’archéologie
L’archéologie du savoir : l’épistémologie foucaldienne
Les mots et les choses, archéologie matérialiste

Chapitre 5 – Par-delà la théorie et la pratique : la matérialité de l’idéologie
Althusser et Foucault : transformations et critiques de l’idéologie
Couper la tête du roi : une pratique théorique ?
Couper la tête du sujet : l’antihumanisme d’Althusser et de Foucault

Chapitre 6 – L’épistémologie historique, entre source et delta
L’invention canguilhemienne de l’épistémologie historique
Foucault, lecteur de Canguilhem
Althusser, ou la rencontre de l’épistémologie historique et du marxisme
Ricochets : Althusser et Foucault, dans la pensée de Canguilhem

Chapitre 7 – La matérialité discursive du sexe
Le pouvoir des mots : idéologie ou performativité ?
Les corps sont importants
Avec et au-delà de Judith Butler : pour une épistémologie matérialiste du sexe

Conclusion

Sources et bibliographie
Index des noms

Table ronde « Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes », jeudi 14/03, 17h à 19h30 à l’ENS

Dans le cadre des Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences (JHPS) de l’ENS, le CAPHÉS* a le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’édition des Œuvres complètes de Georges Canguilhem :

« Georges Canguilhem, transmission d’une pensée : des archives aux Œuvres complètes »

Jeudi 14 mars 2019 — École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, salle 236 (2e étage), 75005 Paris  17h à 19h 30

Suivi d’un apéritif convivial dans l’espace Curie (rez-de-chaussée)

Intervenants : Jean-François Braunstein, Camille Limoges, Claude Debru,
François Delaporte, Yves Schwartz et Xavier Roth.

Modérateur : Mathias Girel, directeur du CAPHÉS
Le Centre documentaire du CAPHÉS a le plaisir d’accueillir à l’ENS depuis plusieurs années l’équipe éditoriale qui s’est constituée autour de l’entreprise des Œuvres complètes de Georges Canguilhem. Après la publication de trois des six tomes, l’équipe du CAPHÉS souhaite réunir quelques anciens élèves de Georges Canguilhem et participants à l’entreprise éditoriale pour évoquer la question de la transmission : témoignages d’anciens élèves, travail des éditeurs de textes à partir des archives, ou comment les Œuvres complètes donnent à voir les « traces du métier » du professeur de philosophie qu’a tenu à être Georges Canguilhem.

Inscription : marie-laure.massot@ens.fr

Affiche et informations sur le site de l’ENS : https://www.ens.fr/agenda/georges-canguilhem-transmission-d-une-pensee/2019-03-14t163000

Table ronde « Autour de Canguilhem : Sources, recherche, édition » (ENS, 15/11/18)

Annonce du CAPHÉS:

Dans le cadre de l’animation scientifique organisée par le CAPHÉS (Centre d’Archives de Philosophie, d’Histoire et d’Édition des Sciences) autour de la Revue d’histoire des sciencesnous avons le plaisir de vous convier à la table ronde:

« Autour de Canguilhem : Sources, recherche, édition »

Jeudi 15 novembre 2018

École normale supérieure, 29, rue d’Ulm, salle 235A (2e étage), 75005 Paris, de 17 heures à 18 heures 30

À l’occasion de la parution, en décembre prochain, du numéro de la Revue d’histoire des sciences intitulé « Canguilhem et la biologie » et de celle du tome V des Œuvres complètes de Canguilhem

Intervenants

Jean-François Braunstein, Claude Debru, Laurent Loison, Ivan Moya Diez

Modérateur

Robert Fox, président du comité scientifique de la  Revue d’histoire des sciences  

Inscription :revue.d.histoire.des.sciences@ens.fr

AAC/CFP Bachelardismes et anti-bachelardismes en France : Controverses épistémologiques des années soixante

Appel à contributions / Call for Abstracts

English version below

Bachelardismes et anti-bachelardismes en France : Controverses épistémologiques des années soixante

16 et 17 avril 2019, Institut d’études avancées, Paris

Un colloque organisé par l’USR République des savoirs avec le soutien du labex TransferS et de l’Institut d’études avancées.

On a souvent souligné l’importance de l’épistémologie bachelardienne dans les années 1960, en particulier via la diffusion qu’en a assurée Georges Canguilhem. De telles généralités masquent cependant et la pluralité des héritages bachelardiens et les résistances que les thèses épistémologiques de Bachelard ont d’emblée suscitées. C’est pourquoi ce colloque se propose d’étudier l’incidence de ces thèses, non pas en partant d’une référence à une hypothétique « épistémologie française », mais en s’attachant à distinguer les différents lieux où elles ont provoqué polémiques et controverses :

Faire de l’histoire des sciences

Le programme formulé par Bachelard dans « L’Actualité de l’histoire des sciences » semble avoir marqué durablement l’histoire des sciences à la française : celle-ci se caractériserait par ses liens étroits avec une philosophie rationaliste, qui refuserait toute forme d’histoire des sciences qui ne serait pas écrite par des philosophes. Mais le projet bachelardien d’une histoire normative et rétrospective des progrès de la raison a-t-il jamais été appliqué ? D’un point de vue théorique, on pourra travailler ici les inflexions majeures que lui ont imprimées Canguilhem ou Foucault, ou encore s’attacher à montrer que le règne de l’historiographie bachelardienne n’a jamais été sans partage, en prenant comme exemple de discours dissident le texte de Michel Serres, « La réforme et les sept péchés ».

Interroger le marxisme

Le recours que fit Althusser à la notion de « coupure épistémologique » pour caractériser l’avènement conjoint du matérialisme historique et du matérialisme dialectique a placé la thèse bachelardienne de la rupture entre sens commun et science au cœur du marxisme français. Mais quels étaient les enjeux théoriques des lectures marxistes de Bachelard ? On pourra dans ce contexte étudier ces débats dans leurs formes les plus spécifiques — la controverse de Dominique Lecourt et Michel Vadée dans l’exégèse matérialiste de Bachelard, ou les efforts répétés d’Althusser pour sortir de sa « dérive théoriciste » — comme dans leurs enjeux les plus généraux — la question des rapports entre science et émancipation, que posèrent frontalement Jacques Rancière ou le Foucault d’Il faut défendre la société.

Interroger le statut des sciences humaines et sociales

Pensée formelle et sciences de l’homme et Le Métier de sociologue sont, entre autre choses, deux tentatives pour étendre l’épistémologie bachelardienne aux sciences humaines et sociales, quand bien même une rupture épistémologique y serait particulièrement difficile. Mais est-il possible ou souhaitable de rompre totalement avec la sociologie spontanée ? On pourra ici revenir sur les réserves que Le Savant et le Populaire ou Les Méditations pascaliennes ont finalement exprimées par rapport au mot d’ordre de la rupture, ou sur les objections que Jean-Claude Passeron a adressées à Gilles-Gaston Granger. Ces débats sur l’importation du bachelardisme dans les sciences humaines et sociales pourront ainsi être rapportés au projet d’une épistémologie comparative, ou considérés comme une ramification des controverses sur la Wertfreiheit.

Les controverses ici évoquées ne sont que des exemples parmi d’autres. L’essentiel sera, dans ce colloque, de prendre au sérieux l’idée une raison polémique, en étudiant les controverses que la première réception des thèses de Bachelard a suscitées.

Comité d’organisation : Sophie Roux, Frédéric Worms, Lucie Fabry

Candidature : Envoyer d’ici le 1e novembre un résumé (300 mots) de votre communication à sophie.roux[at]ens.fr, frederic.worms[at]ens.fr et lucie.fabry[at]ens.fr.

Bachelardisms and Anti-Bachelardisms in France: Epistemological Controversies of the 1960s

16 and 17 April 2019, Paris Institute for Advanced Studies

A conference organised by the USR République des Savoirs with the support of Labex TransferS and Paris Institute for Advanced Studies.

The significance of Gaston Bachelard’s epistemology in the 1960s, and, in particular, the role of Georges Canguilhem in the diffusion of his work, has often been acknowledged. However, such generalities may hide the plurality of Bachelardian legacies, as much as the objections that his epistemological theses have raised from the beginning. Restraining from any reference to a hypothetical “French epistemology”, this conference offers to study the impact of Bachelard’s theses by distinguishing different domains where they aroused polemics and controversies. 

Writing the history of science

The program that Bachelard held in his 1951 conference « L’actualité de l’histoire des sciences » seems to have had a long lasting impact on the French way of writing the history of science: that French historiography would be characterized by its close relation with rationalist philosophy and the rejection of an history of science that would not be written by philosophers. One may ask, however, if Bachelard’s program of a normative and retrospective history of the progress of reason has ever found any proponent. In that perspective, one may investigate the major modifications that Canguilhem and Foucault made to that program, or reveal that the supremacy of Bachelardian historiography was never unchallenged, taking Michel Serre’s “La réforme et les sept péchés” as an example of dissident discourse.

Debates on French Marxism

Althusser’s use of the notion of coupure épistémologique to designate the joint advent of historical and dialectical materialism put Bachelard’s theses at the chore of the debates of French Marxism. To investigate why Bachelard was such a controversial figure in French Marxism, one may comment on the controversy between Dominique Lecourt and Michel Vadée on Bachelard’s work; Althusser’s repeated efforts to get rid of his “theoricist tendency”; or Rancière or Foucault’s objections to Althusser, which aimed at redefining the relation between knowledge and emancipation.

Questioning Social sciences

Formal Thought and the Sciences of Man and The Craft of Sociology constitute, among other things, two attempts to extend Bachelard’s epistemology to social sciences, even though the epistemological break with common knowledge may be harder to achieve in those disciplines. However, to what extent is it possible and desirable to break with spontaneous sociology? One may consider, from that perspective, the provisos that Le Savant et le Populaire or Pascalian Meditations added to the rupture requirement in sociology, or Jean-Claude Passeron’s dialogue with Gilles-Gaston Granger on the specific scientificity of the social sciences. These debates on the application of Bachelardism to social sciences may, hence, fall under the scope of a comparative epistemology, or be regarded as a part of the Wertfreiheit controversies.

Controversies listed here are but examples among others. The main scope of the conference will be to take Bachelard’s notion of polemical reason seriously, by studying the controversies that were triggered by the first reception of his theses.

Organising committee: Sophie Roux, Frédéric Worms, Lucie Fabry

Interested participants should send a 300-word proposal to sophie.roux[at]ens.fr, frederic.worms[at]ens.fr and lucie.fabry[at]ens.fr by November 1st.

Références

Faire de l’histoire des sciences (Writing the history of science)


Bachelard Gaston, « L’Actualité de l’histoire des sciences », dans L’engagement rationaliste, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1972, p. 137-152.

Bowker Geof et Bruno Latour, « A Booming Discipline Short of Discipline: (Social) Studies of Science in France », Social Studies of Science, vol. 17, no 4, 1987, p. 715-748.

Canguilhem Georges, « Le rôle de l’épistémologie dans l’historiographie scientifique contemporaine », dans Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie : nouvelles études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, J. Vrin, 2009, p. 11-36. English translation: Ideology and rationality in the history of the Life sciences, translated by Arthur Goldhammer, Cambridge, Mass, MIT Press, 1988.

Foucault Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Tel », no 354, 2008. English translation: Archaeology of knowledge, translated by Alan Sheridan, London, Routledge, coll. « Routledge classics », 2002.

Pestre Dominique, « Science des philosophes, science des historiens », Le Débat, no 102, 1998, p. 99-106.

Serres Michel, « La réforme et les sept péchés », dans Catherine Clément et Bernard Pingaud (éd.), Bachelard, Aix-en-Provence, L’Arc, 1970.

Interroger le marxisme (Debates on French Marxism)

Althusser Louis, Pour Marx, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », no 16, 1996. English translation: For Marx, translated by Ben Brewster, New ed., London, Verso, 2010.

Althusser Louis, Balibar Étienne, Establet Roger, Macherey Pierre et Rancière Jacques, Lire le « Capital », Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », n˚ 186, 1996. English translation: Reading Capital, translated by Ben Brewster, London, Verso, 1997.

Foucault Michel, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 1997. English translation: Society must be defended: lectures at the Collège de France, 1975-76, translated by David Macey, London, The Penguin Press, 2003.

Lecourt Dominique, Bachelard ou Le jour et la nuit : un essai du matérialisme dialectique, Paris, B. Grasset, coll. « Théoriciens », no 2, 1974.

Vadée Michel, Gaston Bachelard ou le nouvel idéalisme épistémologique, Paris, France, Éditions sociales, 1975.

Rancière Jacques, La Leçon d’Althusser, Paris, Gallimard, coll. « Collection Idées », no 294, 1974. English translation: Althusser’s lesson, translated by Emiliano Battista, London, Continuum, 2011.

Interroger le statut des sciences humaines et sociales (Questioning Social sciences)

Bourdieu Pierre, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue : préalables épistémologiques, 5e édition, Paris, Mouton de Gruyter, École des hautes études en sciences sociales, 2005. English translation: The craft of sociology: epistemological preliminaries, translated by Richard Nice, Berlin, Walter de Gruyter, 1991.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, France, Points, 2003. English translation: Pascalian meditations, translated by Richard Nice, Stanford, California, Stanford University Press, 2000.

Granger Gilles-Gaston, Pensée formelle et sciences de l’homme, Paris, Aubier-Montaigne, coll. « Analyse et raisons », no 2, 1967. English translation: Formal thought and the sciences of man, translated by Alexander Rosenberg, Dordrecht, D. Reidel Publishing Company, 1983.

Grignon Claude et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Éditions Points, coll. « Points », no 770, 2015.

Lahire Bernard (dir.), À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, 2012.

Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation, nouvelle éd. revue et augmentée, Paris, A. Michel, 2006. English translation: Sociological reasoning: a non-Popperian space of argumentation, translated by Rachel Gomme, Oxford, The Bardwell Press, 2013.

