5èmes journées: La philosophie des sciences du vivant. Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique

Appel à Communications / Call for Papers

5èmes Journées d’études sur l’Épistémologie Historique

La philosophie des sciences du vivant. 
Biologie et médecine au prisme de l’épistémologie historique.

Paris, 16-17-18 mai 2019

École doctorale de Philosophie ED 280 
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques 
(UMR 8590, Paris 1/CNRS)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, 
Institut des Sciences Juridique etPhilosophique de la Sorbonne 
(UMR 8103, Paris 1)

[ENGLISH BELOW]

       Depuis plusieurs années, les questions que la biologie et la médecine posent à la philosophie ont connu un net regain d’intérêt à l’échelle internationale. Les sciences biomédicales sont ainsi (re)devenues des objets d’investigation privilégiés au sein de traditions de recherche aussi différentes que l’épistémologie historique et la philosophie analytique. Si l’intérêt pour les vivants et la vie a toujours existé du côté de l’épistémologie historique, comme en témoignent par exemple les œuvres d’Auguste Comte ou de Georges Canguilhem, il est en revanche bien plus récent pour la philosophie d’orientation analytique. Dans un tel contexte, l’essor, depuis les années 1980, de la philosophie de la biologie n’en est que plus spectaculaire.

Un aspectparticulièrement saillant de ces nouveaux travaux sur la biologie et lamédecine est leur ambition d’intervenir le plus directement possible danscertaines dimensions des débats scientifiques contemporains. Comme si lesdéveloppements de la science – et en particulier ceux de la biologiemoléculaire et de la théorie de l’évolution – appelaient à questionner ànouveau certaines catégories traditionnelles comme celle d’organisme,d’individu, d’espèce, ou d’autres plus récentes, au premier rang desquelles lesconcepts de gène ou de cellule. La position épistémologiqueparticulière de la biologie explique aussi qu’elle constitue un lieu privilégiépour toute réflexion sur la normativité et le statut des normes, leurdéfinition entre nature et société. Il n’est dès lors pas surprenant que lesavancées de la biologie soient autant de nouvelles questions adressées à lasociété sur les plans éthiques etpolitiques. 

L’impressionnant développement destechniques médicales et des biotechnologies n’en finit pas d’interroger desnotions de sens commun comme celles de « vie », « santé »ou « maladie ». De leur côté, les progrès des neurosciences, enparticulier dans la localisation cérébrale des fonctions mentales, posent à laphilosophie le défi d’une réflexion sans cesse à reprendre sur le« moi » et l’identité personnelle. La clarification ces notions etdes enjeux attenants intéresse au premier chef l’espace public de nos sociétéscontemporaines.

Enfin, la réflexion philosophique rencontre aussi très directement le problème des conditions de possibilité d’une authentique science des vivants. Cette question a traversé une part importante de l’histoire de la philosophie, depuis Kant jusqu’à Rheinberger et Müller-Wille, en passant par Bergson et Canguilhem. L’ancienne alternative entre mécanisme et vitalisme demande aujourd’hui à être retravaillée, à la faveur notamment de perspectives plus organicistes étroitement liées pour certaines à l’essor de la biologie des systèmes ou biologie intégrative.

       Ce sont ces thématiques qui seront au cœur des cinquièmes Journées d’étude sur l’Epistémologie Historique. Comme les années précédentes, nous souhaitons que le sujet retenu soit l’occasion d’une rencontre entre des philosophes et historiens des sciences aux options méthodologiques variées. Nous désirons donc recevoir des propositions adoptant dans des proportions diverses une approche historique et/ou analytique appliquée à la clarification critique de certains des concepts les plus centraux des sciences biomédicales. Une nouvelle fois, une attention particulière sera donnée aux interventions qui proposent de discuter la distinction ainsi que les possibles rapports ou échanges entre épistémologie historique et tradition analytique, c’est-à-dire en l’occurrence entre « philosophie biologique » et « philosophie de la biologie ».

