2ème Mois de l’Épistémologie Historique – Novembre 2021

2nd Month of Historical Epistemology

November 3, 10, 17, 24 / 2021
17h-19h (Paris time GMT+1)

Link Zoom: unive.zoom.us/j/6569494316

Organizing Committee

Caroline Angleraux
Lucie Fabry
Ivan Moya Diez
Matteo Vagelli

Épistémologie Historique. Research Network
on the History and the Methods of Historical Epistemology

avec le soutien de 

IHPST (UMR 8590, Paris 1/CNRS)
République des Savoirs (USR 3608, ENS/ Collège de France/CNRS)
École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales (ED 540, ENS – EUR Translitteræ, PSL)
Centre Gilles Gaston Granger (UMR 7304)
Universidad Alberto Hurtado
Università Ca’ Foscari Venezia

European Commission

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101030646, “EPISTYLE”

PROGRAM
(PDF / abstracts below)

Wednesday, November 3, 17h-19h (GMT +1)

“Biology and Medecine”, Chair Matteo Vagelli

Samuel Talcott, University of the Sciences (Philadelphia)
“Methods and Events: François Delaporte on the 1832 Parisian Cholera and its Role in the Birth of Biosocieties”

Silvia De Cesare, Université de Genève
“L’idée de progrès entre organismes et artefacts techniques”

Wednesday, November 10, 17h-19h (GMT +1)

“Economics”, Chair Iván Moya-Diez

Emmanuel Picavet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
“Introduction”

Sina Badiei & Matteo Vagelli, Lausanne / Ca’Foscari
“Étudier la pensée économique par le prisme de l’épistémologie historique”

Clémence Thébaut, Université de Limoges
“L’évaluation économique en santé au prisme de la typologie des épistémès de Foucault”

Wednesday, November 17, 17h-19h (GMT+1)

“Social sciences and ecology”, Chair Caroline Angleraux

Martín Bernales-Odino, Iván Moya-Diez, Mauricio Canals & Valentina Riberi, Universidad Alberto Hurtado
“The poor as a kind of people and epistemic objects. 1778-1854”

Andrea Angelini, Centre Cavaillès
“Canguilhem dans le Capitalocène. L’épistémologie historique à l’épreuve de l’écologie”

Wednesday, November 24, 17h-19h (GMT+1)

“History of epistemology”, Chair Lucie Fabry

Massimiliano Simons, Ghent University
“We Have Never Been Historical Epistemologists”

Gerardo Ienna, ERC EarlyModernCosmology
“Italian Science Wars: une controverse dans l’épistémologie historique italienne”

 

ABSTRACTS

 

Samuel Talcott, University of the Sciences (Philadelphia)
“Methods and Events: François Delaporte on the 1832 Parisian Cholera and its Role in the Birth of Biosocieties”

Despite differences between the 1832 Parisian cholera and the current SARS-COV-2 pandemic, despite its first publication nearly forty years ago, reading Delaporte’s history today helps illuminate and situate our moment. This paper argues that Delaporte’s study remains critical for thinking about health, sickness, and care in modern societies, in both its account of the events of the 1832 cholera and the methods it deploys to describe and make sense of them. First, he shows how modern public health was imbricated in class and colonial domination from its birth out of the Parisian cholera. But he also investigates how the epidemic contributed to important, albeit ambivalent, epistemological progress in medical science. I examine his methodology and argue that he had to critically appropriate and deploy various methods, drawing especially on Canguilhem’s histories of concepts and Foucaultian archeology and genealogy, in order to describe the complex transformations produced by the cholera. Understanding and responses to the current pandemic, I conclude, need to be informed by such a complex and layered epistemographical approach.

 

Silvia De Cesare, Université de Genève
“L’idée de progrès entre organismes et artefacts techniques”

L’idée de progrès, faisant référence à un changement vers le mieux, peut s’appliquer à l’histoire des êtres vivants (progrès organique) aussi bien qu’à l’histoire des artefacts techniques (progrès technique). L’idée de progrès organique – ayant de relations complexes avec la théorie de l’évolution – est souvent pensée en analogie avec l’idée de progrès technique. Mais comment définir exactement ces deux idées et comment rendre explicite l’analogie qui les relie ? Dans cette communication j’essaierai de répondre à cette question, en particulier en faisant référence à la pensée de Gilbert Simondon.

 

Emmanuel Picavet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
“Introduction”

La philosophie contemporaine – y compris la philosophie des sciences – reconnaît l’influence durable (à ce jour) des grandes tendances philosophiques et scientifiques dans lesquelles la science empirique et la philosophie sont mêlées (cartésianisme, empirisme, conventionnalisme…). De plus, prêter attention à la complexité du développement des connaissances s’avère gratifiant lorsque nous essayons de comprendre les défis présents de la recherche philosophique.
Ces raisons (et d’autres) expliquent l’interaction de l’épistémologie historique et de la philosophie contemporaine. En partant d’exemples du domaine de la philosophie économique, on montrera que cette relation continue peut éclairer l’association acceptable de la rationalité et de la tradition dans le développement de théories scientifiques partagées par des sous-disciplines à l’intérieur et à l’extérieur de la philosophie.