4èmes Journées sur l’Épistémologie Historique, 24-25-26 mai – Programme et Inscriptions

Programme et Inscriptions
4èmes Journées d’études

L’épistémologie historique et les désunités des sciences
Historical Epistemology and the Disunities of the Sciences

Paris, 24-25-26 mai 2018

Ecole Doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des Sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne, UMR 8103 CNRS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

 

[Formulaire d’inscription]
IMPORTANT: Pour des raisons de sécurité l’inscription est obligatoire pour avoir accès au centres de l’université

Jeudi 24 mai  Amphi DUPUIS, Centre Malher, 9, rue Malher, 75004 Paris

09:00 Accueil
09:10 Présentation des journées

09:30-10:30 Les résultats scientifiques sont-ils inévitables ou contingents? Le rôle crucial joué par le régime moniste de notre science dans le débat philosophique, Léna SOLER, Université de Lorraine (AHP-PReST); répondant: Laurent LOISON

Pause café
Pause déjeuner

14:10-14:50 Reconfiguring underdetermination, and the benefits and risks of epistemic pluralism in historical sciences, Thomas BONNIN, University of Exeter
14:50-15:30 Mapping the Disunity of Science. Scientometrics and Historical Epistemology in Dialogue, Eugenio PETROVICH, Università degli Studi di Milano
15:30-16:10 Three Historical Epistemologies, David HYDER, Université d’Ottawa

Pause café

16:30-17:30  Foliated pluralism: a constructivist, non regionalist pluralism, Stéphanie RUPHY, Université Jean Moulin Lyon 3; répondant: Massimiliano SIMONS

 

Vendredi 25 mai  Amphi au Centre Broca, 21, rue Broca, 75005 Paris.

9:30-10:10  Comment, pourquoi reconstruire un concept de science ? L’épistémologie selon Desanti, Alain-Marc RIEU, Université Jean Moulin Lyon 3
10:10-10:50  Jean-Claude Passeron : Pluraliser l’épistémologie,
Lucie FABRY, Ecole Normale Supérieure

Pause café

16:50-17:50 The disunity of mathematics, Andrew ARANA, IHPST – Paris 1; répondant: Jean-Luis GASTALDI

 

Samedi 26 mai Salle 06, Centre Panthéon, 12, place du Panthéon, 75005. Escalier M, 4e étage

9:30-10:10 Can Economics be Liberated From Physics? Rethinking the Demarcation Problem in the Light of Historical Epistemology, Sina BADIEI, Université Toulouse – Jean Jaurès
10:10-10:50 Does Philosophy of Science Meet History of Science? Epistemic Constraints, Luca GUZZARDI, Università degli Studi di Milano

Pause café

11:10-12:40 Using History of Science for Pluralist Philosophy and Science, Hasok CHANG, Cambridge University; répondant: Matteo VAGELLI

Pause déjeuner

14:40-15:20 Therapeutic Relationship and Scientific Experimentation: Technical Activity in Surgery, Olivier DEL FABBRO & Xavier MULLER, ETH Zurich / University Hospital Zurich
15:20-16:00 Georges Canguilhem : aux sources biologiques de l’unification de la science par voie technique, Ugo BALZARETTI, Université de Bâle
Clôture des journées

 

Comité scientifique
Christian BONNET, CHSPM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Jean-François BRAUNSTEIN, PhiCO, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Cristina CHIMISSO, Open University (UK)
Arnold I. DAVIDSON, Université de Chicago
Moritz EPPLE, Goethe Universität Frankfurt am Main
Pierre WAGNER, IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité organisateur
Laurent LOISON, Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Marcos CAMOLEZI,  Wenbo LIANG, Gabriele VISSIO

 

Résumés

Les résultats scientifiques sont-ils inévitables ou contingents? Le rôle crucial joué par le régime moniste de notre science dans le débat philosophique

Léna Soler
Université de Lorraine, Archives Henri Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies, UMR 7117 du CNRS

The question addressed in the talk is part of a more general problem, namely, the issue of whether scientific results are inevitable or contingent. Borrowing a vocabulary introduced by Ian Hacking (1999, 2000), I will talk of the “contingentist”/“inevitabilist” (C/I) debate. At first approach, the C/I debate points to questions like the following. Was what we currently identify as our most reliable scientific knowledge inevitable, that is, necessary under some conditions? Were quarks, genes, continental drift, the standard quantum theory, or mathematical theorems inevitable components of any science? Or could all or part of our taken-as-established scientific conclusions, theories, experimental data, ontological commitments, and other scientific ‘results’ (in a broad sense of result), have been significantly different? Can at least some scientific results be detached from the accidental details of history and be granted the status of inevitable elements of any possible successful science?

The talk focuses on what is commonly viewed as the main and strongest inevitabilist argument against contingentism, which can be called, according to a telling formulation of Hacking, the “put-up-or-shut-up” (PUSU) argument. The PUSU argument emerges from the following situation. Contingentists claim that had different historical conditions prevailed – typically, had in themselves indisputably contingent material, intellectual, social, or historical factors been the case – scientific results could have been very different. In attempting to provide some plausibility to their position, contingentists almost always end up appealing to counterfactuals, what-if scenarios, and might-have-been stories about ‘other sciences’. Inevitabilists are prompt to reject such counterfactual histories altogether as pure speculation and gratuitous fantasy deprived of any demonstrative value. They insist that some empirical evidence should be provided, and in guise of empirical evidence, they ask contingentists to “put up” an actual alternative science – or else, to “shut up”. But faced to the PUSU demand, contigentists, according to inevitabilists, fail to answer. This alleged failure to meet the PUSU challenge is viewed as an argument against contingentism: contingentists are unable to provide the only kind of evidence that would be able to truly support their position; consequently, contingentism has no plausibility.

The aim of the talk is to assess the PUSU argument and to reveal the crucial role played by what I call the “monist regime” of our science in the corresponding philosophical debate between contingentists and inevitabilists. The monist regime names the fact that in our actual way of conceiving and practicing science, the development of a multiplicity of alternative scientific results is not valued and not socially encouraged and supported – in any of the senses of “supported”, in particular financially and materially. Our epistemic activities, as far as their epistemic products are concerned, are governed by a monist ideal and a uniqueness commitment which seem deeply entrenched.

To assess the PUSU argument, I introduce some contingentists’ attempts to answer the PUSU demand and examine paradigmatic exchanges about these attempts between inevitabilists and contingentists. The discussion is conducted in reference to the case of physics. Two available accounts of particular case studies are considered that can be interpreted as contingentists’ attempts to “put up” an alternative science. The first one is Andrew Pickering’s account of the so-called “discovery of weak neutral currents” in the mid 1970s, which goes with the claim that a physics assuming the opposite conclusion, namely the inexistence of weak neutral currents, could legitimately have emerged instead, and was, historically, both plausible and sustainable. The second one is James Cushing’s reading of the history of quantum mechanics, which goes with the claim that an alternative quantum theory – a Bohmian theory incompatible with the actually endorsed standard quantum theory – could legitimately have been selected in the history of physics and would have been subsequently perfectly sustainable. Starting from these two particular cases, the general epistemic configuration instantiated by each of them is characterized, so as to be in a position to draw conclusions of wider scope.

At the end of the day, it appears that the PUSU demand is very difficult, not to say impossible, to satisfy. This difficulty becomes manifest, at a superficial level, through the fact that whatever scientific alternative contingentists put up, inevitabilists are never convinced and always find some motive to reject it. But more essential underlying reasons can be identified that account for this situation. Two (not necessarily independent) reasons will be put forward. First, inevitabilists and contingentists are committed to different readings of the history of science. Second and more fundamentally, the presently monist regime of our science is designed to eliminate what the PUSU demand asks for, and moreover, it inculcates commitments that too easily lead us to dismiss any instance that contingentists “put up”, whatever its specific features. Insofar as a monist regime holds, the contingentist’s alleged failure to answer the PUSU demand – either taken as an actual failure or as an illusion induced by inevitabilist unwarranted commitments – cannot be taken as empirical evidence against contingentism. Furthermore, the monist regime is not itself inevitable: more pluralist scientific regimes could be instituted, and it is interesting to think about what would happen to the PUSU demand in such regimes.

Overall, my contention is that in a monist regime, (i) contingentists should refrain from wasting their time trying to answer the PUSU demand; (ii) the so-called arguments against contingentism and for inevitabilism, based on the contingentist failure to put up the requested alternative science, are flawed; and (iii) inevitabilism should not be considered as a default position supposed to be secured inasmuch as contingentists have not meet the PUSU challenge.

[Revenir au programme]

Régionalisme épistémologique et constructivisme : Proximités et distances entre Bachelard, Canguilhem et Foucault

Andrea Angelini
Université de Florence-Pise

La conception bachelardienne du régionalisme épistémologique s’oppose au régionalisme ontologique husserlien et à sa recherche des formes de corrélation transcendantales, bien que multiples et différenciées, entre sujet et objet. Son épistémologie est calibrée sur le modèle de la physique-mathématique, de sorte qu’il a soutenu avec radicalité le clivage entre la perception sensible et le savoir rationnel, qui nait contre le niveau immédiat du phénomène. Les « régions » se constituent dans la relation dynamique entre des conditions théoriques et des processus expérimentaux par lesquels certains hypothèses « nouméniques » sont confirmées ou rectifiées. Il s’agit d’une « normalisation » de l’expérience à travers sa sublimation technique et réflexive. La connaissance scientifique est une artificialisation du phénomène nécessaire à sa compréhension rationnelle, au contrôle de sa stabilité et donc à sa prévisibilité et reproductibilité. La spécificité des domaines scientifiques et des leurs catégories – qui n’est pas toutefois la négation d’une tension « transrégionaliste » de l’épistémologie de Bachelard, comme Vincent Bontemps l’a remarqué – est donc affirmée sur les bases d’une conception constructiviste de la connaissance scientifique et en fonction de la coupure entre cette dernière et le savoir commun lié au vécu sensible. L’importance de la leçon de Bachelard pour Canguilhem et Foucault a été soulignée par plusieurs études, elle reste néanmoins difficile à saisir dans les diffractions « régionales » qu’elle reçoit en tant qu’appliquée aux sciences de la vie et aux sciences humaines. En fait, l’attention portée par Canguilhem sur les sciences de la vie pose de façon différente l’enjeu et les limites du constructivisme épistémologique. Dès le début de son histoire, le savoir biologique s’est confronté au problème du caractère subjectif spécifique de son objet et de l’irréductibilité du fonctionnement holistique de l’organisme à l’abstraction de ses composants élémentaires – comme on peut le voir dans le débat autour des difficultés kantiennes au sujet du concept de « finalité interne » dans la IIIɵ Critique. Par conséquent, se sont posés les problèmes suivants : celui des formes d’entendement différentes qu’il requiert par rapport aux autres formes d’organisation de la matière ; celui de sa différence par rapport à ses reproductions techniques ; ou encore celui de la différence entre les conditions naturelles et artificielles de l’observation du vivant (chez Goldstein par exemple, ou dans le champ éthologique avec Uexküll, Lorenz e Tinbergen). Canguilhem va jusqu’à poser le problème du vivant en tant que condition de la science elle-même comme forme de vie culturelle, c’est-à-dire comme une façon humaine d’interagir collectivement avec le milieu et le modifier. Bref, la connaissance et la reproduction technique du vivant se situent dans des conditions vivantes d’existence, la nature constructa est une forme de la nature naturante, la technosphère s’inscrit dans la biosphère. Chez Foucault le problème du régionalisme et du transrégionalisme, épistémique et historiographique, trouve plusieurs formulations. L’attention qui y est accordée aux sciences humaines l’a conduit, notamment dans l’Archéologie du savoir, à considérer les risques d’une généralisation des modèles mathématiques et la limite d’une conception univoque de la coupure entre sciences et savoirs préscientifiques afin de comprendre certaines formes de connaissance scientifique et leur a priori historique. Son histoire archéologique se distingue, sans s’y opposer, de l’histoire épistémologique de Bachelard, en se donnant comme objet la matérialité des pratiques discursives et leur arrachement à des conditions d’existence préscientifiques et extra-discursives – sans nier toutefois l’autonomie partielle de leurs développements internes. Pour Foucault il s’agit également de problématiser ce qui apparait comme évident à l’intérieur de certaines habitudes culturelles, maisla transposition archéologique de l’épistémologie est nécessaire pour comprendre les conditions d’émergence des sciences humaines et les pratiques impliquées par leurs concepts. Le problème d’une spécificité non généralisable de l’épistémologie constructiviste – laquelle procède à travers une « substitution du construit au donné » et à travers l’émendation de la « puissance d’anomalie » du monde préscientifique, comme le soutenait Bachelard – se pose donc ultérieurement en raison de son insuffisance à l’égard de la « région épistémologique » de l’humain.

[Revenir au programme]

Les styles de méthode. Le problème de la variation des canons et des critères dans les dynamiques de recherche

Silvain Lavelle
ICAM Paris

L’idée d’un canon de la méthode qui indique la voie et la règle de la recherche accompagne toute l’histoire de la philosophie. Elle est souvent perçue comme l’une de ses contributions fondamentales, jusque dans certains courants contemporains qui vont du positivisme de Schlick ou Carnap au ‘négativisme’ de Popper, en passant par le pragmatisme, de Pierce à Dewey. Cependant, elle est battue en brèche par le courant des études historiques qui prend ses distances avec l’ambition d’unité du monisme et fait valoir au contraire le pluralisme des méthodes. On peut revenir sur certaines approches qui, en contraste avec celles de la logique, mettent en avant dans l’étude de la méthode la notion de style. Il s’agit d’une notion qui peut s’entendre en plusieurs sens, comme tradition de recherche (Crombie), mode de raisonnement (Hacking) ou travail de l’individu (Granger). Il est permis de suggérer, en tenant compte de l’évolution chez Hacking de la notion de styles de raisonnement (styles of reasoning), qu’un style de méthode est une certaine manière de ‘penser’, mais aussi de ‘faire’ (way of thinking & doing). Quoiqu’il en soit, une stylistique de la méthode confronte le ou les canon(s) à la variété des critères auxquels se réfèrent ou sur lesquels s’appuient les recherches dans un ou plusieurs domaine(s) de spécialité. Il reste donc à préciser les conditions et les limites selon lesquelles peut s’envisager la variation des canons et des critères de la méthode dans les dynamiques de la recherche. On peut interroger la notion de style de méthode quant à la possibilité (a) d’en faire un usage diachronique étendu (Crombie, Hacking) en histoire des sciences, ou restreint à la façon de Granger (b) d’en faire une interprétation non seulement selon le prisme descriptif ou prescriptif de l’existence ou de l’exigence que créent les styles pour les protagonistes de la recherche (c) enfin, de considérer la version hétérologique, et non pas seulement homologique, de la dynamique de recherche, censée combiner ou traduire plusieurs types et gammes de rationalités. La variation de la méthode selon le degré d’hétérologie des recherches est portée à son paroxysme dans ces cas-limites, précieux pour l’analyse, que sont les recherches dites ‘hybrides’ où se confrontent des styles parfois situés aux antipodes. C’est ainsi que dans ces dynamiques se posent de façon cruciale la question de l’unité et de la ‘désunité’ de la méthode et des éventuels conflits de méthode liés à la coopération et à la confrontation des disciplines et des usages. Ce qui est en jeu est la possibilité même d’une méthode qui, à défaut d’être unique dans son canon, pourrait néanmoins être commune pour certains de ses critères (de l’hypothèse au protocole…), ce qui pose la question, entre monisme et pluralisme, de la possibilité d’un ‘communisme méthodologique’. On peut illustrer ces problèmes par l’exemple historique des recherches sur le climat et montrer que le conflit des styles de méthode a joué un rôle dans la controverse entre hypothèses anthropogénique et physiogénique sur le réchauffement de la planète.  

