Ian Hacking and the Historical Reason of the Sciences

Dear all, 

We are very glad to announce the release of a new issue of Philosophical Inquiries (IX, 1-2021). The issue features a Focus section discussing Ian Hacking’s philosophy,  his arguments on the combination between history and philosophy of science, on experimental realism, on scientific stability and on the disunity of the sciences. The Focus section is edited by Matteo Vagelli and Marica Setaro. The issue also presents Gaston Bachelard’s introduction to his Le rationalisme appliqué translated into English for the first time. 
 
TABLE OF CONTENTS:
 
[Focus section]
 
Ian Hacking and the Historical Reason of the Sciences
 

Matteo Vagelli and Marica Setaro
Introduction

David Hyder
Naturalism, Pragmatism and Historical Epistemology

Manolis Simos and Theodore Arabatzis
Ian Hacking’s metahistory of science

Massimiliano Simons and Matteo Vagelli
Were experiments ever neglected? Ian Hacking and the history of philosophy of experiment 

Jacqueline Sullivan
Understanding stability in cognitive neuroscience through Hacking’s lens

[Past Present]

Lucie Fabry
Le rationalisme appliqué. A dialogical philosophy: Bachelard’s “Introduction” to Le Rationalisme appliqué 

Gaston Bachelard
The dialogical philosophy. La philosophie dialoguée
 
This is the web page of the issue: https://www.philinq.it/philinq

Parution/ Œuvres complètes Tome III : Écrits d’histoire des sciences et d’épistémologie (J. Vrin)

Ce troisième tome des Œuvres complètes, réunit trois ouvrages. Le premier, Du développement à l’évolution, est issu d’un séminaire de recherche de la fin des années 1950 : il offre l’exemple alors rare d’un travail d’équipe mené en commun jusqu’à la publication des résultats. Les deux autres ouvrages, les Études d’histoire et de philosophie des sciences et Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, consacrèrent la réputation d’historien des sciences et d’épistémologue de Georges Canguilhem.

Cette nouvelle édition offre une mise en contexte de chacun de ces écrits, en y adjoignant de nombreuses variantes et d’importants ajouts que Canguilhem avait destinés à la publication mais qui, par accident, restèrent inédits.
 
Tous ces travaux confirment l’originalité de la mise en œuvre par Canguilhem de l’épistémologie historique, qu’il définit comme la déontologie d’une histoire critique des sciences. Leur lecture corrobore la fécondité de ses contributions conceptuelles propres et le caractère pénétrant de ses analyses.

Textes édités, introduits et annotés par Camille Limoges.
 

L’épistémologie historique: histoire et méthodes (parution)

Edité par Jean-François BraunsteinIván Moya DiezMatteo Vagelli

Les éditeurs voudraient dédier cet ouvrage à la mémorie de François Delaporte (1941-2019)

Qu’est-ce que l’« épistémologie historique » ? À cette question ce volume répond en esquissant le portrait d’un Janus bifrons, dont l’une des faces est tournée vers le « style français » traditionnel en histoire des sciences et l’autre vers les avancées épistémologiques anglo-saxonnes les plus contemporaines. Quels sont les échanges, les continuités et décalages, les convergences et divergences entre des philosophes ou historiens des sciences aussi divers que Gaston Bachelard, Georges Canguilhem, Michel Foucault, Ian Hacking, Hans- Jörg Rheinberger, Peter Galison ou Lorraine Daston ? De même que l’on peut distinguer différentes époques et versions de l’épistémologie historique et de l’historical epistemology, de même les « méthodes » mobilisées dans des contextes scientifiques particuliers sont très diverses. Ce volume vise à réfléchir plus avant, à partir de l’étude de cas précis, sur les modalités selon lesquelles des objets et des concepts émergent historiquement à l’intérieur des diverses sciences. Les objets mathématiques ont-ils une histoire ? Comment des sujets humains sont-ils devenus les objets d’une science de l’observation ? Le traitement statistique des données est-il la seule issue possible pour les sciences médicales ? En donnant ces exemples, parmi d’autres, des possibilités d’interactions entre sciences, philosophie et histoire, ce volume veut montrer que l’épistémologie historique n’est pas un « livre de recettes » méthodologiques, mais bien plutôt un champ de questionnement ouvert : la flexibilité de l’épistémologie historique lui permet de répondre à bon nombre des défis posés par la philosophie des sciences contemporaine.

Table des matières:

« Qu’est ce que l’épistémologie historique ? »
Des « échantillons » plutôt que des manifestes………………………………………………. 5
Jean-François Braunstein, Ivan Moya Diez, Matteo Vagelli

La clinique et les sources de l’histoire archéologique……………………………………… 13
François Delaporte

Historicités, objectivités, rationalités

Relations entre logique, mathématiques et langage.
Bachelard et l’empirisme logique ……………………………………………………………. 23
Sandra Pravica

Natura constructa et phénoménotechnique.
Spinozisme et pensée des mathématiques chez Gaston Bachelard. …………………… 43
Gerardo Ienna

Jean Cavaillès, de la logique de Husserl à la dialectique du concept ………………… 59
Gabriele Vissio

Le réflexe et la résistance. Canguilhem et le pouvoir du concept …………………….. 73
Samuel Talcott

Normativité des vivants et adaptation. De Canguilhem à Lewontin……………….. 87
Fiorenza Lupi

L’épistémologie historique en héritage. Althusser, Foucault
et la fabrique conceptuelle de l’histoire……………………………………………………. 103
Audrey Benoit

Foucault’s Change of Attitude Toward Psychology in 1953………………………….. 117
Daniel R. Rodríguez-Navas

Le statut du concept dans l’épistémologie historique,
de Cavaillès à Foucault ………………………………………………………………………. 133
Ferhat Taylan

Can the History of an Epistemic Norm Bear Normative Value ?
Some Reflections on the Status and Tasks of Historical Epistemology ……………… 149
Eugenio Petrovich

Ian Hacking, de l’archéologie de la probabilité au « façonnement des gens » ……. 159
Matteo Vagelli

Objets épistémiques, savoirs, sciences

Epistemic and Political Things. An Analytical Framework
for a Historico-Political Epistemology…………………………………………………….. 173
Laurens Schlicht, Martin Herrnstadt

L’archéologie à l’épreuve des savoirs formels.
Mathématiques et formalisation dans le projet d’une archéologie des savoirs …… 187
Juan Luis Gastaldi

Pour en finir avec l’analyse conceptuelle. Les mécanismes pathologiques
et la philosophie biologique chez Canguilhem…………………………………………… 207
Jonathan Sholl