Contemporary philosophy – incl. philosophy of science – acknowledges the lasting influence (to this day) of major philosophical/ scientific trends in which empirical science and philosophy are intermingled (cartesianism, empiricism, conventionalism…). Moreover, paying attention to the complexity of knowledge development proves rewarding when we try and understand the current challenges of philosophical research.
These reasons (and others) account for the interplay of historical epistemology and contemporary philosophy. Using examples from the field of economic philosophy, it will be argued that this continuing relationship may bring light onto the acceptable association of rationality and tradition in the development of scientific theories which are shared by subdisciplines within and without philosophy.

 

Sina Badiei & Matteo Vagelli, Lausanne / Ca’Foscari
“Étudier la pensée économique par le prisme de l’épistémologie historique”

Comment mettre en relief, au-delà des possibles malentendus, la fécondité du dialogue entre la pensée économique et ses critiques ? Notre hypothèse de départ est la suivante : étant donné qu’un certain nombre de débats contemporains dans la pensée économique s’enracinent dans des questionnements anciens, et étant entendu qu’un certain nombre de critiques adressées à la pensée économique mobilisent elles aussi des objections ancrées dans une histoire spécifique, ne pourrait-on pas mettre en relief la fécondité de ce dialogue en mobilisant une approche historique et épistémologique de la pensée économique ?

 

Clémence Thébaut, Université de Limoges
“L’évaluation économique en santé au prisme de la typologie des épistémès de Foucault”

Le travail présenté dans le cadre de ce séminaire s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche visant à mobiliser les méthodes et outils proposés par Michel Foucault pour apporter un éclairage sur un ensemble de discussions que soulève l’évaluation économique en santé. Nous nous intéressons ici à l’ancrage épistémologique des méthodes de révélation des préférences individuelles issues de l’économie du bien-être, qui sont aujourd’hui utilisées pour valoriser les bénéfices en santé, en nous appuyant sur la typologie des épistémès de Foucault dans les Mots et les choses. Plus précisément, nous envisageons que le rejet des comparaisons interpersonnelles, que préfigure la révolution marginaliste et la transition vers une mesure ordinale des utilités, s’explique par le passage d’une épistémè classique à une épistémè moderne. La question du caractère cardinal ou ordinal de la mesure de l’utilité reste centrale pour l’évaluation économique en santé. En effet, les méthodes d’évaluation des bénéfices en santé, notamment au moyen des QALY, se rapprochent d’une mesure cardinale, contrairement au paradigme de la nouvelle économie du bien-être dans lequel elle est censée s’inscrire.

 

Martín Bernales-Odino, Iván Moya-Diez, Mauricio Canals & Valentina Riberi, Universidad Alberto Hurtado
“The poor as a kind of people and epistemic objects. 1778-1854”

Our presentation explores the emergence of the poor as a kind of people. We do not assume that the category of poor is a mere description of reality (i.e., an object which already exists as something given) or a term that only exists in the common language (i.e., prior to its location in any scientific language). Instead, we investigate the moment when the millenary category of the poor transformed into an epistemic object during the establishment of a new Spanish American relief system. A salient aspect of such a new relief system consisted in changing the focus of the old doctrine of charity from the figure of the giver to the figure of the poor, in order to carefully differentiate the true and the false poor. Such an attempt not only allowed, but at times demanded the use of certain old and new epistemic techniques such as counting, observing, normalizing, and bureaucratizing. Our thesis argues that the deployment of such institutional techniques creates the poor as a specific kind of people and epistemic objects. These epistemic techniques, likely developed at the same time in different European states (ie. the visitor of the poor by Dégerando in France and Concepción Arenal in Spain), will facilitate the emergence of the poverty line elaborated around the works led by Charles Booth. If this is the case, then they would constitute an epistemic condition of our current problematization of poverty and the poor.

 

Andrea Angelini, Centre Cavaillès
“Canguilhem dans le Capitalocène. L’épistémologie historique à l’épreuve de l’écologie”