[Revenir au programme]

Reconfiguring underdetermination, and the benefits and risks of epistemic pluralism in historical sciences

Thomas Bonnin
University of Exeter

This paper proposes an exploration of questions of underdetermination in the context of historical sciences. Tackling problems of underdetermination, I think, provide interesting entry points to a discussions of epistemic pluralism and the presentation explores the tight relation between both notions. I start by outlining a traditional understanding of the problem of underdetermination and the way it has been discussed in the context of historical sciences. Underdetermination is, in these discussions, traditionally conceived as a relation between an existing set of evidence and the various theories that can be drawn from it. Contrastive underdetermination, in particular, corresponds to cases in which a given set of evidence can be equally well accomodated by several theories. This seems particularly suited to historical sciences, in which scientists generate theories from scarce (and informationally weak) traces of the past. This view of underdetermination presents epistemic pluralism as an ‘unfortunate side-effect’ from the lack of decisiveness of existing evidence. Despite acknowledging the importance of such problems. I argue that underdetermination usually ‘runs deeper’, down to the level of the constitution of evidence. In the traditional notion of underdetermination, I therefore contest the idea that there exists a well-defined shared ‘set of evidence’ which competing scientists aim at explaining. The nature of this set of evidence is often far from homogenous for scientists interested in the same topic. This is a consequence of the variety of conceptual and methodological commitments contained within a discipline, Epistemic pluralism, in this view, does not follow from the existence of equally supported theories responding to the same set of evidence, but from competing theories accounting for different set of evidence. I illustrate this reconfiguration with a case study in evolutionary biology documenting the sustained disagreement over the necessity of phagocytosis for the evolution of eukaryotic cells. What are the advantages and risks associated with the presence of coexisting theories based on different evidence underlied by conflicting conceptual and methodological commitments? This presentation concludes by identifying the benefits and risks associated with this form of epistemic pluralism.

[Revenir au programme]

Mapping the Disunity of Science. Scientometrics and Historical Epistemology in Dialogue

Eugenio Petrovich
Università degli Studi di Milano

The idea that the sciences form a system that can be represented by some sort of graphic visualizations is as old as the philosophical reflection about knowledge. The tree of knowledge put forth by Raimon Llull in the Renaissance, the tree of science advanced by Descartes at the dawn of Modernity and the schemes depicting the organization of sciences introduced by Diderot and D’Alambert in the Encyclopédie are just few historical declinations of this idea. In the last decades, the quantitative study of science (scientometrics) has developed interesting techniques of “science mapping”, that may be envisaged as a contemporary, IT-based extension of this tradition. Computer tools such as VOSviewer can process millions of scientific documents and produce several types of maps of science, based on advanced bibliometrics techniques (bibliographic coupling, co-citation analysis, co-word analysis, etc.). These maps highlight different features of the structure of science, and they are a valuable tool to visualize and assess the various kinds of “disunity” occurring in the sciences. In the talk, I will first overview the main types of science maps we find in scientometric literature. Secondly, I will focus on the epistemological insights about the disunity of science provided by some specific science maps (e.g. the term-map of sociology, which can reveal the methodological divide between quantitative and qualitative method in sociology). Thirdly, I will try to link science mapping to the tradition of French historical epistemology, notably the archaeology of knowledge project advanced by Michel Foucault. I will argue that science maps provide an a-subjective visualization of the structure of science, because they are the result of thousands of micro-actions undertaken by scientists (such as the acts of citing or writing an abstract), and not the product of an external subject projecting his own category system on science. In Foucauldian terms, science maps remain at the level of the statements (énoncés) and provide automatic organization (clustering) of the archive in which they occur. From this point of view, it may be speculated that they are a realization, by algorithms, of the archaeological utopia of a “full description” of the archive.

[Revenir au programme]

Three Historical Epistemologies

David Hyder
Université d’Ottawa

Numerous authors have pointed out that the programme of historical epistemology associated with the Max Planck Institute for the History of Science has clear antecedents in French philosophers such as Bachelard, Canguilhem and Foucault. It has become customary to associate this later version with Anglophone scholars in the “Stanford School,” largely because of Hacking’s role in establishing that Institute. The actual history is more complicated, since the founder of the MPIWG and the initiator of its “marquee” research programme, Lorenz Krüger, was himself a product of mainstream German philosophy of science, which of course has its roots in the work of Reichenbach and the Vienna Circle. In my contribution, I will consider the philosophical consequences of this complex birth, which fused French, German and Anglophone approaches to epistemology in the sciences. I will argue that the programme has, from the beginning, exemplified the often unhappy cohabitation of empiricism and neo-Kantian rationalism that marked almost all researchers in HPS after the war, for instance in the work of Kuhn, Feyerabend, and Hacking himself. The problem is the following. History, in the Anglophone tradition, understands itself as an empirical science, and this empiricism has been combined, within HPS, with the programme of Quinean naturalism, including the latter’s commitment to extensionalism. This Humean approach was, from its beginnings in the 18 th c., opposed both to metaphysical realism, and, equally well, to rationalism, in that both realists and rationalists believe in the necessary connections that Hume and Quine deny. But it was irreparably damaged by the work of Quine’s colleague, Nelson Goodman. After Goodman, one must choose between extensionalism and induction, for his work shows that no extensionalist (and actualist) theory of induction is possible. Thus it follows that intensional factors must play a role in the sciences, and in our epistemological accounts of how they function. The entire programme of MPI historical epistemology, as developed by Krüger and Hacking, derived from this result: naturalists must accept that either mental, modal, or social factors are an essential component of the sciences, whereas the Quinean programme had rejected all three. The possibility of an historical epistemology—a method of historical investigation that yields genuinely epistemological results—rests on this intensional component. But, I would suggest, this was only ever partly understood by Anglophone historians (German and French researchers, by contrast, never completely abandoned the rationalist tradition). Hacking’s thought exemplifies the tension internally: his realism is a response to Goodman—there are Natural Kinds; while the nominalist constructivist component rests on the prior commitments of extensionalism and empiricism. And when we look at HPS as a whole, we see the problem writ large: philosophers, in the past 30 years, have become metaphysical realists; while the historians remain for the most part constructivists. For neither group, therefore, is epistemology fundamental, as it was for philosophy of science in all its variants in the first half of the 20 th c. Thus, in conclusion, I will address the following questions: If we stay within the mid-20 th c. paradigm of epistemology, what is the genuine epistemological yield that we can expect from historical investigations? And, given that the philosophical community as a whole has come to reject epistemology in favour of metaphysics, what future does such a project have?

[Revenir au programme]

Foliated pluralism: a constructivist, non regionalist pluralism

Stéphanie RUPHY
Université Jean Moulin Lyon 3

Starting with Ian Hacking’s philosophical analysis of the notion of style of scientific reasoning, I will investigate what kind of pluralism follows from the co-existence in science today of several styles of scientific reasoning. I will develop the notion of “foliated pluralism” to characterize this situation of plurality of styles, focusing on two of its features. First, I well spell out its transdisciplinarity, by contrast with “regionalist” views (such as Bachelard’s or Comte’s) associating specific methods with specific types of objects or scientific domains. Second, I will discuss the constructivist dimension of foliated pluralism in a specific, ontological sense, by introducing the notion of “ontological enrichment”, and submit that it is not so much the object that determines the style or method of inquiry as the style that contributes to constructing the object qua scientific object.

[Revenir au programme]

Comment, pourquoi reconstruire un concept de science ? L’épistémologie selon Desanti

Alain-Marc RIEU
Université Jean Moulin Lyon 3

L’objectif est d’introduire dans le débat actuel sur la « désunité » des sciences une perspective issue des enseignements de Jean-Toussaint Desanti à la fin des années 1960. Il s’agit de mettre au jour (à jour aussi) une perspective mal comprise, de situer ainsi la démarche ouverte par Desanti. L’enjeu est de clarifier la valeur heuristique de cette voie par rapport à la philosophie américaine des sciences et à la problématique « science/société » qui se développèrent toutes les deux dans les années 1970. La question des épistémologies régionales était le noyau des enseignements de Desanti

à cette époque de reconfiguration des SHS. Le projet d’une épistémologie interne supposait d’avoir historiquement renoncé à l’idée d’un concept de science pouvant recouvrir la diversité des disciplines scientifiques, de leurs objets et méthodes. Ce renoncement était d’abord l’expression d’une scission entre toute philosophie des sciences et une épistémologie qui s’attachait à analyser les conditions internes d’une construction par chaque discipline de son champ d’objets, des concepts permettant d’étudier les objets de ce champ et leurs relations, d’un type de théorie exposant explicitement la consistance de ce champ, ses conditions de mise à l’épreuve et de progrès. Face à l’évidence d’une diversité des disciplines scientifiques, Desanti proposait d’interroger les limites d’une multitude d’épistémologies locales, composées d’études disparates d’une valeur philosophique indéterminée, conduisant finalement à indéterminer, puis à relativiser (y compris pour leurs auteurs mêmes) le concept de science. La confusion entre une multiplicité d’épistémologies locales et des philosophies relativistes mélangeant des narratifs historiques, des considérations épistémologiques et des commentaires de type philosophique s’est avérée populaire mais aussi toxique. En construisant une épistémologie (interne), Desanti refusait l’idée d’une épistémologie externe parce qu’elle ne pouvait être valide (scientifique donc) que si elle était véritablement sociologique, politique ou économique, en définissant donc ses objets et ses méthodes. Par contre, une épistémologie (interne), indéfiniment à construire, tester et débattre, proposait de construire un concept de science ouvert, susceptible d’être étendu à toutes les disciplines se revendiquant comme « science », en discriminant parmi elles celles satisfaisant à des conditions minimales et en leur proposant une conceptualité permettant d’exposer, mais aussi d’établir, en quoi elles pouvaient se dire « science ». En ce sens, ce type d’épistémologie, à la fois critique et constructive, se démarquait radicalement de toute philosophie de ou des sciences, partant d’un a priori ou cherchant à trouver un « fondement ». On examinera les écueils à éviter, les problèmes à traiter et les enjeux actuels, lorsque la « science » se trouve conçue, pratiquée et enseignée comme une technologie de production et de distribution de connaissances prouvées, certifiées et reproductibles. Réduire les sciences à des technologies, c’est supposer que les disciplines répondant à ces critères peuvent être mises au service d’une cause, que ce soit une cause politique et/ou économique, morale et/ou religieuse.

[Revenir au programme]

Jean-Claude Passeron : Pluraliser l’épistémologie

Lucie FABRY
ENS Paris

La reconnaissance par Bachelard de l’existence de rationalismes régionaux ne s’accompagnait pas d’une pluralisation de son épistémologie. Bachelard posait, certes, que le savoir scientifique se présente concrètement comme une pluralité de développements historiques, qui définissent eux-mêmes leurs objets et les horizons de leur progrès, et qui peuvent rester disjoints jusqu’à ce que des coups de génie de l’esprit scientifique parviennent à des unifications qui sont toujours locales et inattendues ; cependant, l’exploration de ces différentes figures de l’esprit scientifique retrouvait toujours le même jeu de concepts — nouménologie, phénoménotechnique, dialectique généralisatrice… — qui garantissaient l’unité profonde du rationalisme bachelardien par-delà la pluralité de ses instanciations. La volonté d’étendre le bachelardisme aux sciences humaines, porté par plusieurs héritiers de Bachelard au cours des années 1960, se présentait également comme la recherche d’une épistémologie unifiée : Gilles-Gaston Granger a eu beau défendre le projet d’une épistémologie comparative, et poser frontalement la question de la spécificité des sciences humaines, il gardait pour objectif de rassembler les différentes figures de la science sous le signe de la pensée formelle ; et, dans Le Métier de sociologue, Bourdieu, Chamboredon et Passeron ne prétendaient rien faire d’autre que « retrouver les analyses les plus classiques de l’épistémologie des sciences de la nature » (2005, p. 13), en partant du principe que « la sociologie est une science comme les autres qui rencontre seulement une difficulté particulière à être une science comme les autres » (2005, p. 36). L’œuvre ultérieure de Jean-Claude Passeron se caractérise cependant par une remise en cause radicale de cette position, et s’attache à montrer la nécessité de pluraliser véritablement l’épistémologie. Le Raisonnement sociologique dessine ainsi l’horizon d’une épistémologie tripartite, divisée en épistémologie des sciences formelles, épistémologie des sciences expérimentales et épistémologie des sciences historiques. Le caractère relativement banal de cette typologie ne doit pas masquer l’originalité et la rigueur de la tentative passeronienne pour la remotiver, qui montre que ces trois types de sciences doivent nécessairement apporter des réponses différentes aux questions les plus fondamentales de l’épistémologie : celles de la nature et des enjeux du raisonnement scientifique, du rôle et des modalités de la consultation de l’expérience, des conditions de possibilité de la preuve ou de la réfutation, des voies et des critères du progrès scientifique. On s’attachera à restituer les arguments de Passeron en faveur d’une pluralisation de l’épistémologie, ainsi que les normes de scientificité qui définissent chacun des types de sciences qu’il a identifiés, en nous attardant particulièrement sur celle des épistémologies particularisées qui a le plus retenu son attention, celle des sciences historiques. On montrera finalement que ces efforts pour établir que la scientificité se dit en plusieurs sens n’impliquent pas de renoncer à interroger la différence spécifique de la science en général par rapport aux autres régimes de discours qui prennent le monde et l’homme pour objet, mais apparaissent au contraire comme la condition d’une réponse satisfaisante à cette dernière question.