L’émergence de l’épistémè computationnelle en médecine …………………………….. 227
Mathieu Corteel

Pour une épistémologie historique de la génétique des populations…………………. 243
Nicola Bertoldi

Ce que change la prise en compte du présent.
Comment écrire l’histoire du concept de cellule cancéreuse ?…………………………. 259
Laurent Loison

editions-sorbonne.fr

Détails

Titre/ L’épistémologie historique
Sous-titre/ Histoire et méthodes
Édité par/Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez, Matteo Vagelli
Collection/ Philosophie
Éditeur/ Éditions de la Sorbonne
Public visé/ 05 Enseignement supérieur; 06 Professionnel et académique
Date de première publication du titre/ 03 octobre 2019
Avec/ Bibliographie ; Notes
Support/ Livre broché
ISBN-13/ 979-10-351-0327-9
GTIN13 (EAN13)/ 9791035103279
Référence
Date de publication/ 03 octobre 2019
Publication/ Paris, France
Nombre de pages de contenu principal/ 270
Format/ 16 x 24 cm
Prix/ 23,00 €

Samuel Talcott / Georges Canguilhem and the Problem of Error (2019)

Examining Georges Canguilhem’s enduring attention to the problem of error, from his early writings to Michel Foucault’s first major responses to his work, this pathbreaking book shows that the historian of science was also a centrally important philosopher in postwar France. Samuel Talcott elucidates Canguilhem’s contributions by drawing on previously neglected publications and archival sources to trace the continuity of commitment that led him to alter his early anti-vitalist, pacifist positions in the face of political catastrophe and concrete human problems. Talcott shows how Canguilhem critically appropriated the philosophical work of Alain, Bergson, Bachelard, and many others while developing his own distinct writings on medicine, experimentation, and scientific concepts in an ethical and political endeavor to resist alienation and injustice. And, while suggesting Canguilhem’s sometimes surprising philosophical importance for a range of younger thinkers, the book demonstrates Foucault’s own critical allegiance to Canguilhem’s spirit, techniques, and investigations.

Samuel Talcott, Georges Canguilhem and the Problem of Error (Palgrave 2019)

Philosophie et histoire de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent – Séminaire de formation et recherche 2019/2020

OBJECTIFS

DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DES IDÉES EN PSYCHIATRIE DE L’ENFANT CONNAÎTRE LES GRANDS CONCEPTS CLINIQUES ET LEURS AUTEURS; ANALYSER L’ÉVOLUTION DES TERMINOLOGIES ET DES CLASSIFICATIONS; METTRE EN PERSPECTIVE LES PRATIQUES CLINIQUES ET THÉRAPEUTIQUES CONTEMPORAINES; PRÉSENTER DES PISTES DE RECHERCHES EN SCIENCES HUMAINES

19 septembre : John Haslam, les premiers cas d’observation pédopsychiatrique, par Jérémie SINZELLE

10 octobre : Le cas Hölderlin, adolescence, folie et créativité : de M. Blanchot à J. Laplache, par Clément FROMENTIN

21 novembre : Le TDAH et ses traitements au fil du temps, par Eric KONOFAL

19 décembre : Attention, agitation. Comment le signifiant « agitation » a recouvert le signifiant « excitation », par Yann DIENER

23 janvier : Visualiser l’esprit de l’enfant : vers une épistémologie historique de l’observation de la petite enfance, par Félix RIETMANN

27 février : « L’enfant fou » au 19ème siècle : quelles définitions ? Quelles réalités ? Par Aude FAUVEL

26 mars : Aspects historiques et épistémolo- giques de la psychiatrie transculturelle, par Marie-Rose MORO

23 avril : Julian de Ajuriaguerra (1911-1993) passeur de frontières, par Evelyne LENOBLE

28 mai : Autour de la naissance de la pédopsy- chiatrie dans l’entre-deux-guerres, par Frédéric FRUTEAU / Yann CRAUS

25 juin : Le syndrome d’Asperger-Wing à partir de l’histoire de Czech et Sheffer, par Yann CRAUS et Jérémie SINZELLE

Argument : Spécialité médicale dynamique, la psychiatrie de l’enfant établit ses champs de savoir, de pratiques et de recherches à la croisée des sciences biomédicales (e.g. neurosciences, épidémiologie, sciences cognitives) d’une part, et d’autre part des sciences humaines (e.g. sociologie, anthropologie, linguistique). Ce séminaire propose de participer à la formation en pédopsychiatrie, du côté des sciences humaines, au travers des outils de la philosophie et de l’histoire, véritables domaines de recherche et de contribution à la connaissance clinique. L’histoire de la psychiatrie, issue d’une longue tradition en France illustrée notamment par les travaux de Georges Lantéri‐Laura, Paul Bercherie, Jacques Postel, Jean Garrabé, Michel Caire, est déjà abordée dans différents séminaires franciliens, tandis que la philosophie de la psychiatrie suscite un regain d’intérêt international depuis les années 1990 et surtout 2000, au‐delà des apports classiques de la phénoménologie introduite dans la clinique psychiatrique par Karl Jaspers au début du XXème siècle. Philosophie et Histoire avanceront ici ensemble dans l’étude des textes fondamentaux de la pédopsychiatrie et de leurs auteurs. Apparaîtront alors la langue originale de nos devanciers, les concepts qu’elle charrie ainsi que leurs différentes fortunes. Aussi serons‐nous en mesure, au plus près de la pensée clinique, de mieux comprendre les débats actuels qui animent notre discipline tout en réfléchissant à une psychiatrie de l’enfant en construction.

Entrée libre (inscription par courriel pour les internes : y.craus@ghu-paris.fr )

HORAIRE : UN JEUDI MENSUEL DE 16H À 18H

BIBLIOTHÈQUE MÉDICALE HENRI EY – 2ÈME SALLE DE LECTURE

GHU PARIS PSYCHIATRIE & NEUROSCIENCES 1, RUE CABANIS 75014 PARIS

« Canguilhem et la biologie » n° spécial de la RHS

REVUE D’HISTOIRE DES SCIENCES (2/2018)

Canguilhem et la biologie

décembre 2018; EAN 9782200932022; Prix au numéro 45 €; Marque Armand Colin; Pagination 250 pages