       Les propositions d’interventions (max 500mots, plus une courte présentation du candidat) sont à nous faire parvenir,avant le 11 février 2019 (date de réponse le 1 mars), en format word ou pdf àepistemologiehistorique@gmail.com. Les deux langues des journées seront lefrançais et l’anglais.

Call for papers

5th International Workshop on Historical Epistemology

The Philosophy of the Life Sciences.
Biology and Medicine Through the Prism of Historical Epistemology

Paris, 16-17-18 May 2019

For a few decades, the questions raised by biology and medicine have taken a central place in the philosophical reflection at the international scale. The bio-medical sciences have become (once again) a privileged object of study within different research traditions such as historical epistemology and analytic philosophy. If the interest for living beings and for life itself has always been part and parcel of historical epistemology, as is testified by the works of Auguste Comte or Georges Canguilhem, this interest is on the contrary a more recent interest for analytically-oriented philosophy. Against this background, the emergence, since the 1980s, of philosophy of biology is even more remarkable.  

       A particularly relevant aspect of these new researches on biology and medicine is their ambition to intervene as directly as possible in the latest scientific debates. It is as if the development of science – and in particular that of molecular biology and of the theory of evolution – renewed the need to question traditional categories, such as that of “organism”, “individual” and “species”, or of more recent ones, more prominently those of “gene” and “cell”.

            Thisparticular position of biology is the reason why it is at the crossroad of manyareas of research concerning normativity and the status of norms (includingmeta-ethics), including debates over the respective roles of nature and socialforces in defining these norms. It is thereby no surprise that the developmentsof biology continue to represent new ethical and political challenges forsocieties. The impressive development of medical and bio-medical technologies 

only furthers the questioning of everyday notions such as “life”, “health” or “illness”. Moreover, the advancement of neurological research on the brain, specifically for what concerns the cerebral localization of mental functions, continuously challenges the philosophical definitions of the self and of personal identity. The clarification of the conceptual content of these various notions is a primary concern for the public space of contemporary societies.

       Finally, the identity of the bio-medical sciences is confronted directly with the problem of the possibility of an authentic science of the living. This question has crossed a good part of the history of philosophy, from Kant to Rheinberger and Müller, through Bergson and Canguilhem. The old alternative between mechanism and vitalism demands today to be reworked, especially under the light of the organic perspectives directly connected, according to some, to the emergence of systematic or integrative biology.

       These are the themes that will be at the center of the 5th Workshop on historical epistemology. Like in the previous years, we would like the theme to be an occasion of encounter between philosophers and historians of science with different methodological approaches. In other terms, we would like to receive propositions adopting, in different proportions, historical and/or analytical approaches to the critical clarification of some of the most central concepts of the bio-medical sciences. Once again, particular attention will be given to those interventions proposing a discussion of the distinction as well as of the possible exchanges between historical epistemology and the analytical tradition, that is, in the case at stake, between a “philosophical biology” and a “philosophy of biology”.

Proposals(500 words plus a short presentation of the candidate) must be sent by 11 February2019 (notification of acceptance or refusal by 1st March),in Word or .pdf formats, to espistemologiehistorique@gmail.com. Proposals by graduate students and early careerresearchers will be privileged. The languages of the workshop will be Frenchand English.

Organizing committee

Matteo Vagelli, Ivan Moya Diez, Laurent Loison (coordinateurs) 
CarolineAngleraux, Marcos Camolezi, Victor Lefèvre, Gabriele Vissio.

Scientific committee

ChristianBonnet, Professeur, CHSPM Paris 1
Jean-François Braunstein, Professeur, PhiCoParis 1
Hasok Chang, Professeur, Cambridge University Cristina Chimisso, Professeur, Open University,UK
Arnold I. Davidson, Professeur, University of Chicago
Moritz Epple, Professeur, Université deFrancfort
Pierre Wagner,Professeur, IHPST Paris 1


Vous aimerez aussi...