[Revenir au programme]

Comment peut-on être écologue des écosystèmes ? L’écologie des écosystèmes, une discipline en tension entre physique et biologie

Victor LEFÈVRE
IHPST – Paris 1

Selon le mot du physicien et historien Jean-Paul Déléage (1991), l’écologie est une science « au carrefour des sciences humaines et des sciences de la nature » (tant des sciences du vivant que des sciences de la Terre). Cette position en fait un lieu privilégié pour penser la (dés)unité des sciences. Notre communication vise à illustrer cet aspect remarquable de l’écologie pour les épistémologues en suivant la constitution d’une branche particulière de cette science, l’écologie des écosystèmes. Bien qu’elle ne soit institutionnalisée qu’après la seconde guerre mondiale, l’écologie des écosystèmes est le fruit d’une longue histoire souterraine, courant du début du XIX e siècle jusqu’à l’invention du mot « écosystème » en 1935 par l’écologue Arthur Tansley. Cette histoire est faite d’une rupture progressive avec l’ancien paradigme de l’économie de la nature par la construction d’un domaine phénoménal propre, l’établissement de régularités nomologiques, et l’invention de méthodes d’investigation spécifiques. Deux épisodes décisifs de cette histoire sont l’organicisme de Frederic Clements et le physicalisme de Raymond Lindeman. Sous l’influence de courants de recherche que Maurizio Esposito (2015) nomme fort bien « biologie romantique », Clements considéra toute communauté biotique comme une « entité organique » capable « comme un organisme » de « naître, grandir, mûrir, et mourir » (Clements, 1916). Cette analogie entre unités écologiques et organismes permit de poser de nouvelles questions de recherche et d’inventer la méthode des quadrants (par analogie avec la coupe histologique en physiologie). Quant à lui, Lindeman fit réaliser un nouveau progrès à la science écologique en introduisant des considérations thermodynamiques dans l’étude des écosystèmes. Plus précisément, il proposa dans son article princeps de 1942 de concevoir les écosystèmes comme des analogues de circuits électriques, les différents niveaux trophiques jouant un rôle analogue à celui de condensateurs accumulant l’énergie. Le philosophe des sciences jetant un regard rétrospectif sur la période 1905-1945, charnière pour la constitution de l’écologie des écosystèmes, ne peut être que frappé de voir organicisme et mécanisme s’enchevêtrer étroitement plutôt que s’opposer frontalement. Avec Clements et Lindeman, une écologie « autonome quant à son sujet et sa façon de le saisir » (Canguilhem, 1962) s’est constituée en usant à la fois d’une analogie avec la physiologie et d’une analogie avec l’électronique. Cette double filiation fît naître l’écologie des écosystèmes porteuse d’une forte tension épistémologique que l’habitude du travail de recherche dans le cadre de la science normale a progressivement estompé de la conscience des chercheurs, reléguant ainsi ce que

l’on nomme aujourd’hui « la controverse entre holisme et réductionnisme » au rang des anecdotes historiques. Pourtant, le problème théorique reste entier, nul n’ayant réellement tranché la controverse dans un sens ou dans un autre. Le problème théorique se double ainsi d’un problème épistémologique concernant l’unité des sciences : comment des écologues ont-ils pu mener des recherches fécondes en traitant les écosystèmes à la fois comme des systèmes physiques et comme des entités organiques ? Nous tâcherons d’éclairer la question en croisons les réflexions canguilhemiennes sur le mécanisme et l’analyse du réductionnisme en écologie réalisée par John Dupré (1995).

Bibliographie

CANGUILHEM Georges, 1962, « Aspects du vitalisme », La connaissance de la vie, Vrin.

CLEMENTS Frederic Edward, 1916, Plant succession; an analysis of the development of vegetation, Washington, Carnegie Institution of Washington.

DELÉAGE Jean-Paul, 1991, Histoire de l’écologie : Une science de l’homme et de la nature, Paris, La Découverte.

[Revenir au programme]

The Disunity of Constructivism: From Synthetic Chemistry to Synthetic Biology

Massimiliano SIMONS
KU Leuven

Constructivism can be considered as one of the traditional positions within philosophy of science, claiming that science does not describe reality but constructs it. Although there are several interpretations of this position, it is nevertheless often considered as a monolithic single claim. Discussions concerning constructivism thus often rely on the hidden premise of the unity of science: constructivism would be equally applicable to all sciences (or to none), since all science share a single method or practice. The goal of this paper is to mobilize resources from the tradition of French historical epistemology to problematize this premise and reopen the discussion on constructivism in science in novel ways. It will do so in two ways. (a) First, one can pose the historical question in what way the fact that specific authors defend a form of constructivism must be linked to the specific sciences that the authors in question were working on? This is, for instance, clear in the role of chemistry in French historical epistemology. The specific French rationalist constructivism found in authors like Pierre Duhem or Gaston Bachelard must thus be understood precisely be referring to contemporary synthetic chemistry and its instruments. (b) Secondly, the question will be raised whether the claim of the disunity of science can also lead to a disunite view on constructivism. Rather than claiming that constructivism is applicable in the same sense to all sciences, one can rephrase the programme in the following sense: either by claiming that constructivism is only applicable to some sciences and not to others (e.g. synthetic chemistry vs. astronomy), or there are different constructive elements at work depending on the specific discipline or even period of a science in question (e.g. ethology vs. synthetic biology vs. metagenomics).

[Revenir au programme]

Pluralisme épistémologique, stratification ontologique et histoire de la raison chez Castoriadis

Geneviève GENDREAU-BEAUCHAMP
Université d’Ottawa

Cette proposition de communication cerne la contribution de Castoriadis à une épistémologie historique, enracinée dans une ontologie de la création et de l’imaginaire. La position castoriadienne fait œuvre originale dans le panorama des épistémologies historiques, d’abord par son ancrage revendiqué dans une ontologie, puis dans la critique extrêmement avisée et féconde de la raison, indissociable de son histoire, à laquelle elle aboutit. Tout comme l’épistémologie historique, Castoriadis plaide pour un pluralisme des méthodes, en l’ancrant à même chaque forme de savoir. Il cible donc à la fois le monisme caractéristique de toute épistémologie déterministe et le dualisme fort à laquelle l’herméneutique, notamment diltheyenne, aboutit. Or, chez lui, le pluralisme épistémologique trouve sa véritable raison d’être dans la nature de la rationalité, et, conséquemment, dans la nature de la réalité elle-même, qui se donne de manière stratifiée. Si, pour Castoriadis, penser la désunité des sciences, c’est penser la pluralité des types de raisonnement et de méthodes requis pour « rendre compte et raison » de la réalité, toute réflexion sur la connaissance renvoie nécessairement à une réflexion sur l’existant. La désunité des sciences et des méthodes est donc le fait de la pluralité de l’être, pluralité qui témoigne de l’impossibilité d’une saisie uniquement rationnelle de celui-ci, puisque faisant signe vers son ancrage dans l’imaginaire d’une société. Le fait de connaître quelque chose du réel nous renseigne bien entendu sur le sujet de la connaissance, mais nous oblige tout autant à concevoir le réel comme connaissable. On ne peut donc penser la connaissance que du côté du sujet. Castoriadis énonce un « principe d’indécidabilité de l’origine » : il est impossible de savoir ce qui, dans le fait de connaître, provient du sujet et ce qui provient de l’objet, au sens où la connaissance, plutôt que d’être une pure production d’un sujet-ego, est une « coproduction » du sujet et de l’objet. Cette coproduction s’inscrit également dans une histoire au sens fort : histoire de la connaissance, donc de la raison, histoire du sujet connaissant. La question épistémologique ne saurait donc se suffire à elle-même. L’histoire de la connaissance et de la science est plutôt à replacer dans l’histoire de la raison telle que l’Occident l’a instituée. L’épistémologie fait signe vers une ontologie, mais toutes deux relèvent également d’un projet d’autonomie tout à la fois philosophique et politique : le projet du « rendre compte et raison » qui a émergé pour la première fois chez les Grecs. Toute épistémologie doit donc ressaisir réflexivement les conditions de possibilité de son déploiement. L’arrière-plan de toute épistémologie, ainsi que la source de sa pluralité et de sa visée de vérité, est donc à la fois ontologique, historique et politique. L’historicité de la science, pour Castoriadis, renvoie à l’historicité de la raison, au sens où la vérité est une création social-historique, mais n’en existe pas moins comme vérité et visée de vérité. Il importe d’historiciser la raison, c’est-à-dire d’en montrer les racines dans l’imaginaire et dans le projet d’autonomie.

[Revenir au programme]

Nazism and the Unity of Psychology. German Psychology in Nazi Period viewed from the Perspective of Franziska Baumgarten-Tramer and Maria Zillig

Laurens Schlicht
Humboldt Universität

The psychologists […] have not revolted against Hitler. They did not create a resistance movement. There was not one amongst them who would support the conspiracy against Hitler, which at least can be said of some German generals. The German psychologists have not spawned a martyr. And we call this a betrayal against the spirit, against the science of the soul.“ (Franziska Baumgarten-Tramer)

Early proponents of psychology as institutionalized academic discipline discussed the topic of unity or pluralism of different approaches within their discipline right from the start. This debate was part of the disciplin’s heritage, being on the one side indebted to philosophy and on the other to the growing natural sciences of the 19th century, first and foremost physiology. The discussion about unification and plurality was still going on in the 1920s and e. g. William Stern recommended both methods from experimental sciences and from the Geisteswissenschaften for psychological research (William Stern, e. g.). For some, with the rise of Nazism in Germany deliberate dis-unity of psychology became questionable out of political reasons. For different critics of national socialist science it was precisely its constructivism, the dependence on will, that was characteristic for the arbitrariness of Nazi science (cf. e. g. Robert Merton, the Vienna circle). Unity and scientificity of science alone, as these critics surmised, could protect science against abuse and guarantee that it would remain democratic, peaceful and humanitarian in character. In my presentation I want to have a closer look on two rather unknown and illuminating psychologists – Franziska Baumgarten-Tramer (1889-1970) and Maria Zillig (1896- ??? (>1974)) – who put forward this type of argument for the case psychology during Nazi period. For both, science in general and psychology in particular had to fulfill both a moral mission and an epistemic ideal. Both believed, that science only could fulfill its moral mission by fulfilling its epistemic ideal and claimed that scientificity, reason and the unity of epistemic techniques would form the basis of a harmonious society. One could interpret this type of argument as defense of technical reason and of Enlightenment in the face of irrationalism. Thus, in a third step I want to formulate the question in what ways we can relate to this form of re-claiming Enlightenment’s dream of unity of the sciences and of characterizing Nazism as advent of unreason in psychology.

[Revenir au programme]

Ernst Cassirer’s Transcendental Account of Mathematical Reasoning

Francesca Biagioli
University of Vienna

Cassirer’s work in historical epistemology is being discussed again in a variety of contexts, from Michael Friedman’s dynamics of reason to different variants of ontic and structural realism. However, much of this discussion focuses on Cassirer’s account of scientific objectivity while calling into question the feasibility of his philosophical project. This is mainly due to the fact that Cassirer’s neo-Kantian agenda revolves around what appears to be a paradoxical goal, that is, to reconcile the Kantian justification of the possibility of knowledge with the conceptual changes of nineteenth and early twentieth-century science. This paper offers a new discussion of one way in which this paradox manifests itself in Cassirer’s account of mathematical reasoning. Cassirer articulated a unitary perspective on the mathematics as an investigation of structures independently of the nature of individual objects making up those structures. However, a tension remains between his demand for the unity of knowledge and his reliance on the structuralist methodologies of nineteenth-century mathematics. In 1910, Cassirer tried to resolve this tension by pointing out that the loss of unity with regard to the subject-matter of mathematics is compensated by a deeper unity of method. However, after the development of modern axiomatics, Cassirer realized ever more clearly that the objectivity of mathematics (including the most abstract parts of it) deserves an account of its own, and generally there are different types of objectivity at stake in the different ways to understand the world, which Cassirer, beginning in the 1920s, called “symbolic forms.” Limiting the consideration to epistemology though, it seems that in order to account for the unity of mathematics it would be inevitable to call into question the unity of knowledge. The aim of this paper is to clarify how both aspects of Cassirer’s philosophy stand together by drawing attention to the transcendental argument at stake with his account of mathematical reasoning. By transcendental I mean all kinds of arguments that set conditions for the possibility of something. In particular, the argument under consideration reflects the structure of a transcendental deduction in Kant’s sense, namely the proof that the fundamental concepts of the understanding necessarily apply to the manifold of intuition. According to Cassirer, the logic at work in the formation of numerical concepts necessarily applies to other fields of knowledge, beginning with geometry and physics. I will consider the following examples: (1) Richard Dedekind’s definition of natural numbers as a concrete domain that deserves to be characterized in terms of its structural properties, (2) Felix Klein’s use of transfer principles, (3) the construction of a numerical scale on the projective line. These are examples of how structural procedures are transferred across algebraic, numerical and geometrical domains. At the same time, they lend plausibility to Cassirer’s argument about the extensibility of such procedures to empirical domains in a unitary but internally articulated view of knowledge. My suggestion is that Cassirer offers a philosophical account of cases where mathematical and structural reasoning finds unexpected applications beyond the original ground for its development.

[Revenir au programme]

The disunity of mathematics

Andrew Arana
IHPST – Paris 1


Résumé : Beaucoup de mathématiciens et de commentateurs ont déclaré que l’unité des mathématiques est un fait ou un idéal pour la compréhension et le développement des mathématiques. On pense naturellement à Bourbaki à cet égard. Alors que la méthode axiomatique ou structurelle pénètre la pratique quotidienne des mathématiciens au XXème siècle, il écrit que l’arithmétique, l’analyse, et la géométrie partagent une « harmonieuse nécessité » (Bourbaki, 1948). Je voudrais défendre le point de vue opposé en ce qui concerne la pensée mathématique tournée vers des sujets mathématiques particuliers. Ainsi, il y a une pensée géométrique tournée vers les problèmes géométriques, à l’exclusion de la pensée arithmétique, analytique, et même peut-être algébrique. Cette pensée « pure », qui vise à résoudre des problèmes appartenant à un domaine en n’utilisant que des méthodes propre à ce domaine, peut donner une connaissance particulière qui ne peut être atteinte par des moyens plus globaux. Mon objet sera donc de défendre la valeur de la pensée « locale » en mathématiques.