Sommaire du numéro 

p. 145-154 « Canguilhem et la biologie Introduction : Biologie, philosophie de la biologie » Laurent LOISON

p. 155-177 « La biologie, la réflexivité et l’histoire : Réinscrire Canguilhem dans son milieu » Isabel GABEL

p. 179-204 « Canguilhem avec Goldstein : De la normativité de la vie à la normativité de la connaissance » Ivan MOYA-DIEZ

p. 205-241 « Georges Canguilhem et le « problème de l’évolution » dans Le Normal et le pathologique » Pierre-Olivier MÉTHOT

p. 243-270 « De la science des monstres : Canguilhem et la tératologie expérimentale d’Étienne Wolff » Matteo VAGELLI

p. 271-300 « Un enthousiasme paradoxal ? Georges Canguilhem et la biologie moléculaire (1966-1973) » Laurent LOISON

p.  311-317 « Hommage Jean Gayon (1949-2018) » Philippe HUNEMANN

p. 301-310 « Philosophie et biologie : La Connaissance de la vie et les enseignements de Canguilhem à la faculté des lettres de Strasbourg (1941-1948) » Claude DEBRU

Revue d’histoire des sciences

Lancement de livre sur Canguilhem / Colloque sur les Sciences Humaines

Nous sommes heureux de vous informer de la parution du livre de Tiago Almeida, Canguilhem et la genèse du possible. Étude sur l’historicisation des sciences [Canguilhem e a gênese do possível. Estudo sobre a historicização das ciências, São Paulo: Ed. Liber Ars, 2018, Coll. Épistémologie Historique]. 

Le lancement officiel aura lieu le 30 novembre à l’occasion du « 6ème colloque d’Histoire et de Philosophie de la Science: les Sciences Humaines ». Le programme du colloque est le suivant:

6ème colloque d’Histoire et de Philosophie de la Science: les Sciences Humaines

29 et 30 novembre – Faculté d’Histoire de l’Université Fedérale de Goiás

29 novembre

9h15 – Allocution d’ouverture du colloque:

Marlon Salomon (UFG)

9h30 Session 1

Mauro Lúcio Leitão Condé (UFMG): A gramática da história: a ciência da história em uma perspectiva wittgensteiniana

Francine Iegelski (UFF): Modernidade, presentismo e perspectivismo ameríndio: um exercício de epistemologia comparada das humanidades

12h – 14h: Pause déjeuner

14h30 – Session 2

José Ternes (PUC-GO): Foucault, os saberes do Homem

Tiago Santos Almeida (UFG): Biografia de um objeto científico, ou de como a história das ciências se tornou uma disciplina histórica

Larissa Alves de Lira (USP):Geografia da ciência e geo-história dos saberes

30 novembre

9h15 Session 3

Luiz Sérgio Duarte da Silva (UFG): Epistemologia das Ciências Humanas e o ensaio americano

Tomás Sansón Corbo (UDELAR – Uruguay): La institucionalización de las ciencias humanas en la Cuenca del Plata (Argentina, Brasil, Uruguay y Paraguay). Apuntes para un itinerario histórico.

Marcela Renée Becerra Batán (UNSL – Argetine): Entre Epistemología          Histórica y Ciencias Humanas. Desafíos de formación desde nuestra América

12h – 14h: Pause déjeuner

14h30 – Session 4

Thomas Hirsch (LabEx HASTEC/Archives Nationales – France): Temps social et progrès. Une enquête sur les sciences humaines en France (1900-1940)

Sérgio da Mata (UFOP): Entre história, cultura e natureza: limites e possibilidades da concepção de ciência de Max Weber

17h – Soirée de lancement des livres:

Canguilhem e a gênese do possível: estudo sobre a historicização das ciências, de Tiago Santos Almeida

Heterocronias – Estudos sobre a multiplicidade dos tempos históricos, de Marlon Salomon (org.). 

__________________

Comité scientifique / Comité organisateur

Marlon Salomon (UFG)

Tiago Santos Almeida (UFG)

Mauro Lúcio Leitão Condé (UFMG)

Fábio Ferreira de Almeida (UFG)

Storia e psichiatria. Metodologia, temi, fonti (Genova, 22-23 marzo 2019)

Convegno di studi

STORIA E PSICHIATRIA. METODOLOGIA, TEMI, FONTI

Genova, 22-23 marzo 2019

Presentazione

A cent’anni dalla fine del Primo conflitto mondiale e a quarant’anni dall’approvazione della cosiddetta Legge Basaglia, si rinnova l’attenzione della storiografia sui processi di alienazione mentale, sulla loro comprensione e sul loro trattamento. A fronte di un crescente interesse, soprattutto da parte della storiografia internazionale, verso questo genere di tematiche, in Italia persiste un atteggiamento di sospetto e diffidenza, in parte dovuto alla ridotta conoscenza delle possibilità offerte da un dialogo tanto affascinante quanto rischioso. Quali sono i rapporti tra storiografia e psichiatria? Quali strumenti deve padroneggiare lo storico per una adeguata problematizzazione dell’argomento? Quale uso fare delle fonti psichiatriche? Quali risultati sono stati raggiunti in questi anni dagli storici italiani che hanno affrontato il tema? Questi sono soltanto alcuni degli interrogativi che il confronto tra le due discipline solleva. L’obiettivo del convegno è tentare di stabilire un solido punto di contatto tra storia e psichiatria, provare a definire una metodologia ed una terminologia condivise alla luce dei grandi passi in avanti fatti negli ultimi vent’anni dalla storiografia, fare il punto dello stato della ricerca in materia.

Argomento

Sono passati diversi decenni da quando Michel Foucault diede alle stampe la sua Storia della follia in età classica (1961), capolavoro nel quale tratteggiava un’originale e accattivante genealogia della pazzia. Da allora la tradizione di studi sulla storia dell’alienazione e la psichiatria ha fatto notevoli passi in avanti. Per avere un’idea della quantità e della qualità dei lavori dedicati all’argomento sarebbe sufficiente leggere la Bibliografia di storia della psichiatria italiana 1991-2010 di Matteo Fiorani e la rassegna di Patrizia Guarnieri La storia della psichiatria. Un secolo di studi in Italia. Indicativo anche l’importante lavoro di Valeria P. Babini, Liberi tutti. Manicomi e psichiatri in Italia: una storia del Novecento. A margine delle rispettive introduzioni sono numerosi gli interrogativi metodologici sollevati, soltanto in parte ripresi dagli studiosi ed affrontati in maniera sistematica.

In Italia uno dei campi più battuti è stato indubbiamente il contesto bellico, in particolare quello legato allo spartiacque epocale del 1914-1918. Nel 1991 il pioneristico lavoro di Antonio Gibelli L’officina della guerra. La Grande Guerra e le trasformazioni del mondo mentale intrecciava magistralmente le testimonianze scritte dei soldati con fonti psichiatriche, aprendo a nuovi scenari di interpretazione soggettiva del vissuto bellico sin lì sconosciuti. La modernità della guerra è qui intesa come sconvolgimento della realtà percettiva dei singoli, scomposizione del vissuto, automatismo della morte.

