L’épistémé computationnelle – une archéologie du big data en médecine

SEMINAIRE organisé par Mathieu CORTEEL

Le développement du big data en médecine est communément considéré comme une révolution épistémologique. Jamais les performances préventives de la médecine ne furent aussi avancées. La capacité prédictive de la computation permet aujourd’hui, au niveau individuel comme collectif, d’anticiper avec une grande précision la formation de maladies diverses. Combattre le mal avant qu’il ne marque les corps ; voilà le nouveau protocole biopolitique. Au-delà de cette apparente rupture épistémique, le séminaire de cette année se proposera d’appréhender l’émergence de ce savoir médical à partir d’une continuité discursive et de ses inflexions. Le discours probabilitaire, qui apparaît avec la médecine clinique du XIXe siècle, esquisse l’épistémé computationnelle de la médecine préventive d’aujourd’hui. Par le calcul de l’incertitude se forme une approche nosologique qui, dans le rythme des manifestations morbides, fait transparaître la maladie en tant que processus. La maladie, non plus considérée dans l’ordre du jardin des espèces, est dès lors ordonnée au procès de sa virulence dans le jeu du visible et de l’invisible. La spatialité des symptômes et la temporalité des signes offrent au regard médical une capacité combinatoire dans la formulation de diagnostics et pronostics divers. La combinaison probabiliste de ces éléments permet une meilleure pratique théorique qui va tendre à prévenir la formation des maladies dans les corps. Au XXe siècle, avec l’émergence des sciences cognitives et de la génétique, la discursivité médicale s’autonomise par rapport à la cognition humaine en même temps qu’elle virtualise le corps. La métaphore computationnelle – enveloppant le corps et la cognition sous le schème du nombre – déplace le savoir nosologique dans la machine. Il s’agira, par une approche foucaldienne, de comprendre par l’étude de ce déplacement de support épistémique les modalités de ce savoir et le biopouvoir qu’il suppose. Comment le calcul de probabilités en médecine ordonne-t-il la virtualité du corps dans son savoir et sa pratique par l’épistémé computationnelle ?

Intervenants :

– Vendredi 4 novembre : François Delaporte (professeur émérite Université d’Amiens) : Naissance de la clinique
– Vendredi 2 décembre : Jean-Michel Besnier (professeur émérite Université Paris-Sorbonne) : Le posthumanisme médical – une médecine sans médecin ni malade ?
– Vendredi 16 décembre : Clément Moutard (doctorant à Neuospin – membre du Human Brain Project) : Enjeux et apports du big data en neuroscience : de la clinique à la technologie

Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Inscription obligatoire

http://www.ciph.org/spip.php?page=activite-detail&idevt=584


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/10/2016

    […] L’épistémé computationnelle – une archéologie du big data en médecine […]