AAC Symposia « Canguilhem et la biologie », Congrès SFHST 2017

Appel à contributions pour le Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques.  Strasbourg, 19, 20 et 21 avril 2017.

Symposia n°4: « Canguilhem et la biologie »

organisé par Laurent Loison, Matteo Vagelli et Ivan Moya Diez

La réflexion philosophique de Canguilhem sur le vivant n’a pas seulement été nourrie par ses compétences en médecine : à côté du corpus des connaissances médicales, Canguilhem a mobilisé à de multiples reprises et dans des perspectives très diverses les savoirs proprement biologiques. Cette dimension encore peu explorée de l’œuvre canguilhémienne est l’objet de la présente session.

Cette thématique générale pourra être abordée selon des angles différents, dont nous donnons ici quelques exemples, étant entendu que la liste proposée n’est ni exhaustive ni limitative :

Quelle biologie ? La biologie est un domaine scientifique très vaste, regroupant de nombreuses disciplines comme la zoologie, la physiologie, la tératologie, la génétique, la biologie moléculaire, la théorie de l’évolution, etc. Or, il est évident que Canguilhem n’a pas puisé identiquement dans ces différents champs disciplinaires. On pourra alors cartographier ses domaines d’investigation privilégiés et observer dans quelle mesure cela permet de révéler certaines spécificités de la philosophie vitale canguilhémienne. Ainsi, Canguilhem semble avoir toujours montré une sympathie particulière pour la physiologie de langue allemande, avec laquelle il partage une grande proximité intellectuelle dès le début de la rédaction de sa thèse de médecine Le normal et le pathologique (1943). Cet intérêt, s’il était réel, était-il simplement de circonstance (du fait par exemple de la nomination de Canguilhem à l’Université de Strasbourg en 1941) ou bien renvoie-t-il à une orientation profonde de son projet philosophique ?

Quel moment de la biologie ?  A nouveau, il apparaît que l’intérêt de Canguilhem n’a pas été constant en fonction des moments de l’histoire des sciences ni en fonction des étapes de son propre cheminement intellectuel. Cette question est d’autant plus sensible que (i) Canguilhem a connu une longue carrière universitaire durant laquelle la biologie a subi de profondes transformations, (ii) Bachelard mettait au premier plan le principe selon lequel l’épistémologue se devait d’entretenir une étroite relation avec l’actualité du savoir scientifique. On pourra par exemple questionner la fidélité de Canguilhem envers ce dernier principe qui semble pourtant
consubstantiel du projet de l’épistémologie historique. En particulier, la position de Canguilhem vis-à-vis de la biologie moléculaire naissante pourra offrir un matériau pertinent pour situer le dialogue qu’il entendait nouer avec la science actuelle.

La question des sources.  Canguilhem, à la différence de Foucault par exemple, n’a pas montré le même goût pour les archives ni même pour les sources primaires. A de nombreuses occasions, il fonde ses travaux philosophiques sur des études historiques déjà existantes, comme par exemple lorsqu’il emprunte à son collègue et ami Marc Klein l’essentiel du matériau historiographique qu’il mobilisera dans son texte sur la théorie cellulaire (1946). Faut-il voir là un aspect caractéristique de sa démarche ? En particulier, peut-on éclairer cette possible procédure méthodologique par sa volonté non pas de faire émerger d’hypothétiques précurseurs oubliés mais tout au contraire de rectifier le sens (philosophique) d’histoire dont les jalons principaux ne sont pas intrinsèquement problématiques ?

Les propositions de communication doivent être soumises directement sur la plataforme du congrès: https://sfhst.hypotheses.org/congres-2017

Dates à retenir :

– Dépôt des abstracts des communications dans le cadre d’un symposium et hors-symposium  : du 4 novembre 2016 au 5 janvier 2017
– Annonce des communications retenues: 1er février 2017
– Ouverture des inscriptions : 5 février 2017 (fermeture le 20 mars 2017)


Vous aimerez aussi...