Dieci anni più tardi è Bruna Bianchi con il suo La follia e la fuga. Nevrosi di guerra, diserzione e disobbedienza nell’esercito italiano (1915-1918), a concretizzare oltre vent’anni di ricerche sull’argomento, facendo emergere attraverso una grandissima quantità e varietà di fonti, i fenomeni di psicopatologia in seno al Primo conflitto mondiale.

Un ulteriore approfondimento viene dal volume curato nel 2008 da Andrea Scartabellati, Dalle trincee al manicomio. Esperienza bellica e destino di matti e psichiatri nella Grande Guerra. Più recentemente, lo stesso autore commenta in Pazzia e sessualità nei lager della Grande Guerra (2015) uno stupefacente saggio di Amedeo Dalla Volta (Studi di psicologia e di psichiatria sulla prigionia di guerra, 1919) dove emergono violente convergenze tra disturbi legati alla sessualità e reclusione. Molto interessanti, anche per le possibilità offerte di validare (o confutare) in sede locale dinamiche più generali, sono i lavori che hanno studiato il ricovero e il trattamento degli “scemi di guerra” in diversi manicomi italiani. Solo per citare qualcuno: Ilaria La Fata per Colorno, Maria Vittoria Adami per il San Giacomo di Verona; Fabio Milazzo per Racconigi.

Anche le guerre coloniali in relazione alla psichiatria sono state recentemente oggetto di interesse storiografico. Il punto di riferimento è Marianna Scarfone che ha dedicato la propria tesi di dottorato a La psichiatria coloniale italiana. Teorie, pratiche, protagonisti, istituzioni. 1906-1952. Il caso specifico della guerra di Libia è trattato da Graziano Mamone in Soldati italiani in Libia. Trauma, scrittura, memoria. 1911-1912 e dalla stessa Scarfone in La psychiatrie italienne au front. L’expérience fondatrice de la guerre de Libye (1911-1912) in «Le Mouvement social», 257, 2016, 4, p. 109-126 (ma anche in Gli storici e la psichiatria coloniale: interrogativi, approcci, orientamenti, in «Contemporanea», 4, 2015, pp. 665-676).

Un altro interessante filone di ricerca ha riguardato il tema della devianza militare e delle politiche di difesa sociale attuate per controllare i soldati delinquenti. Solo per citare un paio di riferimenti: Fabio Milazzo, «Smascherare il soldato simulatore. Difesa sociale e istanze disciplinari in ambito militare prima della Grande Guerra», «Diacronie. Studi di Storia Contemporanea», N. 33, 1|2018. E «Pazzi di caserma». Politiche di difesa sociale, tipologie diagnostiche e soldati alienati nel manicomio di Racconigi (1909-1914), «Memoria e Ricerca», 2|2018. Sempre sul tema della devianza, in particolare sui processi di costruzione della categoria di «pazzo criminale» vedi: Marica Setaro, La costituzione del folle-reo. La storia di Natale B. nel manicomio criminale di Aversa (1885-1905), «Memoria e ricerca», n.47, 2014 e, sempre della stessa autrice, Le vite manicomiali fra crimine e follia. Storia anonima di un uomo “corretto”, in «Il policlinico della delinquenza», a cura di Gaddomaria Grassi e Chiara Bombardieri, Franco Angeli, Milano 2016.

Sui fenomeni di alienazione mentale in rapporto alla storia di genere e alla storia della cultura scritta fondamentale il lavoro di Augusta Molinari, Autobiografie della vita e della mente. Scritture femminili nelle istituzioni psichiatriche del primo Novecento, in «Genesis. Rivista della Società delle storiche italiane», 1, 2, 2003, pp. 151-176. La stessa autrice si è occupata anche dell’assistenza sanitaria in rapporto alla marginalità sociale. A tal proposito si rimanda ai suoi Medicina e sanità a Genova nel primo Novecento (1996) e Emigrazione e follia. Una storia poco nota delle migrazioni storiche italiane, in «Rivista sperimentale di freniatria», 3, 2010.

Accanto a questi ci sono poi gli studi sulla storia delle singole istituzioni manicomiali, il punto di osservazione privilegiato per analizzare non soltanto le evoluzioni istituzionali, ma anche le dinamiche di internamento e le relazioni sociali, politiche e familiari, che hanno interessato le diverse isole psichiatriche. Anche in questo caso solo per fare qualche nome: Paolo Giovannini per il San Benedetto di Pesaro (Un manicomio di provincia. Il San Benedetto di Pesaro 1829-1918), Vinzia Fiorino per Roma (Matti, indemoniate e vagabondi. Dinamiche di internamento manicomiale tra Otto e Novecento) e per Volterra (Le officine della follia. Il frenocomio di Volterra 1888-1978), Annacarla Valeriano per il manicomio di Teramo (Ammalò di testa, Storie dal manicomio di Teramo 1880-1931), Matteo Banzola per Imola (Il manicomio modello. Il caso imolese. Storia dell’Ospedale psichiatrico (1804-1904), Fabio Milazzo per Racconigi («Una casa di custodia pei pazzi pericolosi della provincia». Storia del manicomio di Racconigi dalle origini al fascismo 1871-1930). E ancora il recentissimo (2018) I demoni del Mezzogiorno. Follia, pregiudizio e marginalità nel manicomio di Girifalco (1881- 1921) dove l’autore Oscar Greco tratta con maturità e profondità di analisi il caso, mettendo in luce rapporti sinergici tra struttura correttiva e tessuto sociale e urbano della realtà meridionale. Sulle pratiche di liberazioni e le dinamiche di internamento negli istituti toscani, invece, vedi: Massimo Baioni, Marica Setaro (a cura di), Asili della follia. Storie e pratiche di liberazione nei manicomi toscani, Pacini editore, Pisa 2017.

Stimolanti e gravidi di ulteriori sviluppi anche gli studi su psichiatria, fascismo e “uso” dell’internamento ai fini del controllo sociale. Tra gli studi pubblicati: Matteo Petracci, I matti del duce. Manicomi e repressione politica nell’Italia fascista; Annacarla Valeriano, Malacarne. Donne e manicomio nell’Italia fascista: Paolo Peloso, La guerra dentro. La psichiatria italiana tra fascismo e resistenza (1922-1945).

Per l’età moderna doveroso il confronto con l’ormai classico di Lisa Roscioni, Il governo della follia. Ospedali, medici e pazzi nell’età moderna (2003), la quale descrive magistralmente l’universo vario degli “ospedali per pazzi” tra Cinquecento e Settecento.