Abstract: Many mathematicians and commentators have said that the unity of mathematics is a fact or an ideal for the understanding and development of mathematics. Here one thinks naturally of Bourbaki. As the axiomatic or structural method comes to penetrate the daily practice of mathematicians during the twentieth century, Bourbaki writes that arithmetic, analysis and geometry share a “harmonious necessity” (Bourbaki, 1948). I want to defend an opposing point of view concerning these particular mathematics subjects. Thus, there is a geometric mode of thought turned toward geometric problems, excluding arithmetic, analytic, and perhaps even algebraic thinking. This “pure” thought that aims to solve problems belonging to one domain by only using methods proper to this domain, can give a particular knowledge that cannot be attained by more global methods. My aim will be to defend this value of this “local” thinking in mathematics.

[Revenir au programme]

Can Economics be Liberated From Physics? Rethinking the Demarcation Problem in the Light of Historical Epistemology

Sina Badiei
Université Toulouse – Jean Jaurès

Economical theories in the past six decades have been significantly influenced, in their epistemological outlook, by the ideas put forward by Milton Friedman in his book Essays in Positive Economics. Friedman tries to argue, in this book, in favor of a unitary scientific methodology, in order to conclude that “positive economics is, or can be, an “objective” science, in precisely the same sense as any of the physical sciences”. This unitary epistemology has largely been responsible for the failure of economics to develop its own models of scientificity. Most of economists who have followed this unitary outlook have taken physics as their model of scientific undertaking. Not only Freidman himself takes all of his examples in the aforementioned book from physics, recent works by Nelson and Mirowski have shown how other majors economists in the 20th century, such as Samuelson and Keynes, equally took physics as their model of genuine scientificity. An extreme example seems to have been Keynes having borrowed the title of his main book, The General Theory of Employment, Interest and Money, from Einstein’s General Theory of Relativity. Two major causes have so far prevented us from developing a satisfactory criticism of the domination of this unitary epistemology in economics: on the one hand, much of contemporary criticism of this unitarism comes from economists and thinkers with avowed Marxist orientation. However, the problem is that Marxism itself advocates a unitary approach with regard to different sciences. This is most obvious in Engels’ book Anti-Dühring; on the other hand, there have been a number of authors, such as Deirdre McCloskey, who have tried to expose the rhetorical aspects of much of contemporary mathematized economics, thereby laying bare the limits of some of its mathematical models. However, many of these works go as far as saying that the same rhetorical dimensions are at work in all sciences, including in physics itself. Consequently, they, too, take the scientific methodology to be unique, and constitute more an attempt at criticizing scientificity in general than its specific forms in contemporary economics. My goal in this paper is to show how by following the tradition of historical epistemology and taking history as our ultimate guide, and by refusing to propose any ontological demarcation, we can come up with a more rigorous way of explaining why in economics, contrary to physics, it is not the so called positive economics (the study of what is) that should guide the study of the so called normative economics (the study of what ought to be) but the other way around. By proposing a critical reading of Popper’s manner of demarcating economics and physics in his Open Society and its Enemies and Hayek’s in his Scientism and the Study of Society, and relying myself on some of the arguments developed by Mirowski and MacKenzie, I will try to propose a compelling criticism of Friedman’s way of defending a unitary epistemology, thereby arguing for the necessity for economics of developing its own methodologies and epistemological outlook.

[Revenir au programme]

Does Philosophy of Science Meet History of Science? Epistemic Constraints

Luca Guzzardi
Università degli Studi di Milano

Two leading approaches have dominated the (general) philosophy of science of the 20 th century. According to some scholars, scientific discourse is the effect of free, more or less individual and rational choice. Science is the construction of rational agents, who explicitly or implicitly apply a priori given rationality criteria to the study of nature (empiric sciences), society (social sciences), and a very abstract discipline we call mathematics. Philosophers of science unravel the rational structure lurking behind (or laying at the basis of) the scientific practice. What they do, essentially, is nothing but providing a coherent and rich theory of rationality. Therefore, philosophy of science can obviously have a normative import: it can help in the process of selecting scientific programs eligible for funding, for example. Footing on historical evidence, a second approach has challenged that science emerges from the behavior of rational, free agents; it has also questioned that individual, rational choice plays a prominent role in the scientific practice. In this vein, a number of studies have emphasized, in many different ways, that scientific practice is guided by a variety of constraints: social, cultural, economic, institutional, etc. Basing on case studies, I will suggest the possibility to pick up “the best of both worlds”. To this end, I will explore the idea of “epistemic constraints” as a tool for providing internal, emerging rationality criteria within the scientific practices. As epistemic constraints, I mean in very general terms substructures whose dependence from knowledge-based components is predominant over possible external factors. Being constraints of epistemic kind, they tell what is to be known (and what is not: so they entail both positive and negative heuristic) and how is to be known what is to be known (so they entail norms). In particular, I will try to develop a provisional taxonomy of epistemic constraints and argue that they can account for the plurality of scientific beliefs, standards, approaches, etc.

[Revenir au programme]

Using History of Science for Pluralist Philosophy and Science

Hasok Chang
Cambridge University

In this presentation I outline my advocacy of an activist historiography of science. I begin with a recognition that the historian cannot be removed from history-writing. What, then, is our role as historians? Science remembers its own history from a particular perspective (“whiggism”), which views the past as inferior versions of the present. If historians of science shared this perspective, our work would be redundant. I argue that we can do the history of science with the aim of improving scientific knowledge in ways that are neglected by scientists themselves. Given the current monistic and hegemonic tendencies in science, scientific progress tends to be accompanied by the shutting down of alternative paths of inquiry and a resulting loss of potential and actual knowledge. A critical and sympathetic engagement with the past of science allows us to recover the lost paths, which can also suggest new paths. Such a pluralist process of inquiry also liberates our philosophical thinking about the nature of science from undue influence from current scientific orthodoxy. These points will be illustrated by a number of examples, especially from the history of chemistry and physics, including the recovery and extension of forgotten experiments from past science.

[Revenir au programme]

Therapeutic Relationship and Scientific Experimentation: Technical Activity in Surgery

Olivier DEL FABBRO & Xavier MULLER
ETH Zurich / University Hospital Zurich

Modern medical practice strives more and more towards a scientism of its own activity. In this sense, the legacy of post-hippocratic nosology based on Auguste Comte’s positivism and Claude Bernard’s concept of physiology is continued. However, medical practice is not solely a scientific activity, but mostly an act of providing care. That is to say, every physician has the hippocratic obligation to approach the patient with attentiveness in order to treat. This tension between scientific activity and therapeutic activity has been highlighted in the history of medicine by the French philosopher and physician Georges Canguilhem. Canguilhem states that scientific analysis is itself not sufficient in order to establish a therapeutic relationship with the patient. By looking at medical practice more from a technical point of view however, therapeutic care can be revalorized. It is our aim to use Canguilhem’s concepts and apply them to a specific realm of modern medical practice: surgery. Firstly, while historically retracing the surgeon’s activity per se, that is operating with surgical tools on a patient, the latter reveals itself more as a technical activity than a scientific one. Secondly, as history of surgery shows, new technical objects have been continuously integrated into surgical practice, culminating for example in today’s robotic surgery. Thirdly and surprisingly enough, there are a number of surgeons, who did not only act as simple users of objects, but also as inventors (e.g. Alexis Carrel). This enabled them to contribute to the development of new surgical tools and consequently, to change surgical techniques. In this sense, by highlighting technical activity in surgery, further concepts of the French archaeologist and anthropologist André Leroi-Gourhan and the philosopher of technology Gilbert Simondon can be applied and used in order to gain a better understanding of the meaning of technical activity, evolution of technical objects and technical invention in surgery. Lastly, by showing that today’s surgical activity can be interpreted and portrayed by concepts coming from French historical epistemology, a different perception of the surgeon’s activity can be given, highlighting not his scientific, but more his technical and therefore, therapeutic activity. Hence, in connection to the theme of the conference, our claim is that medical science contains a disunity, because of the simple fact that is not a pure science, but also a technical and therapeutic activity. In this presentation, we aim to give an account of this disunity in medical practice by analyzing historical and modern examples in surgery and by interpreting them with concepts coming from French historical epistemology.

[Revenir au programme]

Georges Canguilhem : aux sources biologiques de l’unification de la science par voie technique

Ugo Balzaretti
Université de Bale

La connaissance biologique ne se laisse pas unifier sur le modèle de ce que Galilée et Descartes ont fait pour les mouvements de la nature. L’Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique (1943) se déploie à partir de ce simple « fait épistémologique ». Au contraire de ce dont Auguste Comte rêvait et de ce que Claude Bernard a cru avoir accompli, les lois de la vie pathologique ne se laissent pas réduire à celles de la vie naturelle (cf. Essai, pp. 78-79). Le problème est toutefois bien plus radical que la simple nécessité d’admettre « deux sciences distinctes » (X. Bichat, Anatomie générale, 1821), la physiologie s’occupant de l’état de santé et la pathologie ayant pour objet l’état de maladie. Il ne suffit pas non plus de distinguer entre sciences de la vie et sciences physiques, ces dernières ne connaissant ni pathologie ni thérapeutique. Ce qui est en jeu, c’est bien plutôt la possibilité de réduire ce qui relève d’une norme à une loi, ce qui dépend de l’activité normative de l’organisme et donc d’une finalité à un déterminisme de nature. Les normes vitales ne peuvent être ramenées aux lois du mécanisme physique et donc à un positivisme, la technique ne se laisse pas réduire à la science (cf. Essai, p. 79). La prétention d’unifier la science et avec elle l’expérience sur la base d’un modèle mécanique exclusif a sa source dans une fausse médiatisation entre fait et valeur, science et technique, dont l’origine est éminemment biologique. C’est dans ce sens que Canguilhem découvre dans le principe de Broussais de l’identité d’essence du normal et du pathologique le principe même du scientisme de l’industrialisme bourgeois. Auguste Comte a bien défendu l’irréductibilité des sciences l’une à l’autre. Dans le principe de Broussais en tant qu’identité entre qualitatif et quantitatif, utile et fait, il a toutefois reconnu la loi générale des lois naturelles. Contre les penseurs soit métaphysiques soit mythologiques, il est enfin devenu possible d’établir un système de sciences positives. Même la sociologie en tant qu’anthropologie objective et science finale a sur un plan strictement formel un fondement biologique (cf. Système de politique positive, vol. II, 444-45). Canguilhem a su s’insérer dans la fracture entre scientisme et humanisme éthique qui est à l’origine de l’histoire du positivisme français. À la simple biocratie et sociocratie il a su opposer une biocratie finale en tant qu’exigence éthique d’une présomption d’unité qui sache ranger à nouveau science et technique dans un horizon de valeurs : dans une anthropologie aussi bien que dans une philosophie. Le dualisme entre loi et norme qu’il défend relève d’un projet politique qui conjugue la critique la plus avertie du positivisme classique (la défense d’Émile Boutroux du libre arbitre contre le fatalisme même dans les sciences humaines) à celle du positivisme émergent de la phénoménologie et du cercle de Vienne (cf. Jean Cavaillès, Sur la logique et la théorie de la science, pp. 31 et 65-66). La dualité est la source même de l’historicité d’une science qui ne se laisse en aucun cas réduire à un déterminisme, ni à une pratique sociale ni à une logique de la connaissance. Le potentiel historico-critique de l’épistémologie historique est ainsi exploité de la façon la plus radicale : au prétendu dépassement du dualisme métaphysique par un rationalisme appliqué (Bachelard) Canguilhem oppose la dichotomie essentielle qui sépare scientia et potentia; contre le discours d’une technologie du soi (Foucault), il défend l’irréductible originalité du vouloir par rapport à toute tentative de manipulation technique.

[Revenir au programme]

Métabolisme, organisme et individualité biologique: la construction d’un espace conceptuel au 19e siècle, entre chimie et biologie

Cécilia Bognon
IHPST

Récurrente en philosophie comme en biologie, la question de la définition de la vie s’exprime à la fois dans des tentatives de caractérisation positive (auto-organisation, homéostasie, reproduction, évolution…) et de démarcation par tracés de frontières plus ou moins étanches (vivant – mort, minéral – végétal – animal, organique – inorganique…). Paradoxalement, et alors même qu’elle revendique son autonomie, c’est à réduire ces démarcations que travaille la biologie.

On admet généralement que la science du vivant s’est constituée comme discipline spécifique et autonome au tournant du 19e siècle en se donnant pour objet la vie, l’organisme, ou encore une interprétation réaliste des forces vitales. Dans ce contexte d’avènement d’une discipline autonome, la réflexion mise en place par Kant dans la Critique de la faculté de juger sur les « êtres organisés », capables d’auto-organisation, réflexion dans laquelle la question de la finalité organique est déplacée du côté du rapport des parties au tout et de leur autoproduction, occupe une place centrale. Mais, parallèlement à ce mouvement, il faut considérer l’émergence d’une chimie animale qui, dès la fin du 18e siècle, s’engage dans la voie d’un réductionnisme par l’analyse des substances organiques afin d’en déduire des lois d’organisation vitale. La question se pose alors de la nature des éléments constitutifs du vivant et du rapport de leurs propriétés avec les prestations fonctionnelles spécifiques des êtres vivants. En d’autres termes, la question se pose de savoir s’il est possible de rendre compte de l’organisation vitale par des processus exclusivement physico-chimiques. L’émergence d’une chimie animale ou organique au début du 19e siècle, focalisée sur de l’étude de la nutrition, constitue une étape fondamentale dans ce processus. Cependant, ses premières réalisations contribuent à amplifier l’écart entre l’attention portée au niveau de l’organisme ou de l’organisation d’une part et l’analyse de ses composants en unités chimiques élémentaires d’autre part, avec pour conséquence d’accroître la distinction entre propriétés de l’organisme vivant et propriétés de ses composants élémentaires et de leur organisation, dans la mesure où les premières (auto-organisation, par exemple) semblent irréductibles aux secondes. Nous voudrions déterminer le projet explicatif propre à la chimie organique comme une stratégie de résolution de cette tension en nous concentrant sur le cas paradigmatique de la nutrition. Le cas de l’étude de la nutrition fournit en effet un exemple privilégié dans ce contexte et permet d’éclairer cette tension entre niveau d’organisation et niveau moléculaire.

Dans cette communication nous esquisserons cette dialectique de l’unité et de la désunité de la chimie et de la biologie, inter-disciplinaire et intra-disciplinaire, telle qu’elle est advenue dans l’instauration d’une conception métabolique, chimiquement informée, du vivant. A rebours des récits tendant à surévaluer le rôle de diverses formes de vitalismes dans l’émergence d’une biologie moderne, nous défendrons l’hypothèse que le concept de métabolisme, tel qu’il a été élaboré au 19e siècle, a joué un rôle central dans l’émergence de la notion moderne d’organisme comme individualité biologique capable de réaliser son identité comme totalité en vertu de sa relation constante avec son environnement.