L’épistémologie historique a connu plusieurs applications dans différents domaines scientifiques : la physique-mathématique, la chimie, la biologie, la médecine, la technologie, les sciences sociales. Cette intervention se propose d’argumenter la pertinence de l’épistémologie historique de Georges Canguilhem pour interroger le débat contemporain (scientifique et politique) sur l’écologie. Bien que Canguilhem ait parfois émis des réserves sur certaines visées des premiers mouvements écologistes des années 1960-70, sa perspective théorique demeure néanmoins très féconde pour élaborer une « épistémologie politique de l’écologie ». Même si Canguilhem partageait l’urgence d’aborder la question écologique, il rejetait pourtant toute solution exclusivement scientifique ou technocratique : les défis environnementaux (pollution, biodiversité, limite des ressources, contraintes de la reproduction sociale) engagent à la fois une réflexion philosophique et un questionnement politique. Les recherches de Canguilhem se révèlent encore aujourd’hui d’une grande actualité par rapport aux interrogations posées par la crise écologique : la « philosophie biologique de la technique » et son lien avec une « philosophie politique de la technologie » ; la formulation d’une « théorie générale du milieu » et la réflexion sur la pluralité des formes éthologiques de relation à l’environnement ; l’enchevêtrement (sans coïncidence) entre le social et le vital, voire le rapport entre formes d’organisations sociales et contraintes bio-environnementales ; la question de la spécificité des sciences biologiques et de leurs implications politiques ; le problème des conditions de validité du discours scientifique, des transferts conceptuels entre différents domaines disciplinaires et de leurs effets idéologiques ; et encore, l’étude de l’histoire et des transformations du concept de régulation et de ses applications dans les technologies gouvernementales. Ces thèmes présentent nombre de points en commun avec les débats des dernières décennies qui ont touché les sciences environnementales et l’écologie politique, notamment ceux autour de l’Anthropocène et du Capitalocène. On verra alors de quelle manière l’approche à la fois épistémologique et politique de Canguilhem nous donne plusieurs instruments conceptuels face à la crise écologique et peut contribuer à une compréhension critique de notre actualité.

 

Massimiliano Simons, Ghent University
“We Have Never Been Historical Epistemologists”

Historical epistemology has seemingly gained momentum in the last few decades. This has led some to argue that historical epistemology is finally getting the international attention it deserves, exemplified by the work of, among other, Ian Hacking, Lorraine Daston and Hans-Jörg Rheinberger. However, I want to problematize this type of history of historical epistemology, that stresses historical epistemology as a continuous and well-defined project that slowly gains recognition. I want to contest this, not merely for historical reasons (‘to get the facts right’), but also because the historical narrative one tells about one’s own field matters of how one defines the field and its objectives. Instead, therefore, I want to provoke the possibility of another genealogy of historical epistemology, centered around three claims: (1) historical epistemology is a relic: not the discovery of something new, but a remnant of something old; (2) historical epistemology is weird: not just something we should cherish, but also problematize and question certain aspects of; and (3) historical epistemology is not just history of science, but has had and could have alternative ambitions, reaching well beyond philosophy and history of science.

 

Gerardo Ienna, ERC EarlyModernCosmology
“Italian Science Wars: une controverse dans l’épistémologie historique italienne”

L’objectif de cette intervention est de reconstruire le débat sur la non-neutralité de la science que l’on a appelé les “Italian Science Wars”. Par ce nom, j’entends un affrontement épistémologique et politique entre les positions de Ludovico Geymonat (et son école milanaise), les positions du philosophe et historien des sciences Paolo Rossi (et son école) contre un groupe large et varié de scientifiques et de militants d’extrême gauche. Ces trois positions intellectuelles se fondent sur une affirmation convaincue de l’inséparabilité de l’histoire et de l’épistémologie mais sont marquées par des orientations politiques différentes. Pour cette raison, elles représentent une partie essentielle du canon largement inexploré de l’épistémologie historique italienne.
Le conflit et le débat sur la neutralité/non-neutralité entre Geymonat, Rossi et les scientifiques militants ont été développés dans les journaux, les magazines à large diffusion, les lieux de conférences universitaires et dans certaines revues telles que : Sapere, Textes et Contextes, Médecine démocratique, etc. 
Ce débat a été animé par des scientifiques/militants tels que : Marcello Cini, Giovanni Jona-Laisino, Giovanni Ciccotti et Michelangelo DeMaria Angelo Baracca, Arcangelo Rossi, Tito Tonietti, Franco Selleri, Silvio Bergia, Elisabetta Donnini, Giulio Maccacaro, etc. L’ape e l’architetto [traduit en français comme L’araignée et le tisserand] -publié par le groupe de physiciens de Rome composé de Cini, Jona-Laisino, Ciccotti et DeMaria- est largement considéré comme le manifeste italien de ce mouvement.  La thèse principale de ce livre est d’intégrer la théorie marxiste du matérialisme historique avec la thèse de Thomas Kuhn sur la structure des révolutions scientifiques. L’objectif des auteurs était en fait de libérer la réflexion sur la science de l’influence épistémologique du matérialisme dialectique engelsien qui pose une séparation nette entre nature et histoire. L’analyse de ce débat nous permet d’élargir le débat contemporain en épistémologie historique sur au moins deux fronts : 1) la construction d’un canon de l’épistémologie historique italienne et 2) l’exploration des positions controversées en épistémologie historique sur le thème neutralité/non-neutralité de la science.