Questi soltanto alcuni dei maggiori frutti di una lunga tradizione si studi che merita una maggiore sistemazione teorica. A oltre quindici anni dal convegno internazionale organizzato da Francesco Cassata e Massimo Moraglio – Manicomio, Società e Politica. Per una storia della psichiatria negli anni ’60 e ’70 – si avverte oggi l’esigenza di una riflessione ad ampio spettro, un più aperto dibattito capace di cucire assieme tanti lavori individuali di pregevole fattura, tentando di fare il punto su una tradizione di studi sempre più florida.

Temi

Sezione I: METODOLOGIA

⇒ Storia e psichiatria: terminologia e modelli teorici a confronto
⇒ La relazione tra l’evoluzione delle pratiche psichiatriche e i rispettivi contesti storici

⇒ Mestiere di storico e psichiatria: categorie, strumenti, epistemologia
⇒ La formazione dei concetti psichiatrici e l’epistemologia storica

Sezione II: PROBLEMI

⇒ Storia contemporanea e psichiatria: temi, interessi e orizzonti di ricerca

⇒ La storia della psichiatria oggi: bilanci e prospettive
⇒ Terapie e strutture
⇒ Il rapporto tra medici e pazienti

⇒ Lo studio delle diagnosi in prospettiva storica: risorse e limiti
⇒ Il ruolo del racconto scritto e orale nel nesso tra storia e psichiatria

Sezione III: DOCUMENTI

⇒ Le fonti d’archivio e la letteratura psichiatrica: come usarle
⇒ La cartella clinica: strumenti per lo studio e la comprensione
⇒ Gli archivi e le fonti psichiatriche: complessi documentali, conservazione, digitalizzazione

Dove

Il convegno si svolgerà il 22-23 marzo 2019 presso la Società Ligure di Storia Patria, Palazzo

Ducale, Piazza Giacomo Matteotti, 5, 16123 Genova

Modalità di partecipazione

Le proposte (massimo 300 parole) dovranno essere accompagnate da un breve curriculum (200 parole) ed inviate 30 novembre 2018 a: storiaepsichiatria@gmail.com

L’accettazione delle proposte sarà comunicata entro il 31 gennaio 2019.

Gli interventi selezionati dal Comitato Scientifico saranno pubblicati in un volume collettaneo.

Comitato Scientifico:

Bruna Bianchi (Università Ca’ Foscari Venezia) Antonio Gibelli (Università di Genova) Graziano Mamone (Università di Genova) Fabio Milazzo (Università di Messina) Augusta Molinari (Università di Genova) Marianna Scarfone (Université de Strasbourg) Marica Setaro (Università di Siena)

Comitato organizzativo:

Graziano Mamone (Università di Genova) Fabio Milazzo (Università di Messina)

Philosophie et Histoire de la Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent

Séminaire de formation et de recherche proposé par Yann Craus et Jérémie Sinzelle

ARGUMENT

Spécialité médicale dynamique, la psychiatrie de l’enfant établit ses champs de savoir, de pratques et de recherches à la croisée des sciences biomédicales (e.g. neurosciences, épidémiologie, sciences cognitives) d’une part, et d’autre part des sciences humaines (e.g. sociologie, anthropologie, linguistique). Ce séminaire propose de participer à la formation des internes en pédopsychiatrie, du côté des sciences humaines, au travers des outils de la philosophie et de l’histoire, véritables domaines de recherche et de contribution à la connaissance clinique. L’histoire de la psychiatrie, issue d’une longue tradition en France illustrée notamment par les travaux de Georges Lantéri‐Laura, Paul Bercherie, Jacques Postel, Michel Caire, est déjà abordée dans différents séminaires franciliens, tandis que la philosophie de la psychiatrie suscite un regain d’intérêt international depuis les années 1990 et surtout 2000, au‐delà des apports classiques de la phénoménologie introduite dans la clinique psychiatrique par Karl Jaspers au début du XXème siècle. Philosophie et Histoire avanceront ici ensemble dans l’étude des textes fondamentaux de la pédopsychiatrie et de leurs auteurs. Apparaîtront alors la langue originale de nos devanciers, les concepts qu’elle charrie ainsi que leurs différentes fortunes. Aussi serons‐nous en mesure, au plus près de la pensée clinique, de mieux comprendre les débats actuels qui animent notre discipline tout en réfléchissant à une psychiatrie de l’enfant en construction.

PUBLICS

‐ Internes du DESC de pédopsychiatrie
Inscription pour les internes par courriel : y.craus@ch‐sainte‐anne.fr
‐ Cliniciens en psychologie et psychiatrie de l’enfant
‐ Chercheurs en histoire, sociologie, anthropologie, philosophie de la médecine

DEROULEMENT

1 séance par mois présentant une question en philosophie et histoire de la psychiatrie de l’enfant. Exposé d’une heure par le conférencier puis une demiheure de discussion avec les participants. Références bibliographiques données en amont de la séance. Un jeudi mensuel de 16h à 18h.

OBJECTIFS

– Découvrir l’histoire des idées en psychiatrie de l’enfant

– Connaître les grands concepts cliniques et leurs auteurs

– Analyser l’évolution des terminologies et des classifications

– Mettre en perspective les pratiques cliniques et thérapeutiques contemporaines

– Présenter des pistes de recherches en sciences humaines

PROGRAMME

SEANCE 1, LE 20 SEPTEMBRE : Présentation générale du séminaire. Qu’est‐ce que la philosophie et l’histoire de la psychiatrie ? par Yann CRAUS.

SEANCE 2, LE 18 OCTOBRE: Du contexte historique et philosophique aux enjeux métapsychologiques de la découverte et du traitement de l’enfant connu sous le nom de Sauvage de l’Aveyron, par Thierry GINESTE.

SEANCE 3,LE 22 NOVEMBRE: La démence précocissime de Sante De Sanctis, par Jérémie SINZELLE.

SEANCE 4, LE 13 DECEMBRE: Une lecture politique de l’enfant sauvage de l’Aveyron, par Jean‐Luc CHAPPEY.

SEANCE 5, LE 24 JANVIER : Les démences infantiles de Theodor Heller et Wilhelm Weygandt, par Jérémie SINZELLE.

SEANCE 6, LE 21 FEVRIER : La pédopsychiatrie de secteur, par Sandrine DELOCHE.

SEANCE 7, LE 21 MARS : L’auTIsme infanTIle. De Leo Kanner et Hans Asperger à aujourd’hui, par Jacques HOCHMANN et Bernard GOLSE.