[Revenir au programme]

Pratiquer l’inter-régionalité en éducation avec Canguilhem

Xavier Roth

Université Grenoble-Alpes

Cette intervention se propose d’aborder la question de la « désunité » en sciences de l’éducation, depuis l’examen de deux obstacles rencontrés lors de la mise en œuvre d’un dispositif pédagogique à destination des jeunes visiteurs d’un ancien camp de déportation. Il s’agit d’une part de la pluralité des savoirs mobilisés pour penser les objets relevant des « éducations à… » (éducation à la citoyenneté, à la santé, au développement durable, etc.), et de leur forte dimension axiologique d’autre part. Afin de clarifier et lever ces obstacles, on mobilisera principalement la philosophie de Canguilhem. On tâchera ainsi de montrer en quoi « l’inter-régionalité » de son approche en histoire des sciences peut servir de paradigme pour penser les objets hybrides des « éducations à… », hybrides en ce que les savoirs transmis y sont toujours en même temps des normes.

[Revenir au programme]

1 Dominique Lecourt devised the name of “historical epistemology” to describe this French school of history and philosophy of science. See his L’Épistémologie historique de Gaston Bachelard (Vrin, 1969).

2 Yves Gingras helpfully reviews such attempts and then argues against the use of “historical epistemology” as a label, claiming that it only serves as a marketing technique for academic institutions. He argues, instead, for the simple name “history of science,” whose methods, widely known and practiced since Comte, can be traced back to his sociological project. In this, Gingras claims to follow Canguilhem, who points to Comte as the first to establish the school that he works within, though Gingras should have pointed out that Canguilhem also believed that history of science began to be practiced well before Comte. This alone suggests, contra Gingras, that history of science can indeed be done in many ways and that interpretive arguments need to be made about which methods are better and worse. See Yves Gingras, “Naming without Necessity: On the genealogy and uses of the label ‘historical epistemology,’ Revue de synthèse, t. 131, 6e série, n° 3, 2010, pp. 439-454. Through my reading of Salomon-Bayet’s institutional epistemology here, I would also argue that the means by which particular institutions maintain themselves, including their use of labels to give coherence to a community of researchers, can play an important part in the history of knowledge.

3 See Claire Salomon-Bayet, L’institution de la science et l’expérience du vivant, 2nd edition (Flammarion, 2008) [ISEV]. Translations from this book are my own.

4 Foucault claims in The Order of Things that no experience of the living possible was before the start of the 19th century because of the discursive shape of knowledge in the Classical episteme. Salomon-Bayet takes the dates at which l’Académie Royale was established (1666) and abolished (1793), which coincide more or less with the extreme limits of the Classical Age, as the historical limits of her study. It is interesting to note that Foucault’s later interest in institutions, as found in his genealogical writings, is roughly contemporaneous to Salomon-Bayet’s dissertation.

5 ISEV, p23.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 It will be important to compare her work to Canguilhem’s 1966 essay “L’objet de l’histoire des sciences,” published in his Etudes d’histoire et philosophie des sciences concernant les vivants et la vie (Vrin, 1968).

 

4èmes journées: L’épistémologie historique et les désunités des sciences

Appel à Communications / Call for Papers

4èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique
4th International Workshop on Historical Epistemology

L’épistémologie historique et les désunités des sciences
Historical epistemology and the disunities of the sciences


École Doctorale de Philosophie ED 280
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Paris, 24-26 mai 2018

                                                                     

CONFIRMED KEYNOTES :

Andrew Arana (Paris 1, Fr)
Hasok Chang (Cambridge, Uk)
Stéphanie Ruphy (Lyon 3, Fr)
Léna Soler  (Lorraine, Fr)

[ENGLISH BELOW]

            A l’échelle internationale, la seconde moitié du XXe siècle a vu émerger différentes tentatives pour penser la « désunité » des sciences. Celles-ci se sont constituées en réponse au monisme méthodologique issu du Cercle de Vienne, stipulant l’unité de la science et donc la validité du projet d’une philosophie de « la » science. Ainsi, dès la fin des années 1960, la philosophie de la biologie a voulu affirmer la spécificité des sciences du vivant et donc l’obligation de se départir des canons de la philosophie de la physique. Au cours de la décennie suivante, on constate l’institutionnalisation de plusieurs philosophies « des sciences spéciales » : de la biologie, de la géographie, de la médecine, etc. Bien que ces différentes philosophies soient aussi pensées comme des sous-disciplines d’une philosophie générale de la science ou des sciences, cette spécialisation vient mettre à mal la longue tradition d’affirmation de l’unité de la science fondée sur un réductionnisme physico-chimique.

            Pour autant, l’idéal positiviste de clarification conceptuelle et de purification du langage demeure souvent central pour ces nouvelles philosophies. Ce qu’elles contestent au premier chef est donc le « dogme » de l’unité de la science, et non nécessairement la méthodologie positiviste. Parmi ces critiques, on peut rappeler, entre autres, Paul Feyerabend, Jerry Fodor et le groupe de la « Stanford School » (Nancy Cartwright, John Dupré, Peter Galison, Patrick Suppes et Ian Hacking). Tous soulignent le caractère social et culturel des sciences ainsi que l’importance de l’histoire des sciences pour l’élaboration d’une image moins abstraite et idéalisée de la pratique scientifique. La critique de l’unité de la science a conduit à la révision de certains concepts fondamentaux et traditionnels de l’épistémologie, au premier rang desquels celui de « méthode » (Feyerabend 1975) auquel ces auteurs préfèrent des concepts soulignant le pluralisme des sciences comme celui de « style de raisonnement scientifique » (Crombie 1994 ; Hacking 1982, 1992).

            La question des modalités philosophiques de la « désunité » de la science se pose ainsi au cœur de la réflexion épistémologique la plus actuelle. Elle s’est accompagnée de l’essor de nouvelles catégories, comme celle de pluralisme, qui visent le même rejet du monisme méthodologique. Le pluralisme – c’est-à-dire l’affirmation de la coexistence de plusieurs systèmes de connaissance à l’intérieur d’un même domaine de recherche – est un concept qui occupe aujourd’hui une place centrale dans les discussions philosophiques anglophones (voir le volume collectif édité par P. Galison et D. J. Stump, The Disunity of Science, 1995, et les travaux plus récents de A. Arana, « Purity of Methods », 2011 ; H. Chang, Is Water H20. Evidence, Realism and Pluralism, 2012 ; S. Ruphy, Scientific pluralism reconsidered. A New Approach to the (Dis)Unity of Science, 2016; L. Soler, E. Trizio & A. Pickering (eds.), Science as it Could Have Been. Discussing the Contingency / Inevitability Problem, 2015).

            Le retour sur le devant de la scène de la désunité de la science ne doit cependant pas masquer le fait que la tradition plus typiquement française de l’épistémologie historique s’était elle-même déjà emparée de cette question, et avait, de longue date, produit un certain nombre d’arguments soutenant une telle désunité. Déjà Auguste Comte, qui est aux origines de la tradition de l’épistémologie historique française, proposait dans son Cours de philosophie positive une subdivision des sciences fondée sur leurs objets et leurs méthodes, conçus comme irréductibles d’une science à l’autre. La pluralité des sources de la connaissance scientifique est donc un des traits caractéristiques du système de Comte (R. Scharff 1995 ; J.-F. Braunstein 2009), solidaire de sa volonté d’asseoir l’étude philosophique des sciences sur leur histoire.

            Plus près de nous, le concept de pluralisme fait écho, dans des proportions qu’il s’agira de discuter, au régionalisme revendiqué dès l’entre-deux-guerres par des philosophes comme Gaston Bachelard. Pour Bachelard il ne s’agit pas seulement d’affirmer une pluralité de méthodes, mais plus fondamentalement encore de reconnaître la spécificité des valeurs rationnelles propres à chaque domaine ou région scientifique. En ce sens, la raison s’organise et s’applique différemment selon le domaine matériel où elle s’exerce, sans quoi un progrès rationnel serait inconcevable.

            Ce concept de régionalisme est demeuré pleinement opératoire au sein de l’épistémologie de Canguilhem, celui-ci affirmant qu’on ne peut « parler de science au singulier [que] comme phénomène de culture » (Canguilhem 1965). Dans un entretien avec Alain Badiou, Canguilhem a aussi indiqué une différence entre l’épistémologie (au sens « français ») et la philosophie des sciences : la philosophie des sciences est l’équivalent de la Wissenschaftslehre et son objectif est « l’unification du savoir, au moins par sa méthode », alors que l’épistémologie est une « étude spéciale ou régionale ».

      Ainsi, la désunité des sciences a donc été pensée, semble-t-il indépendamment, dans au moins deux contextes philosophiques sensiblement différents : celui de la critique du positivisme dans le monde anglo-saxon et celui de l’épistémologie historique en France. Le projet de ces journées est avant tout de confronter ces désunités afin de saisir si leur rapprochement ou leur mise en correspondance pourrait aider d’une part à mieux les caractériser et d’autre part à faire émerger des voies de recherche inédites.

            La thématique de la désunité est une thématique transversale, qui doit permettre le dialogue entre chercheurs aux options méthodologiques variées et travaillant sur des domaines scientifiques les plus divers (physique, chimie, biologie, psychologie, mathématiques, etc.). Nous attendons donc d’abord des communications travaillant la question de la désunité sur la base d’exemples précis et de cas concrets mobilisant le spectre le plus large possible des régions du savoir. Nous souhaitons également recevoir des propositions portant sur l’histoire des conceptions du pluralisme et du régionalisme. Enfin, une attention particulière sera donnée aux interventions qui proposent de discuter l’originalité de l’épistémologie historique vis-à-vis d’autres approches méthodologiques d’étude des sciences qui mettent au premier plan leur désunité.

Les propositions d’interventions (max 500 mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 12 février 2018 (date de réponse le 1 mars), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des Journées seront le français et l’anglais.

 

[ENGLISH VERSION] 

             The second-half of the twentieth century saw the emergence of various attempts at thinking the “disunity” of the sciences. They appeared as a reaction against the methodological monism fostered by the Vienna Circle that promoted the unity of science and therefore the validity of the project of a singular philosophy of science. Hence, from the end of the 1960s, the philosophy of biology affirmed the specificity of the living and, as a consequence, the obligation to move away from the standards of the philosophy of physics. In the following decade, there was an institutionalization of various philosophies of « the special sciences»: of biology, of geography, of medicine etc. Although these different philosophies are often seen as sub-disciplines of a general philosophy of science, this specialization also presented a challenge to the long tradition of affirming the unity of science based on physical-chemical reductionism.

            Nevertheless, the positivist ideals of conceptual clarification and the purification of language are still central for these new philosophies. What is being criticized is therefore the “dogma” of the unity of science, not necessarily the positivist methodology. Among these criticisms, one can think of Paul Feyerabend, Jerry Fodor and the group of the so called “Stanford School” in philosophy of science (Nancy Cartwright, John Dupré, Peter Galison, Patrick Suppes and Ian Hacking), just to name a few. These critics emphasized the cultural and social aspects of the sciences and the importance of the history of science for the construction of a more elaborated and less abstract image of scientific practice. By criticizing the project of the unity of science, these authors have reworked some of the most central and traditional concepts of epistemology, such as that of “method” (Feyerabend 1975), thus coming to elaborate other concepts, such as that of “styles of scientific reasoning” (Crombie 1994; Hacking 1982, 1992), ultimately highlighting the pluralism of the sciences. 

            The question of the philosophical modalities of the disunity of science stands nowadays at the heart of the most recent epistemological reflections. This leads to the mobilizing of other categories, such as that of pluralism and regionalism, aiming at the same refusal of methodological monism. Pluralism, or the coexistence of various systems of knowledge within a given research domain, is a concept which currently holds a central place in Anglophone philosophical discussions (see the volume edited by P. Galison – D. J. Stump The Disunity of Science, 1995 and the most recent works of A. Arana, « Purity of Methods », 2011; H. Chang, Is Water H20. Evidence, Realism and Pluralism, 2012; S. Ruphy, Scientific pluralism reconsidered. A New Approach to the (Dis)Unity of Science, 2016; L. Soler, E. Trizio & A. Pickering (eds.), Science as it Could Have Been. Discussing the Contingency / Inevitability Problem, 2015).

            This renewed centrality of the disunity of science should nevertheless not hide the fact that the “French” tradition of historical epistemology had already addressed this question and has produced various arguments, some of which are rather old, to support the disunity of science. Already Auguste Comte, who is at the origin of the French “tradition” of historical epistemology, proposed in his Cours de philosophie positive a subdivision of the sciences on the basis of their objects and their methods, fundamentally differing from one science to the other. According to Comte, a sharp dividing line runs between the sciences of brute facts and the sciences of organized facts. Similarly, each science has its own particular object of study that is approached with a method fitting that object. The plurality of the sources of scientific knowledge is therefore one of the defining traits of Comte’s post-positivism (R. Scharff 1995; Braunstein 2009), coupled with his attempt to base a philosophical study of the sciences upon their history.

            The present workshop will discuss the extent to which, in more recent times, the concept of pluralism can be said to be echoed by the regionalism claimed in the interwar period by such philosophers as Gaston Bachelard. For Bachelard, it is not just a matter of affirming the plurality of the methods of inquiry, but also of acknowledging the specificity of the rational values characterizing each scientific domain. In this sense, reason organizes and applies itself differently according to the material domain where it is exerted; otherwise there would be no rational understanding of progress.

            This concept of regionalism remained operative in the epistemology of Georges Canguilhem, according to whom “one can talk of science in the singular [only] as a cultural phenomenon” (Canguilhem 1965). In an interview with Alain Badiou, Canguilhem also underlined the difference between epistemology (in the French sense) and the philosophy of the sciences: whereas this latter is the equivalent of the Wissenschaftslehre and its aim is the “unification of knowledge, at least by its method”, epistemology is a “special or regional study”.

            The problem of the disunity of the sciences has therefore been articulated in at least two sensibly different philosophical contexts: the anti-positivistic backlash started in the 1960s in the Anglo-Saxon world, and the tradition of historical epistemology which played a central role in France until the 1980s. The project of this workshop is in the first place that of comparing these two different ways of conceptualizing/coming to terms with the disunity thesis with the aim of assessing whether their proximity or their distance could help, on the one hand, to characterize them better and, on the other hand, to make novel research paths possible. 