SEANCE 8, LE 18 AVRIL : Le concept de spectre en psychiatrie de l’enfant, par Yann CRAUS.

SEANCE 9, LE 23 MAI : L’enfant et la psychanalyse, par Bernard GOLSE.

SEANCE 10, LE 20 JUIN : Mise au point de l’année et perspectives, par Yann CRAUS et Jérémie SINZELLE

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Chappey, J.‐L. Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron. (Fayard, 2017).
Cooper, R. Is psychiatric classification a good thing ? in Philosophical Issues in Psychiatry II , 61–70 (Oxford University Press, 2012).
Craus, Y. & Golse, B. La paranoïa et l’enfant. De la psychiatrie adulte à la psychiatrie de l’enfant : la paranoïa, un concept fructueux. La psychiatrie de l’enfant 59, 475–536 (2016).
De Sanctis, S. Sopra alcune varietà della demenza precoce. Rivista sperimentale di freniatria XXXII, 141–165 (1906).
Fagot‐Largeault, A. Sur la recherche en psychiatrie. Intervention à l’Académie des sciences morales et politiques (2014).
Gineste, T. Victor de l’Aveyron: Dernier enfant sauvage, premier enfant fou. (Fayard, 2011).
Haustgen, T. & Sinzelle, J. Emil Kraepelin (1856–1926) ‐ 4. L’héritage. Annales Medico ‐Psychologiques 169, 606–611 (2011).
Heller, T. Über Dementia infantilis: Verblödungsprozeß im Kindesalter. Zeitschrit für die Erforschung und Behandlung des Jugendlichen Schwachsinns 2, 17–28 (1909).
Hochmann, J. Histoire de l’autisme. (Odile Jacob, 2009).

Robel, L. & Golse, B. Pour une approche intégrative de l’autisme infantile. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence 58, 366–370 (2010).
Sinzelle, J. Automatisme et langage intérieur dans la démence précoce de Kraepelin. Journal français de psychiatrie, (45), 32‐41 (2017).

 

Hasok Chang (Cambridge) au Séminaire Foucault (Paris 1) Samedi 26 mai 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Chères amies, chères collègues,
Chers amis, chers collègues,

Le samedi 26 mai 2018 aura lieu la sixième et dernière séance du Séminaire Foucault 2018 / Epistémologie historique. Elle se tiendra, de manière exceptionnelle, de 11h00 à 12:30, pour s’insérer dans le programme des 4èmes journées d’études sur l’épistémologie historique (programme et inscriptions à ce lien).

La Sorbonne étant fermée, elle se tiendra à la Salle 06 du Centre Panthéon, 12, place du Panthéon, 75005. Escalier M, 4e étage.

Samedi 26 mai

Hasok Chang (University of Cambridge)

« Using History of Science for Pluralist Philosophy and Science »

Vous trouverez ci-dessous le programme complet du séminaire.

En espérant vous y voir nombreux,
Cordialement,

Jean-François Braunstein, Daniele Lorenzini, Matteo Vagelli

SHE 2016-2017

The traditional purpose of epistemology as a branch of philosophy is the investigation and clarification of the fundamental structures of knowledge, e.g. how we gain (new) knowledge and how it changes, if it is justified or not, if different kinds of knowledge exist and in what they consist. With special reference to scientific knowledge, historical epistemology tries to understand such structures by situating their “crystallization” as scientific theories and practices in the contexts (historical, social, political, economic, artistic, material, etc.) in which they emerge, develop, transform or disappear.

This seminar aims at comparing and contrasting different approaches to historical epistemology and problems related to it. A variety of topics will be addressed, amongst others: the conditions for the emergence of a concept; the birth of theoretical ideas from practical knowledge; the formation and influence of standards and values in the scientific practice; the renewal of themes, methods and trends in the history of science; the role of instruments and objects in science making, etc.

The seminar will take place from February to June 2017.

Download the final program

Next seminar: March 29th, 2017, h. 13.30
Steve Fuller, Could a Reflexive Historical Epistemology Revolutionize the Academy?

Download the abstract

 

Bachelard Today – Bachelard Aujourd’hui

CfP: Bachelard Today/Bachelard Aujourd’hui

Gaston Bachelard and Contemporary Philosophy

24 & 25 avril 2017 – KU Leuven (BE) 

VERSION FRANÇAISE (version anglaise ci-dessous)

Conférenciers principaux

Cristina Chimisso (The Open University)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Portée et objectifs de la conférence

On peut dire de Gaston Bachelard (1884-1962) qu’il est l’un des philosophes français les plus marquants de la première moitié du 20ème siècle. Au cours de cette période, et jusque dans les années 1960 et 1970, son œuvre est beaucoup lue, et on retrouve l’influence de sa pensée dans les travaux de nombreux auteurs, de Canguilhem, Simondon, Barthes et Foucault à Althusser et Bourdieu. Cependant, son œuvre théorique semble être à présent tombée dans l’oubli. En dépit de l’influence considérable qu’elle a pu exercer, elle est à présent rarement étudiée en dehors de cercles restreints de spécialistes de l’épistémologie historique française. Cette conférence se donne pour objectif d’analyser les raisons de ce désintérêt et de voir si – et comment- les travaux de Bachelard sont encore d’actualité. Nous proposons pour ce faire deux pistes de réflexion.

La première se place sur le terrain de la philosophie française contemporaine, au sein de laquelle les travaux de Bachelard ont fait l’objet de rudes critiques. Bien que des auteurs tels que Serres, Dagognet, Latour ou Stengers l’étudient encore et fassent même appel à certains de ses concepts, ils n’en jettent pas moins un regard critique sur son œuvre. Ce sont en particulier son rationalisme, parfois très prononcé, et la distinction essentialiste qu’il établit entre connaissance et imagination – entre science et poésie- qui lui valent des attaques violentes.

Un second aspect, celui de la réception de la pensée de Bachelard à l’international, sera développé au cours de la conférence. En effet, son œuvre est encore plus délaissée par les philosophes contemporains de langue anglaise que par ceux de langue française. La plupart des œuvres de Bachelard n’ont pas été traduites, celles qui l’ont été ne font pas l’objet d’un véritable intérêt, et la pensée de Bachelard se trouve bien souvent réduite à un seul ouvrage, sa Poétique de l’espace.

Cette conférence se propose de réexaminer l’héritage théorique de Bachelard. Sans contester la légitimité des critiques émises à son encontre par les philosophes français contemporains, nous souhaitons revenir sur son œuvre théorique, dans toute sa diversité et sous toutes ses facettes, afin de voir (1) quels éléments de cet héritage théorique résistent aux critiques contemporaines et (2) dans quelle mesure la lecture de l’œuvre de Bachelard est nécessaire pour saisir les questions soulevées par les philosophes français aujourd’hui. Nous espérons ainsi montrer en quels termes la pensée de Bachelard reste pertinente et en quoi elle est incontournable si l’on veut comprendre la philosophie française contemporaine.

Les sujets d’intérêt incluent, mais ne sont pas limités à:

  • L’idée d’un rationalisme ouvert, ou ‘surrationalisme’, dans l’œuvre de Bachelard, son rôle dans la philosophie française, et son potentiel dans le vieux débat autour de l’importance du rationalisme.
  • La description que fait Bachelard de la fonction de l’imagination en science et en littérature, et son possible lien avec le récent “tournant spéculatif” en philosophie.
  • La conceptualisation de la matière par Bachelard, et son potentiel par rapport au concept de nouveau matérialisme.
  • La postérité de la notion de phénoménotechnique, qui conceptualise le rôle des instruments et de la construction dans la formation du savoir, et la place qu’occupe cette notion au sein des discussions contemporaines dans les science studieset la technoscience.
  • La pensée politique, éthique et pédagogique de Bachelard, et sa pertinence actuelle dans la philosophie politique ou l’éthique.
  • Les relations entre Bachelard et ses contemporains (Bergson, Canguilhem,…), et comment ses relations permettent de repenser leurs œuvres respectives.
  • La conceptualisation de la ‘rythmanalyse’par Bachelard, et la possibilité de voir renaître ce type d’analyse.

La conférence accepte des propositions pour les présentations en anglais et en français. Nous invitons les contributions sous les formes suivantes:
• Les contributions individuelles (30 minutes)
• Panneaux (90 minutes)
Les résumés de 250 mots pour des présentations individuelles et 1.000 mots pour les panneaux, devraient être soumis à Bachelard@kuleuven.be par 31 janvier 2017. Les décisions d’acceptation seront communiqués le 15 Février 2017. Veuillez s’il vous plaît adresser vos questions concernant cette conférence à cette adresse courriel.

Pour plus d’informations s’il vous plaît visitez notre website

ENGLISH VERSION:

Confirmed Keynote speakers

Cristina Chimisso (The open university)

Dominique Lecourt (Universté Paris Diderot-Paris 7)

Hans-Jörg Rheinberger (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte)

Aims and scope of the conference:

Gaston Bachelard (1884-1962) must be considered as one of the most prominent philosophers of French philosophy of the first half of the 20th century. Especially during the 1960s and 70s, Bachelard’s work was widely read and his ideas influenced a wide array of authors including Canguilhem, Simondon, Barthes, Foucault and Bourdieu. Moreover, his quarrels with Bergson and phenomenology have outlined the stakes of a philosophical discussion that continues today. More recently, however, Bachelard’s theoretical oeuvre seems to have left the philosophical agora. Today, his work is rarely discussed outside the specialist circles of French historical epistemology. This conference aims to critically examine this neglect of Bachelard’s work and explore in what way it can still be relevant today.

The first angle emphasizes contemporary French-speaking philosophy, where Bachelard’s work is confronted with severe criticisms. Although authors like Serres, Latour or Stengers, borrow and discuss Bachelardian concepts like ‘the new scientific spirit’ and ‘phenomenotechnics’, this interest in Bachelard is combined with a strong criticism of his work. Especially his – at times blatant – rationalism and his seemingly essentialist division between knowledge and imagination – or science and poetics – are met with strong criticism.

Secondly, and in addition to the French debates, the conference is concerned with the international reception of Bachelard. In the contemporary English-speaking field of philosophy the situation is perhaps even more forlorn than in France. Most of Bachelard’s texts are either not translated at all or remain underappreciated. As a consequence of this, Bachelard’s relevance is almost always reduced to one book, The poetics of space (1958). Against this backdrop, it is becoming increasingly clear that a more sophisticated discussion and debate of Bachelard’s multifaceted oeuvre is necessary.

This conference sets out to revisit the theoretical legacy of Bachelard. Without denying the critique of contemporary French philosophers our aim is to reconsider his multifaceted and versatile theoretical oeuvre to see (1) which elements of his theoretical legacy can withstand the current criticism and (2) to what extent it is necessary to read Bachelard in order to understand contemporary issues in French philosophy. In doing so we aim to show in what way Bachelard’s thought can still be relevant today and must be taken into account if one wants to understand what is at stake contemporary French philosophy.

Areas of interest include, but are not limited to the following themes:

  • The idea of an open rationalism or ‘surrationalisme’in Bachelard’s workits function in French philosophy and it potential with regards to the age-old discussions about the importance of rationalism.
  • Bachelard’s description of the role of imagination within science and literature and its possible relation to the recent ‘speculative turn’ in philosophy.
  • Bachelard’s conceptualization of matter and its potential in relation to the concept of new materialism.
  • The legacy of the notion of ‘phénomenotechnique’, aimed to conceptualize the role of instruments and construction within the formation of knowledge and its role within contemporary discussions within science studies and technoscience.
  • Bachelard’s political, ethical and pedagogical thought and its relevance for contemporary political philosophy or ethics.
  • The relations between Bachelard and his contemporaries (Bergson, Canguilhem…) and the importance of these relations in the rearticulating of both Bachelard and is contemporaries.
  • Bachelard’s conceptualization of ‘rythmanalyse’and the possibility for a revival of this type of analysis.

The conference accepts proposals for presentations in both English and French. We invite contributions in the following forms:

  • Individual contributions (30 minutes)
  • Panels (90 minutes)

Abstracts of 250 words for individual presentations and 1.000 words for panels, should be submitted toBachelard@kuleuven.be by 31 January 2017. Decisions of acceptance will be communicated on 15th February 2017. Please direct any questions regarding this conference to this email address.