            The theme of disunity is a transversal one that facilitates dialogue among researchers with different methodological backgrounds, working on very different scientific domains (physics, chemistry, biology, psychology, mathematics, etc.). We thus expect proposals rethinking the question of disunity on the basis of precise examples and of concrete case studies, mobilizing the largest possible spectrum of regions of knowledge. We also expect proposals on the history of the conceptions of pluralism and regionalism. Finally, particular attention will be given to those proposals investigating the originality of historical epistemology with respect to other methodological approaches also focusing on the disunity of the sciences. 

            Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 2018 February 12 (notification of acceptance or refusal by March 1st), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early career researchers will be privileged. The languages of the workshop will be French and English.

 

Comité d’organisation

Matteo Vagelli, Ivan Moya Diez, Laurent Loison (coordinateurs) ;

Marcos Camolezi, Wenbo Liang, Gabriele Vissio.

 

Comité Scientifique

Christian Bonnet, Professeur, CHSPM Paris 1

Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCo Paris 1

Cristina Chimisso, Professeur, Open University, UK

Arnold I. Davidson, Professeur, Université de Chicago

Moritz Epple, Professeur, Université de Francfort

Pierre Wagner, Professeur, IHPST Paris 1

 

Dates importantes

Limite de proposition d’interventions : 12 février 2018

Réponses : 1 mars 2018

Journées d’étude : 24-25-26 mai 2018

3èmes Journées sur l’Épistémologie Historique, 18-19-20 mai – Programme et Inscriptions

Programme et Inscriptions
3èmes Journées d’études / 3rd Workshop

Pour une Épistémologie Historique des transformations techniques

For an Historical Epistemology of Technical Transformations


Paris, 18-19-20 mai 2017

Ecole Doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des Sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne, UMR 8103 CNRS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

 

 

[Formulaire d’inscription]

Pour des raisons de sécurité l’inscription est obligatoire afin d’acceder à la Sorbonne

Jeudi 18 mai
Salle Cavaillès (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-12h25

Bienvenue
Pr. Pierre-Marie MOREL, Directeur Ecole Doctorale de Philosophie
Pr. Sandra LAUGIER, Directrice Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Pr. Jean-François BRAUNSTEIN, Comité scientifique des journées

Epistémologie des techniques financières: le cas de la gestion indicielle (1952-1973)
Christian WALTER, Fondation Maison des Sciences de l’Homme

Splendeurs et misères de l’automatisation du travail: une mise en perspective historique
Luca PALTRINIERI, Université de Rennes 1

10h50-11h05 Pause-café

Schématisme et invention technique : du problème technologique dans la pensée de George Canguilhem aux nouvelles technologies numériques dans l’épistémologie de Francesco Antinucci
Fiorenza LUPI, Università degli studi di Roma La Sapienza

« Normativité vitale » et « normativité technique » : pour une éthique biologique des techniques
Emanuele CLARIZIO, Université de Technologie de Compiègne

Après-midi 14h15-18h00

Epistemic techniques beyond experimental systems: Examples from mathematics and the humanities
Moritz EPPLE, Goethe-Universität Frankfurt am Main

Identifying the Political Philosophy of the Grand Encyclopédie : Digital technologies and the prospects for a Historico-Political Epistemology
Martin HERRNSTADT, Tel Aviv University
Dagmar COMTESSE, Goethe-Universität Frankfurt am Main

Technologies of Truth (Germany, 1900-1940). A Methodological Framework to Study the Diffusion of Knowledge Techniques
Laurens SCHLICHT, Humboldt-Universität zu Berlin
Niklas STOLL, Humboldt-Universität zu Berlin

16h25-16h40 Pause-café

Dire-vrai, aveu et discipline: Michel Foucault et les techniques de vérité.
Jerome LAMY, CNRS, CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès

Two Philosophies of the Pathological Phenomenon: Life and Liberation in Canguilhem and Fanon
Alex FELDMAN, The Pennsylvania State University

Vendredi 19 mai
Salle Cavaillès (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00

L’étude des lignées phénoménotechniques : le cas des bolomètres
Vincent BONTEMS, Larsim CEA

Technology and Critique in the Work of Bachelard and Foucault
David WEBB, Staffordshire University

10h40-11h00 Pause-café

La production technique des faits scientifiques, d’Édouard Le Roy à Gaston Bachelard
Lucie FABRY, USR 3608 République des savoirs / École Normale Supérieure

The Janus Head of Bachelard’s phénoménotechnique: From Purification to Proliferation and Back
Massimiliano SIMONS, KU Leuven

Après-midi 14h15-18h00

L’histoire de la psychiatrie au prisme des techniques de prise en charge des individus : un autre regard sur les concepts et les théories
Julie MAZALEIGUE-LABASTE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le développement technologique de la méthode numérique en médecine
Mathieu CORTEEL, Université Paris-Sorbonne / Collège International de Philosophie

The Uses of Water: On the Implications of Therapeutic Technique in Foucault’s History of Madness
Samuel TALCOTT, University of the Sciences, Philadelphia

16h25-16h40 Pause-café

Epistemological History and “Collective Health”
Tiago ALMEIDA, Universidade de São Paulo

Kind of blue: epidemic of depression, Chile at the forefront
Joseph EATON, Pontificia Universidad Católica de Valparaíso

 

Samedi 20 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 10h30-12h30
Séance du Séminaire Foucault
animé par Jean-François Braunstein et Daniele Lorenzini

L’histoire en extériorité
Jocelyn BENOIST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Après-midi 14h20-17h30

L’épistémologie historique face à la paléoethnologie: la question de la technique entre Canguilhem et Leroi-Gourhan
Annagiulia CANESSO, Università degli studi di Padova

L’animal indéterminé: au-delà d’une anthropologie de la technique
Stefano PILOTTO, Università degli studi di Roma La Sapienza

15h40-16h00 Pause-café

Le rapport vie-technique-savoir chez Canguilhem et Foucault: entre épistémologie et théorie des institutions
Andrea ANGELINI, Università degli Studi di Firenze

Diorama device between Art and Science
Sonia REZZONICO, Universitat Pompeu Fabra (Barcelona) / Università degli Studi di Milano

Clôture des journées

>> DOWNLOAD ABSTRACTS <<

[Formulaire d’inscription]

Pour des raisons de sécurité l’inscription est obligatoire afin d’acceder à la Sorbonne

Comité scientifique
Christian BONNET, CHSPM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Jean-François BRAUNSTEIN, PhiCO, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, Université de Chicago
Pierre WAGNER, IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité organisateur
Laurent LOISON, Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA,Marcos CAMOLEZI, Gabriele VISSIO, Wenbo LIANG

Troisièmes Journées d’études Epistémologie Historique, Paris 2017 [AAC/CFP]

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

3èmes journées d’études sur l’Épistémologie Historique

3rd Workshop on Historical Epistemology

Pour une épistémologie historique des transformations techniques  

For an Historical Epistemology of Technical Transformations  

18-19-20 mai 2017

Ecole doctorale de Philosophie ED 280, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne – UMR 8130

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Equipe EXeCO

CONFIRMED KEYNOTES

Vincent BONTEMS (Larsim CEA); Moritz EPPLE (Frankfurt);

Luca PALTRINIERI (Rennes); David WEBB (Staffordshire)

***

[English below]

Ces troisièmes journées d’études seront consacrées à la place des techniques dans les études d’épistémologie historique. Il s’agira d’explorer cette thématique d’un point de vue méthodologique et d’approfondir différents cas d’étude de transformations techniques et technologiques.

La question des techniques est de première importance pour l’épistémologie historique, entendue au sens large: bien qu’elle soit souvent présentée comme une histoire purement conceptuelle, l’étude de techniques y a occupé une place centrale dans l’enquête sur le déroulement concret des pratiques scientifiques. Le rapport entre sciences et techniques a été ainsi largement problématisé, en insistant souvent sur la primauté du moment technique par rapport à la systématisation théorique.

A cet égard, ces journées permettront de discuter des recherches en cours sur différentes transformations techniques et technologiques dans les domaines les plus variées: sciences médicales et biologiques, sociales, physiques ou tout autre champ disciplinaire où les chercheurs se sont servis de la “boîte à outils” de l’épistémologie historique. Nous attendons donc un ensemble de contributions caractérisées par des approches différentes, capables d’aborder le sujet proposé dans sa généralité, notamment selon les axes définis dans les deux sections suivantes:

  1. Les épistémologues historiques face aux techniques  L’épistémologie française a repensé les techniques avec une certaine précocité par rapport à la philosophie des sciences anglo-saxonne, qui, jusqu’aux années 1980, est restée liée au programme post-positiviste de la priorité de la théorie sur l’observation et l’expérimentation. Bachelard, Koyré, Canguilhem, Foucault, dans leurs analyses de la connaissance scientifique, ont assignée des rôles spécifiques aux techniques. C’est Hacking qui, dans la phase contemporaine et anglophone de l’épistémologie historique, a contribué à rétablir la centralité du “style du laboratoire” et des manières d’intervenir dans le monde par rapport aux manières de le concevoir. Dans son sillage, d’autres auteurs, comme L. Daston, P. Galison et H.-J. Rheinberger ont accordé une grande attention à l’histoire matérielle et au rôle que les instruments et les appareils jouent dans la production du savoir scientifique. Qu’a changé la prise en compte des techniques? Comment cette prise en compte a-t-elle elle-même pu évoluer au fil des temps?
  2. Histoire des techniques, histoire des concepts Au niveau méthodologique, nous souhaiterions également recevoir des contributions traitant des conceptions du rapport entre techniques et théorie dans l’histoire des sciences et, plus généralement, sur le rôle des techniques dans le processus de développement scientifique. De ce point de vue, une attention particulière sera donné aux interventions qui proposent de discuter l’originalité de l’épistémologie historique vis-à-vis d’autres approches méthodologiques d’étude des sciences, notamment les nombreuses études sociales des sciences et des technologies (STS), mais aussi par rapport à d’autres traditions de pensée philosophiques qui ont traité la même question, comme la phénoménologie (Husserl, Merleau-Ponty), l’anthropologie philosophique (Gehlen, Marquard), l’herméneutique (Nancy), la philosophie sociale (Ellul), etc.

Les propositions d’interventions (500 mots, plus une présentation courte du candidat) sont à nous faire parvenir, avant le 3 février 2017 (date de réponse le 27 février), en format word ou pdf à epistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues de la rencontre seront le français et l’anglais.

[English]

The 3rd Edition of this Workshop is dedicated to the role of techniques within the field of Historical Epistemology (HEP). This topic will be developed from a methodological point of view and different case studies involving technical and technological transformations will be taken into account.

The problem of techniques is a crucial matter for HEP, broadly understood: although it is chiefly understood as a conceptual history, HEP has systematically drawn from the study of techniques for inquiring about the concrete development of scientific practices. Moreover, the connection between sciences and techniques has been widely discussed by many, if not all, of the practitioners of HEP, often with the result of highlighting the primacy of the technical, experimental and productive moments over the theoretical and speculative ones.

With this in mind, the workshop will involve discussion of on-going researches about different technical and technological transformations in many different fields: the medical and the social sciences, biology, physics and other disciplines in which the researchers have borrowed from HEP’s toolbox. We expect contributions from different approaches in order to address the proposed topic in its generality, in particular according to the two following axes:

  1. Historical epistemologists facing techniques Compared to Anglo-Saxon philosophy of science, which, until the 1980s, had maintained a strong link to a post-positivist programme granting primacy to theories over observation and experimentation, French epistemology reassessed the role of techniques with a certain precocity. In their analyses of scientific knowledge, Bachelard, Koyré, Canguilhem and Foucault assigned to techniques a particular role. In the contemporary moment of HEP it is I. Hacking who has decisively contributed to reestablish the centrality of the “laboratory style” and of the ways to intervene in the world with respect to the ways to conceive it. In his wake, other authors, like L. Daston, P. Galison and H.-J. Rheinberger have given full attention to the material history and to the role instruments and apparatuses play in the production of scientific knowledge. What did the taking into account of techniques change? How did this consideration itself evolve over time?
  2. History of techniques, history of concepts On the methodological level, we welcome proposals dealing with the relationship between techniques and theories within the history of science and, more generally, on the role techniques have in the processes of scientific development. Under this light, particular attention will be given to those interventions which will envisage to discuss the originality of HEP with respect to other epistemological approaches within science studies, i.e. the science, technology and society studies (STS), but also the relation to other philosophical traditions which have dealt with the same questions, such as phenomenology (Husserl, Merleau-Ponty), anthropology (Gehlen, Marquard), hermeneutics (Nancy), social philosophy (Ellul), etc.

Proposals (500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by February 3rd, 2017 (notification of acceptance or refusal by February 27th), in word or pdf formats, to epistemologiehistorique@gmail.com. The languages of the workshop will be French and English.

 

Dates importantes / Important dates

Limite de proposition d’interventions / Application deadline: February 3rd 2017

Réponse / Notification of acceptance: February 27th 2017

Remise de textes / Text submission: May 6th 2017

Journées d’études / Workshop days: May 18-19-20 2017

Comité scientifique / Scientific committee

Christian BONNET, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Jean-François BRAUNSTEIN,  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Arnold I. DAVIDSON, University of Chicago.
Pierre WAGNER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Comité d’organisation / Organizing committee

Ivan MOYA DIEZ, Laurent LOISON, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG, Gabriele VISSIO

AAC Symposia « Canguilhem et la biologie », Congrès SFHST 2017

Appel à contributions pour le Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques.  Strasbourg, 19, 20 et 21 avril 2017.

Symposia n°4: « Canguilhem et la biologie »

organisé par Laurent Loison, Matteo Vagelli et Ivan Moya Diez

La réflexion philosophique de Canguilhem sur le vivant n’a pas seulement été nourrie par ses compétences en médecine : à côté du corpus des connaissances médicales, Canguilhem a mobilisé à de multiples reprises et dans des perspectives très diverses les savoirs proprement biologiques. Cette dimension encore peu explorée de l’œuvre canguilhémienne est l’objet de la présente session.