For more information please visit our website

Kind regards,

Massimiliano Simons

François Dagognet (1924-2015), épistémologue et historien des sciences

affiche-v5

Colloque international

12-14 décembre 2016

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du four, 75006 Paris

Lundi 12 décembre 2016

Pdt de séance: Max Kistler, Directeur de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques

14h B. Bensaude-Vincent
J. Gayon, J.F. Braunstein
Accueil, ouverture
14h15 Jean-François Braunstein De Bachelard et Canguilhem à Dagognet : l’épistémologie française
14h45 Cristina Chimisso François Dagognet and the evolution of historical epistemology
15h15 Daniel Parrochia François Dagognet et l’idée d’une théorie générale des formes
15h45 Pause café
16h15 Xavier Guchet La nature vue et jugée par Dagognet
16h45 Georges Chapouthier Dagognet et le cerveau
 Mardi 13 décembre Pdt de séance: Laurent Jaffro, directeur de l’UFR de philosophie de Paris 1
9h Jean Gayon De la thèse de médecine (la cure d’air) aux thèses de philosophie (les remèdes, Pasteur)
9h30 Anne Fagot Largeault « Épistémologiser la médecine »
10h Jonathan Simon

 

La raison et les remèdes cinquante ans plus tard : la pharmacie mérite-t-elle une philosophie ?
10h30 Pause café
11h Laurent Loison « L’œuvre de Pasteur comme mise en objets ? Dagognet et la question de « l’agentivité » dans les sciences de la vie »
11h30 Christian Bange Les réflexions historiques et épistémologiques de Dagognet sur Claude Bernard et sur la physiologie
12h00 Déjeuner
Pdt de séance: Mohamad Salab, Pdt de Université de Technologie et de Sciences Appliquées liano-française (Tripoli)
14h Sébastien Dutreuil Dagognet et les sciences de la Terre : trace, histoire et structure
14h30 Jean Marc Drouin Les coulisses du paysage : Dagognet et la biogéographie
15h Bernadette BENSAUDE VINCENT Dagognet historien de la chimie
15h30 Pause café
16h00 Jeanne Guien Le monde des choses : le déchet dans la pensée de Dagognet
16h30 Pierre de Jouvancourt & Quentin Hardy Dialogue imaginaire entre Dagognet, Moscovici et Gorz sur l’idée de technique et de nature.
17h  Pause café
17h15 Entretien entre Régis DEBRAY et Philippe PETIT: Au-delà de l’épistémologie
18h30 Réception
Mercredi 14 décembre Pdt de séance: Bernard Bourgeois, Professeur honoraire à Paris 1, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
9h Gérard Chazal Inscrire, traduire, communiquer : François Dagognet et le rêve informatique
9h 30 Kieran Lyons The Beat of 5 Hearts: Dagognet, Duchamp, Marey and ‘the Jura-Paris road’.
10h Pause café
10h30 Dominique Thouvenin Dagognet et le droit
11h Annie Petit La philosophie de Comte « revisitée » par Dagognet
11h30 Emmanuel Picavet Dagognet et la philosophie sociale
12h Bertrand Saint-Sernin Synthèse, conclusions

Colloque organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Contacts : Bernadette Bensaude Vincent, Jean-François Braunstein et Jean Gayon

Charles T. Wolfe au Séminaire Philbio (IHPST)

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, CNRS, ENS

UMR 8590 IHPST – Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

13, rue du Four – 75006 PARIS

Courriel : ihpst@univ-paris1.fr  .

Séminaire de Philosophie de la Biologie

organisé par Cécilia Bognon-Küss

La prochaine séance du séminaire Philbio aura lieu le lundi 21 novembre, à 16h dans la salle de conférence de l’IHPST (2e étage).

Nous aurons le plaisir d’écouter Charles T. Wolfe (Sarton Center for History of Science, Ghent University) intervenir sur le thème suivant:

« Organismes, économies animales, constitution de la biologie: Ecrire l’histoire du vitalisme »

Résumé:

« Le problème du statut du vitalisme dans l’histoire de ce qu’on appelait à l’époque de Canguilhem et Jacques Roger, la « pensée biologique », est connu. Le vitalisme désignerait la doctrine, ou ensemble de doctrines, qui serait aux limites (ou aux marges ?) de la pratique scientifique raisonnable. Selon cette vision commune et encore assez répandue (plus encore dans le contexte anglophone qu’en Allemagne ou en France, où certaines intuitions biophilosophiques font encore partie d’un patrimoine quasi-national, avec des accents kanto-hégéliens, bichato-bernardiens, etc.), le vitalisme consiste à tricher : à faire entrer en jeu des forces vitales mystérieuses, au sein d’une étude prétendument scientifiquement de la nature vivante (en biologie, en embryologie, en médecine, en physiologie, etc.). On doit par exemple à Francis Crick une célèbre formule sur les vitalistes, « charlatans » contemporains (cranks) : «  à ceux d’entre vous qui seraient vitalistes, je fais ce pronostic : ce que tout le monde croyait hier, et que vous croyez aujourd’hui, demain seuls les charlatans (cranks) le croiront » (Crick 1966).

J’ai tenté plusieurs fois de dissiper ou critiquer cette intuition courante, surtout en essayant d’historiser la question (Wolfe & Terada 2008, Wolfe & Normandin, dir. 2013), afin de montrer qu’il existe plusieurs formes de vitalisme (Wolfe 2011, 2015a). Au minimum, un vitalisme ‘substantiel’, qui pose l’existence d’une force ou principe vital comme substance (au même titre que le reste des choses existantes au monde) : c’est typiquement la position de Stahl ou de Driesch (ibid.). Puis un vitalisme ‘fonctionnel’, qui cherche à saisir les propriétés fonctionnelles de systèmes vivants, sans transmuer ces propriétés en un fondement ontologique : c’est typiquement la position des vitalistes de Montpellier mais aussi de Claude Bernard, y compris telle qu’elle est reprise de nos jours par W. Bechtel (Bechtel 2007, 2013). Enfin, j’ai tâché de montrer ailleurs que chez Canguilhem, à la suite de Kurt Goldstein (mais prolongeant une intuition kantienne, que l’on retrouvera également chez le Dennett du ‘intentional stance’), on trouve une sorte de vitalisme ‘cognitif’ ou ‘constructiviste’, au sens où il se fonde sur un acte de construction mentale (Canguilhem 1965 ; Wolfe 2013 & 2015b).

Je tâcherai ici (i) de revenir sur cette historisation du vitalisme, en posant la question (ii) de son rapport à l’histoire des sciences et à une pratique scientifique légitime (Šešelja & Straßer 2014), à la constitution de la biologie comme science (McLaughlin 2002, Gayon 2011) et (iii) du statut du vitalisme aujourd’hui, dans un contexte marqué par les divers refus du génocentrisme (particulièrement du type West-Eberhard, Oyama, Griffiths – voir les articles dans le n° spécial de History and Philosophy of the Life Sciences de 2010 sur le concept d’organisme, dir. Huneman et Wolfe) mais aussi dans les tendances vitalistes présentes dans l’énactivisme, que je rangerai dans la catégorie ‘substantialiste’ (tel Evan Thompson, 2007, discuté sous la catégorie d’embodiment dans Wolfe 2014). Car après tout, il ne suffit pas d’opposer à l’opprobre d’un Crick, la suffisance tranquille de l’épistémologie historique. »