Cette thématique générale pourra être abordée selon des angles différents, dont nous donnons ici quelques exemples, étant entendu que la liste proposée n’est ni exhaustive ni limitative :

Quelle biologie ? La biologie est un domaine scientifique très vaste, regroupant de nombreuses disciplines comme la zoologie, la physiologie, la tératologie, la génétique, la biologie moléculaire, la théorie de l’évolution, etc. Or, il est évident que Canguilhem n’a pas puisé identiquement dans ces différents champs disciplinaires. On pourra alors cartographier ses domaines d’investigation privilégiés et observer dans quelle mesure cela permet de révéler certaines spécificités de la philosophie vitale canguilhémienne. Ainsi, Canguilhem semble avoir toujours montré une sympathie particulière pour la physiologie de langue allemande, avec laquelle il partage une grande proximité intellectuelle dès le début de la rédaction de sa thèse de médecine Le normal et le pathologique (1943). Cet intérêt, s’il était réel, était-il simplement de circonstance (du fait par exemple de la nomination de Canguilhem à l’Université de Strasbourg en 1941) ou bien renvoie-t-il à une orientation profonde de son projet philosophique ?

Quel moment de la biologie ?  A nouveau, il apparaît que l’intérêt de Canguilhem n’a pas été constant en fonction des moments de l’histoire des sciences ni en fonction des étapes de son propre cheminement intellectuel. Cette question est d’autant plus sensible que (i) Canguilhem a connu une longue carrière universitaire durant laquelle la biologie a subi de profondes transformations, (ii) Bachelard mettait au premier plan le principe selon lequel l’épistémologue se devait d’entretenir une étroite relation avec l’actualité du savoir scientifique. On pourra par exemple questionner la fidélité de Canguilhem envers ce dernier principe qui semble pourtant
consubstantiel du projet de l’épistémologie historique. En particulier, la position de Canguilhem vis-à-vis de la biologie moléculaire naissante pourra offrir un matériau pertinent pour situer le dialogue qu’il entendait nouer avec la science actuelle.

La question des sources.  Canguilhem, à la différence de Foucault par exemple, n’a pas montré le même goût pour les archives ni même pour les sources primaires. A de nombreuses occasions, il fonde ses travaux philosophiques sur des études historiques déjà existantes, comme par exemple lorsqu’il emprunte à son collègue et ami Marc Klein l’essentiel du matériau historiographique qu’il mobilisera dans son texte sur la théorie cellulaire (1946). Faut-il voir là un aspect caractéristique de sa démarche ? En particulier, peut-on éclairer cette possible procédure méthodologique par sa volonté non pas de faire émerger d’hypothétiques précurseurs oubliés mais tout au contraire de rectifier le sens (philosophique) d’histoire dont les jalons principaux ne sont pas intrinsèquement problématiques ?

Les propositions de communication doivent être soumises directement sur la plataforme du congrès: https://sfhst.hypotheses.org/congres-2017

Dates à retenir :

– Dépôt des abstracts des communications dans le cadre d’un symposium et hors-symposium  : du 4 novembre 2016 au 5 janvier 2017
– Annonce des communications retenues: 1er février 2017
– Ouverture des inscriptions : 5 février 2017 (fermeture le 20 mars 2017)

Parution – Dossier « Georges Canguilhem, a história e os historiadores »

 

Vient de paraître à la revue brésilienne Intelligere, Revista de História Intelectual, v. 2, n. 1 (2016):

Dossier « Georges Canguilhem, a história e os historiadores« 

[Georges Canguilhem, l’histoire et les historiens] 

Table de matières

Apresentação do dossiê « Georges Canguilhem, a história e os historiadores »
Tiago Santos Almeida

Entretien avec Jean-François Braunstein
Tiago Santos Almeida, Marcos Camolezi

Senderos encontrados: Canguilhem y la escuela de los Annales
Francisco Vázquez García

Entre o normal e o patológico: Ludwik Fleck, Georges Canguilhem e a gênese da epistemologia histórica
Mauro Lucio Leitão Condé

Georges Canguilhem e a construção do campo da Saúde Coletiva brasileira
José Ricardo de Carvalho Mesquita Ayres

História da medicina e história das ideias: de Sigerist a Canguilhem
Tiago Santos Almeida

A ciência é uma ideologia?
Gildo Magalhães dos Santos Filho

O conceito epistemológico histórico de nostoc a partir de uma leitura indiciária de A teoria celular de George Canguilhem
Maurício de Carvalho Ramos

Ciência e não-ciência ou as « duas culturas »: dominação, quase hostilidade e quase diálogo
Francisco Assis Queiroz

Introduction générale à une philosophie de l’action chez Georges Canguilhem : le concept, le contexte et les œuvres
Emiliano Sfara

 

 

 

Programme et Inscriptions 2èmes Journées d’études Epistémologie Historique: une histoire du présent

historical epistemology-modified3

Programme et Inscriptions
2èmes Journées d’études / 2nd Workshop

Epistémologie Historique: une histoire du présent
Historical Epistemology: a history of the present
Paris, 19-20-21 mai 2016


Ecole doctorale de Philosophie ED 280
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Institut des sciences Juridique & Philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

[Formulaire d’inscription]

Jeudi 19 mai
Salle Cavaillès (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateurs: Ivan Moya Diez et Matteo Vagelli

Bienvenue
Pr. Pierre-Marie MOREL, Directeur Ecole Doctorale de Philosophie
Pr. Sandra LAUGIER, Directrice Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Pr. Jean-François BRAUNSTEIN, Comité scientifique des journées

« La physionomie en mouvement »
KEYNOTE ADDRESS par François DELAPORTE, Université d’Amiens

10h50-11h00 Pause-café

« Conceptual Analysis, Pathological Mechanisms, and Canguilhem’s Biological Philosophy »
Jonathan SHOLL, KU Leuven

« Le concept d’obésité et son statut épistémologique »
Andrea SAGNI, Université Jean Moulin Lyon 3

« Autism: an Historical Ontology »
Arianna BARAZZETTI, University of Bergamo; Pietro BARBETTA, University of Bergamo/ Milan Centre for Family Therapy; Andrée BELLA, University of Milano-Bicocca; Enrico VALTELLINA, University of Venice/ UERJ, Rio de Janeiro.

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Ferhat Taylan

« Sur le matérialisme conceptuel de Cavaillès et la méthodologie de l’épistémologie historique »
Paul TIENSUU, University of Helsinki

« Deux formes de vérité sans vérité. Foucault entre Canguilhem et Nietzsche»
Ivan MOYA DIEZ, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« Ce que change la prise en compte du présent. Le cas de la théorie cellulaire au XIXe siècle »
Laurent, LOISON, Centre Cavaillès, ENS Paris

« Des normes de l’évolution à l’évolution des normes. Pour une archéologie des théories évolutionnaires des interactions sociales »
Nicola BERTOLDI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« History from the Inside: Synthetic Biologists as Historians of Science »
Massimiliano SIMONS, University of Leuven

 

Vendredi 20 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h00-13h00
Modérateur: Laurent Loison

« Normativité et présentisme. L’épistémologie historique et la question du « mariage » entre philosophie et histoire des sciences »
Matteo VAGELLI, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Can the History of an Epistemic Norm Bear a Normative Value? Some Reflections on the Status and the Tasks of an Historical Epistemology »
Eugenio PETROVICH, University of Milan

« The Logic of Epistemological Recurrence. Methodology and Normativity in the History and Philosophy of the Sciences »
David PENA-GUZMAN, Laurentian University, Canada

11h30-11h40 Pause-café

« Medicine and the Individual: Reflections on Georges Canguilhem »
KEYNOTE ADDRESS par Cristina CHIMISSO, Open University, UK

Après-midi 14h30-18h00
Modérateur: Orazio Irrera

« Une phénoménotechnique à partir de Spinoza : Quelques remarques critiques à propos de Physique et Métaphysique de Gaston Bachelard »
Gerardo IENNA, Alma Mater Studiorum – Università di Bologna

« L’apport de l’épistémologie historique bachelardienne au marxisme : science, idéologie et construction de la réalité chez Althusser »
Audrey BENOIT, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15h50-16h00 Pause-café

« L’émergence de l’épistème computationnelle en médecine »
Mathieu CORTEEL, Université Paris-Sorbonne.

« Reflex and Resistance: Canguilhem and the Power of the Concept »
Samuel TALCOTT, University of the Sciences in Philadelphia

« Quels rôles jouent les arguments physiologiques dans l’évolution du concept de « situation de travail » dans la « physiologie professionnelle » (1860-1960) ? »
Barthélemy DURRIVE, Université Aix-Marseille

 

Samedi 21 mai
Salle Lalande (17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier C, 1er étage)

Matinée 9h45-13h00
Modérateur: Daniele Lorenzini

« The Critical Elements of Foucault’s Figure of Man »
Lucas OLSEN, University of Memphis

10h50-11h00 Pause-café
Séance conjointe avec le Séminaire Foucault animé par Jean-François Braunstein

« De la disciplinarisation des savoirs, enjeux et perspectives de recherche »
KEYNOTE ADDRESS par Sabine ARNAUD, Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin

Après-midi 14h30-17h30
Modérateur: Claude-Olivier Doron

« Le milieu, concept relationnel. Normativité des vivants et adaptation: de Canguilhem à Gould et Lewontin »
Fiorenza LUPI, Université de Roma “La Sapienza”

« Une réflexion archéologique de la MTC holistique à travers les problématiques d’événement QingHaoSu »
Mingjie TANG, Institut de philosophie, Académie chinoise des sciences sociales

15h50-16h00 Pause-café

« The Biomedical Formation of “Homosexuality” in the Iberian Contemporary Authoritarianisms: A Comparative Epistemological, Historical case »
Francisco MOLINA, UNED, Madrid

« “Humor”: from Biology to Culture in an Historical Epistemology´s Perspective »
Juan QUEIJO, University of the Republic, Uruguay

Clôture des journées

 

Comité scientifique
Christian BONNET, CHSPM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Jean-François BRAUNSTEIN, PhiCO, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Arnold I. DAVIDSON, Université de Chicago
Pierre WAGNER, IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité organisateur
Ivan MOYA DIEZ, Matteo VAGELLI (coordinateurs)
Tiago ALMEIDA, Audrey BENOIT, Nicola BERTOLDI
Marcos CAMOLEZI, Wenbo LIANG

Georges Canguilhem. Science, technique, politique : perspectives actuelles

12983259_1041054135961009_3318900830217665447_o12970815_1041054202627669_1382321373784426822_o

Colloque International, Université de Liège 21 & 22 avril 2016

Comité d’organisation : Florence Caeymaex (ULg/FNRS), Hervé Oulc’hen
(ULg), Luca Paltrinieri (CiPH), Ferhat Taylan (CiPH)

Lieu : Complexe Opéra (ULg), Place de la République française 35, Salle
Henri Pousseur

21 Avril
09h00 – Accueil & Ouverture

09h30 – Ferhat TAYLAN (CIPh, Université de Paris Ouest): « Qu’est-ce
qu’une pratique politique de l’épistémologie ? Concepts et polémique
chez Canguilhem »

10h15 – Claude-Olivier DORON (Université Paris Diderot) : « La formation
du concept de ‘race’ en histoire naturelle. Pour une histoire
canguilhemienne de la ‘race’ ».

11h00 – Pause café

11h30-12h15 – Matteo VAGELLI (Université Paris 1, Sorbonne Panthéon) : «
Homéostasie, autorégulation, milieu intérieur : Canguilhem et la vie des
concepts scientifiques ».

12h15-14h – Pause déjeuner

14h-16h – Table ronde : Canguilhem et ses contemporains.
Modérateur: Florence Caeymaex

Ivan Moya DIEZ (Université Paris 1, Sorbonne Panthéon) : « Canguilhem et
le problème de la liberté. L’héritage du kantisme de Lachelier, entre
Lagneau et Brunschvicg ».

Emiliano SFARA (Université Paul Valery, Montpellier III): « Problèmes
humains du machinisme industriel. Canguilhem et Friedmann ».

Julien PIERON (Université de Liège): « Simondon et Canguilhem ».

Andy WONG (Université de Liège) : « Renouvellement de Bergson par
Canguilhem sur la question de la téléologie et de l’évolution ».

Patrice VERMEREN (Université de Paris 8) : « Canguilhem et les professeurs
de philosophie de son temps ».

16h-16h30 : Pause café

16h30-17h30 – Christina LOPEZ (Université de San Martin, Buenos Aires) : «
Détails d’un héritage : les usages foucaldiens de la pensée de G.
Canguilhem ».

22 Avril

09h30-10h15 – Giuseppe BIANCO (Université de Lyon III) : « Georges
Canguilhem et les sciences de l’homme. La genèse de la notion de
normativité vitale entre sociologie et psychologie ».

10h15-11h – Hervé OULC’HEN (BeIPD-COFUND, Université de Liège) : «
Organisation sociale et organisme. Réflexions à partir de Canguilhem et
Sartre ».

11h00-11h30 – Pause café

11h30-12h15 – Maria MÜHLE (Akademie der Bildenden Künste, Munich) : «
Canguilhem et Caillois – milieu, mimésis et mimétisme ».

12h15-14h – Pause déjeuner

14h-16h: Table ronde: Usages de Canguilhem
Modérateur: Hervé Oulc’hen

Jonathan SCHOLL (Université de Louvain) : « Le concept de maladie :
Canguilhem et la philosophie de la médecine analytique ».

Luca PALTRINIERI (CIPh, Université de Paris 8): « Pathologie et petite
bourgeoisie : de Canguilhem à Bourdieu ».

Florence CAEYMAEX (Université de Liège, FNRS): « Canguilhem et l’école
sociologique française ».

Xavier ROTH (Université de Grenoble) : « Pour résister aux dynamiques de
la pensée extrême. Repères canguilhemiens ».

16h-16h30 – Pause café

16h30-17h30 – Conférence de clôture
Pierre MACHEREY (Université de Lille III) : « Canguilhem et l’idée de
milieu ».

Contacts :

F.Caeymaex@ulg.ac.be
Herve.oulchen@wanadoo.fr
l.paltrinieri@gmail.com
ferhattaylan@gmail.com

 

Workshop autour de l’édition des Œuvres Complètes de Canguilhem

Workshop doctoral
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
le vendredi 18 mars, 10h00 à la salle du CHSPM (1er étage, escalier C) à la Sorbonne

Autour de l’édition des Œuvres complètes de Georges Canguilhem

avec Camille Limoges, Université de Québec à Montréal (UQAM)

Ancien doctorant de Canguilhem et fondateur de l’Institut d’histoire et de sociopolitique des sciences à Montreal, le professeur Limoges est le responsable de l’édition du IV volume des œuvres complètes de Canguilhem.

Participation ouverte sur inscription à epistemologiehistorique@gmail.com, dans la limite des places disponibles.